SYSTEME MONDIAL D'INFORMATION ET D'ALERTE RAPIDE DE LA FAO

ALERTE SPECIALE No. 271

PAYS: KENYA

DATE: 22 JANVIER 1997

(Diffusé uniquement pour les pays où les cultures vivrièresou la situation des approvisionnements sont préoccupantes)


Les perspectives des récoltes de la petite saison des pluies (principalement maïs, mil, sorgho et légumineuses) se sont sérieusement dégradées en raison de l'insuffisance des précipitations pendant la période de végétation. Les pluies, qui commencent normalement à la mi-octobre, sont arrivées en retard, puis sont devenues sporadiques et, récemment, la situation a évolué en sécheresse. Dans la majeure partie des provinces du Nord-Est, de l'Est et des Côtes, ainsi que dans les zones de faible altitude de la province du Centre, on signale des pertes de récolte généralisées et la dégradation de l'état des pâturages et parcours, et la rareté de l'eau pose maintenant un problème grave tant pour le bétail que pour les populations. D'importantes pertes de bétail ont également été signalées. Dans ces mêmes régions, les mauvaises récoltes de la petite saison des pluies 1996/97 se sont ajoutées à celles de deux grandes saisons humides (mars-mai) consécutives, ce qui a aggravé la situation déjà précaire de l'approvisionnement alimentaire. Le Gouvernement estime que quelque 2 millions de personnes sont actuellement affectées par la sécheresse et que leur nombre pourrait atteindre 3 millions si la situation se prolonge. Il a lancé un appel à la communauté internationale afin d'obtenir une aide alimentaire d'urgence pour cette portion de la population.

Pour l'ensemble du pays, une mission FAO/PAM d'évaluation des cultures et des approvisionnements alimentaires, qui s'est rendue au Kenya en octobre/novembre 1996, a estimé la production nationale de maïs de 1996/97 à 2,2 millions de tonnes, contre 2,7 millions de tonnes pour la campagne 1995/96, soit une baisse de 18 pour cent qui s'explique par un ensemble de facteurs économiques et météorologiques. La production de sorgho et de mil a été estimée à environ 200 000 tonnes. Ces estimations de la production de 1996/97 se fondaient sur l'hypothèse d'une petite saison des pluies normale, mais tout indique maintenant que les récoltes de cette campagne ont été mauvaises, de sorte que la production totale, comprenant à la fois les céréales et les légumineuses, sera bien inférieure aux prévisions de la mission.

Le pays devra donc importer un volume de céréales vivrières bien supérieur à ce que l'on avait estimé précédemment. La mission avait en effet évalué les besoins d'importation à 1,1 million de tonnes pour la campagne de commercialisation 1996/97, mais on prévoit maintenant des besoins d'importation révisés d'environ 1,3 million de tonnes, ce qui représente presque le double de la moyenne des cinq dernières années. Un million de tonnes de céréales vivrières devraient être importées commercialement, laissant un déficit de 300 000 tonnes. La Réserve céréalière stratégique (RCS) est tombée à un niveau minimum et la capacité du pays de remédier à cette pénurie grâce à des importations supplémentaires est limitée par le manque de devises. Une aide extérieure substantielle est donc nécessaire. Les promesses d'aide alimentaire sous forme de céréales à la fin de décembre 1996 s'élevaient au total à 43 000 tonnes. Les donateurs sont instamment priés de faire des promesses supplémentaires et d'accélérer leurs livraisons, de toute urgence, afin d'éviter l'apparition d'une grave crise alimentaire dans le pays. Les estimations du SMIAR concernant la production céréalière et les besoins d'aide alimentaire révisés seront publiées au début d'avril après une évaluation de la situation sur place.


Le présent rapport a été établi sous la responsabilité du Secrétariat de la FAO à partir d'informations provenant de sources officielles et officieuses; il est réservé à un usage officiel. La situation pouvant évoluer rapidement, prière de s'adresser à M. Abdur Rashid, Chef, ESCG, FAO, (Télex 610181 FAO I; Télécopie: 0039-6-5225-4495, Courrier électronique (INTERNET): GIEWS1@FAO.ORG) pour d'éventuels compléments d'information.

Le présent rapport est disponible sur INTERNET sur les serveurs World Wide Web et Gopher FAO, à l'adresse suivante: HTTP:/WWW.FAO.ORG puis cliquer sur ECONOMICS , GIEWS et FRENCH.


TOC Retour au menu