L’état des ressources dans le monde

Les rapports sur l’état des ressources dans le monde donnent un aperçu complet de la situation mondiale et de l’évolution de la biodiversité, y compris les ressources génétiques, pour l’alimentation et l’agriculture.

Ils sont tous élaborés avec la participation active des États Membres, ainsi que des secteurs public et privé. Ils fournissent des informations sur les divers domaines d’action, sur la base desquelles les pays établiront les priorités futures, aux niveaux national, régional et international, en matière de conservation et d’utilisation durable.

L’état de la biodiversité pour l’alimentation et l’agriculture dans le monde

Le rapport sur L’état de la biodiversité pour l’alimentation et l’agriculture dans le monde présente la première évaluation mondiale de la biodiversité pour l’alimentation et l’agriculture. On entend par «biodiversité pour l’alimentation et l’agriculture» les végétaux, les animaux et les micro organismes, dans leur diversité au niveau génétique et au niveau des espèces et des écosystèmes, présents au sein des systèmes de production végétale, animale, forestière et aquatique et autour de ces systèmes. La biodiversité est essentielle aux structures, aux fonctions et aux processus de ces systèmes, aux moyens d’existence, à la sécurité alimentaire et à la fourniture de tout un ensemble de services écosystémiques. La biodiversité est gérée par les cultivateurs, les éleveurs, les communautés forestières, les pisciculteurs et les pêcheurs, ou marquée par leurs activités, depuis des centaines de générations.

L’état des ressources génétiques aquatiques pour l’alimentation et l’agriculture dans le monde

L’état des ressources génétiques aquatiques pour l’alimentation et l’agriculture dans le monde donne un instantané de l’état actuel des ressources génétiques aquatiques et constitue un document d’information technique utile, qui présente notamment une terminologie et des concepts clés normalisés. Il est incontestable que le processus d'élaboration du rapport mondial et le travail accompli dans chaque pays pour préparer les rapports nationaux ont amélioré le niveau de compréhension et de sensibilisation au sujet de l’importance cruciale des ressources génétiques aquatiques. Le Rapport constitue donc la première étape de la construction d’une vaste base de connaissances sur les ressources génétiques aquatiques, sur laquelle seront fondées les activités futures destinées à améliorer la conservation, l’utilisation durable et la mise en valeur de ces précieuses ressources, aux niveaux national, régional et mondial.

L’état des ressources génétiques forestières dans le monde

L’état des ressources génétiques forestières dans le monde reconnaît que les ressources génétiques forestières apportent une importante contribution au développement durable grâce au bois, à la nourriture, au combustible et aux divers services environnementaux qu’elles fournissent. Il évalue la situation et l’évolution de ces ressources au niveau mondial, sur la base des rapports de pays et des synthèses régionales. Les thèmes qui y sont abordés sont notamment la situation relative à la conservation et à la gestion des ressources génétiques forestières, les tendances qui influent sur le secteur forestier et leur incidence sur les ressources génétiques, les cadres institutionnels et politiques pour la conservation et la gestion des ressources génétiques forestières, l’état des connaissances sur les technologies actuelles et nouvelles, ainsi que les exigences futures et les mesures à prendre pour les satisfaire. L’élaboration de ce rapport a permis de déterminer les priorités autour desquelles s’articule le Plan d’action mondial pour la conservation, l’utilisation durable et la mise en valeur des ressources génétiques forestières.

État des ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture dans le monde.

En 1996, la première édition de l’État des ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture dans le monde a été accueillie avec satisfaction par 150 pays lors de la Conférence technique internationale sur les ressources phytogénétiques de Leipzig comme étant la première évaluation complète, à l’échelle mondiale, de la situation en matière de conservation et d’utilisation des ressources phytogénétiques. En outre, les participants à la Conférence ont adopté le Plan d’action mondial pour la conservation et l’utilisation durable des ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture.

À sa douzième session ordinaire, tenue en 2009, la Commission a approuvé le Deuxième Rapport sur l’état des ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture dans le monde en tant qu’évaluation de référence du secteur. Le Deuxième Rapport, qui constitue une mise à jour du Premier (voir ci-dessous), recense les principaux changements qui se sont produits entre 1996, date de publication de celui-ci, et 2009. On y trouve une analyse de la situation et de l’évolution des ressources phytogénétiques, de leur utilisation, de leur gestion in situ et de leur conservation ex situ. Le document décrit aussi l’état actuel des programmes mis en œuvre, les besoins en matière de formation et les lois applicables au niveau national. Il analyse la collaboration régionale et internationale en matière de gestion des ressources phytogénétiques, en tenant compte de la question de l’accès à ces ressources et du partage des avantages découlant de leur utilisation, ainsi que de la contribution que leur utilisation durable apporte à la sécurité alimentaire et à la lutte contre la pauvreté. Il examine également le rôle que joue la diversité génétique des plantes dans l’agriculture durable et la fourniture de services écosystémiques. Une analyse des lacunes et des besoins est effectuée pour chacun des principaux sujets traités. Le Rapport a servi de base à l’élaboration du deuxième Plan d’action mondial pour les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture.

État des ressources zoogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture dans le monde

Le premier rapport sur L’état des ressources zoogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture dans le monde, établi en 2007 sur la base de 169 rapports nationaux, fait le point sur la situation et l’évolution des ressources zoogénétiques et de leur gestion aux niveaux national, régional et mondial, relève les lacunes et définit les domaines d’action prioritaires. Les principales questions traitées sont les suivantes: l’état de la diversité biologique agricole dans le secteur de l’élevage; les tendances dans le secteur de l’élevage; l’état des capacités de gestion des ressources zoogénétiques; les méthodes de pointe dans le domaine de la gestion des ressources zoogénétiques, ainsi que les besoins en matière de gestion des ressources zoogénétiques et les défis à cet égard. Le rapport a été présenté à l’occasion de la Conférence technique internationale sur les ressources zoogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture, qui s’est tenue à Interlaken (Suisse) en 2007, et a ensuite été salué par la Conférence de la FAO comme étant la première évaluation mondiale exhaustive de l’état des ressources zoogénétiques. Les priorités définies pendant le processus d’établissement du rapport ont servi de base à l’élaboration du Plan d’action mondial pour les ressources zoogénétiques.

Le Deuxième Rapport sur l’état des ressources zoogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture dans le monde a été lancé par la FAO en 2015. Établi sur la base de 129 rapports nationaux, il est une actualisation du premier et s’attache aux changements intervenus depuis la publication de celui-ci en 2007. Il permet de faire le point sur l’état d’avancement de la mise en œuvre du Plan d’action mondial et sur la situation et l’évolution de la biodiversité des animaux d’élevage. On y trouve aussi un résumé de l’élaboration de méthodes et de stratégies de gestion des ressources zoogénétiques, des tendances dans le secteur de l’élevage et de leurs effets sur les ressources zoogénétiques. À partir de ces évaluations, le rapport relève des lacunes dans la gestion des ressources zoogénétiques et définit des mesures à prendre en priorité afin d’y remédier.