Portail de la FAO pour le renforcement des capacités
 

Capitaliser et partager les savoirs en matière de sécurité alimentaire
et d’autonomisation des populations rurales
   

Actualités 2012

[Actualités 2011]

Inauguration du centre de formation et information sur le warrantage à Founzan au Burkina Faso

Décembre 2012: L'inauguration du centre de formation et information sur le warrantage à Founzan au Burkina Faso sera célébrée le 13 décembre 2012.

Dix fiches d'information ont été ajoutés

Deux ateliers sur l'échange de bonnes pratiques auront lieu en décembre: Niger et Burkina Faso

Novembre 2012: Deux ateliers (mini-foires) sur l'échange de bonnes pratiques auront lieu en décembre sur le thème de la gestion des intrants. L'un aura lieu à Niamey au Niger les 5 et 6 décembre 2012 et l'autre à Founzan au Burkina Faso les 13 et 14 décembre 2012. Les participants sont les partenaires du programme " Gestion des connaissances et genre " au Niger et au Burkina Faso. Ces rencontres sont organisées par le projet Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire et servent d'évènement final pour tirer les enseignements du Projet qui prend fin en décembre 2012.

Bulletin Dimitra 22: Les clubs d’écoute communautaires Dimitra

Octobre 2012: Bulletin Dimitra 22 est disponible en anglais et en français. Cette édition met en avant les clubs d’écoute communautaires Dimitra, avec plusieurs articles réunis dans un dossier spécial sur l’impact des projets en cours, l’évolution de l’approche et le démarrage de nouveaux projets.

Au Niger et en République démocratique du Congo (RDC), la multiplication des clubs d’écoute et la reproduction de l’approche dans de nouveaux contextes sont autant d’indicateurs du succès de l’approche et de son niveau de durabilité. Au Sud-Kivu, par exemple, une nouvelle formule a été testée avec d’excellents résultats : l’introduction d’écoles pratiques d’agriculture et de vie y a été appuyée par les clubs d’écoute communautaires existants. De plus, un processus d’évaluation de l’impact des clubs a relevé un élément inattendu mais prometteur : la capacité améliorée des membres des clubs à s’engager dans des structures rurales plus formelles. Dans ce sens, les clubs sont un prélude à une participation plus importante des femmes aux organisations paysannes et coopératives rurales.

Le succès des clubs a suscité la mise sur pied de nouveaux projets au Burundi, au Sénégal, en Mauritanie et en RDC (Province Orientale). Sollicité par des organisations et agences diverses, FAO-Dimitra accompagne la mise en oeuvre de ces projets sur base de méthodologies participatives sensibles au genre, flexibles et adaptées et dont l’objectif demeure le même : l’autonomisation des hommes et des femmes en milieu rural.

Niger: La Cigaba renforce l’union à travers le warrantage (de Bulletin Dimitra 22)

Octobre 2012: From Bulletin Dimitra 22: Toujours sur la question de l’autonomisation, signalons que le projet Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire de la FAO met en oeuvre au Niger, avec l’ONG VIE Kande Ni Bayra, un projet d’autonomisation d’organisations paysannes membres de l’Union Cigaba. Dans ce pays, la place des femmes dans les organisations paysannes et les questions de genre dans les innovations agricoles ont été explorées dans deux différentes enquêtes menées par la Division de la parité, de l’équité et de l’emploi rural de la FAO, avec le soutien de Dimitra. Les résultats sont présentés dans ce numéro.

Les coopératives agricoles nourrissent le monde: Renforcer les capacités des coopératives agricoles au Niger

Le 16 Octobre 2012: Afin d’accompagner le gouvernement dans la mise en perspective des activités de développement rural, la FAO et ses partenaires forment et encadrent les organisations paysannes. Le projet Intensification de l’Agriculture par le renforcement des boutiques d’intrants coopératives (IARBIC), financé par la Belgique, l’Espagne, le Luxembourg et l’Union européenne, introduit une nouvelle technique de culture et fournit les intrants agricoles nécessaires.

Reportage de Alassane Ibrahim, pour la FAO, Niger: Les coopératives agricoles nourrissent le monde: Renforcer les capacités des coopératives agricoles au Niger 

Duration: 10min.9sec. Format: mp3
Voir aussi le script du reportage.
Voir aussi IARBIC: www.iarbic.net/

Hungry Planet: Trois rapports sur les coopératives agricoles, l’une des clés pour atteindre la sécurité alimentaire

Octobre 2012: Dans cet épisode de Hungry Planet: Trois rapports sur les coopératives agricoles, l’une des clés pour atteindre la sécurité alimentaire. Au Guatemala, les agriculteurs qui vivent de petites parcelles de terre luttent pour produire des récoltes plus abondantes, être mieux reliés aux marchés et gagner plus d'argent. En Afghanistan, tandis que les troupes étrangères s’apprêtent à partir, un genre de maintien de la paix inattendu prend place grâce à la hausse des coopératives laitières. Dans le sud du Niger (à 07:13 minutes), les coopératives agricoles accèdent à de meilleures semences et de meilleures techniques agricoles pour lutter contre les graves sécheresses de la région.

Voir aussi IARBIC: www.iarbic.net/

Journée mondiale de l’alimentation 2012

Octobre 2012: Journée mondiale de l’alimentation: Galerie photos.

Les coopératives agricoles nourrissent le monde

Juillet 2012: Les coopératives agricoles sont le thème de la Journée mondiale de l’alimentation 2012. “Les coopératives agricoles nourrissent le monde” est la dénomination officielle du thème 2012. Elle a été choisie pour souligner le rôle des coopératives dans l’amélioration de la sécurité alimentaire et leur contribution à l’éradication de la faim. L’intérêt pour les coopératives et les organisations rurales est également reflété dans la décision de l’Assemblée générale de l’ONU de proclamer 2012 “Année internationale des coopératives.”  Voir aussi Brochure sur les coopératives agricoles.

Enquête sur le rôle et la participation des femmes dans les organisations de producteurs et productrices au Niger

Mai 2012: Malgré leur rôle crucial dans la production et transformation des produits agricoles et la sécurité alimentaire de leurs familles, les femmes agricultrices du Niger ont toujours un accès très limité aux ressources naturelles et aux opportunités productives, ainsi qu’un rôle tout à fait marginal dans la prise de décisions au sein des institutions rurales. Ceci a été souligné par une enquête de la FAO sur le rôle et la participation des femmes dans les organisations de producteurs et productrices (OP) au Niger.

L’enquête, réalisée par l’équipe « Institutions rurales et autonomisation des populations » de la FAO dans huit régions du pays, a ciblé aussi bien des OP mixtes (71%) que des OP de femmes (29%). Objectif spécifique : identifier les contraintes qui empêchent l’implication des femmes au sein des OP du Niger.

L’enquête a montré que l’adhésion des femmes aux OP ne pose aucun problème car elles peuvent devenir membres sans restrictions particulières. Il en va différemment quand il s’agit de la participation pleine et active des femmes aux activités des OP. Si l’on considère, par exemple, les OP mixtes, on trouve que les femmes sont majoritaires au niveau des membres (59% de femmes contre 41% d’hommes) mais leur nombre devient extrêmement faible au niveau des postes de représentation (81% hommes ; 19% femmes). On constate que les obstacles ne sont pas d’ordre structurel ou économique mais qu’ils renvoient plutôt à des normes culturelles et sociales inscrites dans le tissu de la société nigérienne. L’enquête a aussi exposé qu’en général l’accès des femmes aux ressources et à l’information reste très limité. La marginalisation des femmes a également été observée par rapport à la participation active dans les comités de gestion et les instances de prise de décision des OP. Dans presque la moitié des cas, les femmes sont sous-représentées au sein de ces instances et dans un quart des cas elles en sont totalement absentes.

Niger – Evaluation participative d’impact des clubs d’écoute

Mai 2012: Après trois ans de mise en œuvre du projet clubs d’écoute Dimitra au Niger, un processus d’évaluation participative d’impact a été mis en place, pour examiner les résultats en termes de changements induits par la dynamique des clubs. L’évaluation a eu lieu en deux temps : une étude de terrain et un forum rassemblant toutes les parties prenantes.

Après une collecte de données sur le terrain par le biais d’un questionnaire de base, des rencontres ont été organisées pour savoir si les membres des clubs avaient constaté des changements au niveau individuel et communautaire sur leurs conditions de vie. Un Forum d’évaluation d’impact a ensuite été organisé les 22 et 23 mai 2012 à Niamey. La rencontre a réuni une cinquantaine d’hommes et de femmes membres des clubs d’écoute de toutes les zones couvertes. L’objectif : restituer les résultats de l’étude de terrain et des discussions en termes de transformations individuelles et collectives, discuter des leçons tirées et envisager les perspectives futures.

En bref, la dynamique des clubs d’écoute a permis de mettre au premier plan des discussions et actions dans les domaines suivants : l’agriculture et élevage, l’accès à la terre, l’alphabétisation, la santé, la nutrition et l’hygiène publique. On constate un renforcement perceptible de la cohésion sociale et la mise en place de systèmes solidaires, collectifs et autonomes au profit de la communauté et une forte autonomisation des femmes à plusieurs niveaux.

Des institutions rurales innovantes pour améliorer la sécurité alimentaire (FAO-FIDA, 2012)

L'ouvrage, Des institutions rurales innovantes pour améliorer la sécurité alimentaire, publié à l'occasion de l'Année internationale des coopératives, présente 35 cas d'innovations institutionnelles à succès qui ont autonomisé les petits producteurs et contribué à la sécurité alimentaire dans différentes régions du monde. Disponible en anglais et français.

Voir aussi Good practices in building innovative rural institutions to increase food security : Case studies (FAO-FIDA 2012). La traduction n'a pas été faite en français. Le sous-programme a contribué à cette publication dans la partie consacrée à améliorer l’accès aux intrants et aux marchés. Elle a documenté la bonne pratique 5 sur « les boutiques d’intrants : une solution sur mesure pour les agriculteurs les plus pauvres » et la bonne pratique 8 sur « les crédits sur stock : une méthode de financement adaptée aux besoins des petits agriculteurs, femmes et hommes ».

New Agriculturist: Dans les clubs d'écoute au Niger, les femmes prennent la parole

Un club d'écoute dispose entre autres d'une radio solaire et à manivelle © FAO

Mars 2012: Veuillez trouver ci-joint un article sur les clubs d’écoute au Niger publié dans the New Agriculturist. 

"[...] Mariama, comme beaucoup de femmes au Niger, n'avait pas voix au chapitre lors des décisions engageant la vie de la communauté telles l'accès à la terre, au crédit et à la formation. Encouragées par l'ONG VIE - Kande Ni Bayra ('Apporte ton savoir') et Dimitra, projet de la FAO qui ancre son action depuis 1998 dans les dimensions du genre, de l'information et de la communication vers et avec le monde rural, les populations ont mis en place à partir de 2009 des espaces pour partager l'information et transformer qualitativement leurs conditions de vie. Ces espaces de dialogue s'inspirent du modèle des clubs d'écoute communautaires encadrés par Dimitra au Sud-Kivu (République démocratique du Congo) dès 2003."

Bulletin Dimitra 21: Accès des femmes à la terre

Mars 2012: Bulletin Dimitra 21 est disponible en anglais et en français. Ce numéro se concentre sur des activités particulièrement innovantes qui permettent aux femmes d’avoir un meilleur accès à la terre dans différents pays africains.

Dossier: Formation-action sur la capitalisation des bonnes pratiques

Mars 2012: Bulletin Dimitra 21 est disponible en anglais and en français. Voir page 11: Dans le cadre du Programme Gestion des connaissances et genre de la FAO, le projet Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire a organisé une formation-action sur la capitalisation des bonnes pratiques à Niamey (Niger) du 5 au 9 décembre 2011.

La formation de Niamey a vu la participation de 21 personnes, dont un tiers de femmes. Elle a rassemblé l’équipe du projet Capitalisation, plusieurs membres du projet Intensification de l’agriculture par le renforcement des boutiques d’intrants coopératives (IARBIC), de l’Unité des urgences et de la réhabilitation (ERCU), de l’ONG-VIE, partenaire de Dimitra, ainsi que de trois organisations de producteurs : Mooriben, le Réseau national des chambres d’agriculture du Niger (RECA) et la Fédération des Coopératives Maraîchères du Niger (FCMN-Niya). Les participant(e)s sont reparti(e)s avec un plan d’action en main et la promesse de se retrouver dans trois mois pour échanger leurs fiches de bonnes pratiques. Un manuel sur la capitalisation des bonnes pratiques avec une dimension genre devrait voir le jour en 2012.

Quelques ressources utiles partagées lors de la formation : Communiquer le genre pour le développement rural. Intégrer le genre dans la communication pour le développement (FAO-Dimitra); Gestion des connaissances et genre : un peu de clarté ;  Knowledge Sharing for Development – module d’apprentissage électronique (en anglais) - Du terrain au partage – Manuel de capitalisation d’expériences.

Journée mondiale de la femme: la politique de la FAO en matière d’égalité des sexes a des objectifs ambitieux

8 mars 2012, Rome: Pour éliminer la faim et la pauvreté extrême, il est fondamental de multiplier les opportunités sociales, éducatives et économiques offertes aux femmes et aux filles. Une nouvelle politique d'égalité entre les sexes lancée aujourd'hui par la FAO vise à mettre la parité hommes-femmes au cœur des travaux de l'Organisation pour renforcer l'agriculture et le développement durable. «La politique de genre de la FAO souligne l'engagement de l'Organisation envers les questions liées aux femmes et à la parité hommes-femmes, pour l'éradication de la faim et de la pauvreté», a déclaré le Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva.

Intervention de la Belgique sur CSW56: "L'autonomisation des femmes par la transformation des institutions sociales discriminatoires."

Mars 2012, New York: Ceci est pris de l'intervention de la Belgique at CSW56 - 2012, Table Ronde de Haute Niveau on "The empowerment of rural women and their role in poverty and hunger eradication, development and current challenges."  28 février 2012.

".....L’empowerment individuel et collectif des femmes rurales est un axe prioritaire de la stratégie belge dans le secteur de l’agriculture et de la sécurité alimentaire. Les femmes jouent un rôle crucial dans la production agricole des pays en développement, ce qui fait de celles-ci d’importants agents de développement économique. En outre, la part considérable de la production vivrière imputable aux femmes fait de celles-ci les principaux agents de la sécurité alimentaire et du bien-être des ménages en milieu rural. Malgré cela, les femmes rurales restent le plus souvent « invisibles » lorsqu’il s’agit d’investissements, de politiques et de programmes. L’effort de la Belgique en la matière vise à ce que les femmes puissent participer, sur un pied d’égalité avec les hommes, au développement agricole et aux bénéfices qui en découlent et, de la sorte, contribuer pleinement à la sécurité alimentaire et à la croissance économique en milieu rural. [...]
Dimitra, géré par la FAO et soutenu financièrement par la coopération belge dans le cadre d’un programme « genre et connaissances » est un projet d'information et de communication participative qui contribue à améliorer la visibilité des populations rurales, particulièrement des femmes. Le projet vise à permettre aux femmes rurales et à leurs organisations de faire entendre leur voix aux niveaux national et international. Ainsi il contribue à améliorer leurs conditions de vie et leur statut en soulignant l'importance et la valeur de leurs contributions à la sécurité alimentaire et au développement durable."

La Commission pour le Statut de la Femme, 56e session (CSW56), New York du 27 février au 9 mars 2012

Février 2012, New York: La Commission pour le Statut de la Femme, 56e session (CSW56), eu lieu à New York du 27 février au 9 mars 2012. Voir Table Ronde de Haute Niveau sur "The empowerment of rural women and their role in poverty and hunger eradication, development and current challenges." Voir aussi le retransmission.

Combler le fossé entre les hommes et les femmes dans l'agriculture

Janvier 2012: Nouvelle animation de la FAO: Combler le fossé entre les hommes et les femmes dans l'agricultureIl vise à maintenir l'élan des principaux messages livrés par  La situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture 2010-11: Le rôle des femmes dans l'agriculture: Combler le fossé entre les hommes et les femmes, pour soutenir le développement. Vour la video sur YouTube: http://www.youtube.com/watch?v=ffWVwEfnGh4 Le site qui l'accompagne ( http://www.fao.org/sofa/gender ) propose une approche thématique à combler le fossé entre entre les hommes et les femmes  dans l'accès aux ressources agricoles, aux intrants et services, avec les principaux faits et des recommandations de politique ventilés par thème, permettant aux visiteurs d'accéder rapidement aux informations spécifiques dont ils ont besoin.