Perspectives de l'Alimentation 09/97 (FAO/SMIAR)

Previous Page TOC Next Page 

PRODUCTION: SITUATION ACTUELLE ET PERSPECTIVES DE RECOLTE



ASIE

La récolte de blé de 1997 est achevée dans la plupart des principaux pays producteurs de la région. L’estimation concernant la production totale a été relevée de près de 15 millions de tonnes depuis le rapport précédent de juin, et s’établit à 245,3 millions de tonnes, soit quelque 17 millions de tonnes de plus que la récolte supérieure à la moyenne de l’an dernier, grâce à des conditions météorologiques généralement satisfaisantes pendant les dernières phases de développement végétatif et de maturation dans les principales régions de production. En Chine, la production est maintenant estimée à 120 millions de tonnes, soit 10 millions de plus que les prévisions établies avant la récolte. En Inde également, l’estimation concernant la production de blé a été relevée de près de 4 millions de tonnes, avec 68,7 millions de tonnes, tandis qu’au Pakistan, la production de blé de 1997 s’établit, selon les dernières estimations, à 16,3 millions de tonnes, en hausse de 500 000 tonnes par rapport aux prévisions précédentes, mais encore en retrait par rapport à l’an dernier.

En revanche, les perspectives générales concernant les récoltes de céréales secondaires de 1997 se sont détériorées depuis le dernier rapport du fait de mauvaises conditions météorologiques dans plusieurs régions, notamment en Chine. D’après les prévisions actuelles de la FAO, la production globale de céréales secondaires dans la région s’établit à 199,6 millions de tonnes, soit environ 16 millions de tonnes de moins qu’estimé précédemment et 7 pour cent de moins que l’an dernier. Dans les régions du nord de la Chine, la sécheresse prolongée a affecté près de 20 millions d’hectares de cultures, notamment dans l’est des principales provinces productrices de Shandong et de Hebei. La production totale de céréales secondaires en Chine est maintenant estimée à 123,2 millions de tonnes, soit 14 millions de tonnes en dessous du bon niveau de l’an dernier. En République populaire démocratique de Corée, une mission FAO/PAM d’évaluation des récoltes et des disponibilités alimentaires, qui s’est rendue dans le pays en août, a confirmé que le temps sec de juin et juillet associé à des températures supérieures à la normale a causé des pertes de récolte considérables, notamment en ce qui concerne le maïs pluvial dans les régions du nord et le riz dans les régions où l’irrigation est tributaire de réservoirs alimentés par les eaux de pluie. Quelques pertes de récolte ont également été enregistrées à la suite du typhon Winnie. La sécheresse a également affecté les récoltes dans les régions centrales de la Thaïlande en juin bien que les pluies de juillet aient un peu amélioré la situation. Par contre, au cours des deux premières décades de juillet dans les régions orientales de l’Inde et au Bangladesh, et début août au Pakistan, de fortes pluies ont provoqué des inondations avec des pertes de récoltes. Les pluies torrentielles qui ont suivi le typhon Victor ont provoqué des inondations dans l’est du Cambodge et dans certaines régions du Laos, endommageant les récoltes.

PRODUCTION MONDIALE DE CEREALES - PREVISION POUR 1997

Blé  Céréales secondaires  Riz (paddy)  Total 1/ 
1996  1997  1996  1997  1996  1997  1996  1997
(. . . . . . . . . . millions de tonnes. . . . . . . . . . . .) 
Asie  228,7  245,3  215,1  199,6  518,9  517,5  962,7  962,4
Afrique  22,8  15,1  87,4  80,7  15,7  16,0  125,8  111,8
Amérique centrale  3,6  3,7  26,5  27,8  1,9  1,9  32,0  33,5
Amérique du Sud  22,0  19,8  54,3  61,6  18,2  18,1  94,5  99,6
Amérique du Nord  91,9  91,9  296,2  288,7  7,8  8,3  395,9  388,9
Europe  128,3  132,0  159,1  161,2  2,9  2,6  290,3  295,8
CEI  68,9  75,9  55,8  60,2  1,3  1,5  126,0  137,6
Océanie  23,8  16,5  11,3  7,9  1,0  1,4  36,1  25,8
TOTAL MONDIAL  590,1  600,2  905,7  887,8  567,6  567,4  2 063,4  2 055,4
Pays en développement  273,8  280,9  372,2  360,4  541,8  541,4  1 187,8  1 182,6
Pays développés  316,4  319,3  533,5  527,5  25,8  26,0  875,6  872,8
SOURCE: FAO

1/ Y compris le riz, exprimé en paddy.

En Afghanistan, une mission FAO/PAM d’évaluation des récoltes et des disponibilités alimentaires a estimé en juillet la récolte de céréales de 1997 à 3,7 millions de tonnes, soit 18 pour cent de plus que l’année précédente et le niveau le plus élevé atteint depuis 1978, du fait des bonnes conditions météorologiques et de l’absence de dégâts importants causés par les ravageurs. En Iraq, la production céréalière de 1997 s’établit, selon les estimations de la FAO, à seulement 2,2 millions de tonnes, niveau le plus bas atteint depuis 1991 en raison de la faible utilisation d’intrants et de la dégradation continue des terres et du matériel agricoles.

La production de paddy de 1997 de la région devrait fléchir légèrement par rapport au niveau record de l’an dernier et s’établir à environ 517 millions de tonnes, en raison de problèmes météorologiques dans certaines des principales régions productrices. En Chine, la sécheresse dans les régions du nord-est et des inondations dans le sud au mois de juillet devraient se traduire par un léger recul de la production de paddy. Le temps pluvieux dans le sud a perturbé la première récolte du riz à double campagne. La production totale de paddy en Chine, y compris la province de Taïwan, est aujourd’hui estimée à environ 195 millions de tonnes, en baisse par rapport à la récolte record de 197 millions de tonnes de l’an dernier. Au Japon, les semis du riz de 1997 sont achevés, mais l’état des cultures se situe entre légèrement inférieur à la moyenne et moyen. La production de paddy de 1997 devrait diminuer d’environ 6 pour cent et s’établir à 12,2 millions de tonnes. Au Viet Nam, des pluies régulières de saison ont permis au riz de la campagne principale de se développer dans de bonnes conditions dans l’ensemble du pays, et l’on prévoit une légère hausse de la production de paddy. Aux Philippines, des précipitations proches de la normale ont été enregistrées pendant le mois de juillet et l’état des cultures du riz de la campagne principale est estimé de moyen à bon. Toutefois, la forte probabilité de précipitations inférieures à la normale vers la fin de l’année, due au phénomène météorologique El Niño, a incité le Département de l’agriculture à favoriser auprès des agriculteurs l’utilisation des variétés de riz à maturité précoce lors des prochains semis d’octobre-décembre du riz de la seconde campagne.

En Inde, les pluies de la mousson ont été, dans certains Etats, inférieures à la normale jusqu’à la mi-juillet, alors qu’elles ont été torrentielles dans d’autres, provoquant de graves inondations dans certaines régions productrices de riz. Ces mauvaises conditions météorologiques risquent d’inciter les agriculteurs des Etats affectés à semer des variétés à rendement plus faible mais à maturation précoce. Le repiquage du riz dans l’Etat d’Andhra Pradesh, qui produit environ 11 pour cent du riz de la campagne Kharif de l’Inde, progresse lentement et aurait pris du retard. Si la mousson cesse plus tôt que prévu, la production rizicole de cet Etat sera réduite. Toutefois, dans beaucoup d’autres Etats producteurs, l’arrivée des pluies de mousson en temps normal a facilité les opérations de repiquage qui sont presque entièrement achevées dans les Etats situés dans le nord, le centre et l’est du pays. Au Bangladesh, la récolte de la campagne Boro est achevée et celle de la campagne Aus est en cours. La production de paddy de 1997 est provisoirement estimée à 28 millions de tonnes, niveau pratiquement inchangé par rapport à l’année précédente et supérieur de 8 pour cent à la moyenne des dix dernières années. Cependant, la production finale est tributaire de l’étendue des dégâts que les inondations de la mi-juillet auront causé dans les rizières.

En Thaïlande, la récolte de paddy de la deuxième campagne est terminée. Les semis de la campagne principale sont en cours mais les travaux dans les rizières ont été retardés par l’insuffisance des précipitations. Les riziculteurs dans le nord est de la Thaïlande, qui produisent environ 43 pour cent du riz de la principale campagne, auraient augmenté les superficies consacrées au riz parfumé en raison des prix avantageux de cette année. La production totale sera fortement tributaire des conditions météoro-logiques des prochains mois. Au Myanmar, la production de paddy de 1997 est estimée à 17 millions de tonnes, soit le niveau le plus bas atteint depuis quatre ans. Ce recul est en partie dû à la réduction de 4 pour cent des rizières et à la pénurie d’intrants adéquats, comme les engrais et les combustibles. La récolte du riz de la principale campagne est achevée en Indonésie et les conditions météorologiques ont été généralement favorables. Les semis de la seconde campagne sont en cours et l’on signale que les approvisionnements en eau sont suffisants pour les besoins de l’irrigation. La production de paddy de 1997 est estimée à 52 millions de tonnes, soit une légère hausse par rapport aux 51 millions de tonnes de 1996.



 
AFRIQUE

AFRIQUE DU NORD: la production de blé de 1997 est estimée à 9,2 millions de tonnes, soit 44 pour cent de moins que la récolte supérieure à la moyenne de l’an dernier de 16,4 millions de tonnes, du fait surtout des conditions de végétation médiocres. Dans la plupart des pays de la sous-région, les récoltes ont été inférieures à la normale. La production est tombée de près des trois quarts à 750 000 tonnes en Algérie et des deux tiers en Tunisie à 660 000 tonnes, alors qu’au Maroc elle est inférieure d’environ 60 pour cent à celle de l’an dernier. En Egypte, la production de blé, qui est presque entièrement irriguée, est estimée à 5,5 millions de tonnes, en légère baisse par rapport à l’an dernier. La récolte de céréales secondaires de 1997 de la sous-région a été également affectée par les médiocres conditions météorologiques. La production globale est estimée à 8,9 millions de tonnes, soit 4,4 millions de tonnes de moins que l’an dernier.

En Egypte, qui produit l’essentiel du riz de la sous-région, la production de paddy de 1997 devrait atteindre un nouveau record de 5 millions de tonnes, contre le record de 4,9 millions atteint l’an dernier. La hausse escomptée de la production de paddy tient principalement au fait que l’Egypte a supprimé les mesures limitant les superficies rizicoles annoncées en début de campagne. Selon les dernières estimations, les rizières couvrent en 1997 une superficie record de 609 000 hectares, soit une augmentation de 3 pour cent par rapport à 1996.

AFRIQUE DE L’OUEST: les perpectives concernant les céréales secondaires sont médiocres dans la partie occidentale du Sahel. La sécheresse, qui s’est installée à la mi-juillet au Sénégal, en Gambie et en Mauritanie, a persisté fin juillet et début août dans la plupart des régions du centre et du nord du Sénégal et dans l’ouest de la Mauritanie. En Gambie, les pluies ont repris fin juillet après la période de sécheresse de la mi-juillet, mais elles sont restées limitées. Dans les régions affectées, les semis de mil et de sorgho, qui ont été effectués au mois de juin/début juillet, ont été détruits ou gravement compromis par la sécheresse. Les pluies, qui ont repris à la mi-août et se sont renforcées fin août/début septembre dans le centre et le nord du Sénégal et en Mauritanie, ont permis le réensemencement des céréales secondaires. Toutefois, seules les variétés à cycle court ont quelque chance d’arriver à maturation si la saison pluvieuse dure jusqu’à la fin octobre. Malgré les pluies abondantes et bien réparties qui ont été enregistrées fin août/début septembre, des récoltes inférieures à la moyenne sont attendues au Sénégal, en Gambie et en Mauritanie. Dans l’est du Sahel, les conditions météorologiques ont été bien meilleures avec des précipitations généralement supérieures à la normale au Tchad, et abondantes et bien réparties au Niger. Entre ces deux pays, dans le centre de la région, les pluies ont été dans l’ensemble régulières et bien réparties au Mali et au Burkina Faso. Au Cap-Vert, des pluies abondantes sont tombées fin août sur toutes les îles.

Les conditions de végétation du riz de 1997 ont été généralement bonnes dans la plupart des pays de la sous-région, et celui-ci se développe de manière satisfaisante. Dans l’hypothèse de conditions de végétation normales, la production de paddy de la sous-région devrait augmenter légèrement en 1997, pour la troisième année consécutive, et s’établir à environ 6,7 millions de tonnes, du fait principalement de semis plus nombreux. Au Nigéria, le plus gros producteur de la sous-région, les semis sont achevés et on estime que les rizières ont progressé de 15 pour cent pour atteindre 2 millions d’hectares. La production augmenterait d’environ 6 pour cent pour s’établir à 3,3 millions de tonnes. En Côte d’Ivoire, où les semis s’achèvent dans de bonnes conditions, la production de paddy est estimée à 820 000 tonnes, volume pratiquement inchangé par rapport à l’an dernier malgré une réduction de 7 pour cent des rizières. En Sierra Leone, les troubles intérieurs continuent de perturber les activités agricoles et la production de paddy de 1997 ne devrait pas se situer très au-dessus des 391 000 tonnes de l’an dernier.

AFRIQUE CENTRALE: les pluies abondantes et bien réparties qui sont tombées en Afrique centrale et au Cameroun ont été propices à la croissance des céréales secondaires de 1997. La récolte du maïs de la première campagne s’achève au Cameroun, en République centrafricaine et au Congo. Un temps sec de saison règne dans le sud et l’ouest de la République démocratique du Congo, ainsi qu’au Gabon et dans le centre et le sud du Congo. Les rizières de la sous-région devraient progresser de 3 pour cent en 1997. Si les conditions météorologiques restent bonnes pendant le reste de la période de végétation, la production de paddy devrait augmenter de 4 pour cent pour s’établir à 555 000 tonnes.

AFRIQUE DE L’EST: Les perspectives concernant la récolte de blé de 1997 de la sous-région sont bonnes. Au Soudan, où le blé a été récolté plus tôt dans l’année, la production a nettement progressé pour s’établir à 650 000 tonnes, soit un niveau supérieur à la moyenne. Au Kenya, la récolte, qui sera rentrée à partir d’octobre, devrait dépasser celle de l’an dernier compte tenu de l’augmentation des emblavures et des bonnes conditions météorologiques qui ont prévalu jusqu’ici. En Ethiopie, les conditions météorologiques normales de ces derniers mois ont favorisé l’implantation et le développement du blé.

Les perspectives concernant la production de céréales secondaires de cette année dans la sous-région sont mitigées. En Somalie, la récolte de la campagne principale "Gu", qui s’est achevée récemment, est estimée à 241 000 tonnes, soit à peu près le niveau réduit de l’an dernier. La diminution des semis a été presqu’entièrement compensée par de meilleurs rendements. Par contre, au Burundi et au Rwanda, la production des récoltes de la deuxième campagne est en hausse par rapport à l’an dernier du fait des bonnes conditions météorologiques en général et de l’amélioration de la situation qui a permis à de nombreux réfugiés de rentrer chez eux et de reprendre leurs activités agricoles. En Ouganda, où les récoltes de la seconde campagne sont bien avancées, on prévoit une production réduite du fait des pluies insuffisantes pendant la campagne. Les récoltes de la campagne principale ont également été affectées par les conditions météorologiques médiocres qui ont prévalu dans certaines régions, et l’on estime que la production globale de céréales secondaires est inférieure à celle de l’an dernier. En Tanzanie, on signale que les conditions des récoltes "Masika", qui sont actuellement rentrées, sont plutôt bonnes. Toutefois, les récoltes de la campagne principale des "longues pluies", qui sont terminées depuis peu, ont souffert des pluies tardives et insuffisantes, et la production est réduite. La récolte "Vuli", rentrée plus tôt dans l’année, a également été médiocre et l’on estime que la production globale des céréales secondaires de 1997 sera en recul par rapport à l’an dernier. Au Kenya, les pluies qui sont arrivées à la mi-juin après une période de sécheresse, ont amélioré les perspectives concernant le maïs de la campagne principale qui doit être récolté à partir du mois d’octobre. La production globale de céréales secondaires devrait être en hausse par rapport au niveau réduit de l’an dernier. En Ethiopie et en Erythrée, où les moissons devraient débuter en décembre, les premières prévisions sont encourageantes compte tenu des bonnes conditions météorologiques qui ont généralement prévalu jusqu’ici. Au Soudan, après les précipitations inférieures à la normale de juillet, le manque de pluie nuit à la campagne de semis des céréales secondaires en cours actuellement. La récolte du riz a commencé en Tanzanie, principal producteur de la sous-région, et la production de 1997 est provisoirement estimée à environ 650 000 tonnes.

AFRIQUE AUSTRALE: la récolte des céréales secondaires de 1997 (principalement du maïs) dans la sous-région s’est achevée à la fin du mois d’août. La production globale de 1997 est estimée à 17,1 millions de tonnes, soit 2,4 millions de tonnes de moins que la récolte exceptionnelle de l’an dernier, mais 14 pour cent de plus que la moyenne des cinq dernières années. La hausse de la production au Malawi, au Mozambique et en Namibie a été plus que neutralisée par le recul dans les autres pays de la sous-région, dont l’essentiel a été enregistré en Afrique du Sud . Au Malawi, la production a progressé d’environ 10 pour cent pour s’établir à 2,05 millions de tonnes tandis qu’au Mozambique elle est estimée à 1,46 million soit 220 000 tonnes de plus que l’année précédente. Cette cinquième hausse consécutive de la production de céréales secondaires au Mozambique tient notamment à l’augmentation des superficies emblavées, aux bonnes conditions météorologiques et à l’amélioration des rendements dans certaines provinces. La production de maïs de 1997 en Afrique du Sud, principal producteur de la sous-région, est estimée à 8,8 millions de tonnes, soit 2 millions de tonnes de moins que la récolte supérieure à la normale de 1996, les pluies irrégulières ayant réduit les rendements dans de nombreuses régions.

La réapparition du phénomène El Niño dans l’océan Pacifique équatorial depuis le mois de mars de cette année rend fort probable un manque de pluies dans la sous-région plus avant dans la campagne agricole 1997/98, ce qui aurait une incidence néfaste sur la production vivrière de l’an prochain. Toutefois, la situation actuelle reste satisfaisante. Compte tenu des précipitations importantes et de l’abondance de l’eau d’irrigation retenue par les principaux barrages, les perspectives concernant la récolte de blé dans la sous-région sont bonnes. En Afrique du Sud, la production de blé devrait se situer 350 000 tonnes en dessous de la récolte record de l’an dernier mais 20 pour cent au-dessus de la moyenne des cinq dernières années. A Madagascar, la production de paddy, qui représente plus de 90 pour cent de la production de la sous-région, devrait s’établir à un niveau proche des 2,5 millions de tonnes de l’an dernier. Alors que la production a augmenté dans la plupart des provinces, elle a fortement chuté dans la province de Tulean où les acridiens ont gravement endommagé les cultures de riz. Au Mozambique, les rizières ont progressé de 20 pour cent, ce qui devrait pousser la production au niveau record de 180 000 tonnes en 1997, malgré les dégâts dus aux inondations qui ont été signalés.  


AMERIQUE CENTRALE ET CARAIBES

Le puissant phénomène météorologique El Niño que l’on observe depuis le mois de mars de cette année est un sujet d’inquiétude dans la région qui est particulièrement vulnérable, et où sa dernière manifestation en 1982/83 a provoqué d’importantes pertes de récolte et a gravement endommagé les infrastructures. Cependant, les effets les plus forts de El Niño sont attendus entre décembre et mars, ce qui devrait coïncider avec la saison maigre en ce qui concerne les céréales, les récoltes de la deuxième campagne (de la fin août à décembre) étant pour la plupart rentrées à ce moment là.

Des précipitations modérées au début du mois d’août, dans les principales zones irriguées de production de blé situées dans le nord ouest du Mexique, le plus gros producteur de la région, ont rempli les réservoirs d’eau que la sécheresse avait vidés. Les semis de la récolte 1997/98 doivent commencer en octobre. D’après les premières indications, si les précipitations sont normales, les superficies emblavées seront légèrement au-dessus de la moyenne, analogues à celles de l’an dernier.

Les perspectives concernant les céréales secondaires de la campagne principale sont mitigées. La période sèche a commencé plus tôt cette année avec des températures plus élevées et de ce fait, les superficies ensemencées sont en recul dans certaines régions et les cultures entreprises se développent mal. Au Honduras, des températures anormalement élevées pour la saison et un temps sec ont été signalés depuis la mi-juillet dans le centre et, notamment, dans le sud du pays, compromettant les cultures de maïs, de sorgho et de haricots de la campagne principale. En El Salvador, des pluies inférieures à la normale et mal réparties ont été signalées depuis la fin juin dans toutes les régions, provoquant des dégâts aux récoltes de la campagne principale, (notamment de maïs), dans certaines zones situées à l’est du pays. Dans l’ensemble, la production de maïs de la campagne principale devrait, selon les estimations officielles, baisser de 15 pour cent par rapport au bon niveau de l’an dernier. Au Guatemala, l’insuffisance des précipitations pendant la campagne dans le sud-ouest, le sud-est et le centre, a affecté les récoltes, notamment le maïs. Au Nicaragua, le temps anormalement sec pour la saison qui règne depuis juin, après des pluies irrégulièrement réparties, se traduira vraisemblablement par une baisse des rendements des céréales de la campagne principale. En République dominicaine, compte tenu des précipitations très inférieures à la moyenne en juillet, le niveau des réservoirs d’eau nécessaire aux semis de la seconde campagne de riz irrigué est très bas. La sécheresse a également compromis les cultures pluviales mineures de maïs et de sorgho, ainsi que d’autres cultures vivrières. Au Costa Rica et au Panama, ainsi qu’au Mexique, le plus gros producteur de la sous-région, aucune anomalie dans les conditions météorologiques pouvant avoir des conséquences négatives sur les récoltes n’a été signalée jusqu’ici.

La production de paddy de 1997 de la région est estimée à 1,9 million de tonnes, soit pratiquement le même niveau de l’an dernier, mais 5 pour cent au-dessous de la moyenne des dix dernières années. En République dominicaine, les rizières sont estimées à 100 000 hectares, soit un chiffre moyen, mais les précipitations ont été inférieures à la normale, compromettant le développement végétatif dans certaines régions du pays, et la récolte du riz précoce a pris du retard. La production de paddy de 1997 est estimée à environ 0,6 million de tonnes, contre 0,5 million de tonnes l’an dernier.  


AMERIQUE DU SUD

Plusieurs pays de la région de l’Amérique du Sud, comme les pays d’Amérique centrale situés au nord de ceux-ci, sont potentiellement vulnérables aux anomalies météorologiques qui pourraient apparaître durant le phénomène El Niño. Toutefois, l’impact général d’El Niño, tel qu’il se manifeste actuellement, sur la production végétale n’est pas encore alarmant. Des précipitations et des températures anormales sont enregistrées dans plusieurs zones de la région, mais les incidences négatives sur les cultures ont été jusqu’ici très localisées. L’intensité maximale d’El Niño coïncidera avec les semis des céréales de la campagne principale de 1998 qui risquent d’être affectés par des inondations dans les régions du nord et par la sécheresse dans celles du sud.

Dans les pays du sud de la sous-région, où les semis du blé de la campagne 1997/98 sont achevés ou sont sur le point de s’achever, les pluies supérieures à la moyenne de ces derniers mois ont généralement favorisé les conditions du sol pour la réalisation des semis et la levée des récoltes. Toutefois, en Argentine, où les semis du blé se poursuivent jusqu’en septembre, de fortes pluies ont retardé les opérations dans certaines régions. Au Chili, les précipitations supérieures à la normale qui sont tombées début juin ont provoqué de graves inondations dans le nord et le centre du pays, endommageant les infrastructures et les habitations, mais ont amélioré les conditions du sol pour le développement végétatif après une sécheresse prolongée. Au Brésil et en Uruguay, des pluies abondantes ont maintenu une humidité du sol adéquate pour le blé. En Equateur, la faible récolte de blé de la campagne principale de 1997 est bien avancée sur les hauts plateaux, où se trouve le plus gros des cultures, et la production devrait être légèrement supérieure à la moyenne. Au Pérou, l’essentiel de la récolte de 1997 est rentré, et la production est provisoirement estimée à un niveau supérieur à la moyenne. En revanche, en Colombie, les moissons de la première campagne se poursuivent et la production devrait se situer au-dessous de la moyenne.

La récolte des céréales secondaires de 1997 est achevée dans les zones méridionales de la sous-région et des productions records ou proche des niveaux records en ce qui concerne le maïs ont été enregistrées dans tous les pays. Les travaux de préparation des sols sont en cours pour les semis de la campagne 1998 qui doivent commencer en septembre/octobre. La superficie globale des emblavures est largement tributaire de l’évolution des conditions météorologiques dans les prochaines semaines. Si les prévisions actuelles de pluies supérieures à la moyenne dans les régions méridionales se vérifiaient, une réduction des emblavures serait vraisemblable. Dans les pays andins, des températures bien supérieures à la normale et des inondations ont été observées ces derniers mois dans certaines régions. Dans l’ensemble, ces anomalies météorologiques n’ont pas affecté les céréales de la campagne principale de 1997, l’essentiel des récoltes étant déjà rentré en juin. Toutefois, en Bolivie, les semis du sorgho d’hiver ont été affectés en juillet par l’insuffisance et l’irrégularité des pluies. De ce fait, les superficies sont réduites par rapport au niveau supérieur à la moyenne de l’an dernier, et les rendements devraient être plus faibles. En Equateur, la récolte de maïs de 1997 s’achève et, selon des estimations provisoires, la production sera proche des niveaux records. Au Pérou, la récolte de maïs est bien avancée, et le volume rentré à ce jour dépasse le volume record rentré à la même époque l’an dernier. En Colombie, la récolte du maïs de la campagne principale est presqu’entièrement achevée tandis que les semis de la seconde campagne ont commencé dans certaines régions du pays. Au Venezuela, des pluies torrentielles et des inondations en juillet ont perturbé la campagne en cours des semis des céréales secondaires. Toutefois, on prévoit des semis de maïs supérieurs à la moyenne, ainsi qu’une réduction des semis de sorgho du fait de la forte concurrence des importations.

La récolte de paddy de 1997 est terminée dans la plupart des pays de la région et la préparation de la terre pour les semis de la campagne 1998 sont en cours dans certains d’entre eux. La production de paddy de 1997 de la région est estimée à un peu plus de 18 millions de tonnes, en léger recul par rapport à 1996. Cette baisse tient principalement à la réduction de 10 pour cent des semis au Brésil, le plus gros producteur de la région, où la production devrait, de ce fait, tomber à 9,7 millions de tonnes, soit un niveau inférieur à la moyenne. On prévoit également une récolte plus faible au Venezuela. Par contre, la production de riz devrait progresser sensiblement en Argentine pour s’établir à 1,2 million de tonnes, et augmenter aussi quelque peu en Colombie et en Uruguay. La production de paddy au Pérou se situerait à un niveau analogue à celui de l’an dernier qui était de 1,2 million de tonnes.  


AMERIQUE DU NORD

Aux Etats-Unis, la récolte de blé d’hiver de 1997 est rentrée pour l’essentiel, tandis que celle de blé de printemps est bien avancée. Les conditions ayant été généralement propices aux travaux des moissons et au développement du blé de printemps, les estimations officielles concernant la production de blé ont été nettement relevées ces deux derniers mois. La production de blé d’hiver est actuellement estimée à 50,5 millions de tonnes, soit une hausse d’environ 25 pour cent par rapport à la mauvaise récolte de l’an dernier. Les prévisions concernant la production de blé de printemps ont également été légèrement relevées et s’établissent à environ 18,4 millions de tonnes, niveau pratiquement inchangé par rapport à la bonne récolte de l’an dernier, et ce malgré une réduction des semis. Au Canada, les perspectives concernant le plus gros de la récolte de blé de printemps se sont détériorées au mois de juillet et début août du fait d’un temps généralement chaud et sec qui a réduit l’humidité disponible et provoqué une maturation prématurée dans certaines zones, exception faite de la région de la Rivière de la Paix dans le nord de l’Alberta où l’humidité a été disponible en abondance pendant toute la campagne. Dans la vallée de la Rivière Rouge, qui a été inondée précédemment, le temps chaud doit se poursuivre pour que les cultures puissent utiliser l’humidité disponible. Compte tenu des dernières estimations officielles concernant les superficies emblavées et de l’état des récoltes à la fin août, qui indiquent une forte baisse des rendements par rapport à l’an dernier, la production de blé de 1997 devrait s’établir à 23 millions de tonnes, soit 23 pour cent de moins qu’en 1996.

Les perspectives concernant les céréales secondaires de 1997 aux Etats-Unis se sont détériorées quelque peu ces deux derniers mois en raison d’un temps chaud et sec dans les principaux Etats producteurs de la zone de culture du maïs (Corn Belt). Selon le dernier rapport du Département de l’agriculture des Etats-Unis (12 août), la production globale de céréales alimentaires s’établirait à 263,1 millions de tonnes. La production de maïs s’élèverait à 235,6 millions de tonnes, soit une baisse par rapport aux prévisions antérieures et un niveau légèrement inférieur à celui de l’an dernier malgré des emblavures un peu plus importantes. La production de sorgho est estimée à environ 16 millions de tonnes, niveau très en recul par rapport à 1996 du fait de la diminution des semis. Toutefois, la moisson des principales céréales secondaires étant encore lointaine, la production finale est encore tributaire du temps qu’il fera jusqu’au début octobre. Au Canada, les perspectives concernant les principales céréales secondaires (essentiellement de l’orge) sont analogues à celles concernant le blé. Les cultures ont souffert de la chaleur et de la sécheresse pendant leur phase de développement. Selon les dernières estimations officielles, la production globale de céréales secondaires s’établit à 25,7 millions de tonnes, soit une baisse d’environ 10 pour cent par rapport à l’an dernier.

Aux Etats-Unis, les rizières ont progressé pour atteindre 1,23 million d’hectares en 1997 contre 1,13 million d’hectares en 1996. Un temps anormalement froid et humide au printemps a retardé les semis dans certains Etats et probablement la récolte elle-même dans ces régions. Toutefois, au début du mois d’août, plus de 80 pour cent de la récolte se trouvait en bonne ou excellente condition. La récolte a déjà commencé dans certains Etats du sud et, pour l’ensemble du pays, la production de paddy devrait augmenter de 6 pour cent pour se situer à 8,3 millions de tonnes.  


EUROPE

Les perspectives pour le blé et les céréales secondaires de 1997 dans la région restent dans l’ensemble satisfaisantes. Malgré des intempéries localisées qui ont eu une incidence négative sur les récoltes en août, en particulier dans plusieurs pays de l’Est, la majorité des récoltes céréalières sont à présent rentrées dans le centre et le sud de la région et, d’après les dernières indications, la production totale de blé et de céréales secondaires devrait néanmoins augmenter. Une légère réduction de la production dans la CE devrait être largement compensée par une progression des récoltes ailleurs dans la région.

Dans la CE, les dernières indications laissent encore présager une production céréalière à nouveau supérieure à la moyenne en 1997, mais la qualité de nombreuses récoltes pourrait laisser à désirer en raison des fortes pluies tombées pendant la moisson. Les dernières prévisions de la FAO établissent la récolte céréalière de 1997 de la CE à 203 millions de tonnes, niveau inférieur à la production record de 208 millions de tonnes de l’an dernier, mais restant bien supérieur à la moyenne des cinq dernières années. Dans l’ensemble, on estime que les semis ont augmenté d’environ 2 pour cent, mais on prévoit une baisse des rendements par rapport aux niveaux exceptionnels de l’année dernière. Le potentiel de production a été affaibli dans de nombreuses régions par le temps sec en début de saison, et les fortes pluies récemment tombées, en particulier dans le sud du Royaume-Uni et en Allemagne, ralentissent la maturation des cultures et les opérations de récolte, si bien qu’une nouvelle de baisse du rendement et de la qualité des cultures est à craindre. L’essentiel de la réduction de la production céréalière de cette année concerne le blé, dont la récolte est à présent estimée à 95,7 millions de tonnes, niveau légèrement inférieur aux prévisions précédentes et inférieur de 4 millions de tonnes à celui de l’an dernier. La récolte totale de céréales secondaires ne devrait baisser que très légèrement et s’établir à 104,7 millions de tonnes, contre 105 millions de tonnes en 1996.

Dans l’est de la région, les perspectives concernant les récoltes céréalières de 1997 se sont dégradées dans certaines zones, après les pluies excessives et les inondations des dernières semaines. En Bulgarie, malgré les fortes pluies récentes qui ont retardé la récolte et pourraient nuire gravement à la qualité des cultures encore sur pied, le volume de blé rentré fin juillet indiquait déjà une forte reprise de la production, réduite par la sécheresse l’an dernier, qui dépasserait largement en 1997 les trois millions de tonnes. En République tchèque, les fortes pluies tombées depuis le début du mois de juillet ont provoqué de graves inondations dans l’est du pays qui ont totalement détruit les récoltes dans quelques zones, et ont gravement endommagé les cultures et retardé la moisson, dans l’ensemble de la région. Les dernières prévisions officielles établissaient en juin, avant les fortes pluies et les inondations, la récolte céréalière de 1997 à environ 7 millions de tonnes. Bien qu’il soit encore trop tôt pour évaluer l’ampleur exacte des dégâts, on estime que, dans la région, les pertes pourraient être comprises entre 500 000 et un million de tonnes. En Hongrie, les fortes précipitations de juillet ont entravé la moisson du blé mais favorisé le développement des cultures de maïs. D’après les dernières prévisions officielles, la production de blé de 1997 atteindrait 5 millions de tonnes, soit une nette augmentation par rapport au niveau réduit de 1996 qui était de 3,9 millions de tonnes, mais il est probable que sa qualité sera médiocre. Après les pluies récentes, les perspectives pour le maïs d’été se sont améliorées et on prévoit à présent une production au moins égale au niveau satisfaisant de l’an dernier, qui était de 5,9 millions de tonnes.

En Pologne, les fortes précipitations de juillet ont aussi entraîné des inondations et des pertes de récolte dans quelques régions et retardé la moisson. D’après les estimations les plus récentes, quelque 120 000 hectares de céréales ont été détruits; si l’on se base sur le rendement moyen prévu, la perte sur la récolte potentielle de 1997 pourrait donc être comprise entre 500 000 et un million de tonnes, principalement orge et blé de printemps, mais aussi seigle, en plus faible quantité. Malgré cela, on s’attendait encore à une nouvelle bonne récolte et, même avec les pertes récentes, les dernières prévisions officielles du mois d’août établissent la production céréalière de 1997 à 24,3 millions de tonnes, contre 24,6 millions de tonnes en 1996. En Roumanie, les perspectives pour la récolte céréalière de 1997 se sont aussi dégradées à cause des pluies excessives et des inondations. Les dernières prévisions officielles concernant la récolte de blé de 1997 ont été abaissées de 7,1 millions de tonnes à 6,9 millions de tonnes. Cependant, si les conditions météorologiques ne s’améliorent pas rapidement d’ici à la récolte, les pertes pourraient augmenter. En République slovaque, les récoltes céréalières de 1997 ont aussi été endommagées par le mauvais temps et on prévoit une production un peu inférieure aux 3,3 millions de tonnes de l’an dernier. Dans les pays baltes, la récolte céréalière de 1997 devrait rester de l’ordre du bon niveau de l’an dernier de 2,6 millions de tonnes, dont 1,6 million de tonnes de blé.

En Europe, les cultures de riz de la campagne de 1997 sont assez avancées et la récolte devrait commencer en septembre. D’après les dernières estimations, la superficie ensemencée a légèrement diminué cette année et l’on prévoit des rendements plus faibles en raison des conditions défavorables dans les principales zones de production. La production totale de riz dans la CE est à présent estimée à 2,6 millions de tonnes, soit 8 pour cent de moins que l’an dernier.


COMMUNAUTE DES ETATS INDEPENDANTS 1/

_________________
1/ La Communauté des Etats indépendants (CEI) se compose de 12 Etats membres (Arménie, Azerbaïdjan, Bélarus, Fédération de Russie, Géorgie, Kazakhstan, Kirghizistan, Ouzbékistan, République de Moldova, Tadjikistan, Turkménistan et Ukraine).

Dans la Communauté des Etats indépendants (CEI), les perspectives sont généralement satisfaisantes pour les récoltes de céréales de 1997 et la production devrait être plus abondante que l’an dernier dans la majorité des Etats. Même avec les pertes considérables dues aux pluies excessives, on prévoit une forte reprise de la production dans la République de Moldova et en Ukraine, ainsi qu’une amélioration des productions de la Fédération de Russie, de la Géorgie et du Tadjikistan. La moisson

des céréales d’hiver a commencé et d’après les premiers rapports, la production devrait être sensiblement plus abondante que l’an dernier. Cependant, le temps humide dans les régions européennes, ainsi que les pénuries de carburant et de matériel retardent les opérations de récolte et ont une incidence négative sur le rendement potentiel et la qualité des céréales. Les céréales de printemps ont bénéficié d’un apport en humidité exceptionnellement abondant. Les dernières prévisions de la FAO concernant la récolte totale de céréales et de légumineuses pour 1997 dans la CEI ont été relevées à 141 millions de tonnes, soit quelque 12 millions de tonnes de plus que la production estimée de 1996.

Selon les prévisions provisoires, la production de blé s’élèverait à 76 millions de tonnes, alors qu’elle était estimée par la FAO à 69 millions de tonnes en 1996, grâce à une légère augmentation de la superficie ensemencée et à une amélioration des rendements. La production de céréales secondaires reste incertaine car les céréales secondaires de printemps n’ont pas fini de se développer, mais les bonnes réserves d’humidité laissent présager une augmentation des rendements. D’après les premières indications, la superficie ensemencée en céréales secondaires n’aurait que très légèrement diminué et la production totale pourrait augmenter de 5 millions de tonnes pour atteindre 60 millions de tonnes. La production de riz devrait rester relativement stationnaire par suite de la concurrence des importations, mais celle de légumineuses, appréciées comme cultures fourragères riches en protéines, pourrait progresser et frôler les 4 millions de tonnes (1996: 3,3 millions de tonnes).

Dans la Fédération de Russie, la superficie sous céréales est restée stable et, d’après les prévisions provisoires, la production passerait à 77 millions de tonnes, alors qu’elle était estimée l’an dernier à 75 millions de tonnes. Une amélioration des rendements devrait compenser l’expansion des emblavures de blé de printemps et la légère diminution de la surface sous céréales secondaires et les productions de blé et de céréales secondaires devraient, en principe, augmenter. La production de blé est à présent évaluée à 40 millions de tonnes (1996: 38,5 millions de tonnes) et celle de céréales secondaires à près de 35 millions de tonnes (1996: 34,2 millions de tonnes). En Ukraine, on signale que la superficie ensemencée en blé et en céréales secondaires aurait fortement augmenté et que la production totale pourrait atteindre 36 millions de tonnes (poids après nettoyage), dont 19 millions de tonnes de blé. A l’inverse, au Kazakhstan, les nombreuses fermes privatisées en 1996 ne sont pas parvenues à mobiliser des fonds de roulement suffisants et la superficie ensemencée en céréales aurait chuté de 1,6 million d’hectares, dont 850 000 hectares sous blé représentant environ 7 pour cent de la superficie consacrée à cette céréale. Les conditions de végétation ont le plus souvent été bonnes mais des pénuries de carburant risquent de désorganiser les opérations de récolte et de maintenir la production à un niveau proche de celui de l’an dernier, estimé par la FAO à environ 12,5 millions de tonnes. Dans la majorité des plus petits pays, les superficies emblavées en blé ont à nouveau augmenté au détriment des céréales secondaires, des cultures fourragères, des fruits, des légumes et du coton. Malgré une meilleure récolte attendue au Tadjikistan et une production un peu plus abondante en Ouzbékistan et au Turkménistan, les trois pays continueront à devoir importer du blé. Au Kirghizistan, la récolte s’annonce à nouveau bonne, grâce à une nouvelle augmentation notable de la superficie ensemencée et aux conditions météorologiques généralement satisfaisantes. Dans le Caucase, la diminution des rendements en blé et en orge pourrait être compensée par l’augmentation des surfaces emblavées en Arménie et en Azerbaïdjan; la Géorgie a signalé une récolte record.

En 1997, la superficie sous riz dans la CEI est estimée à environ 0,5 million d’hectares, comme en 1996. Cependant, on prévoit une amélioration des rendements et la production totale devrait atteindre environ 1,5 million de tonnes, contre 1,3 million de tonnes l’an dernier. La Fédération de Russie et l’Ouzbékistan, les deux plus gros producteurs de riz de la région, ont assuré environ 67 pour cent de la production totale de la région depuis 1991. Pour 1997, les productions de riz de ces deux pays devraient augmenter de 36 pour cent et de 15 pour cent, pour passer respectivement à 545 000 tonnes et à 550 000 tonnes.


OCEANIE

Les perspectives pour le blé d’hiver et les céréales secondaires de 1997 en Australie se sont dégradées au cours des deux derniers mois, en raison de la persistance du temps sec, attribuée à l’intensité exceptionnelle du phénomène climatique El Niño dans l’océan Pacifique équatorial. Les conditions météorologiques défavorables ont jusqu’ici surtout été concentrées dans les régions de l’est et du sud de l’Australie, où les précipitations de juin et de juillet ont été bien inférieures à la normales. Au milieu du mois d’août, quelques averses éparses ont atténué le stress hydrique des cultures, dans la ceinture de blé du sud. Cependant, compte tenu des conditions de végétation généralement médiocres pendant l’hiver, le Bureau australien de l’économie de l’agriculture et des ressources (ABARE) prévoit que la récolte de blé de 1997 sera de 16,2 millions de tonnes, niveau bien inférieur à celui antérieure-ment prévu et représentant une baisse de quelque 30 pour cent par rapport à la production record de l’an dernier (23,6 millions de tonnes). On prévoit aussi une réduction notable de la production d’orge (la principale céréale secondaire d’hiver), à présent estimée à à peine plus de 4 millions de tonnes, contre 6,6 millions de tonnes en 1996. Cependant, le résultat de la récolte des cultures d’hiver de 1997 sera largement fonction des conditions météorologiques d’ici la fin de la saison. Grâce à l’humidité des sols adéquate au moment des semis, la plupart des cultures ont bien pris et, si de nouvelles pluies arrivent d’ici peu, les rendements pourraient encore être supérieurs à la moyenne, même si les précipitations totales de la saison sont inférieures à la normales.

La récolte de riz de 1997 en Australie, qui représente plus de 95 pour cent de la production rizicole de la région, est estimée à 1,4 million de tonnes, niveau supérieur à la moyenne et plus élevé que les 951 000 tonnes rentrées en 1996. Cette forte augmentation résulte d’une expansion de la superficie ensemencée (+10 pour cent) et d’une amélioration notable des disponibilités d’eau en Nouvelles Galles du Sud, où la majorité du riz australien est produit.


Previous Page TOC Next Page