SYSTEME MONDIAL D'INFORMATION ET D'ALERTE RAPIDE DE LA FAO

ALERTE SPECIALE No. 276

PAYS: SIERRA LEONE

19 juin 1997

(Diffusées uniquement pour les pays où les cultures vivrières
ou la situation des approvisionnements sont préoccupantes)

Les récents bouleversements politiques en Sierra Leone menacent d'aggraver la situation déjà précaire de la sécurité alimentaire dans le pays et ont réduit l'espoir et l'optimisme quant à une récupération rapide suite au processus de paix qui se trouve maintenant malheureusement remis en cause. Suite à ces bouleversements, les conditions de sécurité restent très précaires. Le personnel des agences d'aide internationale a été évacué et les projets de réhabilitation ont été suspendus. Jusqu'à 20 000 personnes ont fuit vers les pays voisins, principalement la Guinée et la Gambie. Les rapatriements de réfugiés Sierra Leonais depuis les pays voisins ont été arrêtés.

La situation des approvisionnements alimentaires devient précaire dans les villes principales. Le prix du riz a triplé à Freetown et l'approvisionnement en nourriture et en eau se détériore. Seul un cinquième des magasins et des marchés ont ré-ouvert depuis les événements. Les agences humanitaires prévoient de commencer des distributions de nourriture limitées aux personnes vulnérables à Freetown, Bo, Kenema et Makeni. Des opérations à partir de la Côte d'Ivoire ou de la Guinée sont également envisagées pour fournir de la nourriture aux personnes affectées dans les régions rurales. Malgré les pillages, environ 21 000 tonnes de vivres pour les secours d'urgence sont disponibles dans le pays. Fin 1996, une mission FAO/PAM d'évaluation des récoltes et des approvisionnements alimentaires a estimé la production du riz paddy à environ 391 000 tonnes, ce qui était supérieur de 10% à l'année antérieure. La production de racines devait également augmenter et atteindre 328 000 tonnes, soit 7% de plus que l'année antérieure. Les besoins d'importations en céréales pour 1997 avaient été estimés à 260 000 tonnes et les besoins d'aide alimentaire à 80 000 tonnes. Les besoins d'aide alimentaire en céréales pour les programmes de retour des réfugiés et de réhabilitation mis en place par le Programme Alimentaire Mondial (PAM) et le Catholic Relief Services (CRS) avaient été estimés à 60 500 tonnes. Suite aux récents événements, les besoins d'importations et d'aide alimentaire vont augmenter de manière significative.

L'insécurité gène sévèrement les activités agricoles, en particulier les semis des cultures principales qui se déroulent normalement d'avril à juin. Les pluies ont commencé au début du mois d'avril dans le centre et l'est du pays. Les précipitations ont augmenté et sont devenues abondantes sur l'ensemble du pays au début du mois de mai, permettant les semis du riz et la préparation des terres pour le mil, le sorgho et le maïs. Les combats et l'insécurité qui en découle affecteront de façon défavorable la production 1997. Contrairement aux attentes antérieures suite au retour de la paix, les superficies ensemencées risquent de beaucoup diminuer. Certains agriculteurs vont abandonner leurs fermes; d'autres seront découragés de cultiver de plus grandes superficies. Pour le riz qui est la céréale principale, les pépinières ont déjà été semées mais le repiquage doit encore être fait. Pour le mil et le sorgho, la préparation des terres était en cours et les semis étaient sur le point de commencer. Quant au manioc, l'impact peut être moins important car il peut rester stocké dans le sol. Pour toutes les cultures déjà semées, la réduction des activités dans les champs pendant la période de croissance des plantes réduira les rendements. L'insécurité affectera aussi la distribution des intrants. Donc, malgré la mise en oeuvre de programmes de réhabilitation jusqu'à la mi-mai, les perspectives pour la récolte 1997 se sont détériorées et le pays continuera à compter en grande partie sur l'aide alimentaire pour couvrir ses besoins de consommation. La situation sera suivie attentivement par la FAO/SMIAR.

Le présent rapport a été établi sous la responsabilité du Secrétariat de la FAO à partir d'informations provenant de sources officielles et officieuses. Il est réservé à un usage officiel. La situation pouvant évoluer rapidement, prière de s'adresser à M. Abdur Rashid, Chef, ESCG, FAO (Télex 610181 FAO I; Télécopie: 0039-6-5225-4495; Courrier électronique (INTERNET): GIEWS1@FAO.ORG) pour un éventuel complément d'informations.


TOC Retour au menu