La FAO et le système de réponse des Nations Unies

La situation actuelle au Japon – déclenchée par le séisme et le tsunami sans précédent du 11 mars – est une situation d'urgence complexe face à laquelle le système des Nations Unies répond en fonction des requêtes du Gouvernement japonais. 

Les dégâts causés aux centrales nucléaires et le risque de radiation qui s’ensuit signifient que la santé humaine est désormais au coeur des interventions de secours.  À cet égard, l’Organisation mondiale de la santé à Genève joue un rôle très actif.  L’OMS évalue les risques de santé publique et offre des consultations techniques et une assistance. Les experts de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), organisme des Nations Unies implanté à Vienne (Autriche), suivent de près l'évolution de la situation sur le terrain; dans leurs rapports, ils signalent notamment les accidents et les niveaux de radiation et font état, en particulier, des mesures visant à endiguer les risques. A leur demande, l'équipe d'intervention de l'AIEA offre assistance et conseils aux gouvernements et aux organisations internationales. 

La FAO est prête à intervenir sur demande du Gouvernement japonais dans les domaines suivants:

  • évaluation de la contamination radioactive de l’environnement agricole, en particulier des aliments;
  • fourniture d’avis techniques et identification de mesures appropriées à moyen et long terme pour l’agriculture – notamment pour les sols, les terres, les forêts, les cultures, les pêches, la santé et le bien-être des animaux, et la sécurité sanitaire des aliments;
  • facilitation du commerce international d’aliments, notamment de la production agricole.

En collaboration avec l'AIEA, la FAO est à même de détacher sur le terrain des équipes spécialisées et de fournir des services d'analyse.  Les deux organismes administrent la Division mixte des techniques nucléaires dans l’alimentation et l’agriculture, dont les activités portent actuellement sur:

  • des recommandations internationales liées à la préparation et l'intervention en cas d'événement nucléaire ou radiologique, y compris l'application de contre-mesures agricoles appropriées; 
  • des réglementations nationales pour les applications sanitaires et phytosanitaires de l’irradiation sur la base de normes internationales;
  • des réglementations sur les seuils de radionucléides dans les aliments, et 
  • des bonnes pratiques de laboratoire et procédures analytiques pour les contaminants et résidus présents dans les aliments, notamment des pesticides et des médicaments vétérinaires.

 

dernière mise à jour:  vendredi 4 novembre 2011