SYSTEME MONDIAL D'INFORMATION ET D'ALERTE RAPIDE SUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE  DE LA FAO 
 

ALERTE SPECIALE Nº 279

(Diffusée uniquement pour les pays où les cultures vivrières ou la situation des approvisionnements sont préoccupantes)

PAYS: SIERRA LEONE

DATE: 18 février 1998,

Après les récents évènements survenus en Sierra Leone, la situation des approvisionnements alimentaires pourrait s’améliorer à Freetown, mais risque de s’aggraver dans les zones rurales. Etant donné que les forces militaires de la Communauté Economique Des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) contrôlent à présent la ville de Freetown, l’embargo économique en vigueur depuis août 1997 pourrait être assoupli ou levé, ce qui améliorerait quelque peu le fonctionnement des marchés alimentaires et faciliterait l’arrivée des aides dans la capitale. En revanche, si les combats s’étendent aux zones rurales, restées relativement calmes en 1997, le nombre de personnes déplacées s’accroîtra et certaines activités agricoles cruciales telles que la préparation des terres et les semis du riz, qui commencent normalement en avril, seront compromises. Avec l’aggravation de l’insécurité, il sera impossible de distribuer des intrants aux agriculteurs et les combattants risquent de piller les champs de manioc et les stocks de riz détenus sur les exploitations. En conséquence, la superficie ensemencée et la production agricole pourraient chuter en 1998 si la paix n’est pas totalement rétablie sur l’ensemble du territoire national.

Depuis l’entrée en vigueur de l’embargo économique en août 1997, le pays a reçu une aide humanitaire très limitée, malgré l’accord ONU-CEDEAO sur les mécanismes d’exemption des sanctions pour cette assistance. En outre, le ralentissement des activités commerciales intérieures et l’insuffisance des infrastructures ont sérieusement entravé la circulation des produits alimentaires disponibles, si bien que les prix des denrées sont montés et devenus hors de la portée d’une grande partie de la population. Si l’embargo est levé, la situation des approvisionnements alimentaires s’améliorera dans la capitale et les prix devraient fléchir.

Les combats récents ont aussi accru le nombre de personnes déplacées à l’intérieur du pays, dont l’état nutritionnel et sanitaire est preoccupant. D’après les dernières indications, elles seraient désormais au nombre de 250 000. Les réserves alimentaires des ménages étant épuisées ou pillées, il est probable que leur état nutritionnel se détériorera, sauf si des interventions rapides sont possibles. Un grand nombre de Sierra-léonais se sont également enfuis vers les pays voisins; on signale que plus de 2 900 personnes ont gagné Conakry par mer durant les combats, mais ceux qui ont franchi les frontières par la terre doivent être beaucoup plus nombreux. En outre, il resterait 420 000 Sierra-léonais réfugiés dans les pays voisins suite aux troubles intérieurs qui ont éclaté en 1991.

Les besoins d’importations céréalières de la Sierra Leone pour 1998 sont actuellement estimés à quelque 260 000 tonnes. Si la paix est rétablie et l’embargo levé d’ici peu, on estime que les commerçants locaux importeront environ 180 000 tonnes de céréales jusqu’à la fin de 1998, ce qui laissera un déficit à combler par une aide alimentaire de 80 000 tonnes. Si ces conditions ne peuvent pas être rétablies rapidement et si l’aide humanitaire demeure restreinte, le pays pourrait être confronté à une grave crise alimentaire.
 
 

 

Le présent rapport a été établi sous la responsabilité du Secrétariat de la FAO à partir d’informations provenant de sources officielles et officieuses. La situation pouvant évoluer rapidement, prière de s’adresser, pour tout complément d’information, à: M. Abdur Rashid, Chef, ESCG, FAO (Télex 610181 FAO I; Télécopie: 0039-6-5705-4495, Courrier électronique: GIEWS1@FAO.ORG).
Il est également possible de recevoir automatiquement, par courrier électronique, les Alertes/Rapports spéciaux, dès leur publication, en s’abonnant à la liste de distribution du SMIAR. Pour ce faire, il faut envoyer un courrier électronique à la liste électronique de la FAO, à l’adresse suivante: mailserv@mailserv.fao.org, sans indiquer de sujet, et en tapant le message suivant: 
    subscribe SMIARAlertes-L
Pour être rayé de la liste, envoyer le message: 
    unsubscribe SMIARAlertes-L

TOC Retour au menu