A usage officiel seulement

ALERTE SPECIALE No. 266: MONGOLIE

(Distribuée seulement pour les pays dont les cultures vivrières
ou la situation des approvisionnements suscitent des préoccupations)


DE GRAVES INCENDIES RISQUENT D'AGGRAVER UNE SITUATION DES APPROVISIONNEMENTS ALIMENTAIRES DEJA TENDUE

Un temps extrêmement sec et l'absence de neige l'hiver dernier ont provoqué des incendies généralisés et violents en Mongolie ces dernières semaines, dévastant d'immenses superficies. Selon les derniers rapports, 19 personnes ont péri, 700 sont sans abri et on estime que pour l'instant 30 000 km2 de forêts et 50 000 km2 de pâturages ont été endommagés ou détruits, et que 6 000 têtes de bétail ont disparu. Le total des pertes économiques dans la région est officiellement évalué à 1,9 milliard de dollars E.-U.

Les incendies ne feront qu'aggraver davantage une situation des approvisionnements déjà difficile et tendue. La cessation de l'aide économique et technique de l'ex-URSS, les perturbations du commerce extérieur et la transition d'une économie planifiée à une économie de marché ont fait que le pays ne peut pas importer les intrants agricoles, les engrais, le carburant et les pièces détachées, ... dont il a besoin pour soutenir la productivité agricole. La production vivrière a donc chuté depuis le début des années 90. Selon les estimations officielles, la production céréalière, du blé pour l'essentiel, est passée de 718 000 tonnes en 1990 à quelque 261 000 tonnes en 1995. De plus, comme les mois d’avril et de mai sont critiques pour les semis de blé, il se peut que les incendies compromettent aussi la production de 1996.

La destruction des pâturages et du bétail peut avoir en particulier de graves conséquences pour les éleveurs nomades, pour la reprise économique en général et pour la capacité du pays à se procurer des devises car les animaux et les produits d'origine animale sont essentiels pour le secteur des exportations. De plus, les pertes actuelles de bétail pourraient s'aggraver ces prochains mois par de nouvelles pertes encore plus graves car il y aura une pénurie de zones de pâturage.

Ces dernières années, vu la baisse de la production et l'augmentation de la demande, le déficit vivrier n'a fait que croître, tandis que la capacité du pays à importer aux conditions commerciales pour combler ce déficit a été extrêmement limitée par les problèmes économiques et le manque de devises. Cette situation s'est aggravée depuis l'année dernière du fait de la montée des cours internationaux des céréales. Le pays a donc dû avoir recours à l'aide internationale, encore que le total des quantités fournies ait été bien inférieur aux besoins. En 1994/95, sur des besoins céréaliers totaux de 137 000 tonnes, on estime qu'il y a eu très peu d'importations commerciales et 11 400 tonnes seulement d'aide alimentaire. Pour 1995/96, l'estimation provisoire des besoins d'importations céréalières est de 270 000 tonnes, mais pratiquement aucune annonce de contribution n'a encore été faite par les donateurs. Etant donné les difficultés de ravitaillement persistantes, même avant les événements actuels, le gouvernement a lancé plusieurs demandes d'aide alimentaire internationale par l'intermédiaire de la FAO et du PAM, la dernière remontant à janvier 1996 pour la fourniture de 15 000 à 20 000 tonnes de farine de blé.

Bien que la Mongolie ait donné ces dernières années quelques signes de reprise économique après des bouleversements majeurs, ce pays a très peu de possibilités pour augmenter la production vivrière locale et combler son déficit vivrier par des importations commerciales, en particulier en cette période de prix élevés. Il existe donc un important déficit vivrier qui ne peut être couvert efficacement que par l'aide internationale. Les incendies risquent d'avoir beaucoup aggravé la situation car les recettes d'exportation vont encore baisser et les éleveurs nomades n'auront pas de bétail à présenter comme garantie pour l'achat de vivres.

Ce rapport a été établi sous la responsabilité du Secrétariat de la FAO à partir d'informations de sources officielles et non officielles et il est destiné à usage officiel seulement. Comme la situation peut évoluer rapidement, veuillez prendre contact avec M. Abdur Rashid, Chef, ESCG, FAO (Télex: 610181 FAO I; Télécopie: 0039-6-5225-4495, courrier électronique (INTERNET): GIEWS1@FAO.ORG) ) pour de plus amples renseignements le cas échéant.

FA 4/50 MONGOLIE


TOCRetour au menu