Page précédente Table des matières Page suivante


SUISSE

Introduction

Au cours des dix dernières années, l'agriculture biologique s'est développée de manière dynamique en Suisse. La surface de terres agricoles exploitées selon les normes biologiques augmente rapidement. A la fin 2000, les terres agricoles utilisées pour l'exploitation biologique atteignaient quelque 95 000 hectares (9 pour cent), y compris les terres en cours de conversion à l'agriculture biologique. Depuis 1990, les exploitations biologiques ont été presque multipliées par huit. A la fin 2000, il y avait 5 850 exploitations biologiques, soit 9,2 pour cent de toutes les exploitations agricoles en Suisse. Il faut s'attendre à une poursuite de l'augmentation des conversions à l'agriculture biologique ces prochaines années, quoiqu'à un taux de croissance moins rapide.

Figure 1: Agriculture Biologique Suisse - nombre d'exploitations (1990 - 2000)

Source: FiBL, 2001
Parallèlement à l'offre croissante de produits biologiques, le marché biologique suisse se développe également de manière dynamique. Le chiffre d'affaires des produits certifiés biologiques était estimé à 770 millions de Francs suisses en 2000 (soit 2 pour cent du marché alimentaire suisse total).

1. L'agriculture biologique en Suisse

En termes de superficie, les cultures biologiques les plus importantes en Suisse sont les céréales à pain, les céréales à fourrage, les légumes et les pommes de terre. Les principaux produits biologiques d'origine animale sont le lait, la viande ou les produits carnés, les œufs et les produits laitiers, ces derniers constituant le groupe de produit le plus important. Les produits biologiques sont cultivés sur des exploitations familiales privées, dont la taille moyenne est de 16 hectares.

1.1 Les principaux produits de l'horticulture biologique

La production de légumes biologiques a commencé en 1947 avec la création d'une coopérative de culture et de transformation (connue aujourd'hui sous le nom de Bio Gemüse AVG Galmiz). Au début des années 90, les terres en production légumière biologique atteignaient 250 hectares, alors qu'en 1999[31] elles se sont multipliées pour arriver à environ 850 hectares, ce qui représente quelque 10 pour cent de la surface totale de production légumière en Suisse.

Environ 650 exploitations biologiques ont leur propre production de légumes. Cependant, seulement 5 pour cent de ces exploitations ont des superficies légumières supérieures à 5 hectares. Environ 70 pour cent des exploitations horticoles ont moins de 1 hectare en production légumière.

La production totale de légumes biologiques était estimée en 1999 entre 20 000 et 25 000 tonnes. Les principaux produits sont les carottes, les choux et le céleri (voir tableau 1). La part des oignons biologiques dans la production totale d'oignons est faible par rapport à d'autres légumes; ceci est principalement dû aux problèmes de production liés à la culture d'oignons (comme les mauvaises herbes et la rouille).

La surface réservée à la production biologique de serre est de 26 hectares seulement, dont environ deux tiers sont utilisés pour la production de tomates. Une culture de serre importante est le concombre.

Tableau 1: Production et rendement relatif des principales cultures légumières stockées

Culture

Superficie biologique (ha)

Pourcentage de la superficie biologique par rapport à la superficie totale par culture (%)

Rendement des produits biologiques par rapport à l’agriculture raisonnée (%)

1997

1999

1997

1999

1997

1999

Carottes

20

74

3.8

12

79

83

Céleri

4

16

2.4

11

86

91

Betteraves

0

12

0

15

125

83

Choux

6

32

2.3

14

83

52

Oignons

5

17

1.5

5

53

33

Source: SZG, 1999.
En 1999 la production de fruits représentait 313 hectares et la production de baies 49 hectares. Le tableau 2 donne une indication de la taille et du rendement relatifs des fruits les plus importants. Les pommes constituent le principal fruit biologique, avec une superficie totale de 213 hectares. Entre 3 et 5 pour cent des pommes sont produits de manière biologique.

Tableau 2: Vue d'ensemble de la production et des rendements relatifs de la production des principaux fruits biologiques

Catégorie

Nombre d'exploitations

Superficie (ha)

Rendement estimé des produits biologiques par rapport à l’agriculture raisonnée (%)

Fruits




Pommes

366

213

70-80

Abricots

36

13

70

Poires

93

34

70-80

Cerises

41

10

60-70

Surfaces de fruits mixtes

125

54

-

Pêches

2

0.3

70.80

Prunes

31

6.5

70-80

Baies/Kiwis




Mûres

41

2.8

80

Fraises

99

11.1

70

Myrtilles

25

1.8

80

Framboises

121

7.3

80

Baies de sureau

10

1.5

80

Cassis

15

0.4

80

Groseilles

37

2.3

80

Kiwis

10

14.9

80

Groseilles à maquereau

12

0.4

80

Surfaces de baies mixtes

70

6.4

-

Source: Hartnagel, 2000.
1.2 La politique gouvernementale concernant l'agriculture biologique

Depuis 1993, deux formes d'appui direct aux agriculteurs existent en Suisse: les versements directs à tous les agriculteurs - biologiques et non biologiques - et les versements aux agriculteurs qui produisent de manière à préserver l'environnement et le bien être des animaux. Le Bureau Fédéral pour l'Agriculture est en charge de la gestion de ce système de versements. L'Ordonnance sur les versements directs dans l'agriculture (Verordnung über die Direktzahlungen in der Landwirtschaft 910.13) contient des dispositions se rapportant aux versements pour l'agriculture biologique. Elle constitue la base des dépenses directes motivées par l'écologie en Suisse, et est une expression de l'objectif de la politique agricole suisse de promouvoir l'agriculture biologique. Il n'existe pas d'appui financier fédéral pendant la conversion; cependant, cinq cantons offrent une aide. Ces dernières années, la différence entre les versements aux exploitations en général et ceux aux agriculteurs biologiques s'est amenuisée de manière significative. Ainsi, sur la base de structures de paiement direct, les incitations à se convertir à l'agriculture biologique sont moins importantes qu'au début et au milieu des années 90.

Le nombre d'exploitations se convertissant à l'agriculture biologique à l'avenir devrait se réduire en raison des conditions du marché. Le montant payé par hectare pour les exploitations biologiques augmentera peu, mais le total des dépenses globales augmentera en raison de la superficie croissante en production biologique. Certains cantons devraient réduire leurs versements pour la conversion à cause de pressions financières.

2. Le marché suisse des fruits et légumes biologiques

Ces dernières années, l'offre en légumes biologiques a fortement augmenté en Suisse. Les augmentations de la production nationale et une forte demande en fruits et légumes biologiques ont influencé de manière positive le développement de la filière biologique. Une enquête menée dans la partie germanophone de la Suisse en 1997 a montré que les légumes et les fruits sont un des groupes de produits biologiques les plus demandés, avant les œufs, la viande et le lait.

2.1 Les ventes de fruits et légumes biologiques: les principaux produits

Avant les années 90, les fruits et légumes biologiques étaient principalement vendus par le biais de marchés hebdomadaires. Habituellement, la production se concentrait sur les légumes transformés et conservés. Au cours de la dernière décennie, il y a eu une croissance soudaine de l'offre en légumes biologiques frais. Le tournant se situe en 1993 lorsque COOP, la seconde chaîne détaillante en Suisse, a lancé la ligne «Naturaplan». La production a été multipliée par trois entre 1993 et 1997. Aujourd'hui, 10 pour cent de tous les légumes vendus par COOP sont biologiques.

Les fruits biologiques détiennent une part de 5 pour cent du marché fruitier total, alors que les légumes biologiques représentent 10 pour cent du marché des légumes (en 2000). Pendant la fin des années 90, une forte croissance de la production et des ventes de fruits et légumes biologiques a été observée. Les raisons de cette croissance incluent le développement d'une meilleure protection végétale et une introduction massive de fruits et légumes dans les supermarchés. De plus, l'appui du gouvernement a contribué à la croissance observée.

Parmi les fruits biologiques, les pommes et les poires sont importantes. Les experts pensent que le potentiel de marché pour les pommes biologiques se situe entre 10 et 20 pour cent. La plus importante variété de pommes est la «Golden Delicious», suivie par «Maigold» et «Idared». Le pourcentage de poires biologiques dans la production totale de poires était d'environ 3 pour cent en 2000. La principale variété est «Gute Luise», qui représente 75 pour cent de toutes les poires biologiques.

Les légumes biologiques les plus importants sont les carottes, les choux et le céleri, alors que, en raison de problèmes liés aux mauvaises herbes et aux maladies, les oignons biologiques représentent une part des ventes très faible - seulement 4-5 pour cent.

2.2 Les prix moyens au niveau de la vente au détail et primes par rapport aux produits conventionnels

Les primes de prix sur les produits biologiques varient en fonction du groupe de produits et du type de marché. Elles sont en partie déterminées par des coûts de production et de distribution plus élevés, mais aussi par la volonté des consommateurs de payer une prime. Elles ont tendance à être plus importantes dans les magasins alimentaires biologiques spécialisés/magasins d'alimentation naturelle, et moins importantes dans les supermarchés et les points de vente dominants. Dans les deux derniers types de points de vente, les primes pour les groupes de produits suivants sont environ:

  • Légumes:

40-80 pour cent

  • Pommes de terre:

50 pour cent

  • Fruits et noix:

50-60 pour cent


La majorité des consommateurs acceptent une prime de 10-30 pour cent pour les produits biologiques, avec une volonté quelque peu plus grande de payer une prime pour des produits végétaux cultivés de manière biologique que pour des produits animaux produits de manière biologique. Cependant, si la qualité des fruits et légumes frais est au-dessus de la moyenne, les consommateurs payeront plus probablement des prix plus élevés. Les consommateurs sont aussi disposés à payer une prime plus élevée pour des produits de spécialité.

Tableau 3: Comparaison des prix au producteur pour les fruits et légumes biologiques et conventionnels


Conventionnel 2000 (Fr/kg)

Biologique 2000 (Fr/kg)

% Prime

Fruits frais




Pommes

0,48-1,06

1,60-2,00

133,8

Poires

1,05-1,90

1,90-2,20

39,0

Légumes frais




Aubergines

1,90-2,90

2,20-3,10

10,4

Brocolis

2,00-4,00

2,50-4,20

8,3

Carottes

0,40-1,40

1,00-1,70

50

Fenouil

1,40-2,80

1,80-2,80

9,5

Courgettes

1,00-2,90

1,30-3,20

15,4

Concombres

0,6-1,10

0,80-1,60

41,2


(pièce)

(pièce)


Poivrons

1,80-3,70

2,90-4,80

36,4

Tomates

1,50-2,70

1,20-2,90

-2,3

Tomates cerises

4,00-6,00

4,40-6,70

11

Céleri

0,70-1,60

1,30-2,20

52,2

Poireaux

1,00-4,80

1,40-4,90

8,6

Cresson

8,00-9,00

9,00-10,50

14,7

Choux-fleurs

1,00-3,00

1,60-3,50

22,5

Radis

0,70-1,00

0,80-1,20

17,6

Choux de Bruxelles

2,80-2,90

2,80-3,10

3,5

Choux chinois

0,70-1,40

1,00-1,80

33,3

Carottes

0,38

0,70

84,2

Betteraves

0,47

0,55

17,0

Céleri

0,75

1,20

60

Choux rouges

0,60

0,85

41,7

Choux blancs

0,60

0,75

25

Choux de Savoie

0,80

1,10

37,5

Grands oignons

0,50

0,80

60

Oignons moyens

0,50

0,80

60

Source: LBL/FiBL Preiskatalog 2000.
2.3 Les réseaux de distribution (grossistes, supermarchés, magasins spécialisés, ventes à la ferme)

Les supermarchés représentent 70 pour cent des ventes totales de légumes biologiques frais et conservés en Suisse. Le lancement par COOP de son programme écologique/biologique «Naturaplan» a provoqué une multiplication par trois de la surface de production de légumes biologiques depuis 1993. Les fruits frais sont disponibles par le biais des chaînes détaillantes. Cependant, la gamme n'est pas complète, principalement en raison de problèmes de qualité. Les jus de fruits et les nectars très demandés (oranges, pommes et poires) tendent à être vendus par le biais des chaînes de supermarchés, alors que les sirops, les mélanges et jus d'autres fruits tendent à ne se trouver que dans les magasins spécialisés.

Le tableau 4 montre les réseaux de vente des légumes et fruits biologiques en Suisse. Les chaînes détaillantes constituent le réseau le plus important pour la vente de légumes et fruits biologiques. La commercialisation directe représente entre 15 et 20 pour cent des ventes dans les deux groupes de produit.

Tableau 4: Principaux réseaux de ventes pour les légumes, fruits et pommes de terre biologiques, 2000

Réseaux de vente

Fruits biologiques

Légumes biologiques

Chaînes détaillantes

50

70

Commercialisation directe

20

15

Autres

30

15

Total

100

100

Source: FiBL
COOP et Migros, deux chaînes de supermarchés, devraient de plus en plus dominer les ventes. Depuis l'entrée de ces deux chaînes de supermarchés dans le secteur biologique, respectivement au début et au milieu des années 90, les ventes de produits biologiques ont fortement augmenté. Actuellement, environ 60 pour cent de tous les produits biologiques sont vendus par le biais de ces chaînes de supermarchés.

Depuis 1995, Migros vend des fruits et légumes biologiques sous son propre label et son propre programme de normes «Migros-Bio». En 1999/2000 ces produits avaient un chiffre d'affaires de 8,2 millions de Francs suisses. La même année, Migros avait un chiffre d'affaires de 31,8 millions de Francs suisses. Migros a 40 fournisseurs de fruits biologiques et 70 fournisseurs de légumes biologiques. COOP vend des légumes biologiques depuis 1993 et des fruits biologiques depuis 1997 dans le cadre de son «Naturaplan». Ce détaillant a vendu environ 15 000 tonnes de légumes biologiques au cours de l'année 2000. Bien qu'il n'y ait pas de données détaillées, les produits de consommation courante (par exemple, les salades préemballées), les herbes aromatiques et les choux de Bruxelles génèrent le plus fort chiffre d'affaires. COOP et Migros proposent chacun environ 30 produits dans les fruits biologiques et 80 produits dans les légumes biologiques. Les coordonnées de ces supermarchés et sociétés grossistes, importateurs et agents qui sont spécialisés dans l'importation de produits biologiques sont données en annexe I.

2.4 Les tendances (taux de croissance des ventes, produits dominants, attitudes du consommateur et du détaillant)

Le groupe de produits des fruits et légumes sera abordé par sous-groupes suivants: légumes frais et conservés, légumes transformés, fruits frais, jus de fruits et fruits séchés.

Les légumes frais et conservés

Selon le type de point de vente et la région, plus de 25 pour cent des légumes vendus sont cultivés de manière biologique. Ceci est valable à la fois pour les détaillants spécialisés et les supermarchés, qui représentent maintenant environ 70 pour cent des ventes de légumes biologiques. Ces dernières années, la croissance annuelle du chiffre d'affaires a atteint 10 pour cent. Ce taux de croissance devrait grimper à 20 pour cent dans les prochaines années. Cependant, il existe actuellement un équilibre entre l'offre et la demande en légumes frais. En fait, certains opérateurs suisses cherchent à exporter des légumes biologiques vers le Royaume-Uni et l'Allemagne. Les experts estiment que la situation future du marché des légumes frais sera bonne, et s'attendent à ce que les perspectives des légumes conservés restent également bonnes. Les carottes, différents types de choux, les brocolis et les oignons continueront d'être les principaux produits.

Les légumes transformés

La tendance en faveur des aliments de consommation courante et des repas prêts à consommer a accru la demande en légumes transformés et devrait se poursuivre dans ce sens. La plus forte demande est celle des produits biologiques de qualité Knospe (le label «Bourgeon» de BIO SUISSE). Certaines sociétés se sont déjà spécialisées dans ce domaine. Les sociétés plus récentes sont également intéressées par l'exportation de légumes transformés. Comme avec les légumes frais, plus de la moitié de ces produits sont vendus dans les chaînes de supermarchés COOP et Migros. Le demande du secteur de la restauration devrait augmenter. La situation du marché des légumes transformés, comme les épinards, est celle d'une sous-offre. Les experts estiment la situation du marché comme bonne ou très bonne, maintenant et dans un avenir prévisible.

Les fruits frais

La culture biologique de fruits à pépins et de fruits à noyau a connu une amélioration radicale de la qualité au cours des années 90, grâce à des méthodes de production nouvellement développées et de nouvelles variétés résistantes aux maladies.

Cependant, la culture de cerises biologiques n'a pas progressé au-delà d'un stade initial à cause de problèmes techniques de culture persistants (problèmes de maladies, mouche de la cerise). Les chaînes détaillantes sont néanmoins extrêmement désireuses de compléter leurs gammes biologiques. Ainsi, le potentiel de développement est assez attractif, promettant de bonnes opportunités de ventes futures pour les fruits à pépins (surtout les pommes et les poires) et les fruits à noyau (surtout les cerises, les abricots et les pêches). Ceci est valable en particulier pour les fruits qui sont encore sous-représentés sur le marché. A présent, il existe un bon potentiel pour les importateurs de pommes et de cerises car il y a un déficit de l’offre. Le volume du marché des agrumes augmente actuellement de 20-30 pour cent par an.

Les jus de fruits

Les jus de pommes, de poires et de raisin sont produits en Suisse depuis de nombreuses années, avec les jus et les sirops de divers autres fruits (cassis, fraises, etc.). Vers la fin des années 90, les ventes de ces jus de fruits ont augmenté de 80 pour cent par an. Elles se sont bien établies, pas seulement dans les magasins d'alimentation naturelle mais aussi dans les points de vente des chaînes de supermarchés. Les jus d'agrumes et de fruits exotiques, d'un autre côté, peuvent seulement s'acheter dans les magasins spécialisés et rarement dans les supermarchés, bien qu'il y ait un intérêt considérable pour ces jus de fruits. La demande devrait augmenter brusquement ces prochaines années, pour les jus d'oranges biologiques en particulier. Les fabricants d'aliments pour enfants figurent en tête des acheteurs de jus de fruits exotiques. Les experts ont une vision positive du développement futur: ils s'attendent à ce que la croissance annuelle des ventes de jus biologiques atteigne 40 pour cent, et même plus à court terme pour les jus d'oranges et de pamplemousses.

Les fruits séchés et les fruits à coque

Les fruits séchés et les noix de production biologique sont relativement simples du point de vue de la gestion logistique et jouent un rôle clé dans des produits composites comme le «Muesli» et les aliments cuits au four. On peut s'attendre à une croissance de la demande, en particulier de la part des boulangers. Les fruits à coque sont le produit le plus important et offrent le meilleur potentiel de croissance. Les fruits séchés sont déjà bien implantés et disponibles à la fois dans les magasins d'alimentation naturelle et dans les supermarchés. Les perspectives futures du marché sont bonnes. A moyen terme, on peut s'attendre à un taux de croissance annuelle de 5-10 pour cent.

Tableau 5: Le marché et les perspectives de croissance pour les sous-groupes de fruits et légumes

Sous-groupe de produit

2000

2003

Légumes frais

Bon

Bon

Légumes conservés

Moyen

Moyen

Légumes transformés

Bon

Bon

Fruits frais

Bon

Bon

Jus de fruits

Bon

Très bon

Fruits séchés

Bon

Bon

Échelle: Très bon, bon, moyen, médiocre.

Source: Étude SIPPO, 2001.

2.5 Les attitudes du consommateur

Les aliments biologiques ne sont en aucune manière des nouveautés sur le marché suisse. Cependant, l'industrie et le commerce agro-alimentaires ne prêtent attention à la demande croissante que depuis ces 10-15 dernières années. La demande accrue en aliments biologiques est due à une variété de facteurs clés, y compris:

Une enquête de BIO SUISSE indique que 27 pour cent des personnes interrogées achètent des produits biologiques au moins une fois par semaine, 40 pour cent en achètent moins d'une fois par semaine et 25 pour cent n'en achètent jamais (figure 2). Alors que par le passé les consommateurs de produits biologiques étaient principalement ceux qui associaient un régime biologique à un style de vie holistique et écologique, aujourd'hui un nombre croissant de consommateurs moyens ont une attitude positive à l'égard des produits biologiques. Cependant, cela ne se traduit par une demande réelle que par le moyen d'offres attractives. Ainsi, les efforts commerciaux des chaînes détaillantes en Suisse sont essentiellement orientés vers une meilleure satisfaction des aspirations des consommateurs à des aliments sains, naturels et agréables, mais aussi à des produits biologiques à la mode.

Figure 2: Fréquence d'achat de produits biologiques en Suisse (Les schémas d’achat de produits bioogique par les consommateurs suisses en 2000)

Source: BIO SUISSE, 2001
2.6 Les principales contraintes au développement du marché

En termes généraux, les restrictions aux importations en Suisse constituent le principal facteur contraignant au développement du marché: la production nationale est protégée par des taxes commerciales imposées pendant les phases où l'offre nationale est bonne. Cependant, les phases de taxes élevées doivent alterner avec des phases de taxes faibles. Ces périodes de taxes peu élevées coïncident principalement avec des périodes d'offre nationale insuffisante (entre novembre et avril) et représentent la meilleure opportunité pour entrer sur le marché.

En parallèle, une gamme de facteurs liés au consommateur restreint la croissance du marché des aliments biologiques:

3. Les importations de fruits et légumes certifiés biologiques en Suisse

3.1 Réglementation de l'accès au marché

Environ deux tiers des produits biologiques vendus en Suisse sont produits localement. Le reste consiste en grande partie en produits qui ne peuvent pas se cultiver en Suisse, comme la café ou les agrumes. Les négociants et détaillants suisses préfèrent les denrées produites localement lorsque cela est possible. Cependant, les importations prennent une place importante pour compléter les offres locales de saison et pour parer aux goulets d'étranglement de l'offre. Cela appelle des réactions rapides à la situation du marché de la part des exportateurs et des importateurs. Les quotas d'importation sont déterminés chaque semaine et peuvent donc changer très rapidement.

Habituellement, les fruits et légumes sont importés pour compenser les fluctuations saisonnières de l'offre. Ainsi, l’essentiel pour les importateurs est de comprendre que les quotas d'importation des fruits et légumes sont établis en coordination avec la disponibilité saisonnière de produits suisses.

Les importations de produits en provenance de pays hors CE en Suisse (et aussi dans la CE) sont réglementées par le moyen d'exigences équivalentes: la production, l'inspection, la certification et l'étiquetage de produits biologiques dans les pays en développement et les pays en transition doivent se conformer aux conditions équivalentes à celles contenues dans l'Ordonnance Suisse sur l'Agriculture Biologique. Le «Knospe» (Bourgeon, en français), le label de BIO SUISSE, est en complément, mais souhaitable, car il a une forte reconnaissance auprès du consommateur et est souvent exigé par les détaillants ou les industriels de l'agro-alimentaire.

Afin qu'un produit importé soit commercialisé comme biologique, les producteurs, les industriels de l'agro-alimentaire et les exportateurs du pays d'origine, ainsi que les importateurs suisses, doivent être certifiés au moins une fois par an par un organisme d'inspection habilité. Les organismes d'inspection et de certification doivent se conformer aux normes EN-45011 ou ISO-65 et obtenir l'habilitation du Bureau Fédéral Suisse de Métrologie (Eidgenössisches Amt für Messwesen).

3.2 Les importations venant de pays inscrits sur la Liste Pays

Les pays dans lesquels le gouvernement impose des conditions sur les produits biologiques équivalentes à celles appliquées en Suisse, et dans lesquels le respect de ces conditions est garanti, peuvent être inclus sur une Liste Pays par le Département Fédéral des Affaires Économiques (Eidgenössische Volkswirtschaftsdepartement, EVD) (Annexe IV de l'Ordonnance sur l'Agriculture Biologique). Les pays souhaitant être inclus dans cette liste doivent présenter une demande au Bureau Fédéral Suisse pour l'Agriculture (FOAG; Bundesamt für Landwirtschaft, BLW), en donnant des détails montrant que leurs réglementations de la production et leurs systèmes d'inspection sont équivalents.

A présent, tous les pays de la CE ainsi que la République tchèque, la Hongrie, Israël, l'Argentine et l'Australie sont inclus sur la Liste Pays de la Suisse. Les importations biologiques en provenance de ces pays sont sujettes à des procédures d'approbation plus simples. Pour de telles importations, l'exportateur doit obtenir un certificat d'importation (Einfuhrbescheinigung) de la part de l'organisme de certification dans le pays d'origine. Ce certificat est présenté à l'importateur en Suisse. Il est demandé par l'organisme de certification lorsque l'inspection annuelle des activités est effectuée. De plus, ce document confirme que le produit importé est un produit biologique. Jusqu'à la fin 2000, la Liste Pays de la Suisse ne se rapportait qu'aux produits biologiques d'origine végétale. Depuis le 1er janvier 2001, elle inclue aussi les produits biologiques d'origine animale.

3.3 Les importations de pays non approuvés hors CE

Comme la CE, la Suisse a un système d'«autorisation individuelle». Pour les importations directes en provenance de pays qui ne sont pas inclus sur la Liste Pays, l'importateur en Suisse doit présenter une demande d'autorisation individuelle auprès du Bureau Fédéral pour l'Agriculture (FOAG) ainsi qu'une attestation d'équivalence pour le produit en question et son producteur. Les autorisations individuelles sont listées chaque année dans la gazette commerciale officielle suisse (Schweizerische Handelsamtsblatt). C'est seulement lorsque l'autorisation individuelle a été accordée que le produit peut être importé en Suisse comme produit biologique. Chaque livraison doit être accompagnée d'un certificat d'importation.

3.4 Les réglementations douanières et la TVA

Pour les produits biologiques, les tarifs et règlements douaniers généraux s'appliquent. Des droits de douane élevés sont prélevés sur une gamme de produits agricoles comme le sucre, les céréales, les huiles végétales et les produits laitiers. Pour certains produits, des licences spéciales d'importation sont également nécessaires; cependant, elles ne sont accordées qu'aux importateurs suisses. Les droits de douane prélevés sur les produits transformés sont plus élevés que ceux des matières premières. De plus amples détails sont donnés dans l'Ordonnance suisse sur les importations agricoles (Schweizerische Agrareinfuhrverordnung).

Comme dans la CE, des droits de douane préférentiels peuvent s'appliquer aux importations de certains produits agricoles de pays en développement et de pays en transition, conformément au système de préférences tarifaires suisse (Système Généralisé de Préférences); ceux-ci sont inférieurs aux tarifs qui sont habituellement appliqués. Les importations en provenance des Pays les Moins Avancés sont exemptées de droits de douane pour la majorité des rubriques des tarifs douaniers. Une liste complète et actualisée des tarifs douaniers peut être obtenue sur demande auprès de l'Administration Fédérale Suisse des Douanes (Eidgenössische Zollverwaltung). Les importateurs paient une taxe sur la valeur ajoutée de 2,4 pour cent (à partir de 2001) sur les aliments qu'ils importent en Suisse. Le taux de TVA est le même pour les biens importés et pour ceux produits en Suisse.

3.5 Les exigences posées par la législation sur l'alimentation

Les aliments produits de manière biologique de même que les aliments produits de manière conventionnelle, qu'ils soient importés ou non, sont soumis aux lois et ordonnances suisses concernant les aliments. Les pièces clés de la législation et de la réglementation sont données dans l'annexe IV. Ces ordonnances se rapportent principalement aux aliments emballés pour le consommateur et ne concernent pas directement les importations en vrac. Les exportateurs étrangers vers le marché suisse devraient cependant prendre ces exigences en considération puisque les produits finaux transformés à partir des matières premières importées doivent s'y conformer.

3.6 Les importations totales d'aliments biologiques (volume)

La figure 3 donne les estimations des pourcentages des importations de produits biologiques. La figure montre qu'approximativement 15 pour cent des fruits et légumes biologiques sont importés en Suisse.

Figure 3: Estimations des pourcentages d'importation des produits biologiques en Suisse

Source: FiBL (estimations), 2000. NB: Les deux catégories se rapportant aux fruits et légumes incluent les niveaux d'importation pour les fruits et légumes ensemble. Cependant, les importations de fruits sont en fait plus élevées que celles des légumes. Ainsi, ces chiffres ne correspondront pas aux calculs effectués en utilisant les données des tableaux 6 ou 7.
Le tableau 6 montre l'estimation de la production nationale et des importations par principaux groupes de produit.

Tableau 6: L'offre biologique nationale et les importations vers la Suisse, 2000

Groupe de produit

Production nationale (t)

Importations (t)

Légumes

30 000

2 500

Fruits frais

6 490

3 000

Fruits séchés et noix

*

485

Jus de fruits

*

260

* Pas de donnée disponible.

Source: FiBL sur la base des chiffres de FiBL, BIO SUISSE, bio.inspecta, Bureau Fédéral Suisse des Statistiques, 20003.8

3.7 La composition des importations de fruits et légumes biologiques par produit (volume)

Le tableau 7 montre le volume des importations des fruits et légumes. Sur la base des chiffres des produits importés sous le label «Knospe» (Bourgeon) de BIO SUISSE, les importations en provenance d'autres sources et les importations totales ont été calculées. Le tableau montre que la plupart des importations sont celles de produits qui ne peuvent pas être cultivés en Suisse ou qui sont en sous-offre dans certaines périodes, comme l'hiver.

Tableau 7: Les importations vers la Suisse de fruits et légumes biologiques, 2000

Produit

Importations BIO SUISSE Knospe

Importations (autres programmes)*

Importations biologiques totales*

Produit

Importations BIO SUISSE Knospe

Importations (autres programmes)

Importations biologiques totales*

Fruits




Légumes




Agrumes

1294

760

2054

Choux-fleurs

311

183

494

Figues

211

124

335

Pommes de terre

287

169

456

Bananes

137

80

217

Tomates (et produits)

238

140

378

Fraises (y compris surgelées)

86

51

137

Oignons

166

98

264

Pêches (y compris surgelées)

79

46

125

Betteraves

105

62

167

Raisin

63

37

100

Fenouil

81

48

129

Abricots

62

36

98

Concombres

55

32

87

Pommes

58

34

92

Brocolis

72

42

114

Prunes

45

26

71

Divers légumes

117

69

186

Nectarines

43

25

68

Carottes

34

19

53

Abricots secs

25

15

40





Total

2103

1234

3337

Total

1466

862

2328

*Estimations basées sur les chiffres BIO SUISSE des importations effectuées sous son label «Knospe» (Bourgeon).
3.8 Les tendances pour chaque groupe de produit

Les légumes frais et de réserve

Les importations de légumes frais sont en augmentation constante. Les principaux pays d'origine des légumes biologiques importés sont l'Italie et la France. De plus petites quantités sont importées d'Espagne, d'Allemagne, des Pays-Bas, d'Autriche, d'Israël et du Canada. A l'avenir, plus de légumes devraient être achetés dans les pays méditerranéens, surtout en hiver, et d'Israël et d’Égypte en particulier. L'Allemagne et l'Autriche devraient également fournir plus de légumes biologiques.

Les légumes transformés

La plupart des légumes transformés sont produits sur le sol national, alors que l'Italie est le principal fournisseur extérieur (par exemple les tomates, les artichauts). De plus petites quantités sont achetées en France, en Hongrie, en Allemagne et aux Pays-Bas. Il existe une ouverture limitée sur le marché suisse pour les légumes transformés des pays étrangers plus lointains, à condition qu'ils soient transportés par bateau. Pour une gamme de produits similaire donnée, les pays voisins possèdent un avantage puisque le transport des denrées sur longue distance à partir de pays étrangers plus lointains est désapprouvé pour des raisons écologiques.

Les fruits frais

En raison de facteurs climatiques, les abricots et les pêches sont peu cultivés en Suisse, et sont donc principalement importés de pays méditerranéens. Les agrumes et les fruits exotiques sont exclusivement importés. Les citrons et les oranges proviennent d'Italie et d'Espagne. Les bananes proviennent essentiellement de la République dominicaine et en de plus petites quantités du Mexique et d'Ouganda. Les mangues et les pamplemousses viennent du Ghana, les ananas et les fruits de la passion d'Ouganda. D'autres fruits arrivent d'Israël, d'Allemagne, d'Autriche, d'Argentine et du Chili.

Le marché des fruits exotiques est encore très jeune et a un fort potentiel à la fois dans le secteur de l'épicerie fine et dans les points de vente normaux dominants. En ce qui concerne les légumes frais, des droits élevés sont imposés sur les variétés locales de fruits lorsque l'offre nationale est bonne. Au cours des périodes de pénurie de l'offre suisse, des droits moins élevés et des quotas d'importation plus grands sont appliqués à ces mêmes sortes de fruits.

Le tableau 8 présente les pronostics de tendance pour chaque produit des importations de fruits et légumes vers la Suisse.

Tableau 8: Tendance de croissance des importations jusqu'en 2002

Produit

Tendance du développement jusqu'en 2002

Produit

Tendance du développement jusqu'en 2002

Fruits


Légumes


Oranges


Artichauts


Citrons


Asperges


Figues


Aubergines


Bananes


Betteraves


Prunes


Brocolis


Raisin


Choux de Bruxelles


Abricots


Carottes


Pommes


Choux-fleurs


Nectarines


Chicorée


Poires


Concombres


Kiwis


Fenouil


Dattes


Poireaux


Ananas


Oignons


Pamplemousses


Poivrons


Avocats


Pommes de terre


Pêches


Salades




Épinards




Tomates




Courgettes


Clé:

Importations en baisse de plus de 10 pour cent par an
Importations en baisse jusqu'à 10 pour cent par an
Importations stables
Importations augmentant jusqu'à 10 pour cent par an
Importations augmentant de plus de 10 pour cent par an

Source: Estimations d'experts, 2001.

Les jus de fruits

Les jus de pommes, de poires et de raisin proviennent essentiellement de Suisse. Les jus d'oranges sont principalement importés d'Italie, d'Israël et du Brésil. D'autres pays d'origine sont le Mexique, l'Uruguay et le Honduras. L'approvisionnement en jus d'agrumes de pays tropicaux et subtropicaux (Amérique latine) augmente chaque année. Le marché bien implanté des jus suisses traditionnels (pommes, poires, etc.) est complété par les jus d'agrumes biologiques et les jus de fruits exotiques, un marché qui n'était pas aussi bien alimenté par le passé.

Les fruits séchés et les fruits à coque

Les produits de ce groupe sont faciles à importer en Suisse: la production nationale est loin de suffire à satisfaire la demande existante, et l'interdiction de BIO SUISSE d'importer des produits biologiques par voie aérienne n'est pas une barrière puisque ces produits se transportent facilement par voie maritime et se conservent bien. Les noix sont essentiellement achetées en Turquie, les amandes en Californie et en Turquie, les figues en Turquie et les dattes en Tunisie. D'autres fruits séchés et à coque proviennent du Maroc, de Tunisie, du Costa Rica et d'Italie.

3.9 Les principaux importateurs et leurs principaux produits (coordonnées en annexe)

Une liste complète des principaux importateurs et de leurs produits est donnée en Annexe I.

3.10 Les cahiers des charges des produits (emballage, qualité, quantités)

Légumes frais et de réserve

Les légumes transformés

Les fruits frais

Les jus de fruits

Les fruits séchés et à coque

3.11 Les réexportations

Certaines sociétés, comme BIOTTA, ont exporté des jus de légumes et de fruits vers l'Allemagne pendant de nombreuses années. L'exportation de ce type de produits transformés devrait augmenter à l'avenir.

3.12 Les contraintes à la croissance de l'importation

Dans le passé, la gamme des produits biologiques importés était assez large. Cependant, les produits biologiques étaient restreints en termes de quantités disponibles, entraînant occasionnellement la frustration des producteurs, des importateurs/exportateurs et des détaillants. Cela peut s'expliquer par les principaux facteurs suivants:

Malgré ces facteurs contraignants, les importations vers la Suisse des aliments et boissons produits de manière biologique sont en augmentation croissante, en particulier pour le blé dur, les céréales à pain et à bétail, le soja, le riz, les agrumes et les fruits séchés.

4. Conclusions: opportunités commerciales pour les pays en développement

Les ventes au détail des produits BIO SUISSE sous le label «Knospe» (Bourgeon) ont augmenté d'environ 80 millions de Francs suisses entre 1998 et 1999, représentant une croissance de 14 pour cent. Selon les experts, le marché suisse des aliments biologiques devrait augmenter de 20 pour cent par an au cours des cinq prochaines années. Dans ce développement, les facteurs les plus importants sont les suivants:

4.1 Sommaire des caractéristiques clés du marché

Le marché suisse des fruits et légumes biologiques augmente rapidement. Les importations sont actuellement utilisées pour combler les vides de l'offre nationale saisonnière et pour fournir des produits qui ne peuvent pas être cultivés en Suisse. Cependant, la demande augmente à un taux supérieur à la capacité d'offre nationale. Cela pourrait être le cas même pour les produits que la Suisse peut facilement produire toute l'année.

La demande est influencée en premier lieu par les chaînes de supermarchés. Les principales chaînes, Migros et COOP, ont toutes deux fortement mis en avant les produits biologiques, et souhaitent élargir leur gamme de fruits et légumes biologiques. Alors que les petits magasins biologiques traditionnels représentent encore un réseau de ventes important, les supermarchés voient clairement grossir leur part de marché.

De manière idéale, les supermarchés souhaitent offrir une gamme complète de produits biologiques correspondant à l'offre conventionnelle. Cette stratégie vise à attirer les consommateurs biologiques occasionnels, qui souhaitent disposer d'une gamme identique à celle de l'alimentation conventionnelle. Étant donné que la majorité des consommateurs sont occasionnels, transformer ces consommateurs en consommateurs biologiques réguliers est la clé pour s'emparer de cette part de marché.

4.2 Les produits ayant les meilleures perspectives commerciales et pour lesquels les pays en développement ont un avantage comparatif

Les principales opportunités d'importation proviennent des produits qui sont facilement transportables. Étant donné que le label de BIO SUISSE interdit le transport par voie aérienne, les fruits et légumes frais et transformés peuvent s'avérer difficiles à importer sous le label BIO SUISSE, à moins que le pays ne soit proche. Cependant, d'autres labels (par exemple Migros Bio) n'interdisent pas le transport par voie aérienne. Les opportunités qui s'offrent aux pays qui ne sont pas géographiquement proches de la Suisse concernent surtout les jus de fruits exotiques ainsi que les fruits séchés et les noix. Les deux types de produits se conservent bien, et peuvent donc être transportés par voie maritime ou terrestre.

Lorsque cette question du transport peut être contournée, des opportunités existent pour les fruits frais qui ne sont pas produits en Suisse. Ce sont habituellement les fruits exotiques et autres fruits, comme les abricots, les poires, les mangues, les pamplemousses, les ananas et les fruits de la passion. Les champignons transformés sont particulièrement demandés en ce moment. Les meilleures opportunités pour les légumes biologiques sont celles d'un approvisionnement du marché pendant les mois d'hiver, lorsque l'offre nationale est inexistante et que les quotas d'importation sont plus élevés.

4.3 Les principales opportunités et contraintes

Les importations vers la Suisse sont limitées par des quotas imposés par le gouvernement. Les exportateurs et les importateurs doivent donc comprendre comment ces quotas fonctionnent et identifier les opportunités saisonnières pour approvisionner les marchés spécifiques lorsque des pénuries de l'offre nationale se produisent.

Il est clair que la demande nationale en fruits et légumes biologiques continuera d'augmenter. Il est moins clair si la demande nationale sera satisfaite par l'augmentation de l'offre nationale. Ainsi, il est possible que les quotas soient un jour rehaussés. Ceci est particulièrement valable puisque les chaînes de supermarchés s'impliquent de plus en plus pour susciter la demande, en essayant de compléter leur gamme de fruits et légumes biologiques et de réduire les pénuries saisonnières. La contrainte sera que les consommateurs suisses ont actuellement une préférence pour les aliments produits localement.

L'accès au marché suisse pour les produits en provenance des pays en développement et des pays en transition est déterminé par les réglementations sur l'équivalence. La production, la transformation, l'inspection, la certification et l'étiquetage des produits biologiques dans ces pays doivent s'accomplir selon des exigences équivalentes à celles de l'Ordonnance Suisse sur l'Agriculture Biologique. Cela ne signifie pas que des procédures identiques sont imposées. En fait, il est souhaitable d'adapter les normes d'agriculture biologique aux conditions locales et de recourir aux organes de certification de ces pays.

L'Institut de Recherche en Agriculture Biologique (FiBL) à Frick peut prêter assistance pour les études de faisabilité et les études de marché détaillées: http://www.fibl.ch. Le Programme Suisse de Promotion des Importations (SIPPO) fait la promotion des importations en provenance des pays en développement et des pays en transition: http://sippo.ch.

4.4 Stratégie de pénétration et recommandations pour le développement des exportations

Quel que soit le produit, les importateurs doivent garder à l'esprit les points suivants:

En général, il est recommandable de recourir aux services d'un importateur pour introduire des produits biologiques en Suisse, plutôt que de les vendre directement à l'industrie ou au commerce alimentaires. Les importateurs peuvent fournir des informations à l'exportateur sur les conditions du marché, les normes de qualité, les restrictions à l'accès au marché et les formalités d'importation. Tout aussi important, ils peuvent fournir les services logistiques nécessaires pour atteindre rapidement le client. De plus, de nombreux acheteurs industriels préfèrent acheter leurs articles à des organismes intermédiaires qui leur sont familiers et qui assument en leur nom la charge de travail préparatoire et les coûts d'importation.

Annexe I

Coordonnées des principaux importateurs de fruits et légumes

Andros
Ch. de la Crétaux
C.P. 413, CH-1196 Gland
Tel: 41 22 995 08 00
Fax: +41 22 995 09 46
Orange juices

Agrexco Ltd.
Jungholzstr. 6, CH-8050, Zürich
Tel: 1-315 76 20
Fax: 1-315 76 70
Fruits/vegetables

Bargosa S.A.-Genève
25. rue Biavignao, CH-1227
Carouge-Genève
Tel: 22-343 71 60
Fax: 22-342 80 72
Fruits/vegetables

Biofamilia AG
Brünigstrasse 141, CH-6072
Sachseln
Tel: 41 666 25 55
Fax: 41 666 25 50
Processed nuts, sugar, dried fruit
into Muesli

Biofarm-Genossenschaft
Postfach 18, CH-4936
Kleindietwil
Tel: 62 957 80 50
Dried fruit and nuts, sugar

Bioforce AG
Abt. Heilpflanzenanbau, CH-9325
Roggwil
Tel: 71 - 454 61 61
Fax: 71 - 454 61 62
Processed vegetables

Biogemüse Galmiz
Zährli 9, CH-3285 Galmiz
Tel: 26 - 670 42 42
Fax: 26 - 670 27 72
Fresh vegetables

Biotta AG
Pflanzbergstr. 8, CH-8274
Tägerwilen
Tel: 71 - 666 80 80
Fax: 71 - 666 80 81
Juices, fresh vegetables

Bonatura AG
Industriestrasse 7, CH-3210
Kerzers
Tel: 31 750 14 26
Fax: 31 750 14 24
Fresh fruits (raspberries)

Eichberg Bio AG
Seetalstrasse 60, CH-5705
Hallwil
Tel: 62 767 61 61
Fax: 62 767 61 67
Fresh fruits, juices, vegetables,
dried fruit and nuts

First Catering Produktion AG
Grindelstr. 9, CH-8303
Bassersdorf
Tel: 01-8369688
Fax: 01-836 98 55
Vegetables/fruits

Frigemo AG Production Cressier
Rte de Neuchâtel 49, CH-2088
Cressier
Tel: 32 758 53 69
Fax: 32 757 17 38
Fresh vegetables

Fruit of Integrity GmbH
Eichberg 32, CH-5707
Seengen
Tel: 62 767 61 74 (MM)
Fax: 62-767 61 60
Dried fruits

Fructo Ltd.
Schlosstrasse 1, CH-4654 Lostorf
Tel: 62-298 30 35
Fax: 62-298 30 36
Banana puree, mango pulp, etc.
frutco@frutco.ch

Gugger-Guillod SA
Rte de l'Industrie 5, CH-1786
Sugiez
Tel: 26 - 673 23 73
Fax: 26 - 673 19 04
Fresh vegetables

Georges Helfer SA
Chemin De Fontenailles,
CH-1196 Gland
Tel: 22 99999 99
Fax: 22-99999 88\
Avocados

Aux mille saveurs SA
Importation et distribution de
fruits et légumes biologiques
Chemin de Sus Vellaz, CH-1137
Yens
Tel: 21-8005201
Fax: 21-8005289
jcserex@worldcom.ch

Hess Import
Haldenstr. 38, CH-8142 Uitikon
Tel: 1-400 42 41
Fax: 1-400 42 42
Dried fruits

Hilcona AG
FL-09494 Schaan
Tel: 75 235 95 95
Fax: 75 232 02 85
Vegetables

Horizonti Kräuterhandel GmbH
Mittelholzerstr. 9, CH-9015
St. Gallen
Tel: 79-220 18 67/71-3112096
Tax: 71-311 46 17/2096
Spices/herbs

HPW Marketing GmbH
Laurenzenvorstadt 79, CH-5000
Aarau
Tel: 62-82215 15
Fax: 62-82226 64
Pineapples

Lavia Diretta
Barigiotta Strasse, CH-6597
Agarone
Tel: 91 859 03 68
Fax: 91 859 03 68
Fresh vegetables, stored
vegetables, potatoes,
stone fruit, berries and cabbage

Lendi
Erboristi
CH-6981, Bedigliora
Tel: 91 606 71 70
Fax: 91 -606 34 91
Tomatoes in oil, mushrooms in oil

Mavena AG
Birkenweg 1-8, CH-3123 Belp
Tel: 31 819 11 11
Fax: 31 819 15 30
Protein plants, pumpkin
seeds for baby food

Erich Meier Früchte + Gemüse
Amriswilerstrasse, CH-8589
Sitterdorf
Fax: 71-42249 76
Vegetables/fruits

Obipektin AG
Industriestr. 8, CH-9220
Bischofszell
Tel: 71-424 73 16
Fax: 71-424 73 90
Fruit extracts

Rimuss-Kellerei Rahm & Co.
Schulgasse 165, CH-8215 Hallau
(SH)
Tel: 52-681 31 44
Fax: 52-681 40 14
Wine/juice

Schläppi & Co.
Stationsstr. 1, CH-3076 Worb 2
Tel: 31-839 22 05
Fax: 31-839 90 45
Dried fruits

Alex Schönenberger & Co.
Fürstenlandstr. 23, CH-9500 Wil
Tel. 71-911 41 33
Fax: 71-911 41 35
Concentrates

Stettler Gewürzspezialitäten
Hauptstr. 13, CH-9562 Märwil
Tel: 71-655 15 34
Fax: 71-655 15 55
Spices/herbs

Unipektin AG
Bahnhofstr. 9, CH-8264 Eschenz
Tel: 52-742 31 31
Fax: 52-742 31 32
Concentrates

Varistor AG
Weststrasse 5, CH-5426 Lengnau
Tel: 56 266 50 60
Fax: 56 266 50 70
Processed vegetables, dried fruit
and nuts, culinary and medicinal herbs

Via Verde
Brunnmatt, CH-6264 Pfaffnau
Tel: 62 747 07 47
Fax: 62 747 07 37
Fresh fruit, juices, vegetables,
dried fruit and nuts,
culinary and medicinal herbs

Annexe II

Liste d’organisations de la filière biologique

Associations agricoles

Demeter Schweiz
(Association for bio-dynamic
agriculture)
Grabenackerstr. 15, Postfach
CH-4142 Münchenstein
Tel: 61 416 06 43
Fax: 61 41 606 44
kuefferheer@dplanet.ch

BIO SUISSE
(Association of Swiss Organic
Agriculture Organizations)
Missionsstrasse 60, CH-4055
Basel
Tel: 61 385 96 10
Fax: 61 385 96 11
bio@bio-suisse.ch
www.bio-suisse.ch

Bioterra
(Swiss association for organic
agriculture)
Dubstrasse 33, CH-8003 Zürich
Tel: 1 463 5514
Fax: 1 463 4849
Bioterra@swissonline.ch
www.bioterra.ch

Organismes de conseil

FiBL - Forschungsinstitut für
Biologischen Landbau
(Research Institute of Organic
Agriculture)
Ackerstrasse, Postfach, CH-5070
Frick
Tel: 62 865 72 72
Fax: 62 865 72 73
admin@fibl.ch
www.fibl.ch

SIPPO - Swiss Import
Promotion Programme OSEC
Stampfenbachstr. 85, PO BOX
492
CH-8035
Tel: 1 365 51 51
Fax: 1 365 52 21
info@sippo.ch
www.sippo.ch

Organismes gouvernementaux

Bundesamt für Landwirtschaft
(Swiss Federal Office for Agriculture)
Mattenhofstrasse 5, CH-3003
Bern
Tel: 31 322 25 11
Fax: 31 322 26 34
www.blw.admin.ch

Bundesamt für Gesundheit
(Swiss Federal Office for Public
Health)
CH-3003 Bern
Tel: 31 322 21 11
Fax: 31 322 95 07
www.admin.ch/bag/

Eidgenössische Zollverwaltung
(Swiss Federal Customs
Administration)
Oberzolldirektion, CH-3003 Bern
Tel: 31 322 65 11
Fax: 31 322 78 72
www.zoll.admin.ch

Bundesamt für Statistik
(Swiss Federal Statistical Office)
Espace de l'Europe 10, CH-2010
Neuchâtel
Tel: 32 713 60 11
Fax: 32 713 60 12
www.statistik.admin.ch

Chaînes de supermarchés

Migros Genossenschafts-Bund
Limmatstrasse 152, CH-8005
Zürich
Tel: 1 277 21 11
Fax: 1-277 23 33/1 277 25 25
www.migros.ch

Coop Schweiz
Thiersteinerallée 12, CH-4002
Basel
Tel: 61 336 66 66
Fax: 61 336 74 91
www.coop.ch

USEGO AG
Industriestrasse 25, CH-8604
Volketswil
Tel: 1 - 947 14 14
Fax: 1 945 05 60
www.usego.ch

Manor AG
Reggasse 34, CH-4058 Basel
Tel: 61 686 11 11
Fax: 61 681 11 92
www.manor.ch

Restauration

Gate Gourmet - Zürich AG
CH-8058 Zürich-Flughafen
1 812 12 12
1 812 91 92
www.swissair.com/ourservices/ai r/gourmet.htm

Annexe III

Autres sources d’information sur le marché biologique suisse

Web information corner for the food and organic market in Switzerland

http://naturaplan.coop.ch/index.htm
Information on the 'NATURAplan' range by COOP and Webcams at various organic production sites (German site).

http://www.migros.ch/
Overview of the Migros supermarket chain (German & French).

http://www.bionetz.ch
Directories of organic food stores, restaurants, wholesalers, food processing in Switzerland, recipes and free small ads (German).

http://www.biofood.net
Business-to-business sector information and news platform for international and local trade in organic products (English & Dutch).

http://www.bio-suisse.ch/html/g_handel_1.html
Firms licensed by BIO SUISSE to manufacture products of Knospe (Bud label) quality. Searchable database of firms supplying organic products, including addresses (English; for French replace e_handel with f_handel; for German with g_handel).

http://www.bio-suisse.ch/html/g_konsumenten_2.html
Restaurants in Switzerland offering organic products (English; for French replace e_konsumenten with f_konsumenten; for German with g_konsumenten).

Web information corner on requirements and conditions relating to access for organic imports into Switzerland

http://www.blw.admin.ch/
The Web site of the Swiss Federal Office for Agriculture provides detailed information on:

http://www.blw.admin.ch/nuetzlich/links/d/zertifstellen.htm
A list of European certification bodies can be downloaded from this page maintained by the Swiss Federal Office for Agriculture (Bundesamt für Landwirtschaft).

http://www.admin.ch/
Original texts of:

http://www.zoll.admin.ch
Customs tariffs of the Federal Customs Administration.

http://www.iso.ch/
The home page of the International Organization for Standardization (ISO) in Geneva provides a link to ISO-65, the standard pertaining to certification bodies.

http://www.cenorm.be/
The home page of the European Committee for Standardization (CEN) provides a link to the text of the EN-45011 standard.

http://www.bio-inspecta.ch/
Services provided by the inspection and certification company bio.inspecta.

http://www.imo.ch
Services provided by the inspection and certification company 'Institut für Marktökologie' (IMO).

http://www.sgs.ch
Services provided by the inspection and certification company SGS (Société Générale de Surveillance).

http://www.sqs.ch
Services provided by the inspection and certification company Swiss Association for Quality and Management Systems (SQS).

http://www.sas.admin.ch
The Swiss Federal Office of Metrology is the accreditation body for inspection and certification bodies in Switzerland.

http://www.bio-suisse.ch
The Web site of BIO SUISSE (Association of Swiss Organic Agriculture Organizations, Vereinigung Schweizer Biolandbau-Organisationen) provides detailed information on:

http://www.maxhavelaar.ch/
The Web site of Max Havelaar Switzerland, one of the most important Fair Trade organizations.

http://sippo.ch
The home page of the Swiss Import Promotion Programme (SIPPO) contains information on Swiss activities to promote imports from emerging markets and markets in transition.
Web information corner relating to services for organic agriculture

http://www.fibl.ch/
The FiBL Web site provides:

http://www.fiv.ch/
Information on the research programme of the Forschungsinstitut für Vitalqualität (FIV) in Frick.

http://www.goetheanum.ch
Information on the research programme of the Goetheanum in Dornach.

http://www.admin.ch/sar/en/research/index.htm
Overview of agricultural research projects in Switzerland.

http://www.abtvii.ethz.ch
Information on degree courses in Agroecology at the Department of Agriculture and Food Sciences (Departement Agrar- und Lebensmittelwissenschaften) at the Swiss Federal Institute of Technology (ETH) in Zürich.

http://www.fh-agro.ch
Information on degree courses in Agroecology and Regional Planning (Agrarökologie und Raumplanung) at the Swiss College of Agriculture (SHL) in Zollikofen.

Annexe IV

Législation alimentaire en Suisse

Food Act (Lebensmittelgesetz 817.0)

Ordinance on food (Lebensmittelverordnung 817.02)

Ordinance on foreign substances and constituents in foods (Verordnung über Fremd- und Inhaltstoffe in Lebensmitteln, 817.021.23)

Ordinance on additives permissible in foodstuffs (Verordnung über die in Lebensmitteln zulässigen Zusatzstoffe, 817.021.22)

Ordinance on hygiene and microbiological requirements relating to foodstuffs, objects in contact with foodstuffs, workrooms and staff (Verordnung über die hygienisch-mikrobiologischen Anfordernungen an Lebensmittel, Gebrauchsgegenstände, Räume und Personal 817.051)

Ordinance on nutritional value (Nährwertverordnung 817.021.55)

Ordinance on indication of country of origin of foodstuffs, ingredients and raw materials used in foodstuffs (Verordnung über die Angabe des Produktionslandes von Lebensmitteln, Lebensmittelzutaten und Rohstoffen 817.021.51)

Ordinance on the measurement and declaration of quantities relating to goods for trade and transportation purposes (Verordnung über das Abmessen und die Mengendeklaration von Waren in Handel und Verkehr 941.281)


[31] Toutes les données sur les superficies de légumes sont des chiffres accumulés; différentes cultures sont prises en compte pour la même surface de production de légumes pendant un an.

Page précédente Début de page Page suivante