FAO.org

Accueil > Changement climatique > Forums internationaux > Planification nationale et mécanismes de financement
Changement climatique

Planification nationale et mécanismes de financement

BURs

Rapports biennaux actualisés (BUR). Il a été décidé lors de la seizième session de la Conférence des Parties (CoP16) que les pays en développement devraient soumettre des rapports biennaux actualisés pour communiquer leurs efforts nationaux. Les BUR contiennent des informations sur les inventaires des gaz à effet de serre, sur les mesures d'atténuation, sur leurs besoins, et sur le soutien reçu.

À ce jour, le secrétariat de la Convention sur les changements climatiques (CCNUCC) a reçu 11 rapports biennaux actualisés de pays en développement. Cela démontre l'engagement des pays en développement en faveur de la mise en œuvre de la Convention et leur volonté de le partager avec la communauté internationale.

INDCs

Les Contributions prévues déterminées au niveau national (CPDN – également connues sous leur sigle en anglais INDC) sont les engagements pris par les pays en faveur de la réduction des émissions et de la lutte contre le changement climatique au cours de la préparation de la Conférence des Parties de la CCNUCC (CoP21) qui aura lieu en décembre 2015. La FAO appuie ses États membres dans la préparation de leur CPDN ainsi que dans d'autres processus internationaux importants de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

Les CPDN permettent aux pays de faire preuve de leadership en matière de changement climatique, en informant la communauté internationale de la manière dont ils entendent réduire les émissions pour la période après-2020. Par le biais de leurs CPDN, les pays peuvent adapter leurs contributions à leurs priorités, leurs capacités et leurs responsabilités nationales, les CPDN pouvant représenter les fondements d’une action collective.

MAAN

Les Mesures d'atténuation appropriées au niveau national (MAAN), qui relèvent d’une initiative gouvernementale nationale, se réfèrent à toutes les actions qui visent à réduire les émissions dans les pays en développement. Les MAAN peuvent contribuer à la reproduction à plus grande échelle des pratiques d’agriculture intelligente face au climat (AIC) testées avec succès, en appuyant des politiques et des modalités institutionnelles appropriées et en ouvrant l'accès à des sources de financement.

Jusqu'à présent, seuls quelques MAAN d’agriculture et d’utilisation des terres ont bénéficié d’un soutien financier international, alors que d'autres secteurs sont plus avancés. La FAO s’efforce de fournir aux pays des orientations précises, afin de développer des MAAN dans les secteurs de l'agriculture et de l'utilisation des terres.

PNA

Les Plans nationaux d’adaptation (PNA). L'adaptation au changement climatique est en train de devenir une composante nécessaire de la planification à tous les niveaux. Lors de sa dix-septième session, la Conférence des Parties (CoP) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) a reconnu que la planification nationale de l'adaptation pouvait permettre à tous les pays en développement et aux pays les moins avancés (PMA) Parties d’évaluer leurs vulnérabilités, d’intégrer les risques liés au changement climatique et de répondre aux besoins d’adaptation.

La CoP a également reconnu que les risques liés au changement climatique accentuaient les défis en matière de développement des PMA, du fait de leur stade de développement,. Elle a reconnu la nécessité de prendre en compte la planification de l'adaptation dans le contexte plus large de la planification du développement durable. C’est dans cet esprit que la CoP a établi le processus des Plans nationaux d'adaptation (PNA), soutenu par la FAO, en vue de faciliter la planification de l'adaptation dans les PMA et les autres pays en développement.

Le Fonds vert pour le climat

Le Fonds vert pour le climate (FVC) est un mécanisme de financement potentiel de l'AIC. Il a été mis en place lors de la 16ème Conférence des Parties de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques en 2010. Les fonds du FVC sont accessibles de deux manières: directement à travers des entités d'exécution accréditées locales, nationales ou régionales, ou indirectement par l'intermédiaire d'organismes internationaux accrédités, tels les agences onusiennes, les banques multilatérales de développement et les institutions financières internationales. Les priorités d'investissement du FVC ciblent de nombreux défis tels que l'agriculture à faible émission de GES et résiliente au changement climatique.

Le Fonds pour l'environnement mondial

Le Fonds pour l'environnement mondial (FEM) fournit des fonds dont l'objectif est l'atténuation des effets du changement climatique, à travers sa Stratégie de lutte contre le changement climatique, et l'adaptation au changement climatique par le biais du Fonds spécial d'adaptation au changement climatique et du Fonds pour les pays les moins avancés. Ces trois fonds offrent la possibilité aux pays d'accéder à des financements qui soutiennent la transition vers des systèmes agricoles et alimentaires intelligents face au climat. La FAO met déjà en œuvre un certain nombre de projets d'AIC financés par le FEM et poursuit ses efforts pour aider les pays à mobiliser les fonds du FEM pour mettre en œuvre l'AIC. Les projets en cours du FEM comprennent:

  • Gestion durable des terres et Agriculture respectueuse du climat en Turquie.
  • Adaptation au changement climatique dans le secteur des pêches des Caraïbes orientales.
  • Renforcement des capacités d'adaptation au changement climatique dans le secteur des pêches et de l'aquaculture au Chili.
  • Développement des pêches et de l'aquaculture résilientes au climat au niveau communautaire au Bangladesh.
  • Promotion de la gestion de l'élevage intelligente face au climat en intégrant la remédiation de la dégradation des terres et la réduction des risques de désertification dans les provinces vulnérables en Equateur.