Portail de la FAO pour le renforcement des capacités
Bonnes Pratiques
 

Infrastructures rurales et industries agricoles

  1. Best practice in post-harvest and processing
  2. Modernisation de la gestion de l’eau pour l’agriculture


Moderniser les périmètres d’irrigation, du point de vue technique ou de l’aménagement, pour une utilisation plus rationnelle des eaux agricoles

Quel problème est abordé, et où?

Sur le plan de l’ingénierie hydraulique, la modernisation pourrait signifier un « saut » dans la technologie, par exemple le remplacement des vannes à glissières pour un système automatisé de contrôle à distance ou la transformation d’un canal distributeur à écoulement libre en une conduite sous pression enterrée. Dans une optique institutionnelle ou sociale, la modernisation pourrait comprendre la réorganisation du secteur de l’irrigation afin de rendre plus efficaces ou plus dynamiques les institutions s’occupant des eaux; ou des moyens d’inciter les utilisateurs de l’eau à participer à l’aménagement d’un système d’irrigation particulier.

La FAO adopte la définition selon laquelle la modernisation des systèmes d’irrigation est un processus d’amélioration technique et d’aménagement des périmètres d’irrigation associé à des réformes institutionnelles, si nécessaire, dans le but d’améliorer l’utilisation des ressources (main-d’oeuvre, économie de l’eau, environnement) et les services d’alimentation en eau des exploitations agricoles.

La FAO a effectué des travaux de modernisation dans trois domaines particuliers: amélioration des périmètres d’irrigation (Pakistan, Népal, Tanzanie) dans certains cas en association avec les autorités qui tentaient de faire passer la responsabilité de la gestion sous contrôle local (ledit « transfert de gestion de l’irrigation"); organisation d’associations d’utilisateurs de l’eau (Pérou, Pakistan, Tanzanie, Malawi) y compris un appui pour créer des constitutions pour ces organisations; et des approches participatives pour concevoir de nouvelles approches de l’aménagement des eaux sur l’exploitation, par exemple les écoles de terrain en Tanzanie – tels que le Programme d’appui à la formation des agriculteurs pour les petits périmètres d’irrigation dans les bassins de Rufiji et de Pangani – ainsi qu’en Zambie, au Cambodge, au Soudan, en Égypte, au Népal et au Turkménistan)

Comment?

La modernisation suppose:

  • Une planification détaillée avec la participation active des communautés concernées et des autorités chargées des eaux
  • Le renforcement des départements locaux/régionaux des autorités chargées des eaux moyennant le renforcement des capacités et la fourniture d’un équipement pour une structure d’aménagement efficace, par exemple en établissant des autorités responsables des bassins fluviaux régionaux.
  • Un appui à la mise en place d’une unité de coordination technique comme base d’un secrétariat technique d’une future Autorité nationale chargée des eaux

La formation des agents chargés de l’irrigation implique:

  • L’élaboration de programmes d’études et de matériel didactique concernant la planification et l’installation de petits périmètres d’irrigation adaptés aux conditions locales
  • La mise en oeuvre de cours de formation officiels destinés aux experts locaux en matière de planification, conception, construction, fonctionnement et aménagement de l’irrigation durable de petite échelle, avec la pleine participation des agriculteurs;
  • Le développement de capacités pratiques et de la confiance dans les experts locaux moyennant la fourniture d’un appui de suivi sur place, la supervision, l’encadrement et l’encouragement des experts pendant 12 mois après leur retour du cours de formation.

Les écoles de terrain mettent l’accent sur des approches pratiques de l’apprentissage et de l’expérimentation.

Et maintenant où?

Les pays qui modernisent leur infrastructure et leurs institutions pour la gestion des eaux peuvent bénéficier de ces approches.

Contactez notre équipe