La Conférence technique internationale de la FAO intitulée "Biotechnologies agricoles dans les pays en développement: Options et perspectives pour les cultures, les forêts, l’élevage, les pêches et l’agro-industrie face aux défis de l’insécurité alimentaire et du changement climatique" (ABDC-10)

s’est déroulée à Guadalajara, au Mexique, du 1 au 4 mars 2010. L’un de ses principaux objectifs était de répertorier les applications des biotechnologies dans les différents secteurs agricoles des pays en voie de développement, pour tirer les enseignements du passé et identifier les options pour l’avenir afin de relever les défis que posent l’insécurité alimentaire, le changement climatique et la dégradation des ressources naturelles.

Lire le Rapport

Voir 'Biotechnologies for Agricultural Development', les actes de l’ABDC-10. Ces actes, de 592 pages, sont organisés en deux grandes sections. La première se subdivise en dix chapitres présentant de nombreux documents de fonds de la FAO préparés en amont de l’ABDC-10. Ils traitent du statut actuel et des options pour les biotechnologies dans les pays en voie de développement pour les cultures, les forêts, l’élevage, les pêches/l’aquaculture et l’agro-industrie/sécurité alimentaire, ainsi que des questions de politique connexes et des options, en particulier: orienter les biotechnologies agricoles en faveur des pauvres; rendre possible la recherche et le développement (R&D) dans les biotechnologies agricoles; et assurer l'accès aux bénéfices découlant de la R&D. La deuxième section comprend cinq chapitres consacrés aux conclusions de l'ABDC-10, à savoir les rapports des 27 sessions parallèles d'intérêt sectoriel, intersectoriel et régional, organisés, pour la plupart, par diverses organisations intergouvernementales ou non gouvernementales, les rapports des forums régionaux; les présentations liminaires; et le rapport de la conférence adopté par les délégués à Guadalajara le jour de clôture de l'ABDC-10.

L'ABDC-10 était hébergée par le Gouvernement du Mexique et co-financée par le Fonds international de développement agricole (FIDA). Le Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (GCRAI), le Forum mondial de la recherche agricole (FMRA), le Centre international pour le génie génétique et la biotechnologie (CIGGB) et la Banque mondiale en étaient les partenaires majeurs.

Cette Conférence a été consacrée aux  “biotechnologies agricoles”, un terme recouvrant une large gamme de biotechnologies utilisées dans l’alimentation et  l’agriculture à différentes fins comme l'amélioration de variétés végétales et des populations animales pour augmenter leurs rendements ou leur efficacité; la caractérisation et la conservation des ressources génétiques; le diagnostic phyto- ou zoosanitaire; le développement de vaccins; et l’amélioration de l’alimentation animale et  de la sécurité sanitaire des produits alimentaires. Cette Conférence fut intersectorielle, couvrant les secteurs de l’agronomie, de l’élevage, de la foresterie, des pêches et de l’aquaculture et de l’agro-industrie.

Le Programme de la Conférence a consisté en sessions plénières le matin suivies de sessions parallèles l’après-midi (sectorielles, régionales ou traitant de sujets transverses) les trois premiers jours. Le quatrième jour fut consacré aux seules sessions plénières.

L’ABDC-10 a rassemblé environ 300 décideurs, scientifiques et représentants d'organisations intergouvernementales et non gouvernementales internationales provenant de 68 pays, y compris des délégations nommées par 42 gouvernements. Les sessions plénières pendant les quatre jours ont été consacrées aux questions touchant à la manière d’orienter les biotechnologies agricoles en faveur des pauvres; la manière de favoriser la recherche et le développement (R&D) dans les biotechnologies agricoles; et la manière d’assurer que les bénéfices de la R&D soient accessibles aux pays en voie de développement. Le FIDA, le GCRAI et le Secrétaire du Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture ont aussi fait des présentations plénières des aspects de leur travail se rapportant à ces questions.

La Conférence entière a été retransmise en direct sur Internet pendant les quatre jours. Une première présentation de presse de la FAO a été diffusée le 1 mars pour coïncider avec l'ouverture de la conférence et une Seconde a été publiée le 4 mars pour coïncider avec sa clôture.

Tant le déroulement que l'organisation de la Conférence ont été marqués par un véritable esprit de partenariat et de collaboration. Un Comité de Pilotage international avait été établi en 2008, présidé par le Professeur M.S. Swaminathan de l'Inde. Ce Comité a inclus des personnalités invitées sur leurs fonds propres ainsi que des représentants de groupes de parties prenantes concernés, dont des organisations intergouvernementales NU et non NU, des organisations de la société civile et des organisations du secteur privé. Les membres du Comité ont joué un rôle important en apportant leur réflexion, entre autres, aux Documents Techniques de la FAO préparés pour la conférence.

L’ABDC-10 a été caractérisé par le fort engagement des diverses parties prenantes, dont plusieurs organisations intergouvernementales et non gouvernementales et forums régionaux, qui ont organisé/soutenu les sessions parallèles à la conférence d’intérêt sectoriel, régional ou intersectoriel. Celles-ci sont le GCRAI, le CIGGB, la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI), l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN), Oxfam International, la Fédération internationale des producteurs agricoles (FIPA), l’Association des institutions de recherche agricole du Proche-Orient et d'Afrique du Nord (AARINENA), l’Association des institutions de recherche agricole de l'Asie et du Pacifique (APAARI), le Forum pour la recherche agricole en Afrique (FARA), l’Institut interaméricain de coopération pour l'agriculture (IICA) et le Réseau de coopération technique sur la biotechnologie végétale d’Amérique latine et des Caraïbes (REDBIO). Pour chaque session, une synthèse a été préparée et toutes, ainsi que les présentations faites, sont consultables sur la page internet dédiée aux 27 Sessions Parallèles.

Durant cette  Conférence, 22 organisations différentes, y  compris des institutions nationales et  internationales, des organisations intergouvernementales et  non gouvernementales ont  également  participé à la “Foire  aux  connaissances” (voir le rapport) pour  promouvoir les  bonnes  pratiques de partage des connaissances dans le domaine des biotechnologies  agricoles.

Pour tout commentaire, veuillez envoyer un message à ABDC@fao.org

FAO SAGARPA IFAD CGIAR ICGEB World Bank GFAR