FAO.org

Accueil > Themes_collector > Responsabilité environnementale de l’Organisation > Aperçu > Politique
Responsabilité environnementale de l’Organisation

Politique

Politique de la FAO en matière de responsabilité environnementale

Les différents secteurs de l'agriculture dépendent fondamentalement du climat et sont par conséquent susceptibles de subir les effets négatifs du changement climatique. De ce fait, la FAO consacre des ressources non négligeables au développement agricole dans des régions qui sont souvent parmi les plus exposées au changement climatique. En agissant sur l’efficience et sur les effets environnementaux néfastes autant qu’inutiles, l'Organisation progresse dans la réalisation de ses cinq objectifs stratégiques, définis en 2013. Les mesures adoptées ne contribuent pas seulement à lutter contre le changement climatique, elles se traduisent aussi souvent par des économies et par un renforcement de la résilience face aux forces extérieures.

Conformément aux objectifs stratégiques et aux directives relatives à la gestion environnementale et sociale, la présente politique couvre l'ensemble des activités menées par la FAO dans le monde, et met principalement l'accent sur les questions administratives – installations, infrastructures, voyages, achats. La FAO s'engage ainsi à respecter les principes et le cadre de responsabilités énoncés ci-après, compte tenu de la stratégie des Nations Unies visant la neutralité climatique, approuvée par le Conseil des chefs de secrétariat des organismes des Nations Unies pour la coordination (CCS), et conformément à l'engagement pris par les membres du CCS en vue de mettre en place des systèmes de gestion écoresponsables à l'échelle de chaque organisme.

L'Organisation:

  • s'efforcera de traduire dans les faits les directives applicables aux activités liées à sa responsabilité environnementale;
  • suivra et mesurera l'impact environnemental de ses activités quotidiennes, fera des comparaisons avec d'autres organisations analogues et fixera des cibles biennales afin de progresser davantage;
  • s'attachera à améliorer son efficience en matière d'économies d'énergie, de consommation d'eau et de voyages, s’efforcera de réduire les émissions de gaz à effet de serre et la pollution générées par ses activités et par ses départements et ses fonctions, et  fixera régulièrement des cibles concrètes et réalistes;
  • s’efforcera de réduire la production de déchets et continuera à améliorer le tri sélectif et le recyclage;
  • intégrera des critères environnementaux dans les procédures d'achats chaque fois que possible, au mieux de ses intérêts et de ceux de ses parties prenantes;
  • s'efforcera d'intégrer les composantes de la responsabilité environnementale dans l'organisation et la tenue des conférences et des réunions;
  • s'efforcera de parvenir à la neutralité climatique en 2020 au plus tard, après quoi elle compensera les émissions ne pouvant pas être réduites par l'achat de crédits carbone qui, au minimum, correspondront aux normes du Mécanisme pour un développement propre (MDP);
  • collaborera avec les autres organismes du système des Nations Unis à la mise en commun des connaissances et des pratiques optimales, et participera aux réseaux œuvrant à neutraliser les effets de l'activité humaine sur le climat, au sein du Comité de haut niveau sur la gestion (HLCM) et du Groupe de la gestion de l'environnement (GGE);
  • mettra en place un système permanent de gestion écoresponsable, conformément à la demande formulée par le CCS, qui comprendra, au minimum:
    1. un système informatisé de gestion permettant de suivre le déroulement des activités passées, en cours et planifiées relatives à la responsabilité environnementale de l'Organisation, ainsi que les progrès obtenus;
    2. un inventaire annuel des émissions de gaz à effet de serre produites par ses structures (Siège et bureaux décentralisés) et par les voyages  (afin d'évaluer son empreinte carbone, la FAO utilisera les seuils indiqués dans la stratégie des Nations Unies visant la neutralité climatique et approuvés par le GGE);
    3. publiera chaque année un rapport relatif à la responsabilité environnementale de l'Organisation, qui comprendra une stratégie de réduction des émissions.

Responsabilités et obligations redditionnelles

Le Département des services internes (CSD) de la FAO sera chargé de la diffusion des principes susmentionnés et de l'exécution des activités en découlant, au Siège de l'Organisation. Les Sous-Directeurs généraux et Représentants régionaux feront de même dans leur région, en collaboration avec le personnel d'appui au Siège. Plus précisément, ils devront:

  • encourager le personnel des bureaux à participer à l'inventaire annuel des émissions de gaz à effet de serre;
  • apporter un appui aux initiatives de sensibilisation et les encourager, et favoriser la participation du personnel à des activités visant à réduire l'impact environnemental de l'Organisation (amélioration de l'efficience et des programmes de gestion des déchets);
  • défendre vigoureusement les pratiques optimales et les initiatives qui contribuent à réduire l'impact environnemental de la FAO et améliorent dans le même temps l'efficience opérationnelle.

Il est certes important que la Direction joue un rôle moteur mais il faut que tous les membres du personnel au sein de la FAO soient conscients que, dans le cadre de leurs activités, ils contribuent à l'impact environnemental de l'Organisation.