Biotechnologies Agricoles
Biotechnologies agricoles pour les cultures, les forêts, l'élevage, les pêches et l'agro-industrie  Biotech-banner
 

L'aide technique

La FAO aide concrètement les pays en voie de développement au travers de nombreux projets d'assistance technique. Elle encourage une approche intégrée, incluant les considérations d'ordre environnemental, social et économique dans la formulation des projets de développement.

Concernant la biotechnologie, la FAO collabore avec divers partenaires à la création de capacités des Etats membres en matière de biotechnologie et aux questions afférentes par la coopération technique et la formation. L'aide technique fournie par la FAO peut être classée en trois catégories :

1. Aide directe aux Etats membres

La FAO propose une aide technique directement à ses Etats membres dans des secteurs tels la création ou le renforcement des systèmes nationaux de prévention des risques biotechnologiques. Cela comprend le développement et la mise en oeuvre de règlements, la formation du personnel des organes juridiques à l'analyse des risques liés aux OGM, la communication et la participation publique au processus décisionnel en matière de prévention des risques biotechnologiques et la modernisation des capacités de laboratoire. L'un des instruments principaux par lequel elle agit est le Programme de coopération technique (PCT) inauguré en 1976. Il s'agit d'un moyen essentiel pour mettre plus aisément à disposition de ses Membres les compétences spécialisées de la FAO afin de résoudre leurs problèmes immédiats de développement des secteurs de l'agriculture, des pêches, des forêts et du développement rural. Le PCT est un outil qui permet à la FAO de répondre rapidement aux besoins impératifs en assistance technique d'urgence des Etats membres et de contribuer à la création de leurs capacités. A la fin 2006, des PCT sur la biotechnologie et la prévention des risques biotechnologiques avaient été achevés ou étaient dans leur phase de mise en oeuvre dans plusieurs pays, dont l'Argentine, le Bangladesh, le Bénin, la Bolivie, Grenade, le Kenya, la Malaisie, le Nicaragua, le Paraguay, le Swaziland et la Tanzanie.

2. Aide par le biais des réseaux sur la biotechnologie

La FAO soutient l'établissement de réseaux sur la biotechnologie ou agit comme catalyseur pour leur mise en place dans les différentes parties du monde. Le Réseau de coopération technique sur la biotechnologie végétale en Amérique latine et dans les Caraïbes (REDBIO), basé au Bureau régional pour l'Amérique latine et les Caraïbes de la FAO en est un bon exemple. Inauguré en 1990, il comptait, fin de 2006, presque 4000 personnes issues de 744 laboratoires et institutions publics et privés originaires de 32 pays. On peut citer aussi en exemple les réseaux Asian BioNet, établi en Asie, et ABNETA, établi en Afrique.

3. Aide grâce aux partenariats avec les centres internationaux de recherche agricole et autres institutions

La FAO propose une aide technique considérable (organisation d'ateliers, etc.) en coopération avec les centres de recherche soutenus par le Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale et/ou avec des systèmes nationaux de recherche agricole.

Dernière mise à jour: mai 2007

©FAO/Andrea Sonnino
Conférence sur les Biotechnologies Agricoles dans les Pays en Voie de Développement (ABDC-10)