· Plan of action towards the sustainable development of the rattan sector
· Les produits forestiers non ligneux comestibles, utilisés dans les pays africains francophones


Plan of action towards the sustainable development of the rattan sector

An Expert Consultation on Rattan Development was held at FAO headquarters in Rome, Italy from 5 to 7 December 2000. The meeting was jointly organized by FAO and the International Network on Bamboo and Rattan (INBAR), and cofunded by the Swedish International Development Cooperation Agency (Sida). The invited experts concluded that rattan resources worldwide are being depleted and that there is an urgent need to ensure a sustainable supply of rattan given its huge socio-economic importance.

The 23 experts from 16 countries were selected on the basis of their specialized knowledge and their role in the management and development of rattan resources in their respective countries. In addition, the meeting was attended by representatives of the International Fund for Agricultural Development (IFAD); the International Tropical Timber Organization (ITTO); the International Plant Genetic Resources Institute (IPGRI); the Centre for International Forestry Research (CIFOR); INBAR; Sida; Kew Gardens; the German Agency for Technical Cooperation (GTZ); Tropenbos; the private sector; and universities.

According to an estimate made by INBAR, the global local usage of rattan is worth US$2.5 billion and external trade of rattan is estimated to generate US$4 billion. Worldwide 700 million people use rattan. Most of the raw material for local processing and for supplying the rattan industry is still obtained by harvesting unmanaged, wild rattan resources in natural tropical forests. Only a very small share is obtained from rattan plantations. The huge economic and social importance of the rattan sector is thus based on a fast dwindling stock of wild rattan resources available in the forests, therefore compromising its future outlook.

The focus of the meeting was on the sustainable development of the rattan sector worldwide, but with a particular emphasis on Asia and Africa. Some attention was given to Latin America in view of its potential for rattan introduction.

To facilitate the discussions at the meeting, studies had been commissioned by FAO in advance to cover supply and demand, trends and needs of rattan and its sector in the major producing countries in Asia and Africa, as well as global status reports on ongoing work on rattan development and conservation. Drafts of these studies had been made available to the participants well in advance and were presented by their authors at the meeting. The full text of these papers will be included in the proceedings of the meeting.

Key observations

Based on the papers presented and their discussion, the meeting emphasized the economic, sociocultural and ecological importance of rattan to a large number of people in the world and noted that rattan resources in their natural range of tropical forests in Asia and Africa were being depleted through overexploitation, inadequate replenishment, poor forest management and loss of forest habitats. There was a need to ensure a sustainable supply of rattan through improved and equitable management.

The meeting recalled that:

The meeting highlighted that taxonomic knowledge on species was patchy and available information conflicting. Similarly, the knowledge of biological aspects was also sparse, e.g. pollination and gene flow. In spite of the World Conservation Union Red List review of 1998, the conservation status of rattans was not well known and it was difficult to assess and monitor. In addition, rattan species were assumed not to be "safe" in protected areas or in national parks, as harvesting in such areas was usually permitted or tolerated. It was also assumed that the genetic basis of rattan species was narrowing. Some species were likely to be at risk of extinction.

The meeting underlined that there could be no sustainable supply of rattan if the forests in which they grew were not managed sustainably. In its natural habitat, rattan was not managed as yet, and received low priority in national forest and conservation policies. There was no dedicated rattan development institution in any country, as rattan was usually subsumed within the forestry services, and the few existing national rattan programmes were weak and with limited research and development capacity. With a few exceptions, national forest inventories did not include rattan, and information on the resource base was scarce. However, in large tracts of degraded and logged-over forests, (re)introduction and management of rattan had the potential to complement significantly the value of these forests.

The meeting was informed that major advances had been made in the understanding of growing rattan as a plantation crop. Although community-based or smallholder rattan gardens could be profitable in some situations, the profitability of industrial-scale plantations in Asia was currently uncertain, as other land uses were more lucrative. As a result of this, private-sector investment in industrial-scale rattan plantations had declined. The meeting took note that existing rattan plantations had been converted into more profitable crops such as oil-palm.

The meeting was further informed that rattan production was also affected by the low return to gatherers, resulting in weak incentives for sustainable rattan harvesting and management. A number of factors contributed to the low returns. Foremost among these were uncertain property rights, the dispersed nature of production and inconsistent cane quality. In several countries, prices and competition had been affected by the remoteness of collecting areas and poor transportation; "illegal" harvesting; poor market information; lack of organization among collectors; large post-harvest losses due to insect and fungal infestation; prohibitive tax policies; export barriers; and informal taxes that depressed raw material prices.

The meeting noted that international agencies such as INBAR, CIFOR, IPGRI, FAO and ITTO addressed rattan management, either directly or indirectly, within their programmes.

Conclusions

In the light of the above, the meeting concluded that there was a wide variety of potential interventions that could assist the different stakeholder groups. Raw material producers and smallholders could be encouraged (and be assisted) to manage local resources on a more sustainable and productive basis, through the establishment of community forest management practices, long-term concessions, local land-use planning and the provision of resource and/or land tenure rights, in conjunction with approved management plans.

At the processing level, needs were particularly great at the artisanal level. Potential interventions that might assist industry include improving entrepreneurship and competitiveness; training of advisers; improving post-harvest treatment and quality control; market deregulation and improved market information; establishment of design centres; and trade fairs. Also, given the nature of the resource users and the generally small-scale or cottage industry (employing socially disadvantaged groups), rattan products could become ideal commodities for promotion as rain forest conservation products.

The meeting identified the following key actions to be initiated immediately for enhancing a more sustainable supply of rattan:

Resources

Policies and institutional support

The expert consultation emphasized the potential of enhancing regional cooperation through information exchange; collaborative research and development; training; and material exchange to promote rattan as a vehicle for achieving social, economic and environmental sustainability in rattan-producing countries. To this end, the expert consultation called for a concerted effort of governments, the private sector, non-governmental organizations and relevant international agencies.

The proceedings, with the full text of presentations, are being prepared and will be posted on the home page of FAO's NWFP Programme as soon as they are finalized. A short report on the meeting is available. [A future issue of Unasylva will be dedicated to this meeting.]

For more information, please contact:
Mr Paul Vantomme, Forestry Officer (NWFP),
Forest Products Division, FAO,
Viale delle Terme di Caracalla,
00100 Rome, Italy.
E-mail:
Paul.Vantomme@fao.org;
www.fao.org/forestry/fop/fopw/nwfp/nwfp-e.stm

Title of document

General introduction to rattan - the biological background to exploitation and the history of rattan research

Challenges and constraints in rattan processing and utilization

Presentation of INBAR's programme on rattan

Resilience and evolution in a managed NTFP system: evidence from the rattan gardens of Kalimantan

Rattan genetic resources conservation and use - IPGRI's perspective and strategy

Presentation of ITTO

Status of rattan resources and uses in West and Central Africa

Status of rattan resources and uses in South Asia

The status of the rattan sectors in Lao People's Democratic Republic, Viet Nam and Cambodia, with an emphasis on cane supply

Degraded tropical forest and its potential role for rattan development: an Indonesian perspective

Country report on the status of rattan resources and uses in Malaysia

Rattan resources of the Philippines - their extent, production, utilization and issues on resource development

Thai rattan in the early 2000

Harvesting wild rattan: opportunities, constraints and monitoring methods

Rattan in the 21st century - an outlook

Policy and Institutional Framework for a sustainable development of rattan

Discussion paper on "Key issues for required actions"

Summary notes of the paper submitted for the meeting

Presented by

John Dransfield


Walter Liese

Lou Yiping

Brian Belcher


Hong Lay Thong


Hwan-Ok Ma

Terry Sunderland

C. Renuka

Tom Evans


Toga Silitonga


Abdul Razak


Florentino Tesoro


I. Vongkaluang

Stephen Siebert


Cherla Sastry

Mohammed Salleh


Wulf Killmann

FAO Secretariat


Les produits forestiers non ligneux comestibles, utilisés dans les pays africains francophones

Les produits comestibles sont parmi les produits forestiers non ligneux (PFNL) les plus importants en Afrique. Le texte ci-dessous résume l'utilisation de quelques PFNL végétaux comestibles dans les pays francophones de l'Afrique, notamment en Afrique du Nord, de l'Ouest et Central. Il est tiré et adapté des Profiles des Pays, qui sont disponible sous forme électronique sur le site d'Internet de la FAO (voir www.fao.org/forestry/fo/country/nav_africa.jsp?lang_id=2, choisir pays et sujet [PFNL]), ainsi qu'en tant que document de travail (FAO. 2001. Les produits forestiers non ligneux de l'Afrique: un aperçu régional et national. Working Paper FOPW/1/01. Rome).

Bénin

Les PFNL les plus utilisés sont récoltés dans les champs et les jachères plutôt que dans les savanes et les forêts. Quarante-et-un espèces forestières (par exemple, Irvingia gabonensis, Parkia biglobosa) qui fournissent des produits comestibles ont été identifiées.

Les trois PFNL les plus importants dans la région Bassila à l'ouest de Bénin sont le karité (Vitellaria paradoxa), le néré (Parkia biglobosa) et le palmier à huile (Elaeis guineensis).

À part ces produits, huit autres PFNL sont d'une importance limitée: Blighia sapida, Adansonia digitata, Tamarindus indica, Borassus aethiopum, Vitex doniana, Diospyros mespiliformis, Perntadesma butyracea et Bombax costatum.

Burkina Faso

Les PFNL comestibles, en particulier le karité (Vitellaria paradoxa) et le néré (Parkia biglobosa), sont d'une grande importance au Burkina Faso. Des plantes comme Adansonia digitata (baobab), Tamarindus indica (tamarin), Bombax costatum, Balanites aegyptiaca, Detarium microcarpum, Ziziphus mauritiana, Sclerocarya birrea et Elaeis guineensis sont également importantes sur le plan socio-économique.

Parmi les PFNL du Burkina Faso, le karité occupe une place de choix pour ses multiples avantages au niveau de l'économie locale (fabrication de beurre de karité et de savon) et parce qu'il constitue un produit d'exportation depuis plus de 25 ans sous forme d'amande et de beurre de karité.

Le néré (Parkia biglobosa) détient une grande valeur alimentaire. Les principales utilisations portent sur la pulpe et les grains des gousses mûres très riches en saccharose, en protéines et en lipides. Le fruit du néré est l'objet de transactions sur les marchés africains sous diverses formes, notamment le «soumbala» (condiment de la pâte de maïs) qui est le plus couramment utilisé. En 1990 la production totale en volume de graines de néré était de 20 802 tonnes pour une valeur de 5 852 millions de FCFA.

Le baobab (Adansonia digitata) est une espèce offrant une multitude de possibilités d'utilisation. Les feuilles et les fruits constituent une source d'alimentation importante. Les jeunes feuilles sont utilisées pour la préparation d'une sauce riche en protéines. Elles sont également moulues en farine. Le fruit ou «pain de singe» est mangé comme casse-croûte, mais il est aussi moulu en farine. La farine est mangée sans préparation ou versée dans la bouillie pour lui donner un goût aigre. Du point de vue nutritionnel, le fruit est très riche en calcium, vitamine C et protéine. En 1990 la production de feuilles de baobab était de 92 445 tonnes pour une valeur de 8 782 millions de FCFA.

Burundi

Quoique très limitées, les forêts burundaises renferment des produits végétaux comme des fruits, des champignons et des feuilles (par exemple, Gardenia ternifolia, Lannea schimperi) qui contribuent à l'alimentation de la population, surtout en période de soudure, et des éleveurs pendant la période de transhumance.

Au Burundi, plus de 50 espèces de champignons comestibles sont ramassées. Les champignons les plus consommés sont du genre Cantharellus (Cantharellus congolensis, C. cibarius, C. cyanoxanthus, C. densifolius, C. rufopunctatus, C. cyanescens, C. splendens, C. symoensii, C. pseudocibarius, C. ruber). En 1995, plus de 1 000 kg de chanterelles en provenance des forêts de Rumonge ont été exportés vers l'Allemagne.

Cameroun

Les plantes forestières comestibles (fruits, noix, feuilles légumes, condiments, boissons) sont parmi les PFNL les plus importants au Cameroun. Les plantes comestibles importantes consommées à l'état brut incluent:

Les produits consommés à l'état transformé incluent:

Une vingtaine de plantes comestibles sont exportées en Europe ainsi qu'aux États-Unis, au Gabon, en République centrafricaine, en Guinée équatoriale et au Nigéria. Le Cameroun est le seul pays en Afrique Centrale qui exporte des PFNL pour le «marché vert» des «produits organiques/biologiques».

Les fruits d'Irvingia gabonensis (mangue de brousse) sont très populaires et offrent un grand potentiel pour l'accroissement des sources de revenu grâce à la commercialisation des excédents de récoltes. Deux composantes d'Irvingia gabonensis sont utilisées: les fruits et les amandes. Le fruit, qui contient beaucoup de fibres, est consommé frais. La partie la plus importante est l'amande, utilisée pour l'assaisonnement des soupes et qui constitue une source de revenu importante pour les paysans de la zone de la forêt humide du

Cameroun.

Les fruits de Coula edulis sont cueillis essentiellement pour l'autoconsommation. Ils sont difficilement commercialisés du fait de leur poids. Généralement, les gens cueillent juste les quantités nécessaires à leur subsistance, ou bien les mangent directement dans les champs en guise de coupe-faim. Le bois, renommé pour sa longévité, est utilisé comme matériau de construction. Ces arbres se trouvent dans la forêt vierge et, très rarement, dans les plantations de cacaotier. La période de ramassage des fruits se situe entre août et septembre; les arbres ne produisent qu'après un cycle de deux ans. Les noix sont généralement cueillies par les enfants, mais également par quelques hommes et femmes.

Les noix de kola de Cola acuminata sont les plus précieux parmi les PFNL du Cameroun. Le marché de ces noix est estimé à 20 400 tonnes. En 1983, les revenus procurés par les noix de kola dans certains foyers du sud-ouest du Cameroun étaient plus élevés que ceux du café, et la vente des noix de kola a fourni entre 5 pour cent et 37 pour cent des revenus monétaires des familles. Les projections de vente sur les marchés de PFNL pour toute la zone des forêts humides du sud de Cameroun estimaient que:

Très souvent, C. acuminata est plantée par des paysans, surtout dans les plantations de cacao.

L'écorce de Garcinia lucida et Garcinia kola sont des condiments importants pour la production des vins de palmiers. Après la dévaluation du franc CFA qui a causé une augmentation des prix de la bière ainsi que du whisky, la consommation des alcools locaux (vins de palmier, whisky local) et, en conséquence, l'exploitation de l'écorce a augmenté. Cette exploitation met en danger les espèces concernées, car l'écorçage affaiblit ou tue l'arbre. La récolte des produits du Garcinia lucida a lieu tout au long de l'année, bien qu'il soit plus facile d'extraire l'écorce pendant la saison des pluies, c'est-à-dire entre août et septembre et entre avril et juin. L'écorce est enlevée sur l'ensemble de l'arbre provoquant sa mort.

L'écorce de Cola nitida peut être utilisée pour la fermentation des vins de palme et de raphia, même si les gens normalement préfèrent l'écorce du Garcinia lucida. Les noix de Cola nitida sont utilisées pour l'autoconsommation et le commerce. Les arbres sont situés surtout dans les plantations de cacaotier et sont pour la plupart cultivés. Les arbres sauvages, dont les fruits sont d'une qualité moins bonne, se trouvent également dans la forêt vierge. Certains arbres dans les plantations de cacaotier ont été plantés, les autres poussant naturellement, sont protégés et bien entretenus.

Les feuilles légumes de Gnetum africanum et Gnetum buchholzianum sont des PFNL importants au Cameroun. Elles sont commercialisées au niveau local, régional, national et international. La quantité d'exportation a augmenté d'une façon significative vers le Gabon et les États-Unis pendant les dernières années. Les feuilles sont exportées principalement par deux villes, Idenau et Campo. À Idenau, environ 600 tonnes de feuilles pour une valeur de 1 800 millions de FCFA sont exportées annuellement au Nigéria. La vente des feuilles légumes est donc une activité ayant une grande valeur économique qui offre des revenus de 450 000 FCFA par mois pour un intermédiaire (travaillant à plein temps). Des méthodes de récolte non adaptées et des pertes de surfaces forestières font que la ressource est sérieusement en danger. Pour résoudre ce problème, un programme de domestication du Genetum africanum et G. buchholzianum a été développé et réalisé. Les résultats ont démontré que les espèces sont faciles à domestiquer et qu'il existe un potentiel pour l'intégration de ces espèces dans les systèmes agroforestiers.

[Pour plus d'information sur le Cameroun, voir sous Country Compass.]

Comores

Les plantes comestibles consommées aux Comores sont le taro, les aréquiers (Areca sp.), les agrumes (Citrus sp.) et les caféiers sauvages (Coffea sp.). Toutes ces espèces poussent à l'état spontané ou subspontané.

La production de confiture et de jus obtenu de Psidium guajava alimente une petite industrie de transformation.

Congo, République démocratique du

Dans le sud-ouest du pays, le manioc est le produit de base. La composante lipide de l'alimentation est essentiellement donnée par l'huile des noix de Elaeis guineensis.

La nourriture obtenue grâce à la cueillette, qui accompagne les produits de base, est saisonnière. Certains fruits et feuilles sauvages sont disponibles pendant toute l'année, tandis que les feuilles des forêts sont principalement disponibles pendant la saison des pluies. Ceux-ci commencent à devenir rares à cause de la grave déforestation causée par la conversion des forêts en terres agricoles pour nourrir la population croissante. Par exemple, le Gnetum africanum, qui autrefois était très commun, est devenu difficile à trouver.

Pendant la période pointe de production des fruits, plus de 24 pour cent de l'alimentation des Mbuti est composée par les grains de Gilbertiodendron. Les autres plantes alimentaires sauvages importantes sont: Dioscorea spp., Canarium schweinfurthii, Irvingia sp. et Elaeis guineensis. Ces espèces, prises ensemble, composent plus de 80 pour cent de la nourriture obtenue à partir de plantes sauvages.

Congo, République du

Près de 160 espèces, appartenant à 55 familles, sont utilisées pour la nourriture.

Parmi les espèces de feuilles légumes, les plus cueillies, transportées, commercialisées et consommées sont Gnetum africanum et Trilepisium madagascariensis. Ces feuilles sont coupées en lanières transversales et sont utilisées dans les préparations culinaires en tant qu'ingrédient de l'aliment de base (le manioc, la viande ou le poisson). Les feuilles légumes sont très nutritives et très utilisées. Ce succès fait que les deux espèces les plus appréciées ont pratiquement disparu des écosystèmes proches des principales villes congolaises.

Les sèves et les vins des «lianes à eau» (Cissus dinklagei, Tetracera podotricha) sont bien utilisés durant la chasse. Un danger de disparition des espèces par des coupes trop intenses est observé à proximité des villes et des principales voies de communication. La moelle de Costus ligularis est également consommée dans le même but sur l'ensemble du pays. Les vins, surtout tirés de plusieurs espèces de palmiers, sont partout mis à contribution, surtout le palmier à huile (Elaeis guineensis) et les divers Raphia.

Les huiles et matières oléagineuses sont principalement fournies au Congo par le palmier à huile (Elaeis guineensis). Les autres espèces qui produisent des huiles sont Raphia, Allanblackia floribunda et Baillonella toxisperma.

En ce qui concerne Elaeis guineensis, la sève est le plus souvent recueillie dans une calebasse (ou autre récipient) insérée sur un axe d'inflorescence mâle sectionné et dont l'entaille est «rajeunie» à chaque transvasement du contenu. Les quantités récoltées sont plus faibles que celles obtenues par d'autres techniques, mais cette technique a l'avantage d'être compatible avec la production de fruits par le même palmier. Le vin est consommé rapidement, le degré alcoolique augmentant progressivement sous l'action de micro-organismes. Bien que souvent cultivée, Elaeis guineensis pousse naturellement partout dans le pays, le plus souvent au bord des cours d'eau, dans les jachères ou dans les villages et campements abandonnés.

Hormis le palmier à huile, les principales espèces spontanées aux propriétés oléagineuses en forêt marécageuse sont deux espèces du genre Raphia. Elles sont utilisées soit pour l'extraction de l'huile ou, comme l'arachide, sous forme de graines grillées. Elles constituent la base d'une sauce accompagnant le manioc ou la viande. Ces espèces pourraient être aisément développées et permettraient aux populations des forêts marécageuses de briser leur marginalisation économique.

Les fruits les plus consommés au Congo sont Afromomum spp., Landolphia sp. (malombo), Gambeya africana et Daryodes edulis (safou). Les autres fruits importants sont Coula edulis, Grewia coriacea, Mammea africana, Treculia africana, Treculia obovoidea et Tetracarpidium conophorum.

Les fruits de la plus grande potentialité économique sont, grâce à leur richesse en éléments nutritifs et leurs potentialités de domestication, Treculia africana, Tetracarpidium conophorum, Treculia obovoidea et Coula edulis. Les fruits les plus rares, qui atteignent donc des prix élevés sur les marchés, sont Heinsia crinita et Trichoscypha spp.

Les graines de Cola spp. sont très populaires et utilisées par la population comme excitant et dans les pratiques fétichistes. La plus grande production du cola a lieu dans la région de la Likouala.

Les condiments utilisés dans le pays incluent Afrostyrax lepidophyllus, Huagabonii sp., Scorodophloeus zenkeri, Irvingia grandifolia et Ricinodendron heudelotii.

Côte d'Ivoire

Les savanes de la moitié nord de la Côte d'Ivoire regorgent d'espèces forestières fruitières. Il s'agit de plantes arbustives, arborées, lianescentes et sarmenteuses. Certains fruits sont consommés à l'état frais (par exemple, Adansonia digitata, Borassus aethiopum, Detarium microcarpum, Parkia biglobosa et Vitellaria paradoxa); d'autres, par contre, font l'objet de cuisson ou d'extraction pour l'huile, comme par exemple: Parkia biglobosa pour la réalisation du soumbala; Vitellaria paradoxa pour la réalisation du beurre de karité; Carapa procera pour la fabrication du savon et de l'huile pharmacopée; et Pentadesma butyracea pour la fabrication d'un excellent beurre alimentaire.

D'autres encore font l'objet d'une transformation industrielle: Tamarindus indica pour le jus de tamarin; et Parkia biglobosa pour la réalisation de plaquettes de graines de néré dans le cadre de la prévention contre le goitre.

Gabon

Les fruits les plus consommés au nord-est du Gabon sont Irvingia gabonensis, Scyphocephalium ochocoa, Panda oleosa, Gambeya lacourtiana, Pseudospondias longifolia et Trichoscypha acuminata. Les fruits de Coula edulis sont partout très appréciés par la population rurale.

La commercialisation des fruits est documentée pour les espèces suivantes: Aframomum sp., Antrocaryon klaineanum, Coula edulis, Dacryodes buetneri, Dacryodes edulis, Gambeya lacourtiana et Trichoscypha acuminata. Les fruits d'Irvingia gabonensis, de Dacryodes buetneri et de Dacryodes edulis sont également exportés.

La plupart des arbres fruitiers poussent spontanément (par exemple, Aframomum sp. dans les forêts secondaires ou les vieilles jachères agricoles) tandis que autres sont cultivés (par exemple, Antrocaryon klaineanum, Dacryodes edulis).

Les fruits et les amandes d'Irvingia gabonensis sont commercialisés et ils sont également exportés en France et en Belgique. Au Gabon, on a réalisé des essais sur la domestication qui n'ont pas eu beaucoup de succès auprès de paysans à cause de la longue période pour la première fructification.

Les feuilles légumes de Gnetum africanum font partie des PFNL les plus importants du Gabon. À cause d'une collecte et utilisation intensives, cette espèce, qui se trouve dans les forêts denses, est surexploitée. Les essais de domestication n'ont pas encore abouti aux résultats espérés. La filière commerciale de cette espèce est très porteuse.

L'écorce de Garcinia klaineana est très utilisée dans la distillation des boissons alcoolisées à base de vin de palme. L'arbre se trouve dans la forêt naturelle.

[Pour plus d'information sur le Gabon, voir sous Country Compass.]

Guinée

La valeur des différents fruits sauvages (e.g. les fruits de Detarium et de Dialium) atteindrait environ 100 millions de FG.

Les noix de Cola nitida font l'objet d'un commerce actif. La consommation nationale varie entre 150 millions et 200 millions de noix, ce qui correspond à 14 noix par tête et par semaine. Les exportations vers le Mali et le Sénégal sont évaluées à 200 millions de noix.

Deux PFNL de Parkia biglobosa sont exportés:

La valeur approximative (consommation et exportation) varie entre 350 millions et 400 millions de FG.

La valeur économique du beurre de karité de Vitellaria paradoxa correspond à:

· 150 millions de FG pour la consommation (dont 100 millions de FG en autoconsommation); et
·
120 millions de FG pour la production.

Guinée équatoriale

Les fruits comestibles les plus communs sont Dacryodes edulis (prune de brousse) et Mangifera indica (vraie mangue). Les deux espèces sont généralement plantées hors de la forêt. La prune de brousse, lorsque c'est la saison, vient à la fois du Cameroun et des jardins locaux. Cependant, la majorité de celles qui sont vendues sur les marchés sont cultivées localement - ces fruits se conservent mal et ils doivent être livrés au marché dans un délai d'un ou deux jours après leur cueillette.

Quant aux boissons, on trouve - comme c'est le cas dans toute cette région d'Afrique - le vin de palme. À Bata et à Mbini, deux types de vin de palme sont disponibles:

Une autre boisson régulièrement commercialisée est produite à partir des tiges de canne à sucre écrasées (Saccharum officinarum). Cet alcool est renforcé par l'adjonction de graines et parfois de bois de Garcinia kola qui rend la boisson très amère.

Le piment de brousse (Piper guineensis) est utilisé au niveau local. De plus, environ 150 tonnes par an sont exportées au Nigéria. Autres condiments utilisés en Guinée équatoriale sont les graines de Monodora myristica, Ricinodendron heudelotii, Afrostyrax kamerunensis et Mucuna sloanei, l'écorce de Scorodophleus zenkeri ainsi que les feuilles de Strychnos spp. Quelques condiments comme Abelmoschus esculentus, Solanum annuum, Piper longum et Cucurbita pepo sont même cultivés dans des systèmes agricoles de petite échelle.

Les graines d'Irvingia gabonensis sont le produit forestier le plus largement vendu en Guinée équatoriale. La forte saisonnalité de ce produit a une incidence significative sur sa vente et sur son prix: pendant la saison des pluies (juin à septembre), lorsque la mangue de brousse est facile à trouver, son prix est de 100 FCFA pour 40 graines; pendant la saison sèche (septembre à décembre), le prix est de 100 FCFA pour 20 graines seulement. Selon l'endroit, les graines d'Irvingia gabonensis vendues sur le marché de Bata (nord-ouest de la Guinée équatoriale) sont importées du Cameroun, tandis que les graines vendues sur le marché du Mbini (sud-ouest du pays) et récoltées dans la région de Rio Muni (sud-ouest du pays) sont plutôt destinées à l'exportation vers le Gabon.

Mali

Parmi les 41 espèces fruitières forestières documentées dans la zone nord-guinéenne au sud du Mali, huit espèces sont à haut revenu: Adansonia digitata (les feuilles), Vitellaria paradoxa (les noix), Parkia biglobosa (les graines), Eleasis guineensis (les fruits), Tamarindus indica, Carapa procera et Lophira lanceolata ainsi que Borassus aethiopum (divers produits).

Le baobab (Adansonia digitata) se trouve dans la région soudanienne du pays où les précipitations varient de 600 à 1 400 mm. Il est un des arbres les plus utiles du pays. Ses feuilles sont quotidiennement utilisées par toutes les populations, tant rurales qu'urbaines. Fraîches, les jeunes feuilles donnent un excellent légume; sèches et transformées en poudre, elles sont vendues comme ingrédient de nombreux mets et sauces. La pulpe du fruit est couramment utilisée dans la préparation de la crème de mil. Les graines jouent un rôle identique aux graines du néré dans la fabrication du «soumbala», mais elles ne sont utilisées que par certaines ethnies de la région. Les quantités auto-consommées de ces différents produits sont importantes. De plus, compte tenu de la forte demande de poudre de feuilles séchées, ce produit procure aux populations rurales un revenu important. Les feuilles fraîches d'Adansonia digitata sont récoltées d'avril à octobre. Celles destinées à la production de poudre sont récoltées en octobre avant leur jaunissement.

Le karité (Vitellaria paradoxa) est l'essence champêtre de premier choix des populations rurales de la zone soudanienne et soudano-guinéenne. Les amandes, ainsi que le beurre qui en est extrait, font l'objet d'un commerce international. Le beurre de karité est la principale source de matière grasse d'origine végétale. Il est employé dans la préparation des aliments, dans la fabrication du savon, pour les soins médicaux, la fabrication des produits cosmétiques etc. On l'utilise industriellement dans la fabrication du chocolat ou du rouge à lèvres de qualité. Même si la demande pour l'auto-consommation est forte, les transactions commerciales concernant les amandes et le beurre de karité apportent des revenus importants aux populations rurales, mais surtout aux nombreux intermédiaires et grossistes.

Le néré (Parkia biglobosa) est l'espèce champêtre la plus caractéristique de la zone soudanienne. Il est entretenu pour faire du fromage végétal, le «soumbala», et utilisé comme condiment dans tous les villages de la région. À ce titre, les graines et le soumbala sont largement commercialisés, ce qui apporte un revenu important aux populations rurales et aux nombreux intermédiaires impliqués dans cette filière. Les graines font l'objet d'un commerce international. La récolte se fait en avril ou mai, quand les gousses sèchent. La cueillette peut durer deux mois et une famille peut obtenir en moyenne 500 kg de graines en bonne saison. C'est surtout la tâche des femmes qui, regroupées en associations d'entraide, se chargent de cette activité en alternance avec le ramassage des noix de karité. Les fruits sont récoltés à l'aide de perches ou en escaladant les arbres.

Le palmier à huile (Eleasis guineensis) se rencontre à l'état naturel sur sols bien humides, à proximité immédiate des cours d'eau permanents. La pulpe du fruit du palmier fournit l'huile de palme qui peut apporter un revenu substantiel aux populations. Une partie de l'huile est utilisée dans la préparation des aliments ou sous forme de savon. Le surplus est vendu à l'occasion des foires hebdomadaires.

Le tamarinier (Tamarindus indica) est un arbre aux usages les plus multiples au Mali. La pulpe est utilisée dans la préparation de boissons rafraîchissantes, de sirops ou jus et rentrent dans la fabrication de divers produits pharmaceutiques. Les graines sont utilisées dans l'industrie alimentaire, de la laine et du jute, de la colle et en imprimerie.

Maroc

Près de 2 000 espèces de champignons sauvages sont connues au Maroc, mais seulement une minorité a été analysée pour sa potentialité commerciale. Les espèces de champignons sauvages les plus importantes au Maroc sont Tricholoma caligatum, Boletus edulis, Cantharellus cibarius, Terfezia leonis, Psalliota bispora, Morchella spp. et Pleurotus ostreatus. Actuellement, seulement quatre à cinq espèces sont cultivées à grande échelle.

Environ deux millions de personnes de la population rurale au Maroc sont impliquées dans l'aménagement d'Argania spinosa. Cet arbre est apprécié pour sa production d'une huile comestible, qui a une grande valeur nutritionnelle (ainsi que pour la production de plantes fourragères et du bois de chauffe). Les femmes marocaines consacrent 20 millions de journées de travail par an pour l'extraction de l'huile (en moyenne un jour et demi pour la production d'un litre de l'huile).

En 1994, 8 678 tonnes d'épices ont été exportées pour une valeur de 6 973 421 DH. De plus, 900 tonnes de graines de caroube (Ceratonia siliqua) ont été produites en 1992.

Mauritanie

Des arbres produisant des fruits comestibles incluent Boscia senegalensis, Balanites aegyptiaca, Adansonia digitata et Sclerocarya birrea. Les fruits de Sclerocarya birrea font l'objet d'un commerce local. La pulpe des fruits, riche en alcool, est fermentée et transformée en bière. Du fruit on peut faire des jus et des confitures.

L'amande du noyau de Sclerocarya birrea contient des matières grasses et beaucoup de vitamine C. Elle donne aussi une huile comestible.

Les graines de Boscia senegalensis donnent une excellente farine pour la fabrication des repas. En plus, on consomme l'albumen des graines et les feuilles d'Adansonia digitata.

Niger

Beaucoup d'espèces forestières, notamment le néré (Parkia biglobosa), le baobab (Adansonia digitata), sont très riches en protéines, en sucre et en certains oligo-éléments tels que le fer, le manganèse et le zinc. De ce fait, les PFNL augmentent l'apport protidique du régime alimentaire de la population rurale du Niger, qui est essentiellement constitué de céréales, ce qui permet de réduire les déséquilibres alimentaires en protéines et d'améliorer la santé des populations. En période de graves crises alimentaires, la population nigérienne recourt souvent à l'usage de PFNL (feuilles, fruits, noix) de certaines espèces ligneuses et herbacées comme base ou complément alimentaire. Les espèces les plus couramment utilisées sont Boscia senegalensis (feuilles et fruits), Parkia biglobosa (farine obtenue à partir de la pulpe), Maerua crassifolia et Cenchrus biflorus.

La plupart des fruits sauvages sont également récoltés pour être vendus sur les marchés locaux. Au niveau des marchés des différentes villes du Niger, une importante filière de commercialisation des fruits de Ziziphus mauritania, Hyphaene thebaica, Adansonia digitata, Balanites aegyptiaca et des graines de Parkia biglobosa est en train de se développer.

Les graines du néré (Parkia biglobosa) sont appelées «la viande du pauvre» à cause de sa teneur élevée en protéines. Le néré se rencontre surtout dans la bande sud des départements de Zinder, Maradi, Dosso et Tillabèry. Les peuplements les plus importants se rencontrent dans les zones humides ou pluvieuses de la région de Gaya et le long des dallols et dans la région de Torodi. Les paysans utilisent cette espèce qui fait partie des biens transmis en héritage. La poudre tirée de la pulpe sert à fabriquer un gâteau et des boissons fraîches. Les graines du néré servent à la fabrication du «soumbala» qui a un arôme très prisé et qui fait l'objet de la fabrication industrielle au Nigéria.

Les feuilles et les fruits du baobab (Adansonia digitata) font l'objet d'un commerce organisé. Le baobab, comme le néré, est une espèce complètement intégrée dans le système de production paysan et elle fait également partie des biens légués en héritage. Le baobab et le néré sont connus pour leur richesse en sucre et en certains oligo-éléments tels que le fer, le zinc et le manganèse. De plus, l'écorce fournit des fibres d'excellente qualité. Les plus grands peuplements de baobab sont surtout localisés dans la région de Torodi.

L'espèce végétale la plus importante au Niger est probablement le rônier Borassus aethiopum. C'est en raison des multiples utilisations de cette espèce qu'on parle, au Niger, de plante nourricière en citant le rônier. Cette espèce est assez bien représentée. En effet, elle se rencontre dans deux zones naturelles: le Dallol Maouri, au sud du pays, avec un important peuplement de plus de 30 000 ha dont 738 ha de forêt classée. Il constitue la formation la plus importante de l'Afrique de l'ouest; et un deuxième peuplement (forêt de Dezga) d'une superficie de 665 ha, au sud-est du Niger, à la frontière du Nigéria dans l'arrondissement de Matamèye. D'autres peuplements de moindre importance existent, isolés le long du fleuve Niger, dans le Parc W et le long de la rivière Mékrou. Des plantations artificielles ont été réalisées dans les années 1940-1953 à Niamey (Lamordé) et Doutchi. Le rônier est la principale source de bois de service au Niger. Il fournit un revenu monétaire important à des milliers de petits exploitants tout en leur permettant de se nourrir et de s'abriter. Toutes les parties du rônier (stipe, feuilles, pétiole, fleurs, bourgeon terminal, fruits, racines) sont utilisables, mais leur utilisation varie d'une région à l'autre. Les usages clefs du rônier sont notamment l'alimentation humaine et animale et l'artisanat.

République centrafricaine

Des tubercules, des feuilles, des fruits et des écorces sont utilisés pour l'alimentation par la population centrafricaine.

Les tubercules d'ignames Dioscorea sp. constituent l'aliment de base chez les pygmées. Dioscorea sp. (ndombi en banda yanguéré), identifié en forêt du sud de la République centrafricaine, donne des grosses tubercules et peut pénétrer dans le sol à plus de 1,5 m.

Les feuilles de Gnetum spp., d'Hileria latifolia et de Dorstenia sp. sont comestibles et souvent commercialisées au niveau national. À cause de la rareté de Gnetum buchholzianum (koko), ces plantes sont en train d'être substituées par Gnetum africanum (kali).

Les fruits comme Gambeya africana, Treculia africana, Canarium schweinfurthii, Afrostyrax lepidophyllus, Irvingia excelsa, Vittelaria paradoxa (huile et fruit de karité très consommés par les habitants du nord de la République centrafricaine), Parkia biglobosa (les graines fermentées sont consommées sous forme de boulettes noires et très parfumées aux arômes de camembert), sont recherchés pour leurs usages divers, pour leur apport dans l'alimentation et pour leur goût. Le poivre Piper guineense, Xylopia aethiopica et Aframomum sp. sont très recherchés pour l'exportation.

Les écorces de Khaya senegalensis et de Garcinia kola, sont utilisées comme ferment dans le vin de palme.

Rwanda

Les fruits et champignons sauvages sont surtout consommés par la population pauvre et les enfants. La quantité de fruits sauvages collectée n'est pas connue. Par contre, la production de fruits dans les systèmes agroforestiers a atteint 58 759 tonnes en 1989.

La production de champignons a augmenté pour satisfaire la demande croissante de la population urbaine et rurale. Les champignons les plus cultivés sont Pleurotes florida et Pleurotes pulminarius, avec une production de 6 tonnes en 1991 (production mondiale: 5 millions tonnes en 1995).

Sénégal

Dans les fruits forestiers, qui sont parmi les PFNL les plus importants au Sénégal, on peut distinguer quatre groupes de produits selon l'importance de la quantité exploitée en moyenne par an, il s'agit:

Il faut noter que la production du nété et du dakhar est faite régulièrement durant ces dix dernières années. Ces produits occupent une place très importante dans l'alimentation des populations.

Le dernier groupe des produits est constitué du:

Il faut toutefois rappeler que le nété, le néré, le kougham et le nététou sont tous tirés du même arbre, le Parkia biglobosa. Le nété est le fruit du Parkia biglobosa. C'est une gousse longue de 25 à 30 cm sur 1,5 à 2 cm de largeur. La pulpe de couleur jaune fournit une farine très riche en glucide (80 pour cent environ), le néré. Cette farine était recommandée à la fin du dix-neuvième siècle comme base de farine lactée pour l'alimentation des enfants. Dans les zones de production, les ruraux l'utilisent dans les bouillies de mil et de riz. C'est l'aliment de soudure par excellence. À nos jours, les paysans prennent, tôt le matin, une bouillie de néré avant d'aller aux champs. Ce repas simple leur permet de résister à la faim jusqu'à leur retour dans l'après-midi. Mélangé à du miel, on lui prête des vertus préventives contre le paludisme.

L'amande extraite des graines du nété, le khougam, fournit après fermentation un condiment appelé «soumbala» ou nététou de grande valeur nutritionnelle (35 pour cent de protides, 29 pour cent de lipides et 10 pour cent de glucides). À ce sujet, il faut noter que l'Institut de technologie alimentaire (ITA) a pu isoler la moisissure et procéder à sa multiplication au laboratoire. Un essai portant sur la fermentation des amendes extraites a donné de bons résultats; ce qui permet d'envisager la fabrication du nététou dans d'excellentes conditions d'hygiène

De façon générale, la production des fruits forestiers, toute espèce confondue, connaît une augmentation régulière depuis 1991, avec une moyenne de 1 800 000 kg par an

Il importe d'insister sur le fait que la production contrôlée est celle qui fait l'objet de commercialisation.

Toutefois, compte tenu des frontières communes avec la Guinée et la Guinée Bissau, il existe, dans les régions de Kolda et de Ziguinchor, un trafic important de produits forestiers, surtout l'huile de palme et certains fruits forestiers. Ce phénomène est accentué par l'existence de nombreux marchés hebdomadaires qui constituent des lieux importants d'échanges pour les populations rurales. Les produits issus de ces marchés sont, par la suite, achetés par les commerçants qui s'acquittent de la redevance forestière pour les acheminer vers les centres de commercialisation. De ce fait, ces produits sont comptabilisés comme exploités au Sénégal. À ce niveau une enquête pourrait être menée pour mieux cerner la quantité réellement exploitée au Sénégal.

Malgré cette situation, l'on enregistre l'existence de quantités importantes de produits importés, conformément à la réglementation. Ces produits sont déversés sur le marché intérieur et contribuent, de ce fait, à la satisfaction des besoins des populations. (Source: Étude sur la collecte et l'analyse des données statistiques sur les produits forestiers non-ligneux au Sénégal, janvier 2001, par T. Fall. Projet GCP/INT/679/EC.)

[Pour plus d'information sur le Sénégal, voir sous Country Compass.]

Tchad

Les principaux arbres fruitiers connus sont le savonnier (Balanites aegyptiaca), le jujubier (Ziziphus mauritiana et Ziziphus spina christi), le tamarin (Tamarindus indica), l'ébénier d'Afrique (Diospiros mespilliformis), le palmier doum (Hyphaene thebaica), Faiderherbia albida (fruit sauvage), le karité (Vitellaria paradoxa), le néré (Parkia biglobosa), le dattier (Phoenix dactiliphera), Salvadora persica et Boscia senegalensis. La cueillette des fruits au Tchad est une activité pratiquée au niveau national et par toutes les couches sociales et surtout rurales.

Les noix/amandes du karité (Vitellaria paradoxa) font partie des oléagineux les plus utilisés au Tchad. Elles sont utilisées principalement pour la fabrication du beurre, mais le sont aussi dans la médecine traditionnelle et moderne, la cosmétique et la savonnerie. Vitellaria paradoxa est répandue dans le sud de la zone soudanienne avec des densités variables. Les peuplements les plus denses sont observés, en particulier dans les préfectures de Tandjilé, du Logone oriental, du Logone occidental, et du Moyen-chari où des estimations ont donné 50 millions à 60 millions d'arbres de karité, mais seulement quatre à cinq pour cent sont exploités. Dans les deux tiers de la zone soudanienne, on a évalué à 4,6 millions les Vitellaria paradoxa avec une production potentiale de 500 000 tonnes de noix de karité par an.

Le ramassage et la transformation (extraction manuelle de l'huile, fabrication de savon ou de pommades) des noix de karité sont des activités principales pour les femmes. Les revenus obtenus par ces activités ne sont pas négligeables, bien que sa commercialisation soit limitée essentiellement au marché intérieur. Pour une collecte de l'ordre de 120 kg de noix par foyer, on peut estimer des revenus monétaires de la vente entre 5 000 et 20 000 FCFA, soit l'équivalent de 25 à 100 kg de mil achetés au moment des soudures. La part de collecte vendue augmente depuis 10 ou 20 ans, avec les besoins monétaires, au détriment de l'autoconsommation.

En tant que condiment, les espèces suivantes sont utilisées au Tchad: Grewia mollis, Grewia tenax, Bombax costatum, Balanites aegyptiaca et Spirlunia platensis.

Togo

Le karité (Vitellaria paradoxa) possède de multiples avantages mais le plus important est son intérêt économique, du fait de l'extraction du «beurre de karité», utilisé aussi bien dans l'alimentation humaine qu'en cosmétique (rouge à lèvres). Les qualités médiocres servent pour la fabrication du savon ou des bougies. On l'utilise également pour fabriquer du chocolat. La pulpe du fruit est consommée par le bétail. Dans les conditions idéales, le rendement par arbre est de 15 kg par an.

La pulpe du néré (Parkia biglobosa) contient jusqu'à 60 pour cent de sucre. Les graines sont transformées en une boule noirâtre utilisée comme ingrédient dans les sauces. Le baobab (Adansonia digitata) présente de multiples usages alimentaires, avec les feuilles, la pulpe des fruits et les graines. En plus, le baobab a des utilisations variées dans la pharmacopée.

Tunisie

Les graines comestibles du pin d'Alep (Pinus halepensis) et de pin pignon (Pinus pinea) sont récoltées dans les forêts tunisiennes. Surtout les graines du pin d'Alep sont commercialisées en grandes quantités (10 000 tonnes par an), tandis que seules de petites quantités de pin pignon sont commercialisées à cause de leur disponibilité limitée. La production des graines du pin pignon s'accroîtra dans les années à venir à cause de l'entrée en production des peuplements créés artificiellement au lendemain de l'indépendance.

Environ 13 500 ha des nappes naturelles du caprier Capparis spinosa sont exploitées pour la cueillette des câpres. Une partie des câpres est exportée par les industriels en conserve alimentaire.

Les champignons sauvages comestibles sont cueillis dans les forêts humides du nord-ouest. Dans une bonne année, jusqu'à 20 tonnes peuvent être collectées.



[Contents]