FAO.org

Accueil > Renforcement des capacités > News list > Detail
Renforcement des capacités

Renforcer les capacités des jeunes à investir et bénéficier des investissements agricoles responsables en Côte d’Ivoire

03/05/2018

Selon des estimations de la FAO, l’éradication de la faim et de la pauvreté en Côte d’Ivoire d’ici 2030 nécessitera des investissements annuels supplémentaires de 3,7 milliards de dollars des Etats-Unis, dont presque 40 pour cent devraient être alloués à l’agriculture et au développement rural. Pour y arriver, il est primordial que ces investissements soient responsables afin qu’ils génèrent des bénéfices durables pour tous. Cela nécessite notamment que les jeunes soient impliqués en tant qu’acteurs clés dans le secteur agricole.

Dans ce cadre, la FAO, en collaboration avec le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural de la Côte d’Ivoire et avec le soutien de l’Office fédéral suisse de l'agriculture, a organisé un atelier d’ « Identification des capacités des jeunes à investir et à bénéficier des investissements responsables agricoles en Côte d’Ivoire ». L’atelier s’est déroulé à Abidjan du 10 au 12 avril en parallèle de la 3ème édition de la semaine nationale de l’emploi des jeunes en Côte d’Ivoire.

Le gouvernement ivoirien a déjà entrepris de sérieux efforts pour promouvoir l’emploi et le bien-être des jeunes, notamment à travers l’élaboration et la mise en œuvre de sa Politique Nationale de la Jeunesse et des stratégies qui en découlent. Cet atelier multi-acteurs a donc été organisé à un moment crucial pour la Côte d’Ivoire, ses résultats pouvant ainsi contribuer à informer les initiatives actuelles et futures.

Les objectifs spécifiques de l’atelier étaient multiples : 1) créer un espace de dialogue multi-acteurs pour une compréhension commune des défis et opportunités des jeunes pour investir dans l’agriculture; 2) réaliser une analyse commune des capacités existantes et requises pour permettre aux jeunes d’investir et de bénéficier des investissements responsables; 3) élaborer, à la suite de l’atelier, un rapport analytique pour informer les initiatives existantes ou futures; 4) utiliser et enrichir un « outil d’identification rapide des capacités ».

Pendant trois jours, les participants – représentant des institutions étatiques, des organisations de la jeunesse, des coopératives de jeunes agriculteurs, des associations d’élèves ingénieurs, des sociétés financières et de micro-crédit etc. – ont travaillé ensemble dans un climat hautement participatif afin d’identifier les capacités existantes et requises pour que les jeunes puissent investir et bénéficier des investissements dans l’agriculture. Ils se sont également familiarisés avec les Principes du CSA pour un investissement responsable dans l’agriculture et les systèmes alimentaires dont l’une des priorités est de « faire participer les jeunes et renforcer leur autonomie ».

Grâce à l’outil rapide d’identification des capacités, les participants ont analysé les capacités requises au niveau du cadre institutionnel et juridique, puis au niveau organisationnel et enfin au niveau individuel. Les réflexions entre les différents acteurs ont permis de faire ressortir les capacités à renforcer en priorité à travers ces trois niveaux dans le contexte national. Les participants ont notamment mentionné l’importance de vulgariser et rendre effective la loi foncière, créer une banque agricole dédiée aux financements des projets des jeunes, renforcer les capacités des leaders d’organisation de jeunesse en termes de techniques managériales ou encore de favoriser l’accès des jeunes aux ressources productives et aux marchés.

Cet atelier, tout comme celui organisé en Ouganda ou celui impliquant les pays de la Communauté de développement de l'Afrique australe, fait partie d’une série d’activités co-organisées par la FAO visant par ailleurs à enrichir et affiner un « outil d’identification rapide des capacités ». Cet outil, dont l’élaboration est appuyée par l’Office fédéral suisse de l'agriculture, sera mis à disposition des acteurs souhaitant effectuer leurs propres identification et analyse des capacités requises pour favoriser l’investissement responsable par et pour les jeunes dans l’agriculture et les systèmes alimentaires.

Partagez