La standardisation des processus et le développement des capacités

Pays pilotes

Avec la décision 1/CP.16 pris à Cancun, les Parties non visées à l'annexe I ont accepté de rendre les informations sur les émissions de gaz à effet de serre (GES) plus fréquemment que par le passé à travers la présentation de Rapports biennaux de mise à jour (BUR), y compris des informations sur les mesures d'atténuation prévues . La FAO fournit des activités de développement des capacités pour ses pays membres pour la préparation des inventaires de GES, Communications nationaux (CN) et des BURs, et contribue à améliorer les connaissances sur les émissions de GES avec des nombreux outils, y compris la base de données sur les émissions de FAOSTAT, internationalement reconnu. Le projet MAGHG a lancé deux activités pilotes FAO au niveau pays - Uruguay et Mexique - pour fournir une assistance technique à l'appui de leur composants agriculture et UTCATF pour le BUR 2014 et 2016. Les plans de travail ont été approuvés récemment, après avoir été mis au point conjointement par des organismes nationaux compétents dans les pays pilotes, avec la participation du personnel national, régional et du siège de la FAO. Le travail prévoit une première phase concentrée sur l’appui à court terme par la FAO pour le BUR 2014, et une deuxième phase à plus long terme, concentrée sur la présentation du BUR 2016.

Le travail sera mis en œuvre conjointement avec les principaux partenaires nationaux dans les deux pays pilotes, y compris le Ministère de l'Elevage, de l'Agriculture et de la Pêche, et le Ministère du Logement, de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement de l'Uruguay, ainsi que l'Office National des Forêts (CONOFOR), l'Institut National de Statistique et de Géographie (INEGI), l’Institut National d'Ecologie et Evolution du Climat (INECC) du Mexique.

Atelier sur les inventaires d'émissions nationaux et les mesures d’atténuation appropriées dans le secteur agriculture, utilisation des terres, changement d'affectation des terres et foresterie

21-23 juillet 2014, San José, Costa Rica

La Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) demande aux pays de soumettre périodiquement leurs inventaires nationaux de gaz à effet de serre (GES) par les rapports de Communications Nationales et les Rapports Biennaux Actualisés (BURs pour son sigle en anglais).

La FAO, le Projet REDD+ pour le renforcement de la coopération Sud-Sud et le Programme mésoaméricain ONU-REDD organisent conjointement un atelier pour la région mésoaméricaine. L'atelier vise à identifier les lacunes et les mesures nécessaires pour améliorer les capacités techniques et institutionnelles des pays membres, comparé aux processus de rapports nationaux sur les GES. Un accent est mis sur les composants agriculture et l’utilisation des terres, du changement  d’affectation des terres et de la foresterie (UTCATF) des rapports biennaux. Avec plus de quatre-vingts participants de quinze pays différents, l'atelier fournira une occasion pour échanger les expériences entre les pays de la région, en aidant à identifier des instruments utiles pour l'analyse de données.

L'atelier réunira des représentants de haut niveau des Ministères de l'Agriculture, des Instituts Nationaux de la Statistique et des organismes responsables des systèmes de surveillance des forêts nationales et les inventaires nationaux pour les secteurs de l'agriculture et de l'UTCATF.

L'atelier sur les ‘Atelier sur les inventaires d'émissions nationaux et les mesures d’atténuation appropriées dans le secteur agriculture, utilisation des terres, changement d'affectation des terres et foresterie’ se tiendra à San José, Costa Rica,  21-23 juillet 2014.

Troisième Atelier Régional de la FAO sur les Statistiques pour les Émissions de Gaz à Effet de Serre

2 et 3 décembre, 2013, Casablanca, Maroc

La nouvelle base de données FAOSTAT fournit une plate-forme de données internationale, cohérente et neutre, utile aux pays membres pour identifier des lacunes importantes en données statistiques et pour effectuer des analyses avancées de données de GES, en évaluant les tendances actuelles et en remplissant des fonctions d'analyse comparative et de contrôle qualité des données.

Ce troisième atelier FAO réunit un personnel de haut niveau issu des Ministères de l'agriculture ou d'organismes ou bureaux nationaux des statistiques agricoles avec du personnel des Ministères responsable des rapports nationaux de GES dans le cadre des processus internationaux sur les politiques climatiques, afin de stimuler le débat sur la façon d'améliorer les statistiques sur les émissions de GES. L'atelier est une plate-forme d'échange d'informations sur les processus nationaux de données de GES, permettant d'identifier des lacunes importantes institutionnelles et techniques et d'explorer le rôle que peut jouer la FAO, via sa nouvelle base de données FAOSTAT sur les émissions, pour soutenir les besoins de ses pays membres.

L'atelier aura lieu juste avant la Commission des statistiques agricoles pour l’Afrique - 23 (CASA), qui se tiendra à Rabat, du 4 au 7 décembre 2013.

Deuxième atelier sur les statistiques des émissions de gaz à effet de serre

3 et 4 juin 2013 Trinité-et-Tobago, Port of Spain

La nouvelle base de données FAOSTAT sur les émissions fournit une plate-forme de données internationale, cohérente et neutre, utile aux pays membres pour identifier des lacunes importantes en données statistiques et effectuer des analyses avancées de données de gaz à effet de serre (GES), en évaluant les tendances actuelles et en remplissant des fonctions d'analyse comparative et de contrôle qualité des données.

Cette atelier a réuni un personnel de haut niveau issu des Ministères de l'agriculture, des Agences ou bureaux des statistiques nationales agricoles, en charge des rapports nationaux des GES dans le cadre des politiques climatiques internationales, dans le but de faire avancer le débat sur la façon d'améliorer les statistiques sur les émissions de GES. L'atelier a servi de plateforme d'échanges d'informations sur les processus de données nationales de GES, a permis d'identifier des lacunes importantes institutionnelles et techniques et d'explorer le rôle que la FAO peut jouer via sa nouvelle base de données FAOSTAT sur les émissions, pour soutenir les besoins de ses pays membres.
L'atelier a eu lieu juste avant la réunion du Groupe de travail FAO-OEA/CIE-IICA sur les statistiques agricoles et d'élevage pour l'Amérique latine et les Caraïbes (5-6 juin 2013).

L'établissement d'un système d'inventaire national des gaz à effet de serre en Equateur

Une réunion conjointe s'est tenue en Équateur du 18 au 21 mars 2013, pour soutenir le développement des capacités en matière de mise en œuvre d'un inventaire des gaz à effet de serre (GES) dans les secteurs de l'agriculture, de l'utilisation des terres, du changement d'affectation des terres et de la foresterie (UTCATF), en particulier pour la mise en place de dispositions institutionnelles et la facilitation de la communication entre les parties prenantes nationales et internationales.
La réunion était organisée par le Sous-secrétaire du Ministère de l'environnement sur les changements climatiques et était facilitée par le soutien de quatre initiatives : le Programme ONU- REDD, le projet de la FAO sur le Suivi et évaluation des émissions de GES et du potentiel d'atténuation en agriculture (MICCA / MAGHG), la Coalition pour le renforcement des capacités des Nations de Forêts Tropicale pour la REDD + l'initiative (CD- REDD) et le Programme du PNUD de renforcement des capacités sur les faibles émissions de GES (LECB).

• Pour en savoir plus sur les principaux résultats de l'atelier, cliquer ici
• Pour voir le site internet de l'atelier, cliquer ici

Le besoin de renforcement des capacités

Les pays en développement, où l'agriculture représente un facteur clé de développement de la croissance, ont des capacités limitées pour identifier et rapporter les données nécessaires sur les GES afin d'accéder aux financements de la lutte contre le changement climatique et influer de manière importante sur le débat de la politique climatique.

La construction de la base de données FAOSTAT sur les GES offre l'occasion unique pour les pays membres qui souhaitent augmenter leur capacité à évaluer et à rapporter leurs émissions de GES, d'une base permettant l'établissement d'une politique climatique et l'identification du potentiel d'atténuation. En particulier, cette base de données représente une plate-forme solide pour les rapports de la CCNUCC  -étant donné l'adhésion aux Lignes directrices du GIEC-, ainsi que pour l'identification des secteurs clés pour le développement des Mesures d'atténuation adaptées au contexte national (MAAN). Ces actions vont devenir un outil important que les pays en développement ont à leur disposition pour évaluer leurs options d'atténuation dans les secteurs de l'AFOLU et déployer des plans d'atténuation au niveau national, pour être reconnus par les pairs et la communauté internationale, avec un potentiel important pour l'accès au financement climatique à venir pour le développement et la durabilité de l'agriculture. À cette fin, la base de données FAOSTAT sur les GES comble des lacunes importantes lorsque l'on considère que la plupart des pays non visés à l'Annexe I a très peu fait de rapports à la CCNUCC ces 20 dernières années, alors que ceux-ci, à partir de 2014, seront tenus de le faire de plus en plus (en fait, tous les deux ans). Celle-ci fournit en outre une plate-forme cohérente, neutre et scientifiquement solide et honnête, améliorant la reconnaissance internationale des actions et des analyses menées par les pays membres, dans les secteurs de l'agriculture, la foresterie et des autres d'utilisation des terres.

Afin de fournir une plate-forme solide pour une utilisation par les pays, la validation de la base de données devra se dérouler en parallèle aux niveaux mondial et national. Au niveau mondial, la comparaison avec les rapports existants de la CCNUCC vise à démontrer l'utilité de la base de données FAOSTAT pour la déclaration des GES, en comparant avec la méthodologie existante. Le projet a démarré de telles comparaisons pour un certain nombre de catégories. Dans le même temps, le projet vise également à identifier un groupe de pays pilotes avec qui commencer une comparaison et un développement plus détaillé des activités d'évaluation et de prise en compte des émissions de GES, dans le but d'améliorer constamment la base de données et de la promouvoir en tant que base pour la déclaration des GES par les pays membres eux-mêmes.
Événements.

Événements

dernière mise à jour:  mardi 16 décembre 2014