Directeur général  QU Dongyu

Rétrospective 2020: Une nouvelle FAO plus inclusive, plus transparente et plus numérique

En 2020, l’Organisation a transformé les défis en occasions à saisir


 
©FAO/Alessia Pierdomenico

 

Rome, le 27 décembre 2020 – 2020 restera dans l’histoire comme une année difficile et sans pareille, marquée par la pandémie de covid-19. À l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), nous nous en souviendrons aussi comme l’année pendant laquelle nous avons transformé les défis en occasions à saisir et n’avons cessé de prendre des mesures pour rendre la FAO plus transparente, plus inclusive et plus numérique.

«Le monde a continué d’évoluer à un rythme rapide et beaucoup de choses se sont passées au sein de la FAO. Les ajustements que nous avons introduits nous ont permis de mieux réagir face à la nouvelle normalité et de mieux servir nos Membres», a déclaré M. Qu Dongyu, Directeur général de la FAO, à l’occasion de la dernière session du Conseil de la FAO (30 novembre-4 décembre), lorsqu’il a présenté une synthèse des mesures mises en œuvre cette année et des résultats obtenus.

Réforme de la FAO

Ces derniers mois, le Directeur général n’a pas ménagé ses efforts pour faire de la FAO une organisation du système des Nations Unies plus efficace, ouverte, dynamique et axée sur les résultats. Avec l’accord des Membres, il a ainsi réformé la FAO en introduisant une nouvelle structure organisationnelle et de nouveaux modes de fonctionnement au Siège.

Sur la base d’une analyse systématique des activités et du mandat de l’Organisation, ainsi que de son évolution au fil du temps et de ses compétences techniques, il a mis en place une structure plane et modulaire, a simplifié les fonctions départementales, a optimisé la coordination et la coopération entre les équipes et a introduit des mécanismes précis de responsabilité.

Pour la première fois depuis sa création il y a 75 ans, la FAO dispose d’une équipe de direction centrale, composée du Directeur général lui-même, des trois directeurs généraux adjoints, de l’Économiste en chef, de la Scientifique en chef et du Directeur de Cabinet, ce qui marque le début d’une nouvelle ère de direction collective de l’Organisation.

La nouvelle structure organisationnelle répartit aussi les unités de la FAO en bureaux, centres et divisions. Les bureaux ont une fonction transversale, les centres assurent une fonction de collaboration importante avec d’autres organismes du système des Nations Unies ou avec des institutions financières internationales et les divisions abritent le savoir‑faire spécialisé de la FAO ou fournissent un appui opérationnel ou logistique. Chaque unité a aussi une double ligne hiérarchique avec les membres de l’équipe de direction.

«Ces ajustements visent à améliorer l’efficience et l’efficacité de l’Organisation, tout en évitant les cloisonnements et en instituant des niveaux optimaux de transparence et d’obligation de rendre compte», a précisé en juin M. Qu Dongyu aux membres des comités du Programme et des Finances de la FAO. «Il s’agit d’une forme de gestion modulaire, qui offre une certaine souplesse. Cette structure favorise une collaboration intersectorielle optimale et permet d’ajuster les missions de la Direction, afin de répondre aux besoins et aux priorités qui vont émerger ces prochains mois», a-t-il précisé.

©FAO ©FAO/Giulio Napolitano

Transparence et consultations inclusives des Membres

Sous la direction de M. Qu Dongyu, la FAO mène aussi ses activités sur la base des principes d’inclusion, de transparence, d’anticipation et de ponctualité, en particulier pour aider les Membres à mettre en œuvre le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et à concrétiser les objectifs de développement durable (ODD).

C’est dans ce contexte que la Direction et les Membres de la FAO se penchent sur les grandes lignes du Cadre stratégique 2022-2031. Celui-ci, qui sera présenté à la Conférence de la FAO à l’été 2021, est élaboré dans le cadre d’un processus de consultation inclusif et transparent, qui a déjà été l’objet de débats lors des sessions des conférences régionales, des comités techniques, du Comité du Programme, du Comité financier et du Conseil, ainsi que de consultations informelles des Membres.

«Notre objectif est d’élaborer un document qui soit approuvé par tous les Membres et qui permette à la FAO d’apporter son plein soutien à la réalisation des ODD au niveau national», a déclaré le Directeur général lors de l’une de ces consultations.

Les grandes lignes du Cadre stratégique reposent de fait sur les principaux ODD et leurs indicateurs, en particulier les ODD 1 (Pas de pauvreté), 2 (Faim zéro) et 10 (Réduction des inégalités), afin d’apporter des améliorations sur quatre fronts: la production, la nutrition, l’environnement et les conditions de vie. Il s’articule autour du principe stratégique qui consiste à ne laisser personne de côté, grâce à des systèmes agroalimentaires durables, inclusifs et résilients.

Le renforcement des partenariats est un autre aspect fondamental du Cadre stratégique proposé et M. Qu Dongyu a appelé les Membres et la communauté internationale à faire preuve d’innovation dans leur réflexion et dans leurs méthodes de travail. En particulier, il a encouragé une meilleure coopération avec le secteur privé, en vue d’examiner comment celui-ci pourrait contribuer à la réalisation des ODD.

«Afin d’engager un dialogue avec le secteur privé et de créer un sentiment de confiance mutuelle, il faut gérer les risques efficacement, grâce à la plus grande transparence», a indiqué le Directeur général.

C’est précisément au moyen d’un processus transparent et inclusif que la Direction et les Membres ont élaboré la Nouvelle stratégie de la FAO relative à la mobilisation du secteur privé 2021-2025, que le Conseil de l’Organisation a approuvé en décembre.

«L’amélioration et le renforcement de la collaboration avec le secteur privé figurent parmi mes priorités absolues et [cette] stratégie est très importante pour la suite», a ajouté M. Qu Dongyu, en précisant que la contribution du secteur privé était cruciale non seulement pour les investissements mais aussi pour l’innovation.

Grâce à cette nouvelle stratégie, la FAO entend collaborer avec le secteur privé pour soutenir et transposer à une plus grande échelle l’innovation, promouvoir les investissements, mobiliser l’expertise scientifique et produire des données utiles au suivi de la concrétisation des ODD, au moyen de la mise en commun des ressources, des réseaux, des connaissances et des technologies.

FAO numérique

La création d’une FAO numérique a été l’une des principales promesses de M. Qu Dongyu lorsqu’il a présenté sa candidature au poste de Directeur général. À ce sujet, l’apparition du nouveau coronavirus a été un facteur d’accélération. Depuis le début de la pandémie, la FAO a pris des mesures pour faire en sorte que la crise se transforme en une occasion à saisir et se lancer dans le monde du numérique.

Lors des premiers jours de la crise, le Directeur général, inspiré par les possibilités offertes par la technologie et plaçant la protection des membres du personnel au rang de priorité absolue, a décidé que toutes les réunions de l’Organisation seraient organisées à distance et a encouragé le travail à domicile.

Cela a conduit à une connectivité croissante parmi les membres du personnel, ce qui semblait impossible auparavant.

En avril, pour la première fois dans l’histoire de la FAO, une réunion organisée à distance a permis de rassembler tous les représentants de pays de l’Organisation, qui compte plus de 130 bureaux de pays à travers le monde.

Elle a été suivie d’une réunion-débat en ligne à laquelle ont participé plus de 2 000 membres du personnel du Siège de la FAO, puis d’une autre, en juin, qui a rassemblé 4 300 personnes en poste partout dans le monde, un record.

Il y a quelques jours, le 17 décembre, environ 1 500 personnes du monde entier ont participé à distance à la cérémonie des prix de reconnaissance du mérite 2020, qui a honoré 10 équipes et 200 membres de l’ensemble du personnel de l’Organisation pour leurs résultats obtenus dans les domaines de l’innovation, du partage des connaissances, de l'efficacité et de l'efficience opérationnelles, du travail d’équipe et de la collaboration, ainsi qu’en faveur de la diversité et de l’inclusion. Des membres du personnel de la FAO ont animé l’événement en direct depuis Rome, Bangkok, Budapest, Le Caire, Djouba, Montréal et Santiago.

«Ensemble, nous pouvons réaliser tout ce qui est imaginable et même l’impensable!», a déclaré le Directeur général pendant l’événement.

Les réunions en ligne ont aussi raccourci les distances entre la FAO et ses Membres d’une manière plus moderne, plus transparente et plus ouverte. Dès le début de la période de confinement, l’Organisation a fourni des services d’interprétation dans les six langues officielles lors des réunions en ligne et a ainsi montré aux autres acteurs du système des Nations Unies ce qu’il était possible de faire.

En 2020, les sessions des cinq conférences régionales se sont toutes déroulées à distance, une autre grande première pour la FAO. Le nombre de chefs de gouvernement et de ministres qui y ont assisté a atteint un niveau record. Grâce aux sessions tenues en ligne, il y a eu davantage d’interactions et les débats se sont situés à un niveau plus élevé.

«L’une de mes premières priorités en tant que Directeur général était de faire des conférences régionales, auparavant très formelles et isolées, des plateformes dynamiques et efficaces en matière d’élaboration de politiques, qui permettent de recueillir les points de vue de toutes les parties concernées. Je suis heureux de pouvoir affirmer que ce fut le cas en 2020 et que les conférences régionales ont été une réussite», a déclaré M. Qu Dongyu.

Le passage de la FAO au numérique a aussi concerné les produits et les processus, par exemple l’amélioration et la refonte de l’ensemble des fonctionnalités du site web de l’Organisation, ainsi que du contenu et de la présentation de celui-ci, afin qu’il devienne une plateforme qui permette de soutenir les Membres, les partenaires et les agriculteurs. À cet égard, nous pouvons également citer le lancement de biens publics numériques comme la Plateforme géospatiale Main dans la main et Earth Map, ainsi que la mise au point de la Plateforme internationale pour l’alimentation et l’agriculture numériques.

L’Organisation s’est par ailleurs dotée d’un portefeuille numérique, catalogue mondial de plus de 250 produits informatiques à l’appui de ses activités sur le terrain et en faveur de ses technologies numériques.

Le portefeuille de services numériques, plateforme dématérialisée au moyen de la technologie du nuage, a aussi été créé afin de proposer des informations et des conseils aux agriculteurs et d’établir des liens directs entre ces derniers et les pouvoirs publics.

La communauté de pratique de l’agriculture numérique de la FAO compte maintenant 18 000 membres environ. Cette plateforme mondiale propose des activités de renforcement des capacités, permet d’échanger des informations actualisées et répertorie les pratiques optimales en matière d’agriculture numérique.

«Aujourd’hui, nous sommes fiers de pouvoir dire que l’espace de travail virtuel et numérique de la FAO est une réalité», a déclaré le Directeur général, avant d’ajouter: «Nous continuerons d’être les fers de lance du concept global qui consiste à mettre en place une organisation numérique au sein de la famille des Nations Unies, et nous avons une bonne longueur d’avance.»


 
©FAO

 

Célébration du soixante-quinzième anniversaire de la FAO et de la Journée mondiale de l'alimentation

En 2020, dans le domaine numérique, un autre événement marquant a été la célébration en ligne du soixante-quinzième anniversaire de la FAO et de la Journée mondiale de l’alimentation, à laquelle ont participé le Pape François, le Président italien, M. Sergio Mattarella, le Roi Letsie III du Lesotho, la Reine Letizia d’Espagne et le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), M. Antonio Guterres. Un spectacle novateur de projections de vidéos et de fresques lumineuses a aussi été offert à cette occasion sur le bâtiment du Siège de la FAO et sur le Colisée.

La toute première célébration en ligne de la Journée mondiale de l'alimentation à Rome a réuni 76 000 participants, qui l’ont suivie via Zoom, en webdiffusion ou en direct sur les réseaux sociaux. En outre, 860 000 personnes ont visionné le contenu des pages consacrées à la Journée mondiale de l’alimentation sur le site web de la FAO et les messages de l’Organisation ont circulé entre plus de 1,5 milliard de comptes sur les réseaux sociaux.

«L’année 2020, que j’ai proclamée Année de l’efficacité à la FAO, touche à sa fin. Nous pouvons être fiers du processus de transformation sans précédent que nous avons mis en place au plan interne et du rôle de chef de file largement reconnu que nous avons joué à l’extérieur», a déclaré M. Qu Dongyu devant le Conseil.

Send
Print