FAO/SMIAR - Perspectives de l'Alimentation, Février 1998

Previous Page TOC Next Page

CEREALES

BILAN DE L‘OFFRE ET DE LA DEMANDE

Les perspectives des disponibilités céréalières mondiales se sont un peu améliorées depuis le dernier rapport. Sur la base d'informations plus sûres concernant les dernières récoltes céréalières de 1997, les estimations FAO de la production céréalière mondiale ont été légèrement relevées, indiquant que le surcroît de production par rapport à 1996 est plus considérable que prévu et permettra une modeste reconstitution des stocks de report dans leur ensemble. Malgré cette augmentation, les reports au niveau mondial resteront inférieurs aux niveaux minimaux de sécurité un an de plus. Ainsi, la sécurité alimentaire mondiale pendant la campagne 1998/99 dépendra à nouveau d'une récolte céréalière supérieure à la tendance en 1998, pour la troisième année de suite, ce qui s'est rarement vu depuis 20 ans. L'état des cultures de 1998 déjà en terre est jusqu'à présent moyen mais, contrairement à ce que l'on avait prévu, les surfaces plantées en blé d'hiver aux Etats-Unis et dans la CEI ont diminué par rapport à l'année dernière et la production de blé devrait baisser en Chine. En revanche, les dommages causés par El Niño à la production de céréales secondaires en Afrique australe ont été moins graves qu'on ne le craignait et une reprise de la production est prévue en Afrique du Nord.

PRODUCTION, DISPONIBILITES, COMMERCE ET STOCKS CEREALIERS MONDIAUX


1995/96 1996/97
estim.
1997/98
prévis.

(. . . millions de tonnes . . .)
Production 1/ 1 729 1 890 1 901
Blé 548 592 611
Céréales secondaires 810 917 908
Riz (usiné) 371 382 383
Disponibil. 2/ 2 049 2 151 2 191
Utilisations 1 796 1 856 1 891
Commerce 3/ 206 198 201
Stocks de clôture 4/ 261 290 295
SOURCE: FAO
1/ Les données se réfèrent à l'année civile, première année men- tionnée. Y compris le riz usiné.
2/ Production, plus stocks d'ouverture.
3/ Base juillet/juin pour le riz et les céréales secondaires et année civile pour le riz.
4/ Ne correspond pas exactement à la différence entre les dispo- nibilités et les utilisations du fait de campagnes commerciales couvrant des périodes différentes selon les pays.
Prix d'exportation - Graphique

Dans l'état actuel des choses, la marge de sécurité assurée par les stocks de réserve étant inférieure au niveau souhaitable, il est indispensable que la situation soit constamment surveillée de près dans les mois à venir car une détérioration des perspectives des récoltes de 1998 pourrait faire monter les prix, ce qui aurait des conséquences graves pour la sécurité alimentaire de nombreux pays à faible revenu et à déficit vivrier, en particulier ceux qui dépendent des importations pour satisfaire une grande partie de leurs besoins alimentaires.

Selon les dernières estimations de la FAO, la production céréalière mondiale de 1997 a atteint 1 901 millions de tonnes (y compris le riz en équivalent usiné), soit 13 millions de tonnes de plus que la prévision précédente, ce qui s'explique essentiellement par des révisions en hausse des estimations de la production de la CEI et de l'Europe. Au niveau prévu, la production céréalière mondiale de 1997 devrait être légèrement supérieure à celle de l'année précédente et à la tendance pour la deuxième année de suite, en raison d'une augmentation notable de la production de blé qui ferait plus que compenser la baisse de la récolte de céréales secondaires. La production mondiale de blé est maintenant estimée à 611 millions de tonnes, quelque 19 millions de tonnes de plus que la prévision précédente et un surcroît de 3,2 pour cent par rapport à 1996. La production a augmenté tant dans les pays développés que dans les pays en développement. La dernière estimation de la production de céréales secondaires se situe à 908 millions de tonnes, environ 8 millions de tonnes de plus que les rapports antérieurs, mais toujours un pour cent de moins que l'année précédente. La dernière révision est essentiellement due aux ajustements en hausse des estimations concernant l'Europe et la CEI. Pour ce qui est du riz, la moisson de la campagne principale de 1997 est achevée et la FAO prévoit maintenant que la production mondiale de 1997 atteindra le record de 571 millions de tonnes, soit 3 millions de tonnes de plus que l'année précédente.

Les premières perspectives des récoltes de blé de 1998 sont inégales. Aux Etats-Unis, contrairement à ce qui avait été prévu, les surfaces ensemencées en blé d'hiver ont été réduites de 4 pour cent, tombant à leur niveau le plus bas depuis 1973, mais l'état des cultures est jusqu'à présent bon. En Asie, les perspectives de récolte du blé d'hiver sont mauvaises en Chine à cause de la sécheresse ainsi qu'au Pakistan, alors qu'en Inde, on prévoit à nouveau une bonne récolte. En Europe, les surfaces ensemencées en blé d'hiver ont à nouveau augmenté dans les principaux pays producteurs de la CE, mais dans les pays d'Europe orientale, les résultats de la campagne de semis d'hiver restent très incertains car les surfaces ont été réduites dans plusieurs pays et les températures inhabituellement douces ont fait fondre la couche de neige protectrice. Dans la CEI, on prévoit pour l'instant une baisse de production: les surfaces ensemencées en blé d'hiver ont été réduites et une période de basses températures à la fin de décembre a un peu endommagé les cultures; les dégâts dus au gel pourraient être plus importants que l'année dernière. En revanche, en Afrique du Nord, les conditions de croissance des cultures ont été dans l'ensemble favorables jusqu'à présent et on prévoit une reprise de la production après les récoltes médiocres de l'année dernière.

En ce qui concerne les céréales secondaires de 1998, les cultures sont en terre dans quelques-uns des principaux pays producteurs de l'hémisphère Sud. En Afrique australe, les effets d'El Niño n'ont pas été aussi graves que prévu et les perspectives des récoltes sont bien meilleures qu'on ne l'avait pensé, quoique les résultats définitifs restent incertains. De même, en Amérique du Sud, les conditions météorologiques ont été favorables au développement des cultures. On prévoit une récolte record de maïs en Argentine malgré la réduction des surfaces et, au Brésil, la production devrait être supérieure à la moyenne, quoique inférieure à celle de l'année dernière. Dans l'hémisphère Nord, certaines céréales secondaires d'hiver sont déjà en terre mais, dans l'ensemble, les semis auront lieu en avril/mai. Aux Etats-Unis, on s'attend pour l'instant à ce qu'il y ait eu une augmentation des surfaces ensemencées en maïs, les perspectives commerciales de ce produit étant relativement meilleures que celles du blé. En Europe, où les céréales secondaires ne seront, dans l'ensemble, semées qu'au printemps, il est peu probable que la production de 1998 atteigne le niveau record de la dernière récolte. Dans la zone équatoriale et l'hémisphère Sud, les perspectives des récoltes de riz précoce de 1998 sont mauvaises en Indonésie et aux Philippines car la sécheresse attribuée à El Niño a entraîné une réduction de la surface et des rendements attendus des rizières.

Depuis le dernier rapport, les prévisions FAO des importations mondiales de céréales en 1997/98 (juillet/juin) ont été abaissées d'environ 0,7 million de tonnes, ce qui les fait descendre à 201 millions de tonnes. Ce chiffre reste cependant supérieur d'environ 3 millions de tonnes, soit 1,5 pour cent, au volume réduit des importations de la campagne précédente. La dernière révision dénote une forte diminution des estimations des importations de céréales secondaires des pays d'Asie, compensée en partie seulement par une augmentation des prévisions d'importation de riz de cette région; en ce qui concerne le blé, les prévisions d'importation au niveau mondial en 1997/98 restent pratiquement inchangées (environ 93 millions de tonnes). On prévoit maintenant que les importations mondiales de céréales secondaires de la campagne 1997/98 (juillet/juin) s'élèveront à 89 millions de tonnes, soit 1,3 million de tonnes de moins que la prévision précédente et seulement 1,6 million de tonnes de plus que le volume des importations de la dernière campagne. Pour ce qui est du riz, on prévoit maintenant que les importations mondiales de 1998, en hausse, atteindront environ 20 millions de tonnes, contre 18,2 millions de tonnes commercialisées en 1997. Cela s'explique par la faiblesse des stocks d'ouverture dans plusieurs des principaux pays importateurs et par la prévision de rendements réduits dans certains pays producteurs de l'hémisphère Sud.

Les cours mondiaux d'exportation de toutes les principales céréales, à l'exception du riz, ont considérablement fléchi depuis octobre 1997, sous l'effet d'une amélioration de l'offre de blé et, pour le maïs, de la crise financière qui sévit en Asie. En revanche, les prix du riz ont été soutenus par une forte demande d'importation de la part de plusieurs pays d'Asie. A la fin de janvier 1998, le blé des Etats-Unis de la qualité No 2 (Hard Red Winter, f.o.b.) était coté à 145 dollars E.-U. la tonne, soit 8 dollars E.-U. de moins qu'à la fin d'octobre 1997 et une baisse d'environ 35 dollars E.-U. la tonne en un an. Les cours mondiaux du maïs ont aussi baissé, et à la fin de janvier le maïs des Etats-Unis était coté à 116 dollars E.-U. la tonne, environ 2 dollars E.-U. de moins la tonne qu'en octobre mais sans changement par rapport à un an auparavant. Au contraire, les cours mondiaux du riz sont montés ces derniers mois sous l'effet d'une augmentation de la demande d'importation, en particulier de l'Indonésie et des Philippines. L'indice FAO des prix d'exportation du riz (1982-84 = 100) a atteint la moyenne de 123 points en janvier, en légère hausse par rapport à octobre. A la fin de janvier, le prix du riz thaïlandais de la qualité 100B était monté à 310 dollars E.-U. la tonne, soit 40 dollars E.-U. de plus qu'en octobre, tandis que les cotations des riz de qualités inférieures avaient fléchi. Malgré un récent renforcement, les cours du riz ont baissé depuis un an.

Depuis le dernier rapport, les prévisions de la FAO concernant les stocks céréaliers des campagnes agricoles qui prendront fin en 1998 ont été relevées à environ 295 millions de tonnes, ce qui correspondrait à environ 1,5 pour cent de plus que les niveaux d'ouverture. La dernière augmentation est essentiellement due à l'amélioration des perspectives des approvisionnements en céréales secondaires dans les pays de l'hémisphère Sud, associée à la baisse prévue de la demande en Asie. L'augmentation des stocks céréaliers mondiaux par rapport à l'année précédente est entièrement due à l'accroissement prévu des stocks de report de blé; au contraire, les stocks de riz et de céréales secondaires devraient diminuer, les uns comme les autres, d'environ 5 pour cent. Bien que l'on prévoie, pour la deuxième année de suite, une augmentation des stocks de blé, surtout dans les pays importateurs, leurs niveaux resteront probablement nettement au-dessous de ce qu'ils étaient au début des années 90. Au niveau mondial, on prévoit maintenant que le rapport entre les stocks de fin de campagne de 1998 et la tendance de l'utilisation en 1998/99 devrait être de 15,7 pour cent, soit un peu plus que l'année précédente, mais toujours bien moins que les 17 à 18 pour cent considérés par le Secrétariat de la FAO comme le niveau minimum nécessaire pour garantir la sécurité alimentaire mondiale.


Previous Page Page Top TOC Next Page