FAO.org

Accueil > Country_collector > FAO au Cameroun > Programmes et projets > Histoires de réussite > Poisson
FAO au Cameroun

Systèmes d’élevage des poissons

Le Cameroun dispose d’énormes potentialités pour le développement de plusieurs systèmes d’élevage des poissons. Cependant, la pisciculture en étang y est le système le plus pratiqué et dont la production ne permet pas de réduire significativement les importations massives de poissons qui constituent d’énormes pertes en devise pour le pays. Conscient de cette situation, le développement de l’élevage des poissons en cage dans les plans d’eaux continentales s’avère nécessaire. Mais avant de s’y lancer, une étude en amont permettrait de voir les atouts et les inconvénients de ce système l’élevage des poissons au Cameroun. C’est ainsi que suite à une requête du gouvernement camerounais auprès de la FAO, une étude sur l’élevage des poissons en cages dans les plans d’eaux continentales du Cameroun a été mise sur pieds.

L’objectif général de cette étude, est d’améliorer les conditions économiques et nutritionnelles des Camerounais par l’introduction d’un nouveau système d’aquaculture – l’élevage des poissons en cage. Plus spécifiquement, il s’agit de réaliser une étude de faisabilité pour le développement de l’élevage des poissons en cage dans les plans d’eaux continentales du Cameroun en contribuant au développement de ce système d’élevage comme une composante productrice et rémunératrice du programme de l’aquaculture nationale. La réalisation de cette étude s’est faite en d’eaux étapes :

- Choix les plans d’eau pour l’installation des premières cages

- Collecte du matériel pour la construction des cages

- Montage des cages, installation et empoissonnement

Les descentes sur le terrain ont été effectuées pour la visite du fleuve Sanaga, de la Dibamba, du lac Douloumi et du barrage hydroélectrique de Lagdo et le Nyong. A l’issue des visites et étude des plans d’eau, le fleuve Sanaga et le barrage hydroélectrique de Lagdo et le Nyong ont été retenus comme plans d’eau favorables pour l’élevage des poissons en cage. La Dibamba n’a pas été retenue à cause de ses eaux fortement salées et de la migration de certaines espèces marines dans ce plan d’eau (dauphins, requins, etc.) à certaines périodes de l’année. Le lac Douloumi a été déclassé à cause de sa profondeur très faible (moins d’un mètre) et également à cause de la très forte variation du niveau des eaux dans l’année.

Construction, installation et mise en charge des cages

Pendant cette phase, trois cadres des six cages ont été soudés et les filets des cages d’un site coupés puis montés. Les dimensions des cadres des cages ont été de 5x5m et 4x4m. Comme le nombre de cages par site a été réduit à deux au lieu de trois comme initialement prévu, un cadre de deux compartiments de 5x5 m et deux cadres de deux compartiments 4x4m chacun ont été soudés.

Les filets des cages ont été coupés suivant les dimensions des cadres et les chutes ou profondeurs adoptées pour les cages ont été de 4,25m et 2,25m. Ainsi, 6 cages au total ont été montées dont deux de dimension 5x5x4,25m et quatre de dimension 4x4x2,25m. Ces cages correspondent respectivement aux volumes de 106,25m3 et 36m3 pour des volumes immergés de 100 et 32 m3 car la cage n’est pas immergée sur une hauteur de 0,25m.

Installation et la mise en charge des cages dans les trois sites pilotes

Les cadres des cages ont été soudés loin des sites pilotes puis transportés par voiture sur les lieux avec les flotteurs. Les cages complètes y ont été montées en assemblant toutes les parties : cadre, cage et flotteurs.

Installation de la cage sur le Nyong et mise en charge

Avant l’installation sur la Nyong, le travail a commencé par l’analyse des paramètres physico-chimiques, puis localiser l’emplacement où doit se situer la cage car ce travail n’avait pas été fait lors de la première mission du consultant international. Après ce travail, la cage a été complètement montée puis posée dans l’eau. Les deux cages installées sur le Nyong ont été les plus grandes: 5x5x4,25m soit en volume immergé 100m3 pour chacune des cages ( avec une hauteur de la cage hors de l’eau de 25 cm).

La mise en charge des cages a été effectuée avec les alevins d’Orechromis niloticus d’un poids moyen de 17g. Après ces deux mises en charge, 4000 alevins au total ont été stockés dans chaque cage.