Directeur général  QU Dongyu

Résumé de la réunion entre le Directeur général de la FAO, M. Qu Dongyu, le Président du Conseil d’administration de l’Institut international de recherche sur le riz (IRRI), M. Jim Godfrey, et le Directeur général de l’IRRI, M. Jean Balié

Aujourd’hui, 1er avril 2021, le Directeur général de la FAO, M. Qu Dongyu, s’est entretenu en vidéoconférence avec le Président du Conseil d’administration de l’Institut international de recherche sur le riz (IRRI), M. Jim Godfrey, et le Directeur général de l’IRRI, M. Jean Balié. Le Directeur général de la FAO a rendu hommage au nouveau Directeur général de l’IRRI et s’est félicité du partenariat de longue date entre la FAO et l’IRRI et des activités conjointes menées sur le terrain.

À cette réunion, M. Godfrey et M. Balié ont fait part au Directeur général de leur vision et de leurs projets pour l’IRRI, dans un contexte de réforme du Consortium des centres internationaux de recherche agronomique (CGIAR). Ils lui ont expliqué comment ils envisageaient de bâtir des solutions fondées sur la science et des éléments factuels pour transformer le secteur du riz, tout en renforçant la coopération et les échanges avec toutes les parties prenantes (aussi bien les petits agriculteurs et les producteurs que les responsables des politiques et le secteur privé).

Ils ont tous les deux indiqué que, pour relever les défis qui se présentent, ils s’intéresseraient à l’interconnexion du monde et chercheraient à établir de nouveaux indicateurs, au-delà des rendements et de la valeur nutritionnelle, afin de trouver des solutions, compte tenu du rôle primordial du riz dans la sécurité alimentaire. Ils ont également donné au Directeur général des informations concernant la réforme du CGIAR et les activités qu’ils mènent aux côtés du Centre du riz pour l’Afrique (AfricaRice).

Le Directeur général s’est félicité des initiatives menées et a fait part de quelques observations tirées de son expérience avec le CGIAR et de ses activités dans le secteur de la pomme de terre en tant que Vice‑Ministre de l’agriculture et scientifique. Il a indiqué qu’il fallait adopter une approche intégrée, dans le cadre de laquelle des équipes multidisciplinaires travaillent à des solutions ayant une valeur ajoutée. Il a souligné qu’il fallait décloisonner les activités et élaborer des programmes qui portent sur la production, la transformation et les besoins des consommateurs, avant d’ajouter que ces programmes devaient contenir des pratiques optimales et être efficaces et inclusifs.

Le Directeur général a également indiqué que, pour transformer les systèmes agroalimentaires, il fallait trouver des solutions globales, qui prennent également en compte la rareté des ressources naturelles (eau, sol et biodiversité) et proposent des moyens (divers) plus durables afin de mieux répondre aux besoins des consommateurs et d’atténuer les effets du changement climatique.

Les participants à la réunion sont convenus de l’importance d’une action conjointe cohérente et de l’existence d’autres synergies potentielles que la FAO et l’IRRI pourraient trouver et qui bénéficieraient aux agriculteurs et aux consommateurs du monde entier.

Send
Print