FAO.org

Accueil > Commission des ressources génétiques pour l'alimentation et l'agriculture > Thèmes > Micro-organismes et invertébrés

Micro-organismes et invertébrés

Les micro-organismes et les invertébrés forment le groupe d’espèces qui compte le plus grand nombre de représentants sur la planète. Les invertébrés sont des animaux dépourvus d’épine dorsale. Ils constituent plus de 95 pour cent de l’ensemble des animaux et se répartissent en de nombreux sous-groupes d’espèces diverses, qui vont des minuscules insectes jusqu’aux calamars géants. Les micro-organismes ne sont pas visibles à l’œil nu mais, en dépit de leur taille infime, ils sont très importants. La production alimentaire et agricole dépend de cette biodiversité «cachée».

Les micro-organismes tissent des relations symbiotiques fondées sur des avantages mutuels avec des racines de végétaux cultivés et certains champignons ou avec des ruminants comme les bovins, les ovins et les caprins, en s’installant dans leur ventre. En outre, ils prêtent des services utiles en matière de transformation alimentaire, notamment dans le cas de la fermentation par des levures, des bactéries ou des champignons. Les invertébrés, tels que les abeilles, les papillons et les autres insectes, sont importants en ce qu’ils assurent la pollinisation de nos fruits et légumes. De plus, les micro-organismes et les invertébrés jouent un rôle crucial en tant qu’agents de lutte biologique et sont indispensables à la dégradation et au recyclage de la matière organique dans le sol.

Il ne fait aucun doute que les micro-organismes et les invertébrés sont essentiels à la production alimentaire et agricole. Il est nécessaire de comprendre et de gérer cet aspect de la biodiversité mondiale et de reconnaître ses contributions afin de favoriser de manière globale un développement rural durable.

Malheureusement, alors même que les scientifiques découvrent les nombreux rôles et valeurs des micro-organismes et des invertébrés, cette diversité est déjà en phase d’érosion ou de disparition. Les conversions de terres et la perte d’habitat qui en résulte, l’emploi de pesticides et d’engrais, le changement climatique et le développement des espèces exotiques envahissantes qu’il entraîne ont tous contribué à rompre l’équilibre des écosystèmes et ont nui aux nombreux et précieux services écosystémiques fournis par les micro-organismes et les invertébrés.

La FAO mène depuis longtemps des travaux techniques qui ont démontré l’importance des micro-organismes et des invertébrés pour l’alimentation et l’agriculture, tels que la protection biologique dans le cadre de la lutte intégrée contre les organismes nuisibles. De plus, l’Organisation facilite et coordonne deux initiatives mondiales de la Convention sur la diversité biologique qui ont été mises en place en tenant compte des services essentiels fournis par les micro-organismes et les invertébrés dans tous les systèmes de production: l’Initiative internationale pour la conservation et l’utilisation durable des pollinisateurs et l’Initiative internationale pour la conservation et l’utilisation durable de la diversité biologique des sols. De nombreuses organisations partenaires collaborent avec la FAO à ces importantes initiatives.

La Commission fournit aux Membres une plateforme qui leur permet de planifier dans une optique intersectorielle les activités futures de la FAO sur les micro-organismes et les invertébrés, notamment sur les divers services et fonctions des micro-organismes et des invertébrés à l’appui d’une production agricole et alimentaire durable.

Dans le cadre du Programme de travail pluriannuel de la Commission, les efforts concertés consisteront d’abord à faire un point plus précis sur la variété des fonctions et services des micro-organismes et des invertébrés à l’appui d’une agriculture durable et de la production d’aliments de qualité. Non seulement cette information fera-t-elle prendre conscience des valeurs de ce volet négligé de la biodiversité pour l’agriculture, mais elle créera et renforcera des partenariats et facilitera l’utilisation par les pays des outils conçus par la FAO et les partenaires dans le but d’améliorer l’élaboration de politiques et de plans nationaux relatifs aux micro-organismes et aux invertébrés.