SYSTEME MONDIAL D'INFORMATION ET D'ALERTE RAPIDE DE LA FAO

ALERTE SPECIALE No. 274

PAYS: SOMALIE

8 mai 1997

(Diffusée uniquement pour les pays où les cultures vivrières
ou la situation des approvisionnements sont préoccupantes)



Apparition de graves pénuries alimentaires en Somalie

La situation alimentaire du pays se détériore rapidement compte tenu de la récolte “Der” de 1997 réduite par la sécheresse et des conflits civils persistants. La culture principale “Gu” rentrée en septembre dernier a également diminué et la production céréalière totale pour 1996/97 est estimée à environ la moitié du niveau d’avant les troubles civils. Les prix des céréales, qui fléchissent normalement après la récolte, ont subi une forte hausse depuis septembre dernier. Au 1er mai, le prix du sorgho avait quadruplé par rapport à son niveau de septembre; à 4000 shillings somalis le kg (550 dollars E.-U. la tonne), il est nettement supérieur aux cours internationaux et au pouvoir d’achat d’une grande partie de la population. En revanche, l’accroissement des ventes de bétail dû aux pénuries d’eau et de fourrage a entraîné une chute des prix. Les mécanismes traditionnels d’adaptation en période de crise, tels que le rapatriement de fonds de l’étranger et la vente d’animaux, deviennent inopérants à cause des prix élevés des céréales en vigueur. L’état sanitaire et nutritionnel de la population continue à se détériorer. Il faut fournir sans tarder une aide alimentaire d’urgence, en particulier dans les régions méridionales les plus touchées.

L’absence de pluies dans la majeure partie du pays assortie d’infestations de ravageurs et de conditions d’insécurité dans plusieurs zones de production se sont traduits par une récolte médiocre de la campagne “Der” de 1997 (d’octobre à janvier). La production céréalière de cette campagne, estimée à 45 000 tonnes, est inférieure de quelque 60 pour cent au niveau normal de l’an dernier. Bien que la récolte de céréales de la campagne principale “Gu” de 1996 (d’avril à août) soit légèrement meilleure que le volume réduit de l’année précédente, elle est restée nettement inférieure aux niveaux d’avant la guerre civile. De plus, l’accroissement de la production a été essentiellement concentré dans le nord-ouest et la région de Bay, tandis que toutes les autres régions ont souffert d’un recul de la production. La production céréalière totale de 1996/97 est estimée à 288 000 tonnes, soit une progression de 10 pour cent par rapport à 1995/96, mais quelque 50 pour cent de moins que le niveau d’avant les troubles civils.

La sécheresse qui a sévi durant la campagne “Der” de 1997 a entraîné de graves pénuries d’eau pour la population et le bétail, ainsi que la détérioration des pâturages, compromettant l’élevage et la production laitière. Dans les zones pastorales du sud, on a assisté à des schémas inhabituels de migration et des pertes d’animaux ont été signalées. Toutefois, les pâturages bénéficient des précipitations abondantes tombées depuis fin mars et la situation dans les régions pastorales est en amélioration progressive.

Compte tenu de la baisse des récoltes céréalières pendant deux années consécutives, les stocks céréaliers détenus par les agriculteurs ont été presque entièrement épuisés et la situation des approvisionnements alimentaires est précaire, en particulier dans les régions du sud. Les mouvements importants de populations, essentiellement des régions de Bay et Bakool vers la vallée de Djouba, Mogadishu et la frontière du Kenya, en quête de nourriture et d’activités rémunératrices, se poursuivent. L’incidence de l’extrême malnutrition parmi la population infantile a fortement augmenté depuis le mois de février, en particulier dans les régions de Baidoa et Bay. On indique que l’état nutritionnel est alarmant dans les établissements récents de personnes déplacées à Baidoa, pour les personnes en provenance des villages du district de Dinsor, ainsi que pour la population locale des districts de Qansaxdhere et Berdale. La malnutrition serait également en progression dans les villes de Mogadishu et Kisimayo; les prix des vivres sont prohibitifs pour la majeure partie de la population appauvrie par les conflits civils persistants qui ont gravement désorganisé l’économie. Les pénuries de nourriture et d’eau se sont également traduits par une détérioration de l’état de santé de la population, avec un accroissement des cas de choléra et de tuberculose. Compte tenu de la mauvaise récolte “Der” de 1997, les besoins d’importations céréalières pour la campagne de commercialisation 1996/97 se terminant en août sont estimés à 256 000 tonnes. Les importations commerciales devraient être de 170 000 tonnes et les premières prévisions de besoins d’aide alimentaire de 43 000 tonnes (mission FAO/PAM d’août 1996) ont été révisées à la hausse, passant à 86 000 tonnes. Sur ce total, l’aide alimentaire arrivée dans le pays fin avril 1997 ne s’établissait qu’à 21 000 tonnes de céréales, dont seulement une petite partie a été distribuée. La distribution de vivres continue à être entravée par les conditions d’insécurité et, récemment, par le mauvais état des routes dû aux pluies abondantes. Une aide substantielle des donateurs est indispensable, y compris un soutien logistique, afin de conjurer une nouvelle détérioration de la situation des disponibilités alimentaires avant la prochaine récolte principale “Gu” à partir de fin août. Bien que les conditions de croissance pour la campagne “Gu” de 1997 soient favorables jusqu’à présent, les semis et la productivité devraient demeurer limités en raison des pénuries et des prix élevées des semences et d’autres intrants agricoles, en sus des effets négatifs des conflits civils prolongés. Les secours pourraient par conséquent être nécessaires pour la population vulnérable encore pendant une bonne partie de 1998.

Le présent rapport a été établi sous la responsabilité du Secrétariat de la FAO à partir d'informations provenant de sources officielles ou non. La situation pouvant évoluer rapidement, pour obtenir des informations complémentaires vous pouvez vous adresser à M. Abdur Rashid, Chef du Service mondial d’information et d’alerte rapide, Division des produits et du commerce international (ESC), FAO (télex: 610181 FAO, télécopie: (39-6) 5225-4495, courrier électronique: (INTERNET) GIEWS1@FAO.ORG.


TOC Retour au menu