FAO.org

Accueil > Pays > Pays à Faible Revenu et à Déficit Vivrier

Pays à Faible Revenu et à Déficit Vivrier (PFRDV) - Liste pour 2013

Cette page dresse une liste des Pays à Faible Revenu et à Déficit Vivrier (PFRDV).

La nouvelle liste des pays à faible revenu et à déficit vivrier (PFRDV) s’établit à 62 pays, comptant quatre de moins que dans la liste (de 2012). Ces pays sont les suivants: Géorgie, République Arabe Syrienne, Timor-Leste, République de Moldova. Les données utilisées couvrent la période à partir du 2008 au 2010.


The following notes refer to the status in the transitional phase, i. e. the country continues to be listed as a LIFDC for one of the following reason. If the stated position persists beyond three years, the country would be removed from the list:

  • 1. [Exceeds the WB income threshold for the first year]
  • 2. [Exceeds the WB income threshold for the second consecutive year ]
  • 3. [Exceeds the WB income threshold for the third consecutive year]

Classification:

Le classement d’un pays à faible revenu et à déficit vivrier utilisé par la FAO aux fins d’analyse est traditionnellement déterminé selon trois critères. Selon le premier critère, le revenu national brut (RNB) par habitant d’un pays doit se situer au-dessous du plafond "historique" utilisé par la Banque Mondiale pour déterminer l’admissibilité aux prêts de l’IDA et à ceux d’une échéance de 20 ans de la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement (BIRD), appliqué aux pays inclus dans les catégories I et II de la Banque mondiale. La liste 2013 des PFRDV est fondée sur le RNB de 2010 (estimé par la Banque Mondiale utilisant la méthode Atlas) et sur le plafond historique de 2010 s’élevant à USD 1 915 par habitant. Le deuxième critère est basé sur la position des importations nettes d’aliments (c’est à dire les importations brûtes moins les exportations brûtes) d’un pays calculée en moyenne des trois dernières années pour lesquelles des statistiques sont disponibles. En ce qui concerne la classification de l’année 2013, la moyenne des années 2008-10 est utilisée. Les volumes des échanges commerciaux pour un large panier de produits alimentaires de base (céréales, racines et tubercules, légumineuses, oléagineux et huiles autres que des cultures arboricoles, viande et produits laitiers) sont convertit et agrégé par contenu calorique des produits individuels. Le troisième critère d’auto-exclusion est appliqué lorsque les pays qui répondent aux deux deux critères précédents demandent spécifiquement la FAO d’être exclut de la catégorie des PFRDV. 

Afin d'éviter que les pays ne changent pas de catégorie trop fréquemment (en général, suite à des chocs extérieurs de brève durée), un facteur supplémentaire appelé "persistance de la situation" est pris en considération depuis 2001. Il , permet de reporter la "sortie" d'un PFRDV de la liste, même si le pays concerné ne satisfait pas ni le critère de revenu des PFRDV, ni le critère de déficit alimentaire jusqu’à que son changement de statut ne vient pas confirmé pendant les trois années consécutives. En d'autres termes, si un pays ne confirme pas une amélioration soutenue de sa situation pendant les trois années consécutives il est retiré de la liste pour l’année consecutif.