Perspectives de l'Alimentation 11/96

Previous Page TOC Next Page


PRODUCTION: SITUATION ACTUELLE ET PERSPECTIVES DE RECOLTE


SITUATION PAR REGION


ASIE

En Asie, la récolte du blé de 1996 est pratiquement terminée et les dernières estimations de la FAO concernant la production de la région ont été relevées à environ 230 millions de tonnes, contre les 227,4 millions de tonnes prévues dans le précédent rapport. A ce niveau, la production serait supérieure de quelque 3 millions de tonnes à celle de 1995. Cette toute dernière révision est en grande partie attribuable à une augmentation de la production attendue en Chine, établie maintenant à 107 millions de tonnes au lieu des 105 millions de tonnes environ annoncées précédemment. Les semis du blé d'hiver qui sera récolté en 1997 à partir du mois d'avril, démarreront prochainement dans de nombreux pays de la région.

Les perspectives d'ensemble pour la récolte de céréales secondaires de 1996 dans la région sont favorables et les opérations de récolte commenceront bientôt. Les prévisions actuelles de la FAO annoncent un volume d'environ 206 millions de tonnes, contre les 205 millions de tonnes récoltées l'an dernier. Une bonne récolte est prévue en Chine, essentiellement grâce à une augmentation de la production de maïs dans le nord-ouest, en particulier dans les provinces de Heilongjiang et de Jilin. Selon les estimations actuelles, la production de céréales secondaires de la Chine devrait atteindre globalement 129,8 millions de tonnes, soit un volume légèrement supérieur aux prévisions précédentes et proche du niveau exceptionnel enregistré en 1995. La production devrait également être meilleure en Inde, grâce à une mousson généralement favorable.

A cause des pénuries d'intrants agricoles et de l'insécurité, la production céréalière devrait être à nouveau inférieure à la normale en Afghanistan. En Iraq, en raison des graves restrictions enregistrées au niveau des équipements agricoles, des semences et autres intrants agricoles, et des dégâts provoqués par les ravageurs, la récolte a été inférieure à la normale. La production a été meilleure en Turquie, mais elle a en revanche légèrement fléchi en Syrie. En Arabie saoudite, par suite des mesures gouvernementales visant à réduire la production intérieure, on estime que la production de blé devrait être inférieure d'un tiers environ à celle de 1995, qui s'était établie à 2,45 millions de tonnes.

PRODUCTION MONDIALE DE CEREALES - PREVISION POUR 1996

Blé Céréales secondaires Riz (paddy) Total 1/

1995 1996 1995 1996 1995 1996 1995 1996

(. . . . . . . . . . . . . millions de tonnes. . . . . . . . . . . .)
Asie 226,8 229,9 205,1 205,8 506,7 517,1 938,6 952,8
Afrique 13,8 21,8 72,3 87,5 14,8 15,0 100,9 124,3
Amérique centrale 3,8 3,3 24,8 26,5 1,7 1,9 30,3 31,6
Amérique du Sud 13,1 19,3 58,6 54,8 19,1 18,5 90,8 92,5
Amérique du Nord 84,4 92,0 233,9 290,0 7,9 8,0 326,2 389,9
Europe 125,1 126,4 146,2 155,2 2,2 2,6 273,6 284,3
CEI 62,5 69,6 61,2 58,5 1,5 1,6 125,2 129,7
Océanie 18,0 19,0 9,4 10,1 1,2 1,0 28,6 30,1
TOTAL MONDIAL 546,3 581,3 811,5 888,3 555,1 565,6 2/ 1 912,9 2 035,2
Pays en développement 254,8 271,0 355,2 363,3 528,9 540,2 1 138,8 1 174,5
Pays développés 291,5 310,3 456,3 525,0 26,2 25,4 774,1 860,7

SOURCE: FAO
1/ Y compris le riz, exprimé en paddy. 2/ Prévision provisoire.

La récolte du riz de la campagne principale a démarré dans certaines régions d'Asie. Les prévisions concernant la production régionale de 1996 ont été relevées et annoncent maintenant un volume de 517 millions de tonnes, supérieur de 7,2 millions de tonnes au niveau prévu le mois dernier et de 10,4 millions de tonnes à la récolte de l'année passée. Tous les principaux pays producteurs et importateurs de riz de la région ont amélioré leur production cette année. Au Bangladesh, après un déficit important en 1995, les superficies sous riz ont augmenté en 1996. Le volume de la récolte Aus, la première de la campagne 1996, a atteint quelque 1,8 million de tonnes, avec une progression de 7 pour cent par rapport au résultat médiocre de l'année précédente. Pour la récolte Amman, encore sur pied, les perspectives restent favorables malgré l'impact des pluies torrentielles de juillet. En Indonésie, on estime que la production de paddy de 1996, dont la plus grande partie est déjà engrangée, sera proche de 50 millions de tonnes, soit 3 pour cent de plus qu'en 1995. En Chine continentale, les estimations officielles relatives à la récolte de riz hâtif ont été fortement relevées et indiquent maintenant un volume de 44 millions de tonnes de paddy, ce qui représente une hausse de 4,2 pour cent par rapport à la récolte de 1995. Plusieurs des provinces victimes d'inondations ont enregistré une production record. Dans la province de Jiangxi, la récolte de riz hâtif est estimée à 6,7 millions de tonnes de paddy, soit 1,2 pour cent de plus que l'an dernier. Dans la province de Guandong, grâce au rendement record de 6,2 tonnes par hectare obtenu avec les semis de riz hâtif, 8,1 millions de tonnes de paddy ont pu être récoltées. Du fait de cette augmentation importante de la récolte de riz hâtif et dans l'hypothèse pour les semis intermédiaires et tardifs de récoltes au moins aussi importantes que l'année antérieure, les prévisions concernant la production rizicole de la Chine continentale en 1996 ont été relevées à 188 millions de tonnes, ce qui représente un volume supérieur de 3 millions de tonnes à celui de l'an dernier mais restant inférieur au niveau record enregistré en 1990.

Parmi les pays importateurs qui ont enregistré en 1996 un surcroît de production, on peut citer également la République de Corée et les Philippines. En République de Corée, en 1996, à la suite d'une décision des pouvoirs publics d'inverser la tendance à la baisse de la production rizicole de ces dernières années, on a encouragé l'ensemencement en riz des terres non cultivées pour favoriser la reconstitution des stocks et d'après les premières indications il semble que l'objectif de production, fixé à 6,6 millions de tonnes, sera atteint. Aux Philippines, les typhons qui se sont abattus en juillet/août sur certaines régions de Luzon et de Mindanao, ont provoqué quelques dégâts aux cultures de riz, mais les perspectives d'ensemble pour la production de l'année sont bonnes. Au Japon, la récolte en cours s'annonce également bonne, bien qu'inférieure à celle de l'an dernier en raison de la réduction des superficies mises en culture. En revanche, en République populaire démocratique de Corée, les graves inondations enregistrées en début de campagne ont mis fin à tout espoir d'un redressement significatif de la production de riz, après la très mauvaise récolte engrangée l'an dernier. Au Sri Lanka, la production de riz Maha et Yala a fléchi sous l'effet d'une sécheresse très sévère, faisant chuter la production totale de paddy à 1,9 million de tonnes (34 pour cent de moins), soit le niveau le plus bas des dix dernières années. Au Cambodge, les inondations de fin septembre/début octobre ont gravement endommagé la récolte de 1996.

Dans les pays exportateurs, de bonnes pluies de mousson ont favorisé le développement des cultures de riz de la campagne principale. Les prévisions relatives à l'Inde ont été relevées depuis le précédent rapport. Avec dans l'ensemble une meilleure répartition des pluies en 1996/97, notamment dans les Etats généralement peu arrosés, comme le Madhya Pradesh, le Bihar et l'Uttar Pradesh, la production nationale de riz Kharif devrait dépasser l'objectif fixé à 70 millions de tonnes (équivalent riz usiné). En Thaïlande, on prévoit que la récolte du riz de la campagne principale atteindra 18,1 millions de tonnes, contre les 17,5 millions de tonnes engrangées l'an dernier. Néanmoins, les inondations du début du mois d'octobre pourraient avoir causé quelques dégâts. Au Myanmar, les superficies mises en culture pendant la campagne principale humide couvrent selon les estimations environ 5,1 millions d'hectares, contre les 4,8 millions d'hectares cultivés de l'année précédente. Au Viet Nam, les cultures du dixième mois ont été en grande partie ensemencées. Il est probable que les superficies sous riz atteindront au total 2,6 millions d'hectares, ce qui représente une étendue légèrement supérieure à celle de l'an dernier. Toutefois, puisque la récolte du riz d'hiver et de printemps récemment rentrée a atteint 12,9 millions de tonnes, et que les semis du riz d'été/automne dépassent l'objectif fixé, les disponibilités en riz du pays sont abondantes.


AFRIQUE

AFRIQUE DU NORD: La production de blé de 1996 a progressé de 7,3 millions de tonnes par rapport au niveau réduit de 1995, atteignant ainsi le volume record de 16,3 millions de tonnes, et ce grâce à des récoltes supérieures à la normale, voire exceptionnelles, dans tous les pays de la sous-région. L'accroissement le plus important a été enregistré au Maroc où la production a plus que quintuplé, passant ainsi à 5,9 millions de tonnes. Après deux années consécutives de récoltes fortement réduites par la sécheresse, la Tunisie a engrangé une récolte exceptionnelle de 2 millions de tonnes, près de quatre fois supérieure à celle de 1995. Selon les estimations, la production de l'Algérie aurait augmenté d'1 million de tonnes, avec un volume record de 2,5 millions de tonnes. En Egypte, la production de blé est estimée à 5,7 millions de tonnes, soit un volume pratiquement inchangé par rapport à l'an dernier malgré une légère réduction des superficies emblavées.

La production de céréales secondaires dans la sous-région a progressé de quelque 60 pour cent, atteignant un volume de 13,7 millions de tonnes. Des augmentations importantes ont été enregistrées dans tous les pays, à la seule exception de l'Egypte où la production a au contraire marqué un léger fléchissement, reculant à 6,7 millions de tonnes. Les opérations de récolte du riz de 1996 sont en cours en Egypte, qui est le principal producteur d'Afrique du Nord. Les températures ont été plus variables qu'à l'accoutumée au cours des derniers mois. De ce fait, et parce que les superficies sous riz ont été réduites par rapport à l'année précédente, on prévoit une production d'environ 4,5 millions de tonnes, soit un volume légèrement inférieur au record de 4,8 millions de tonnes enregistré en 1995.

AFRIQUE DE L'OUEST: La saison des pluies touche à sa fin dans la région sahélienne de l'Afrique de l'Ouest. Après des pluies assez abondantes à la fin du mois d'août, les précipitations sont restées dans l'ensemble adéquates dans les principales régions productrices au début de septembre, pour diminuer ensuite sensiblement pendant la deuxième partie du mois. Les céréales secondaires en sont généralement au stade de la reproduction/ maturation. La récolte du maïs est en cours. Quant au riz, sa croissance est satisfaisante et dans les zones basses, on procède encore aux opérations de repiquage. Pour ce qui concerne les ravageurs, la situation reste tranquille dans l'ensemble. Seuls la Mauritanie et le Mali enregistrent des infestations de criquets pèlerins. Grâce à des conditions de croissance favorables, les récoltes devraient être normales ou supérieures à la normale au Burkina Faso, en Gambie, en Guinée Bissau, au Mali et dans le sud du Tchad. Les perspectives sont plus incertaines au Sénégal, en Mauritanie et au Niger. Des missions d'évaluation des récoltes seront effectuées durant la deuxième quinzaine d'octobre dans tous les pays du Sahel pour la préparation des premières estimations concernant la production céréalière de 1996 et les besoins d'importations pour 1996/97.

Dans les régions méridionales des pays bordant le golfe de Guinée, on récolte actuellement le riz et le maïs de la première campagne et l'on procède aux semis des cultures de la campagne secondaire. Dans le nord, les précipitations ont été généralisées en août pour diminuer ensuite sensiblement en septembre, ce qui a favorisé la maturation des cultures de mil et de sorgho. La production devrait être proche de la normale dans la plupart des pays, avec un volume légèrement plus élevé que de coutume au Ghana et au Nigeria.

Les perspectives concernant la récolte de paddy dans la sous-région restent dans l'ensemble favorables alors même que les opérations commencent. Elles sont satisfaisantes en Gambie, au Ghana, au Sénégal, en Guinée et en Guinée Bissau, grâce aux bonnes pluies de saison enregistrées en août. Au Nigeria, où les semis ont été augmentés, on prévoit une récolte de paddy en hausse, même si l'objectif de production fixé à 3,25 millions de tonnes risque de ne pas être atteint en raison d'une grave pénurie d'intrants. En Côte d'Ivoire, la récolte devrait être bonne, bien qu'en léger recul peut-être par rapport au volume exceptionnel de 1,04 million de tonnes atteint l'an dernier. En Sierra Leone et au Liberia, la production de riz continue de se ressentir des troubles civils.

AFRIQUE CENTRALE: La saison pluvieuse a démarré au Gabon, au Congo et au Zaïre où l'on procède aux semis des céréales secondaires de la campagne principale depuis le début des pluies en août/septembre. Au Cameroun et en République centrafricaine, on récolte le mil et le sorgho tandis que le maïs de la campagne secondaire et le riz se développent de façon satisfaisante.

AFRIQUE DE L'EST: Les perspectives concernant la récolte de blé de la sous-région en 1996 sont favorables et annoncent une production en hausse par rapport au volume déjà supérieur à la moyenne de l'an dernier. Au Soudan, la récolte de blé qui est effectuée plus tôt dans l'année devrait avoir augmenté de 18 pour cent par rapport à 1995, atteignant ainsi 527 000 tonnes. Au Kenya, on prévoit une bonne récolte attribuable à la superficie exceptionnelle mise en culture et à des conditions météorologiques généralement favorables. En Ethiopie, des pluies abondantes pendant la saison ont favorisé les cultures de blé, dont la moisson va bientôt commencer.

La récolte des céréales secondaires de 1996, sur le point de démarrer dans les régions du nord, est déjà achevée dans le sud. Selon les prévisions, la production totale de la sous-région atteindrait un volume de 19,5 millions de tonnes, équivalent à la récolte supérieure à la moyenne de l'année précédente. Après un démarrage irrégulier de la saison des pluies dans certains pays, les précipitations ont été abondantes à partir de la mi-juillet, déterminant des inondations généralisées et des pertes de récolte localisées, mais favorisant dans l'ensemble le développement des cultures. En Tanzanie, la production totale de céréales secondaires est estimée à 4,4 millions de tonnes, avec un léger accroissement par rapport à la bonne récolte de l'an dernier. En Ouganda également, les pluies supérieures à la moyenne enregistrées pendant la campagne secondaire et la campagne principale de 1996, ont profité aux céréales secondaires; la production est estimée à environ 2 millions de tonnes, niveau proche du record de l'an dernier et supérieur à la moyenne pour la troisième année consécutive. Le pays devrait continuer d'exporter un tiers de sa production de maïs, estimée à 939 000 tonnes pour 1996. Au Rwanda, la production totale de céréales secondaires a marqué une amélioration sensible en 1996 par rapport à l'année précédente, même si elle reste inférieure à la normale. Au Burundi, la production totale de céréales secondaires de 1996 a chuté par rapport à 1995 en raison de l'insécurité. En Somalie, la récolte de céréales secondaires de 1996 a sensiblement augmenté par rapport au faible niveau de 1995, tout en restant inférieure à la moyenne, et dans certaines régions la production a été réduite à cause de la sécheresse, des insectes et des inondations. Au Kenya, malgré des pluies favorables au cours des derniers mois, la récolte de maïs des "longues pluies" devrait fléchir par suite d'une diminution des emblavures. En revanche, en Ethiopie, les perspectives relatives à la récolte de céréales secondaires sont favorables, reflétant des précipitations abondantes depuis le début de la saison et une légère expansion des superficies ensemencées. En Erythrée, les perspectives de récolte sont incertaines à cause de l'irrégularité des pluies. On prévoit également au Soudan une bonne récolte de céréales secondaires cette année, grâce aux pluies favorables des mois derniers, qui ont amélioré l'état des cultures précédemment affectées par la sécheresse.

AFRIQUE AUSTRALE: La récolte de céréales secondaires de la sous-région en 1996, effectuée plus tôt dans l'année, est estimée à 19,8 millions de tonnes, contre les 10,4 millions de tonnes engrangées en 1995. Cet accroissement résulte d'une récolte exceptionnelle dans la plupart des pays, attribuable à des conditions de développement généralement favorables pendant la campagne 1995/96, sauf en Namibie où les précipitations ont été inférieures à la normale. La production a plus que doublé par rapport aux années précédentes au Botswana, au Lesotho, en Afrique du Sud et au Zimbabwe, et a été supérieure à la moyenne dans la plupart des autres pays. On prévoit pour la sous-région un excédent global de maïs de plus de deux millions de tonnes, provenant principalement de l'Afrique du Sud et du Zimbabwe qui ont recommencé cette année à exporter du maïs.

La production de blé de 1996, dont les opérations de récolte sont en cours, devrait être excellente grâce à d'abondantes réserves d'eau d'irrigation dans la plupart des principaux barrages de la sous-région. On prévoit une récolte de 2,9 millions de tonnes, contre les 2,3 millions de tonnes de l'année précédente qui représentaient déjà un volume supérieur à la moyenne. On attend un important redressement de la production en Zambie et au Zimbabwe, avec en Afrique du Sud une progression de 18 pour cent. La campagne rizicole de 1996 est maintenant terminée dans toute l'Afrique australe. Les semis de la campagne de 1997 devraient bientôt démarrer.


AMERIQUE CENTRALE ET CARAIBES

Les pluies saisonnières et torrentielles enregistrées pendant la première quinzaine de septembre dans les principales zones de culture irriguées du blé dans le nord-ouest et le centre-nord du Mexique, ont rempli les réservoirs d'eau et apporté l'humidité si nécessaire aux semis du blé de 1996/97 qui seront effectués à partir d'octobre. Les pluies ont été particulièrement bénéfiques dans les Etats de Sonora, Chihuahua, Durango, Guanajato et Sinaloa, qui assurent l'essentiel de la production de blé de la sous-région.

Les semis de céréales secondaires de la campagne principale de 1996 sont pratiquement terminés dans la sous-région. Au Mexique, des précipitations abondantes en août et en septembre sur le plateau méridional et la péninsule du Yucatán ont favorisé le développement du maïs, tandis que des pluies torrentielles ont apporté un certain répit, après une sécheresse prolongée, aux Etats du nord-est (Nuevo Leon, Cohauila et Tamaulipas) qui portent l'essentiel des cultures non irriguées de sorgho; d'autres pluies sont toutefois nécessaires pour assurer un redressement de la production après la mauvaise récolte de l'an passé. D'après les premières prévisions, la production de maïs devrait se situer entre 17 et 17,5 millions de tonnes, et celle de sorgho entre 4,8 et 5,2 millions de tonnes environ. Ailleurs dans la sous-région, notamment au Costa Rica, au Nicaragua et en El Salvador, de fortes pluies à caractère torrentiel et des inondations ont affecté en juillet les cultures vivrières et les cultures de rapport, mais malgré les éventuels dommages subis, la production de maïs devrait néanmoins être supérieure à la moyenne. Dans les Caraïbes, les pluies normales ou abondantes tombées en juillet/août en République dominicaine ont favorisé les cultures pluviales qui avaient souffert de la sécheresse au cours des deux mois précédents. La production devrait être supérieure à la moyenne. A Cuba et en Haïti, les pluies ont été normales et l'on prévoit des récoltes de maïs moyennes.


AMERIQUE DU SUD

En Argentine, les conditions météorologiques continuent de favoriser le développement des cultures de blé dans les principales provinces productrices, à l'exception de celles de Córdoba, Santa Fe et Entre Rios, en raison d'une extrême sécheresse des sols à la fin du mois de septembre. Les superficies emblavées sont provisoirement estimées à 6,8 millions d'hectares, contre 5 millions d'hectares en 1995/96. Les rendements devraient remonter sensiblement, sous l'effet principalement d'un recours accru aux engrais et les premières prévisions indiquent une production record dépassant 14 millions de tonnes. Au Brésil, des pluies adéquates en août/septembre ont favorisé le développement des cultures dans les principaux Etats producteurs du Paraná et du Rio Grande do Sul, où les emblavures ont considérablement augmenté. La moisson est sur le point de commencer et la production est provisoirement estimée à environ 3 millions de tonnes, contre 1,5 million de tonnes en 1995 et 2,3 millions de tonnes en moyenne au cours des cinq dernières années. En Uruguay également, on annonce une récolte exceptionnelle attribuable essentiellement à l'expansion des superficies emblavées et à des conditions métérologiques jusqu'à présent favorables. En revanche, au Chili, les prévisions indiquent une production nettement inférieure à la normale, en raison principalement d'une réduction des superficies ensemencées due à un temps très sec au moment des semis. Dans les pays andins, en Bolivie, une grave sécheresse a affecté les cultures de blé de la deuxième campagne (hiver) et l'on annonce des rendements inférieurs à la normale. Au Pérou, les opérations de récolte du blé de 1996 continuent de se dérouler dans des conditions favorables. Quelque 110 000 tonnes de blé ont été récoltées dans les sept premiers mois de l'année, contre 82 000 tonnes en 1995 à la même époque. En Equateur et en Colombie, la moisson du blé de la campagne principale se poursuit et on prévoit actuellement une production moyenne.

La préparation des terres est en cours dans le sud de la sous-région en vue des semis de céréales secondaires de 1997 qui démarreront principale-ment en octobre. En Argentine, d'après les dernières informations officielles, les intentions de semis de maïs sont comprises entre 3,4 et 3,8 millions d'hectares, contre 2,6 millions d'hectares ensemencés l'an dernier. On attend également un accroissement considérable des superficies sous sorgho. Au Brésil, les semis de maïs ont commencé dans des conditions favorables et les superficies ensemencées devraient couvrir environ 14 millions d'hectares, avec un redressement sensible par rapport à l'année précédente lorsque les semis avaient été réduits par la sécheresse. Au Chili, les semis de maïs ont démarré et l'on prévoit une progression par rapport à la récolte réduite par la sécheresse de l'an dernier. Pour ce qui concerne les pays andins, en Equateur, la récolte du maïs de la campagne principale de 1996 est terminée, tandis que les semis du maïs jaune de la deuxième campagne sont en cours. La production totale de maïs devrait être légèrement supérieure à la moyenne. Au Pérou, la récolte de maïs de 1996 se poursuit dans des conditions favorables. La production des sept premiers mois de l'année est estimée à environ 577 000 tonnes contre 503 000 tonnes l'an dernier à la même époque. En Colombie, la récolte de maïs et de sorgho de la première campagne est en cours et pour l'instant on prévoit une production inférieure à la moyenne. Au Venezuela, les semis de maïs de 1996 ont été retardés en raison des mauvaises conditions météorologiques, mais si le temps s'améliore, les emblavures devraient être supérieures à la moyenne.

En Amérique du Sud, la plupart des pays ont maintenant terminé leurs récoltes de riz de la campagne principale. Pour 1996, la production de paddy de la région est estimée à environ 18,5 millions de tonnes, soit 0,6 million de tonnes de moins que l'an dernier. Le Brésil, qui est le plus grand producteur et consommateur de riz de la région, n'a produit que 10,2 millions de tonnes de paddy en 1996, avec un recul d'1 million de tonnes par rapport à l'année précédente en raison d'une réduction des superficies mises en culture. Au Pérou, aussi, la production de paddy a considérablement fléchi par rapport au niveau de 1995. En revanche, en Argentine, malgré la crainte initiale des effets de la sécheresse, la récolte de 1996 a été meilleure. Au Guyana, la production de paddy devrait atteindre 560 000 tonnes, le double d'il y a dix ans. Depuis la libéralisation de son économie et l'assouplissement des restrictions concernant les exportations de riz, la production de paddy du pays a augmenté tout comme ses exportations de riz. En Uruguay, la production de paddy de 1996 est maintenant estimée à 950 000 tonnes, soit quelque 50 000 tonnes de plus que prévu le mois dernier.


AMERIQUE DU NORD

Aux Etats-Unis, d'après le rapport d'octobre du Département américain de l'agriculture, la récolte totale de blé en 1996 (hiver et printemps) serait de 62,1 millions de tonnes, 4 pour cent de plus qu'en 1995. La baisse de quelque 1,5 million de tonnes de la production de blé d'hiver qui est tombée à 40,7 millions de tonnes, a donc été largement compensée par une forte progression de la récolte de blé de printemps, actuellement estimée à 21,4 millions de tonnes. Les semis du blé d'hiver qui sera récolté l'an prochain sont bien avancés et se déroulent dans des conditions normales. Le 15 octobre, 75 pour cent de la superficie totale à ensemencer en blé d'hiver avait été effectivement emblavée dans les 19 principaux Etats producteurs, ce qui représente un niveau moyen à cette époque de l'année.

Au Canada, la récolte de céréales de 1996 s'est fortement ressentie des mauvaises conditions météorologiques. Les pluies abondantes, la neige et le gel enregistrés dans la plupart des grandes régions productrices à la fin de septembre, ont interrompu toutes les opérations agricoles et des dégâts aux cultures sur pied et déjà fauchées ont été signalés. Bien que l'on n'ait encore aucun détail, les rapports établis au début d'octobre signalent l'étalement de nombreuses plantes et la germination sur pied des céréales en raison de l'humidité excessive. Dans les trois principaux Etats producteurs de l'ouest, Alberta, Manitoba et Saskatchewan, les récoltes qui normalement sont pratiquement achevées à la fin du mois de septembre, n'étaient rentrées qu'à 50, 75 et 55 pour cent respectivement au début d'octobre. Les dernières prévisions officielles concernant la production de blé de 1996, établies sur la base de l'état des cultures et des résultats de récolte enregistrés jusqu'à la mi-septembre, indiquaient un volume de 29,9 millions de tonnes, ce qui représenterait une progression d'environ 18 pour cent par rapport à la récolte de 1995 et un niveau largement supérieur à la moyenne des dix dernières années. Toutefois, étant donné que la plus grande partie des cultures doivent encore être moissonnées, le résultat final dépendra dans une large mesure des conditions météorologiques d'octobre. Il est d'ores et déjà probable que la qualité des récoltes sera cette année inférieure à la normale.

Aux Etats-Unis, les perspectives restent favorables pour les récoltes de céréales secondaires, principalement de maïs, de 1996. Les dernières prévisions du Département de l'agriculture (11 octobre) indiquent une production totale de céréales secondaires de 260,5 millions de tonnes, largement supérieure à la récolte réduite de l'année précédente. On prévoit actuellement une production de maïs de 229 millions de tonnes, en hausse de 22 pour cent par rapport à celle de 1995. Toutefois, les opérations de récolte viennent à peine de commencer et avec un certain retard par rapport à la normale en raison des semis tardifs de cette année. Le 15 octobre, on signalait que 20 pour cent seulement des cultures avaient été récoltées dans les 17 principaux Etats producteurs, contre une moyenne de 34 pour cent à cette époque de l'année, avec des rendements très variables. Le résultat final de la récolte de 1996 dépendra encore en grande partie des conditions météorologiques au cours des prochaines semaines, jusqu'à la conclusion des opérations de récolte.

Au Canada, la production de céréales secondaires devrait progresser globalement en 1996 grâce à une augmentation sensible des superficies ensemencées en orge et en avoine notamment, les principales céréales secondaires. Toutefois, comme pour le blé, les conditions météorologiques défavorables du mois de septembre ont interrompu les opérations de récolte et ont probablement eu un effet préjudiciable sur la qualité des céréales qui n'avaient pas encore été récoltées. La production totale de céréales secondaires du pays est estimée à 29,5 millions de tonnes, mais le résultat final dépendra largement des conditions météorologiques du mois d'octobre.

Aux Etats-Unis, la récolte du riz est pratiquement terminée au Texas et en Louisiane, tandis que dans les autres Etats producteurs de riz, notamment l'Arkansas et le Mississippi, les opérations de récolte sont bien avancées. Grâce aux bonnes conditions météorologiques des mois derniers, les rendements sont bien meilleurs que prévu précédemment. De ce fait, la prévision relative à la récolte de riz 1996 a été relevée à 8 millions de tonnes, 1,3 pour cent de plus qu'en 1995 malgré une réduction de 7 pour cent des superficies mises en culture. Les terres ensemencées en riz à grain long ont été réduites, mais en revanche la superficie totale sous riz à grain moyen a augmenté. Cela devrait se traduire par un fléchissement de 4,8 pour cent de la production de paddy à grain long, qui passerait à environ 5,3 millions de tonnes, et par un accroissement de 15,5 pour cent pour les variétés à grain moyen/court, dont la production devrait atteindre 2,7 millions de tonnes.


EUROPE

La production céréalière totale de la région en 1996 est maintenant estimée à quelque 284 millions de tonnes, ce qui représente une augmentation de 10 millions de tonnes par rapport à 1995 et un volume supérieur à la moyenne des cinq dernières années. L'accroissement des récoltes de blé et de céréales secondaires dans toute la CE a largement compensé les moissons réduites de la plupart des pays de l'Est.

Dans la CE, les opérations de récolte de la plupart des cultures céréalières de 1996 de la Communauté, à l'exception du maïs, sont pratiquement terminées. La production céréalière totale est désormais estimée à 204 millions de tonnes, soit 24 millions de plus que l'an dernier et un volume largement supérieur à la moyenne des cinq dernières années. Cet accroissement est en grande partie attribuable à l'expansion des superficies ensemencées par suite de la réduction des mises hors cultures, ainsi qu'aux bons rendements obtenus grâce à des conditions météorologiques généralement favorables. La production de blé est estimée à 98,7 millions de tonnes, soit 12 pour cent de plus qu'en 1995, celle d'orge à 52,1 millions de tonnes avec une augmentation de 19 pour cent par rapport à l'an dernier, tandis que la récolte du maïs d'été devrait marquer une progression de 10 pour cent, passant à 33,6 millions de tonnes. Les principaux producteurs de la Communauté - la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Espagne - contribuent à l'essentiel de cette augmentation, en particulier l'Espagne dont la récolte céréalière devrait avoir plus que doublé cette année par rapport à la récolte réduite par la sécheresse de 1995. Les semis des céréales d'hiver qui seront récoltées en 1997 sont déjà en cours. D'après les premières indications, la superficie ensemencée pourrait augmenter à la suite de la réduction de 10 à 5 pour cent du taux de retrait obligatoire des terres en culture pour les céréales.

Dans l'est de la région, les informations les plus récentes confirment les prévisions qui annonçaient une récolte céréalière réduite et inférieure à la normale dans la plupart des pays, en raison des mauvaises conditions météorologiques et des difficultés économiques persistantes du secteur agricole de certains pays. En Pologne, les toutes dernières estimations indiquent pour 1996 une récolte de céréales légèrement inférieure aux prévisions faites en août. La production céréalière globale est maintenant estimée à environ 24,5 millions de tonnes, en recul de 5 pour cent par rapport à 1995, mais encore dans la moyenne des cinq dernières années. Sur ce total, le blé devrait représenter 8,3 millions de tonnes, au lieu de 8,7 millions de tonnes en 1995, tandis que la production de seigle atteindrait 5,8 millions de tonnes contre les 6,3 millions de tonnes de l'année précédente. En Hongrie, les dernières estimations officielles indiquent pour 1996 une récolte céréalière d'environ 10,7 millions de tonnes, en légère baisse par rapport aux 11 millions de tonnes récoltées en 1995. Selon les estimations, la production de blé, la principale culture vivrière, aurait fortement fléchi tombant à 3,9 millions de tonnes, en regard des 4,6 millions de tonnes de l'an passé, tout comme la production d'orge qui serait à peine supérieure à 1 million de tonnes, après avoir atteint 1,4 million de tonnes en 1995. Pour ce qui est de la récolte du maïs d'été, l'effet négatif des pénuries d'intrants a été largement compensé par les conditions météorologiques favorables de l'été, et la production devrait avoir augmenté, passant à 5,4 millions de tonnes, contre 4,6 millions de tonnes l'an dernier. En Roumanie, la production céréalière de 1996 est estimée à 14,4 millions de tonnes, ce qui représente un recul de près de 30 pour cent par rapport à la récolte exceptionnelle de l'année passée et un volume inférieur à la moyenne des cinq dernières années. La récolte de blé est maintenant estimée à 3,2 millions de tonnes environ, contre les 7,7 millions de tonnes engrangées en 1995, tandis que la production d'orge a reculé de quelque 0,5 million de tonnes, passant à 1,3 million de tonnes. Selon les estimations, la récolte de maïs d'été atteindrait 9 millions de tonnes, contre près de 10 millions de tonnes en 1995. Les semis des céréales d'hiver pour la récolte de 1997 ont déjà démarré, mais les pénuries de carburant continuent d'entraver les opérations agricoles. Si la situation ne se débloque pas à brève échéance, les cultivateurs pourraient ne pas être en mesure de mener à bien les semis prévus et de nombreuses cultures risquent d'être semées en retard par rapport à la période optimale.

En Bulgarie, en 1996 la récolte céréalière a été fortement réduite, dépassant à peine les 3 millions de tonnes, contre 6,5 millions de tonnes l'an dernier. La production de blé est maintenant estimée à 1,7 million de tonnes, par rapport aux 3,5 millions de tonnes environ d'une récolte normale. Les semis d'automne des céréales d'hiver qui seront récoltées en 1997 sont en cours, mais on signale que les opérations procèdent au ralenti en raison des pénuries de fonds et d'intrants, des faibles incitations offertes aux cultivateurs et des conditions météorologiques défavorables. Au début du mois d'octobre, on signalait que 20 000 hectares de blé et 7 000 hectares d'orge seulement avaient été ensemencés alors que pour couvrir les besoins de consommation du pays en 1997/98, les superficies à mettre en culture sont estimées à 1,2 million d'hectares pour le blé et à 300 000 hectares pour l'orge. En République tchèque, selon les estimations officielles, la récolte céréalière de 1996 atteint environ 6,5 millions de tonnes, soit un volume pratiquement inchangé par rapport à l'année précédente. La production de blé a chuté de 5 pour cent, passant à 3,6 millions de tonnes, tandis que la récolte d'orge, estimée à 2,4 millions de tonnes, a augmenté de 11 pour cent par rapport à 1995. En Slovaquie, la récolte céréalière de 1996 devrait être d'environ 3,3 millions de tonnes, volume inférieur aux prévisions précédentes et au résultat de 1995 (3,5 millions de tonnes). Les rendements devraient être inférieurs aux prévisions en raison des conditions météorologiques défavorables enregistrées tout au long de la campagne. En Albanie, selon les dernières indications, la production céréalière de 1996 aurait ultérieurement baissé par rapport au niveau déjà réduit de l'an passé, avec une production de blé estimée à 305 000 tonnes, inférieure de 26 pour cent à celle de 1995. La brusque hausse des prix du blé enregistrée dans le pays pendant l'été incitera probablement les producteurs à accroître les semis d'octobre et de novembre pour la récolte de blé de l'an prochain. La disponibilité d'intrants, en particulier de semences de haute qualité, pourrait influencer sensiblement le résultat des semis d'automne.

En Europe, la récolte de paddy de 1996 est bien avancée dans la plupart des régions. Selon les estimations, la production totale de riz dans la CE devrait augmenter sensiblement en 1996 grâce à une forte expansion des superficies ensemencées qui sont passées à 425 000 hectares environ, niveau proche du maximum autorisé par la nouvelle politique rizicole de la Communauté et supérieur de 16 pour cent à celui de 1995. L'accroissement de la production sera probablement concentré en Espagne où de bonnes pluies ont favorisé les semis de riz.


COMMUNAUTE DES ETATS INDEPENDANTS 1/

La mission d'évaluation des récoltes organisée par la FAO et qui s'est rendue dans la CEI en septembre, a constaté que la capacité des agriculteurs à tirer avantage des progrès considérables réalisés dans la privatisation du système de commercialisation des céréales en aval de l'exploitation, continue de se traduire dans les estimations officielles par une sous-évaluation de la récolte céréalière, notamment pour ce qui concerne le blé et l'orge de brasserie, les céréales les plus demandées sur le marché. Selon les prévisions actuelles de la FAO basées sur le résultat des récoltes à la mi-octobre, la récolte céréalière (céréales et légumineuses) de la CEI devrait s'établir en 1996 à 133 millions de tonnes, avec une progression de 2 pour cent seulement par rapport à la production de l'an dernier estimée par la FAO à 130 millions de tonnes. On prévoit une nette amélioration des récoltes en Fédération de Russie et dans le Kazakhstan, de même qu'une progression au Bélarus, au Kirghizistan, au Tadjikistan et en Ouzbékistan. En revanche, les récoltes de 1996 devraient marquer un fléchissement sensible, de 18 à 50 pour cent, en République de Moldova, au Turkménistan et en Ukraine. En Arménie, en Azerbaïdjan et en Géorgie, la récolte céréalière devrait rester proche du niveau atteint l'an dernier.

On estime que les superficies emblavées pour la récolte céréalière de 1996 ont reculé globalement de 3 millions d'hectares, passant donc à 93 millions d'hectares, principalement au Kazakhstan et en Fédération de Russie. Le blé est devenu dans toute la région une des cultures les plus rentables et les pays ont presque tous augmenté les superficies sous blé, au détriment de l'orge, de l'avoine et des légumi-neuses. Les semis de blé ont ainsi augmenté, pour la deuxième année consécutive, de quelque 3 millions d'hectares (passant de 45,5 à 48,5 millions d'hectares en 1996), tandis que les superficies consacrées aux céréales secondaires ont reculé de plus de 5 millions d'hectares pour s'établir à 41,2 millions d'hectares. La forte demande a également déterminé en 1996 une augmentation sensible des semis de seigle, notamment en Fédération de Russie. La superficie cultivée en riz est plus importante globalement en raison de l'accroissement des semis dans les Etats d'Asie centrale.

Les conditions de croissance ont été dans l'ensemble plus favorables qu'en 1995 et 1994, sauf dans la zone qui s'étend de la République de Moldova au Caucase, en passant par le sud de l'Ukraine, où un temps très chaud et sec a affecté les cultures en mai et pendant la plus grande partie du mois de juin. Comme il faut ajouter à cela une arrivée tardive du printemps, le développement des céréales d'hiver et l'implantation des céréales de printemps s'en sont ressentis négativement, et ce à un moment crucial du cycle végétatif. Les rendements céréaliers ont progressé globablement pour la première fois depuis quatre ans, mais sont néanmoins restés inférieurs à la moyenne des cinq dernières années en raison des pénuries persistantes de crédit agricole et du faible niveau d'utilisation des intrants, engrais, herbicides et autres, malgré une reprise du commerce de troc pour ces produits.

Selon les estimations de la FAO, la production de blé de la CEI pourrait augmenter de 10 pour cent cette année, pour s'établir à 70 millions de tonnes, grâce à de meilleurs rendements et à l'expansion des emblavures. En Fédération de Russie et au Kazakhstan, la production de blé devrait progresser de plus de 7 millions de tonnes, compensant ainsi le fléchissement important signalé en République de Moldava et au Turkménistan et le léger affaiblissement enregistré en Ukraine, où l'augmentation des emblavures a presque neutralisé la réduction des rendements. La production globale de céréales secondaires devrait reculer de 5 pour cent pour passer à 58 millions de tonnes, l'amélioration des rendements n'ayant pas totalement compensé la forte diminution des superficies ensemencées. La récolte de paddy de 1996 devrait rester proche de celle de l'an dernier, les rendements inférieurs à la moyenne ayant été compensés par l'accroissement des semis dans les Etats d'Asie centrale. Les superficies sous légumineuses diminuent régulièrement depuis 1991 et la production tombera probablement à 3,2 millions de tonnes en 1996, contre 3,6 millions de tonnes environ en 1995.

________________
1/ La Communauté des Etats indépendants (CEI) se compose de 12 Etats membres (Arménie, Azerbaïdjan, Bélarus, Fédération de Russie, Géorgie, Kazakhstan, Kirghizistan, Ouzbékistan, République de Moldova, Tadjikistan, Turkménistan et Ukraine.


OCEANIE

Les perspectives pour le blé d'hiver et les céréales secondaires de 1996 restent très favorables en Australie. Selon les estimations officielles actuelles, les emblavures totales d'hiver seraient de 17,7 millions d'hectares, soit 7 pour cent de plus que l'an dernier et le deuxième niveau le plus élevé jamais enregistré. L'expansion des semis est essentiellement attribuable à l'effet conjugué de divers facteurs, des pluies excellentes bien que tardives en début de campagne, le prix relativement élevé des céréales et le mauvais rendement de la laine. Au début du mois de septembre, les prévisions relatives aux cultures d'hiver indiquaient un rendement moyen en Australie méridionale et supérieur à la moyenne dans le Queensland et en Nouvelle-Galles du Sud. Selon les prévisions officielles, la production de blé progresserait globalement de 11 pour cent, passant à 18,8 millions de tonnes, tandis que la production d'orge s'établirait à 5,7 millions de tonnes, soit 4 pour cent de plus qu'en 1995. Pour ce qui est des cultures d'été qui seront récoltées en 1997, malgré des conditions de semis favorables grâce à un bon niveau d'humidité dans le sous-sol, les superficies ensemencées en sorgho et en maïs devraient être réduites à cause de l'étendue des superficies consacrées aux cultures d'hiver. Les estimations finales concernant la production des cultures d'été en 1996 indiquent une augmentation de près de 50 pour cent des récoltes de sorgho et de maïs, attribuable essentiellement à une nette reprise de la production dans le Queensland après trois récoltes consécutives inférieures à la moyenne. Pour ce qui concerne la récolte de paddy de 1996, les estimations ont été abaissées à 950 000 tonnes, soit quelque 200 000 tonnes de moins que l'an dernier. Les semis des cultures de paddy de 1997 vont probablement démarrer prochainement et d'après les premières indications, la production pourrait atteindre quelque 1,3 million de tonnes.


Previous Page TOC Next Page