Suivi et évaluation des émissions de gaz à effet de serre et du potentiel d'atténuation en agriculture

Émissions de base de données FAOSTAT récemment mis á jour pour l'agriculture, la foresterie et autres affectations des terres

La base de données FAOSTAT sur les émissions pour l'agriculture, foresterie et autres utilisations des terres (AFAT) est disponible en ligne. Elle fournit des estimations à jour pour l'agriculture (1961-2011, plus des projections pour 2030 et 2050) et l'utilisation des terres (1990-2010). Suivez les liens ci-dessous pour lire le communiqué de presse, et pour accéder au rapport sur les GES "Agriculture, Forestry and Other Land Use: Emissions by Sources and Removals by Sinks, 1990-2011 Analysis" et à l’infographie.

Consultez ici nos interviews radio et vidéo. 

Les données FAOSTAT sur les émissions sont aussi publiées dans les Annuaires statistiques de la FAO 2013 et 2014

L'édition 2013 de l'Annuaire statistique de la FAO apporte un éclairage nouveau sur la contribution de l'agriculture au réchauffement climatique, sur l'évolution de la faim et de la malnutrition ou encore sur l'état des ressources naturelles dont dépend la production alimentaire mondiale. Les émissions de gaz à effet de serre de l'agriculture ont progressé de 1,6 pour cent entre 2000 et 2010, indiquent les nouvelles données de la FAO présentées dans l'Annuaire. La production annuelle totale du secteur atteignait en 2010 les 5 milliards de tonnes d'équivalent dioxyde de carbone (CO2 eq, unité servant à comparer et à agréger les différents gaz à effet de serre). Cela équivaut à 10 pour cent de l'ensemble des émissions de gaz à effet de serre anthropiques.

L'Annuaire statistique de la FAO 2014 Proche-Orient et Afrique du Nord fournit des statistiques régionales et des indicateurs fiables sur l'alimentation et l'agriculture qui peut être utilisé pour la formulation des politiques, le suivi et l'évaluation dans la région.

La base de données de gaz à effet de serre est maintenant disponible sur FAOSTAT

Un nouveau domaine des émissions de gaz à effet de serre (GES) vient d'être publié sur FAOSTAT. Est conçu comme le premier d'un ensemble de services sur les indicateurs agro-environnementaux, dans le but d'aider les pays membres à renforcer leurs capacités à identifier, évaluer et rapporter les statistiques environnementales.

"Nous étendons nos services de données à un large éventail d'indicateurs agro-environnementaux et socio-économiques, en fournissant en même temps un accès à des outils d'analyse améliorés, y compris la possibilité de comparer les données de la FAO à celles d'autres institutions, comme par exemple les données du Département de l'agriculture des États-Unis", a déclaré Pietro Gennari, Directeur de la Division des statistiques.

À la 17ème Conférence des Parties (COP 17) à Durban, les pays ont convenu de déclarer au moins tous les deux ans, leurs émissions de GES à partir de fin 2014.

"C'est dans ce contexte, et en ce qui concerne les émissions provenant de l'agriculture, de la foresterie et d'autres utilisations des terres, que la base de données peut soutenir les besoins des pays membres de la FAO", a déclaré Francesco Tubiello, Officier Ressources Naturelles, Division du climat, de l'énergie et des régimes fonciers. 

Cette nouvelle base de données de GES propose pour chaque pays une série complète et chronologique de statistiques d'émissions sur la période 1990-2010. Celle-ci fournit aux pays des informations essentielles régulièrement mises à jour, permettant d'aider à identifier systématiquement, évaluer et déclarer les émissions de GES issues de leur agriculture, leur foresterie et des autres utilisations des terres, dans le cadre des données d'activités que les pays rapportent déjà à la FAO.

Les estimations des émissions sont calculées à partir des données d'activités de FAOSTAT suivant la méthodologie approuvée au niveau international pour la déclaration des GES et développée par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC). A ce jour, l'état d'avancement comprend un examen collégial technique solide de la base de données des émissions de GES à partir de dizaines d'experts de la FAO du monde entier. Les données sur les GES sont maintenant disponibles au public, ce qui facilite les feedbacks des pays.

FAOSTAT propose un accès gratuit et facile aux données ainsi que des fonctionnalités améliorées adaptées aux besoins d'informations d'un large éventail d'utilisateurs. Celles-ci comprennent la navigation et l'analyse de données, le téléchargement de données interactives pointues, la recherche de données inter-domaines à l'aide de textes libres et l'échange de données via des services internet.

Le système évolue encore et les utilisateurs du monde entier sont encouragés à faire parvenir leurs commentaires et leurs suggestions sur les fonctionnalités et les performances de cette nouvelle plate-forme par le biais d'un système de feedback.

Comment naviguer au domaine des émissions de GES sur FAOSTAT:
1. Sélectionnez "Explorer données" dans la barre de menu en haut de la page FAOSTAT. Cela ouvre par défaut la page de données du domaine de FAOSTAT «Production».
2. Cliquez sur "Émissions - Agriculture" ou "Émissions - utilisation des terres" dans la colonne de gauche pour accéder au domaine FAOSTAT des émissions de GES .
3. Sélectionnez le sous-domaine d'intérêt: plusieurs représentations graphiques sont affichées par défaut au niveau mondial et en moyenne sur la période 1990-2010.
4. Les menus en haut de la page permettent aux utilisateurs de modifier les graphiques affichées par défaut en choisissant un seul pays, différentes années d'analyses et d'autres options spécifiques à la sous-domaine. Les nouvelles sélections de données seront affichées en temps réel sur le web.

Développer la base de données des GES

Les pays rapportent régulièrement leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) issues de tous les secteurs à la Convention- cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), y compris les émissions provenant de agriculture, foresterie et autres utilisations des terres. Alors que les pays développés publient leurs comptes détaillés d'émissions chaque année, de nombreux pays en développement et en particulier les pays les moins développés n'ont pas la capacité d'évaluer et de rendre compte de leurs niveaux d'émission, en particulier pour leur secteur agricole. En conséquence, seuls quelques pays en développement ont été en mesure de présenter des rapports sur les émissions de GES depuis 1990.

En général :

• Un manque d'informations existe sur les niveaux et les tendances d'émissions de GES issues de l'AFOLU. Alors que chaque année, les émissions de combustibles fossiles du secteur de l'énergie sont publiées par l'Agence internationale de l'énergie (AIE) pour tous les pays, aucun organisme international ne collecte ni rapporte régulièrement de telles données pour l'AFOLU.

• Les pays en développement, où l'agriculture, la foresterie et les autres utilisations des terres représentent un élément clé de l'économie nationale et un moteur pour le développement, ont une capacité limitée à rapporter leurs données sur les GES et, par conséquent, n'ont pas assez de visibilité dans le débat sur la politique climatique, limitant ainsi leur accès aux financements de lutte contre le changement climatique. Ils auront néanmoins besoin de déclarer leurs émissions de GES à intervalle de deux ans, à compter de 2014.

La FAO a un potentiel significatif pour combler ce manque d'information. Tout d'abord, grâce à son accès à des données à long terme, globales et reconnues au niveau international sur les activités agricoles, la FAO est particulièrement bien placée pour développer une base de données cohérente sur les GES pour tous les secteurs de l'AFOLU par pays. Deuxièmement, la FAO en tant qu'institution impartiale et honnête dans l'évaluation des données sur les émissions de GES, peut agir, pour soutenir la déclaration d'inventaire national, en fournissant à ses pays membres un contrôle qualité et un mécanisme d'assurance qualité. Troisièmement, grâce à cette nouvelle base de données, la FAO peut aider à identifier les réponses aux changements climatiques qui sont compatibles avec les objectifs clés du développement rural de ses pays membres, en soutenant des actions qui garantissent la sécurité alimentaire tout en préservant les ressources naturelles, augmentant la résilience et créant de nouvelles opportunités d'emploi.

À cette fin, tandis que la base de données FAOSTAT sur les GES ne remplace pas les exigences de déclaration de la CCNUCC, celle-ci peut fournir un soutien important aux pays membres de la FAO autour de quatre dimensions clés :

1. fournir des mises à jour régulières des tendances mondiales et régionales des émissions de GES provenant de l'AFOLU;
2. combler des lacunes dans la capacité des pays membres à évaluer et à déclarer les émissions de GES, en tenant compte des nouvelles exigences prévues par les accords de Durban;
3. établir un indice de référence des émissions de GES pour le contrôle qualité et l'assurance qualité; et
4. fournir un cadre cohérent pour, au niveau national, l'analyse et le dialogue sur l'évaluation et les lacunes des GES.

Les bailleurs de fonds

Le projet de Suivi et évaluation des émissions de gaz à effet de serre et du potentiel d'atténuation en agriculture (MAGHG) est un projet financé par l'Allemagne et la Norvège.

dernière mise à jour:  mercredi 23 juillet 2014