Ressources génétiques aquatiques

Les ressources génétiques aquatiques apportent une contribution indispensable à la sécurité alimentaire mondiale et représentent un moyen d’existence et une source de revenus importants pour de nombreuses familles et communautés pratiquant la pêche et l’aquaculture. La richesse des ressources génétiques aquatiques mondiales offre au secteur de l’aquaculture et de la pêche des possibilités considérables pour renforcer encore sa contribution et relever le défi consistant à nourrir une population en pleine expansion. La productivité et la viabilité de l’aquaculture et de la pêche de capture au niveau mondial et les services essentiels fournis par les écosystèmes aquatiques en eau marine, saumâtre ou douce dépendent de ces ressources génétiques aquatiques.

Or, en dépit des estimations prévoyant une augmentation de la consommation de poisson d’environ 1,2 pour cent par an jusqu'en 2030, le potentiel de la forte diversité génétique des espèces de poissons pour ce qui est de répondre à cette demande croissante demeure en grande partie inexploité et inexploré. La caractérisation et la conservation des ressources génétiques aquatiques est devenue urgente au regard des pressions auxquelles les écosystèmes et les habitats aquatiques sont soumis partout dans le monde. Alors que la pêche de capture atteint les limites de sa productivité biologique, voire les dépasse dans certains cas, l’aquaculture joue et continuera de jouer un rôle important dans la satisfaction de la demande de poisson et de produits halieutiques d’une population croissante.

Les travaux de la FAO sur les ressources génétiques aquatiques pour l’alimentation et l’agriculture visent à: 

 

  • renforcer la gouvernance mondiale;

  • promouvoir la mise en valeur et l’utilisation durable des ressources;
  • améliorer les capacités techniques et de gestion;
  • faciliter l’obtention d’un consensus relatif à une conservation améliorée et à une utilisation responsable au sein des États Membres.

 

L’état des ressources génétiques aquatiques pour l’alimentation et l’agriculture dans le monde

En 2019, la FAO a publié la première édition de L’état des ressources génétiques aquatiques pour l'alimentation et l'agriculture dans le monde à l’occasion de la dixième session du Sous-Comité de l’aquaculture du Comité des pêches, tenue à Trondheim (Norvège).

Le rapport a été élaboré dans le cadre d’un processus mondial et interactif, qui a bénéficié des contributions de 92 pays, représentant à eux tous 96 pour cent de la production aquacole mondiale et plus de 80 pour cent de la production mondiale de la pêche de capture. Il dresse un tableau général de la situation à la lumière d’un examen mondial de l’état des ressources génétiques aquatiques portant sur les espèces employées dans l’aquaculture et les espèces sauvages qui leur sont apparentées. Il donne un aperçu des utilisations et des échanges de ressources génétiques aquatiques, des facteurs et des évolutions qui ont une incidence sur celles-ci et de l’ampleur des efforts de conservation ex situ et in situ. Par ailleurs, le rapport étudie le rôle des parties prenantes concernées et l'étendue des activités qui sont menées dans les domaines de la recherche, de l’éducation, de la formation et de la vulgarisation, et il examine les politiques nationales et le degré de coopération régionale et internationale en matière de ressources génétiques aquatiques. Enfin, le rapport cerne les besoins et les enjeux spécifiques à la conservation, à l’utilisation durable et à la mise en valeur des ressources génétiques aquatiques.

En 2019, à sa dix-septième session ordinaire, la Commission a demandé à la FAO de formuler un plan d’action mondial pour les ressources génétiques aquatiques, compte tenu des besoins et des enjeux mis en évidence dans le rapport. Ce document est en cours d’élaboration dans le cadre d’une série d’ateliers régionaux et d'une étroite collaboration avec le Comité des pêches et ses organes subsidiaires.

En outre, la Commission a recommandé la mise en place d’un système mondial d’information et d’un registre des organismes d’élevage et des stocks d’espèces sauvages apparentées.