SYSTEME MONDIAL D'INFORMATION ET D'ALERTE RAPIDE DE LA FAO

ALERTE SPECIALE No. 272

PAYS: ALBANIE

26 mars 1997

(Diffusées uniquement pour les pays où les cultures vivrières
ou la situation des approvisionnements sont préoccupantes)


Les troubles civils qui ont éclaté en Albanie depuis le début de mars aggravent la situation déjà précaire des approvisionnements alimentaires. Du fait de la mauvaise récolte de blé de 1996, le pays reste lourdement tributaire des importations pendant la campagne de commercialisation en cours (1996-97) pour satisfaire ses besoins en pain, aliment de base, notamment dans les zones urbaines. Cependant, les récents problèmes d'insécurité menacent les approvisionnements en blé et autres denrées alimentaires. Les entrepôts d'Etat ont été pillés, les importations interrompues à la suite de la fermeture des frontières, et les transports à l'intérieur du pays sont perturbés par l'insécurité. Les mouvements officiels et officieux des campagnes vers les villes d'autres aliments tels que les légumes, les fruits, les produits laitiers et la viande ont également été perturbés par l'insécurité. De ce fait, on signale une forte hausse des prix des vivres dans les centres urbains.

Le gouvernement a déjà importé du blé pendant la campagne en cours (juillet 1996/juin 1997) mais on ne connaît pas le volume exact de ces importations. Depuis un certain temps, de faibles quantités sont importées par le secteur privé, mais on a signalé que les importations se sont accélérées en décembre 1996, époque à laquelle quelque 16 000 tonnes ont été débarquées au port de Durres. Néanmoins, étant donné le déficit total d'importation de blé de la région en 1996/97, qui serait de l'ordre de 700 000 tonnes, il faudra encore importer de grandes quantités de blé pour assurer la continuité des approvisionnements en pain à la plus grande partie de la population jusqu'à ce que les récoltes intérieures de 1997 soient disponibles. Les moyens déjà limités dont dispose l'Etat pour acheter du blé à titre commercial sont encore amoindris par l'insécurité.

Les perspectives de la production agricole de 1997 sont encore incertaines. Comme il est indiqué plus haut, la production céréalière a été bien en deçà du potentiel en 1996 et elle va probablement rester faible en 1997. L'adoption d'une série de réformes foncières en 1991, pour la cession à des propriétaires privés des terres auparavant collectivisées, a entraîné une forte baisse de la production agricole. Bien que l'on ait observé une certaine reprise du secteur agricole depuis lors, la production demeure limitée par la structure encore le plus souvent morcelée des propriétés et par la faiblesse de l'accès au crédit des petits agriculteurs (malgré des programmes de l'Etat bénéficiant d'un appui international et visant à fournir des crédits aux agriculteurs). La production de blé, en particulier, a été touchée par le passage de la grande agriculture collectivisée à la petite production de subsistance, essentiellement de cultures de rente et de fourrages. Bien que l’on n'ait pas d'informations précises sur les semis des céréales d'hiver qui seront récoltées en 1997, on signale que les agriculteurs ont été davantage incités à semer du blé l'automne dernier par la perspective d'une hausse des prix. Les conditions météorologiques sont en général favorables, mais la récolte dépendra en grande partie de l'accès des agriculteurs aux crédits nécessaires pour l'achat d'intrants. L'incertitude relative à la production de céréales de 1997 est d'autant plus forte que les récents troubles civils pourraient avoir des incidences à la fois sur les perspectives de rendement des cultures d'hiver en cours de croissance et sur les semis de céréales de printemps qui vont bientôt commencer. On signale également des pénuries des principales semences nécessaires pour les semis de printemps. La situation sera suivie de près par le SMIAR/FAO.


Le présent rapport a été établi sous la responsabilité du Secrétariat de la FAO à partir d'informations provenant de sources officielles et officieuses. Il est réservé à un usage officiel. La situation pouvant évoluer rapidement, prière de s'adresser à M. Abdur Rashid, Chef, ESCG, FAO (Télex 610181 FAO I; Télécopie: 0039-6-5225-4495; Courrier électronique (INTERNET): GIEWS1@FAO.ORG) pour un éventuel complément d'informations.


TOC Retour au menu