Biotechnologies Agricoles
Biotechnologies agricoles pour les cultures, les forêts, l'élevage, les pêches et l'agro-industrie  Biotech-banner
 

Les biotechnologies dans les pêches et l'aquaculture dans les pays en développement

En 2007, plus de 113 millions de tonnes de poisson ont été produites dans le monde, soit par la pêche de capture soit par l'aquaculture, avec environ une consommation de 17 kg par personne. La part de l'aquaculture représente presque la moitié (44 pour cent) de ce total et s'affiche au niveau mondial comme le secteur alimentaire le plus dynamique. On s'attend à ce que, dans un proche avenir, l'aquaculture produise plus de poisson pour la consommation humaine directe que la pêche de capture.

A l'origine, l'aquaculture est un système asiatique de production d'aliments d'eau douce (élevage d'organismes aquatiques, comprenant les poissons, les mollusques, les crustacés et les plantes aquatiques). Elle est désormais étendue à tous les continents, englobant tous les environnements aquatiques et utilisant nombre d'espèces aquatiques. D'une activité qui était principalement à petite échelle, non commerciale et familiale, on est passé à une production commerciale ou industrielle à grande échelle d'espèces d'intérêt négociées aux niveaux nationaux, régionaux et internationaux. Bien que l'essentiel de la production se fasse en Asie et toujours principalement dans des structures à petite échelle, on s'accorde à penser que l'aquaculture pourrait bien satisfaire une demande mondiale croissante en aliments aquatiques et contribuer à l'essor des économies nationales, en favorisant la durabilité des moyens d'existence de nombreuses communautés.

L'essor rapide de l'aquaculture a largement bénéficié des technologies conventionnelles et des biotechnologies et on s'attend à ce que les biotechnologies avancées promeuvent davantage encore ce secteur pour satisfaire la demande mondiale en produits alimentaires aquatiques dans les décennies qui viennent. Dans de nombreux pays, qu'ils soient développés ou en voie de développement, l'aquaculture est un système de production récent, comparé à l'élevage et l'agriculture. Bien que des biotechnologies soient appliquées à la gestion des pêches, leur utilisation est très restreinte par rapport à celle qui en est faite en aquaculture.

Les quatres domaines principaux d'intervention des biotechnologies en aquaculture et en gestion des pêches sont l'amélioration génétique et le contrôle de la reproduction; la prévention des risques et la lutte contre les maladies; la gestion environnementale et la bioremédiation; et la conservation de la biodiversité et la gestion des pêches.

Le principal succès de l'aquaculture repose sur la diversité des espèces actuellement élevées (plus de 230) et la diversité génétique exploitable par la domestication et l'amélioration des espèces captives. Cependant, l'élevage de nombreuses espèces nouvellement cultivées repose largement sur la prise dans la nature de juvéniles et/ou de géniteurs sauvages. Afin d'établir des programmes concrets pour la production de naissains sélectionnés, il est nécessaire de bien comprendre le cycle entier de reproduction. Cette connaissance est aussi nécessaire pour diffuser les améliorations apportées par la sélection au secteur de production. Les progrès conduisant à une meilleure application des biotechnologies tant génétique que de la reproduction augmenteront sans aucun doute la production de l'aquaculture, contribuant ainsi à la production alimentaire mondiale. Ces biotechnologies sont la polyploïdie, la gynogenèse et l'androgenèse, le développement de populations monosexuées et la cryoconservation.

Les déclarations de maladies affectent grandement le développement de l'aquaculture. En raison du milieu liquide dans lequel vivent les animaux, la lutte contre les maladies et la gestion de la santé en aquaculture diffèrent de celles pratiquées dans l'élevage terrestre. La maladie se répand dans tous les systèmes, qu'ils soient extensifs ou intensifs et les pertes sont possibles dans tous les types de systèmes de production. Une meilleure gestion des systèmes intensifs est nécessaire et les biotechnologies y contribuent. Les test immunologiques et les méthodes de diagnostic basées sur l'ADN servent à cribler et/ou confirmer le diagnostic de nombreux pathogènes importants de l'aquaculture dans les pays en voie de développement. L'utilisation de vaccins fournit une bonne immunoprophylaxie pour certaines des maladies infectieuses les plus importantes des poissons. Les procédures de production de vaccins par biologie moléculaire reposent largement sur des outils biotechnologiques. C'est pourquoi, les vaccins sont principalement produits dans les pays développés. L'un des facteurs les plus importants conduisant à la réduction de l'usage des antibiotiques dans le secteur aquacole est la disponibilité de mesures prophylactiques efficaces contre les maladies provoquant une forte mortalité dans les élevages de poissons et de coquillages.

Il est important de travailler à la réduction des impacts de l'aquaculture sur l'environnement. Celle-ci a souvent été accusée d'être non durable et non respectueuse de l'environnement. Réduire les impacts de la décharge d'effluents, améliorer la qualité de l'eau et l'utilisation responsable de l'eau sont des questions clés qu'il convient d'examiner dans le développement de l'aquaculture. Plusieurs biotechnologies sont utilisées à cette fin, comme la bioremédiation pour la dégradation de déchets dangereux et l'utilisation de méthodologies à base d'ADN pour la détection précoce des algues toxiques.

Dans le secteur de la pêche de capture, la gestion et la conservation durable de la pêche sont une priorité. Mieux comprendre la structure des populations pêchées s'avère primordial. Quelques biotechnologies sont déjà appliquées et les perspectives d'utilisation des biotechnologies sont vastes pour la gestion des pêches dans le monde. L'utilisation des marqueurs moléculaires et l'application des principes de génétique des populations se sont révélées très efficaces pour évaluer les niveaux réels de variabilité génétique dans des populations uniques et pour mesurer l'étendue de la différenciation entre les populations.

Pour de plus amples informations, voir Statut actuel et options pour les biotechnologies dans le secteur des pêches et de l'aquaculture dans les pays en voie de développement [ - 200 KB], préparé pour la Conférence technique internationale de la FAO sur les biotechnologies agricoles dans les pays en voie de développement (ABDC-10) qui s'est déroulée les 1-4 mars 2010 a Guadalajara, au Mexique.

Dernière mise à jour: Juillet 2010

©FAO/L. Callerholm
©FAO/R. Cannarsa
Conférence sur les Biotechnologies Agricoles dans les Pays en Voie de Développement (ABDC-10)