Perspectives de l'Alimentation 03/97

Previous Page TOC Next Page


STOCKS DE REPORT



Selon les estimations, les stocks céréaliers de report à la fin des campagnes agricoles s'achevant en 1997 devraient récupérer le terrain perdu à la saison précédente et atteindre 294 millions de tonnes. Ce chiffre, qui n'a pas été modifié depuis le dernier rapport, représente une augmentation de 33 millions de tonnes (13 pour cent) par rapport aux niveaux d'ouverture. La totalité des mises en réserve interviendra cette année dans les principaux pays exportateurs mais, dans les autres, les stocks de clôture devraient baisser de 9 millions de tonnes (5 pour cent). Près des trois quarts de l'augmentation nette de 24 millions de tonnes concerne les céréales secondaires, les stocks de blé devant augmenter de 12 millions de tonnes, et les stocks de riz reculer d'environ 3 millions de tonnes. Le rapport entre les stocks de fin de campagne et l'utilisation tendancielle en 1997/98 s'améliorera sensiblement en comparaison avec l'année précédente, mais restera encore en-deçà de la fourchette de 17 à 18 pour cent, que la FAO considère le minimum pour garantir la sécurité alimentaire mondiale.


STOCKS CEREALIERS DE REPORT MONDIAUX


Campagnes agricoles se terminant en:

1995 1996 estim. 1997 prévis.

(. . millions de tonnes . .)
Blé 117,6 104,9 116,8
Céréales secondaires 146,9 103,8 127,5
Riz (usiné) 54,9 52,7 50,0
TOTAL 319,4 261,3 294,3
dont:


Principaux pays exportateurs 109,1 76,4 118,3
Autres pays 210,3 185,0 176,0

SOURCE: FAO

L'estimation des stocks de blé pour les campagnes agricoles s'achevant en 1997 est établie à 117 millions de tonnes, soit 11 pour cent de plus que leur niveau d'ouverture, mais encore bien moins que les niveaux moyens de la première moitié des années 90. Parmi les grands exportateurs de blé, les stocks de fin de campagne de ce produit devraient augmenter de 3 à 4 millions de tonnes en Australie, au Canada, dans les pays de la CE et aux Etats-Unis. La constitution de larges stocks est prévue dans les pays de la CE, d'une part à cause de la récolte record de 1996, d'autre part à cause de la faiblesse des débouchés à l'exportation. On prévoit en particulier que les stocks d'intervention tripleront, pour avoisiner les 10 millions de tonnes. Les Etats-Unis s'attendent aussi à une augmentation des stocks de report de blé, essentiellement parce que leurs exportations seront considérablement réduites, mais les stocks n'en demeureront pas moins au-dessous de leurs niveaux moyens. Une récolte de blé sans précédent en Australie et des récoltes exceptionnelles au Canada, jointes aux retards d'expédition sur la Côte Ouest, devraient porter le niveau des stocks de report de ces pays au-dessus de la normale.


Le volume total des stocks de blé en fin de campagne devrait perdre 1,4 million de tonnes en 1996/97 par rapport au niveau de l'année précédente, déjà faible. La baisse la plus importante interviendra dans la CEI, en particulier en Ukraine où la production a chuté, et en Arabie saoudite, où elle a également baissé sous l'effet d'une politique officielle tendant à réduire la culture du blé. Parmi les pays pour lesquels les prévisions annoncent une augmentation sensible des stocks de report figurent la Chine et le Maroc, qui ont eu de meilleurs résultats de récoltes en 1996, et la Pologne, où les pouvoirs publics ont décidé d'augmenter les réserves céréalières.


Les stocks de céréales secondaires à la fin de la campagne 1996/97 devraient avoir augmenté d'environ 23 pour cent par rapport aux 127 millions de tonnes de la campagne précédente, ce qui reste tout de même inférieur à la moyenne des dernières années. Comme dans le cas du blé, la totalité du gain sera le fait des pays grands exportateurs. L'augmentation de loin la plus importante s'observera aux Etats-Unis, qui pourraient à eux seuls compter pour 21 millions de tonnes dans l'augmentation totale de 24 millions de tonnes. Il y aura aussi vraisemblablement des augmentations de stocks dans les pays de la CE et au Canada, concernant essentiellement l'orge.


Parmi les autres pays, on prévoit que les stocks de clôture de céréales secondaires se réduiront de 3,3 millions de tonnes par rapport à l'année précédente. Les déficits de production que l'on prévoit en 1996 dans un certain nombre de pays, dont le Brésil, la Colombie, la Fédération de Russie, l'Arabie saoudite et l'Ukraine, y réduiront sans doute le volume total des réserves céréalières. Dans un certain nombre de pays africains cependant, le retour à des niveaux de production plus normaux devrait permettre une certaine reconstitution des stocks après la récolte précédente, affaiblie par la sécheresse particulièrement au Maroc, en Afrique du Sud et au Soudan. Au Japon, les importations de céréales secondaires qui devraient être plus importantes iront sans doute renforcer des stocks qui avaient décliné l'année passée.


Les prévisions de la FAO concernant les stocks mondiaux de riz à la fin des campagnes de commercialisation de 1997 ont été révisées à la baisse et sont passées de 51,7 à 50 millions de tonnes, pour tenir compte du recul de la production de paddy que l'on prévoit au Myanmar et en Inde. Le volume des stocks de riz en Chine a été révisé au contraire en hausse, la production de riz ayant été dans ce pays légèrement plus importante qu'on ne le prévoyait. La diminution des stocks mondiaux de riz en 1997 représente la quatrième baisse consécutive des stocks. On prévoit qu'elle concernera surtout l'Asie, mais elle n'a eu pour l'instant que peu d'effets sur les cours du riz dans la région, car elle touche surtout des pays qui avaient auparavant un excédent.



Previous Page TOC Next Page