Previous PageTable Of ContentsNext Page

3. LES PRINCIPAUX ECOSYSTEMES

3.1 FORËTS SUB-HUMIDES

Les forets sub-humides couvrent presque 129.000 hectares, reparties principalement au Sud de la region de Quinara et dans une proportion importante de la région de Tombali ( SCET INTERNATIONAL, 1978). Elles occupent généralement, les sols ferralitiques, argilo-sableux profonds, conditions qui permettent une bonne fixation des racines des arbres.

Les forêts sub-humides dégradées couvrent 25.000 hectares. Elles se localisent souvent sur les marges des forêts sub-humides denses, présentant la strate inférieure formée des espèces ligneuses et dépourvues de graminées.

 

3.2 LES FORËTS SEMI-SÈCHES ET SÉCHES

Les forêts sèches et semi-sèches sont généralement installées sur les sols à 50 cm de profondeur et couvrent dans son ensemble (forêts sèches + forêts semi-sèches denses + forêts un peu dense localement), environ 959 hectares répartis avec plus d’incidence pour les régions de Oio, Bafata et Gabu.

 

3.3 LES FORETS CLAIRS

Ces formations végétales couvrent environ 1.076.000 hectares, représentant approximativement 1/3 de la couverture forestière du territoire de la Guinée-Bissau (SCET INTERNATIONAL, 1978).

On vérifie une forte pression sur les forêts claires, dégradées et aussi sur les savanes. La surexploitation dans les régions de Bafata et Oio est évidente. Ici, ces formations sont associées aux sols peu profonds, de cuirasse des marges du rio Géba, présentant une faible densité du Khaya Senegalensis.

 

3.4 LES SAVANES

L’ensemble de ces formations herbacées couvre environ 160.000 hectares, elles sont associées aux sols profonds, très peu fertiles et de texture sableuse. Les végétations arborées sont claires et très claires, constituées de type: Daniella oliveri, Karité (Butyrospernum), bois de d’encens et localement, elles présentent un agglomérat de Eleasis guineensis.

Ces types de formation végétales occupent la bande côtière de la Guinée-Bissau (Suzana, Varela, Cacheu, Orango, Uno, Campeane, Casbetche et Cassumba). Elles sont largement représentatives sur les marges du rio Corubal inférieur (Sud de Oio et Nord de Tombali) et aussi dans les dépressions de la région de Boé.

 

3.5 MANGROVES

Ce type de formation végétale est localisé sur les marges des canaux des fleuves, largement atteintes par les marées. Elle est formée de rhizophora, espèces qui peuvent atteindre les 15 mètres de hauteur moyenne et l’avicennia avec une hauteur de 5 à 10 mètres.

Dans le cas de la Guinée-Bissau, les mangroves pénètrent profondément à l’intérieur des régions de la zone côtière (Cacheu, biombo, Quinara, Tombali). D’une autre part, la pénétration de ces formations végétales atteint les 150 km (SILVA TEXEIRA, 1962) dans la région de Oio, accompagnant l’eau salée et le processus de neutralisation de cette dernière par l’eau douce dans le canal du rio Cacheu-Farim.

 

3.6 LES TANNES

Les tannes correspondent aux superficies planes constituées par des sols salés atteints par les marées normales. On rencontre les tannes au milieu des mangroves, formant une espèce d’îles ou voisinant les mangroves, entrant en contact avec la basse savane qui limite les sols acides. Les tannes couvrent environ 37.000 hectares. Dans la région de Cacheu (rio Cacheu), nous pouvons rencontrer les grandes extensions de tannes localisées dans les basses dépressions.

 

3.7 LES PALMIERS ET LES FORETS DE GALERIES

Nous pouvons rencontrer les associations de ces formations végétales aux forêts de galerie, conditionnées par la grande humidité et présentes sur les versants des vallées, elles sont dépendantes des conditions du milieu et local, on rencontre plus des palmiers que les autres espèces. La superficie d’occupation de ces formations végétales est de 80.000 hectares, soit 74.000 hectares localisés seulement dans la région de Gabu (S.C.E.T. INTRNATIONAL, 1978). Alors que, le Géosysteme, 1993 présente une estimation que n´inclut pas la région de Gabu de 624.77 hectares, occupant 2,75% de la zone côtière.

 

 

Previous PageTop Of PageNext Page