Directeur général  QU Dongyu

Œuvrer avec les pays arabes à la transformation des systèmes agroalimentaires

Rome, le 18 février 2021 - Le Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), M. Qu Dongyu, a rencontré aujourd’hui en distanciel le Groupe des ambassadeurs arabes à Rome et à cette occasion s’est exprimé sur la réforme et la réorganisation de la FAO, le travail de l’Organisation et l’importance de la transformation des systèmes agroalimentaires dans le monde arabe.

Dans son discours d’ouverture, le Directeur général a souligné que la poursuite des réformes structurelles rendait la FAO plus dynamique, davantage axée sur les résultats et plus proche de ses Membres.

«Le nouvel organigramme du Siège, de nature modulaire et adaptable, garantit l’efficience, l’efficacité et la collaboration intersectorielle. Le décloisonnement et la création de conditions plus favorables nous rendent mieux à même de réagir rapidement aux priorités et besoins naissants», a déclaré M. Qu.

«En 2021, nous continuerons à viser l’efficience, en nous appuyant sur les enseignements tirés pour intégrer une plus grande efficacité dans notre travail», a-t-il ajouté, soulignant que la réforme en cours au Siège s’accompagnera de «la récolte des fruits du changement sur le terrain et dans nos bureaux dans l’ensemble du monde».

Parmi les participants à la réunion d’aujourd’hui se trouvaient les ambassadeurs et les représentants permanents des pays arabes ainsi que l’ambassadeur de la Ligue arabe à Rome.

Dans son allocution, l’ambassadeur d’Égypte et Président du Conseil des ambassadeurs arabes, M. Hisham Badr, a déclaré qu’il se réjouissait à la perspective de collaborer avec la FAO dans le cadre de la coopération Sud-Sud et qu’il accueillait avec satisfaction la réforme du Directeur général et l’attention constante portée aux jeunes et au rôle qu’ils peuvent jouer dans la lutte contre la faim.

L’ambassadeur d’Oman et doyen des ambassadeurs arabes a adressé ses félicitations au Directeur général au nom des États arabes et a aussi remercié la FAO pour ses efforts de lutte contre la faim et la pauvreté, en mentionnant la mobilisation de l’Organisation face à la pandémie de covid-19. Il a déclaré que les pays arabes avaient à cœur de travailler avec la FAO dans l’anticipation du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires.

L’ambassadrice de la Ligue arabe, Mme Enas Mekkawy, a déclaré se joindre aux autres pays membres en exprimant sa satisfaction de la transformation et des réformes opérées par le Directeur général ainsi que de ses efforts visant à rendre la FAO plus dynamique. Elle a réitéré l’engagement de la Ligue des États arabes à œuvrer avec la FAO au développement agricole durable et à concourir à ses efforts d’élimination de la faim dans la région.

Transformation des systèmes alimentaires

Le Directeur général a fait observer que la pandémie de covid-19 avait révélé la fragilité des systèmes agroalimentaires actuels et a souligné que la priorité essentielle de la FAO est de conduire les efforts menés à l’échelle mondiale destinés à rendre les systèmes agroalimentaires davantage inclusifs, résilients et durables.

«La transformation de nos systèmes agroalimentaires peut faire reculer la pauvreté, accroître l’accès à une alimentation saine et variée, créer de nouveaux emplois dans le monde numérique pour les jeunes et les femmes, aider à corriger les inégalités et construire des moyens d’existence durables et résilients», a-t-il déclaré.

M. Qu a évoqué plusieurs initiatives et activités lancées par la FAO, dont l’Initiative Main dans la main et ses outils de pointe: La Plateforme géospatiale Main dans la main, le Laboratoire de données pour l’innovation statistique et l’outil Earth Map.

Il a rappelé que la Syrie et le Yémen comptaient parmi les 34 pays qui avaient intégré l’Initiative Main dans la main et que les Émirats arabes unis avaient offert de soutenir la conception et la mise en œuvre d’un programme national Main dans la main en Afrique.

Le Directeur général a également cité le Programme FAO d’intervention et de redressement dans le contexte de la covid-19, la nouvelle stratégie de mobilisation du secteur privé, l’Initiative Villes vertes, la Coalition pour l’alimentation et l’Initiative «1 000 villages numériques», en mentionnant que la coopération Sud-Sud offrait un fort potentiel pour le développement de la collaboration et de l’action conjointe, en particulier lorsqu’il s’agit de s’attaquer à la pénurie d’eau dans la région et aux effets du changement climatique.

«Les défis auxquels le monde est confronté sont trop importants pour qu’un pays ou une organisation puisse les relever seuls», a déclaré M. Qu. «Des partenariats larges et des efforts conjoints concrets sont nécessaires pour rassembler toutes les parties prenantes».

Nouveau cadre stratégique

Le Directeur général a également souligné que la FAO avait élaboré un nouveau Cadre stratégique doté de modalités inclusives et transparentes, qui prévoit de vastes consultations internes et externes, des réunions des organes directeurs et des consultations informelles.

«Le fil conducteur du nouveau Cadre stratégique est de concrétiser le Programme 2030 en ne laissant personne de côté, et d’y parvenir grâce à une transformation des systèmes agroalimentaires qui soit propice à des améliorations en matière de production, de nutrition, d’environnement et de conditions de vie», a déclaré M. Qu, en rappelant que ce nouveau Cadre répond aux objectifs de développement durable 1 (élimination de la pauvreté), 2 (élimination de la faim) et 10 (réduire les inégalités).

Il a déclaré aux ambassadeurs que l’année 2021 serait émaillée de manifestations phares contribuant à la transformation des systèmes agroalimentaires autour de ce quadruple objectif d’amélioration, notamment les réunions du G20, le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires et son pré-sommet et le Forum mondial des jeunes sur l’alimentation organisé par la FAO.

Send
Print