FAO.org

Accueil > Pays > Nouvelles

Préserver le patrimoine agricole du monde entier

13/04/2017 - 

Vous connaissez certainement, ou avez même déjà visité, le Machu Picchu et la région de Cuzco du Pérou. Vous avez peut-être également entendu parlé de l’Oasis de Siwa en Égypte, des rizières en terrasses de Hani en Chine ou des jardins flottants du Bangladesh? Vous avez sûrement déjà mangé des dattes et des pistaches et bu du thé au jasmin. Mais ce que vous ne savez peut être pas, c’est que nous devons, en partie, toutes ces choses aux populations locales du monde entier qui ont su maintenir les méthodes traditionnelles d’agriculture et préserver les cultures indigènes dans des environnement naturels époustouflants.

Les Systèmes Ingénieux du Patrimoine Agricole Mondial (SIPAM) sont des sites qui ont survécu au fil des millénaires, souvent dans des environnements difficiles, dans des régions éloignées et des climats extrêmes, grâce aux connaissances et à l’ingéniosité des autochtones et des populations locales. La FAO a reconnu la nécessité de préserver ces SIPAM, non seulement parce qu'ils sont cruciaux pour la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance des familles d'agriculteurs, mais parce qu'ils sont également la manifestation de valeurs culturelles et de modes de vie traditionnels uniques.

Depuis 2002, la FAO a désigné 37 sites dans 16 pays qui comptent parmi les Systèmes ingénieux du patrimoine agricole mondial. Vous pouvez trouver des informations sur ces sites dans nos pages profil de pays ainsi que dans la section des SIPAM de FAO.org.

La FAO a créé le programme SIPAM pour protéger ces systèmes agricoles distincts et les valeurs culturelles uniques qui ont été créées et préservées autour d'eux. Ces valeurs et méthodes «agri-culturelles» incluent vivre en harmonie avec l'environnement, travailler avec les terres de manière durable et préserver la diversité biologique des cultures.

Bien que semblable, sur le plan conceptuel, aux paysages culturels de l'UNESCO, un site SIPAM est un site dynamique qui évolue avec les interactions communautaires. Sa conservation ne sous-entend aucunement un état statique. Grâce au transfert des connaissances d'une génération à l'autre, ces systèmes vivants continueront d'évoluer afin de répondre aux besoins et aux exigences de ceux qui les entretiennent – les petits exploitants, les agriculteurs familiaux et les peuples autochtones qui sont souvent les plus pauvres parmi les pauvres.

Ces systèmes agricoles traditionnels représentent également des modèles de production agricole durable et, dans certains cas, sont considérés comme étant des pratiques exemplaires qui peuvent être appliquées dans des interventions relatives à l'adaptation au changement climatique et à l’atténuation de ses effets. Quatre SIPAM sont des exemples particulièrement intéressants de cette agriculture intelligente face au climat:  Systèmes intégrés riziculture-pisciculture en Chine, Pratiques durables des pasteurs nomades en Iran, Système d’oasis dans les montagnes de l'Atlas et Système Kuttanad de culture sous le niveau de la mer en Inde.

Toutefois, ces systèmes sont en péril en raison du changement climatique et des nombreuses influences de la modernisation, notamment la croissance démographique, la raréfaction des ressources naturelles, l’agriculture moderne et à grande échelle, les migrations vers les zones urbaines et l'abandon par les jeunes générations.

Grâce à la création de solutions de rechange économiques (p. ex. agrotourisme, image de marque des produits, activités de loisirs), le programme SIPAM peut apporter d’autres solutions à ces petits agriculteurs qui dépendent de l’agriculture traditionnelle. Le programme SIPAM vise à souligner les deux côtés importants de la conservation: préserver les valeurs traditionnelles et culturelles et la diversité écologique tout en permettant le développement agricole/socioéconomique qui se traduit par des moyens de subsistance stables et décents.

La FAO a identifié environ 200 de ces sites sur la planète, couvrant environ 500 millions d’hectares de terres. Les pays doivent soumettre un dossier de candidature pour obtenir l’appellation SIPAM. En savoir plus sur les  SIPAM autour du monde de la FAO.