SYSTEME MONDIAL D'INFORMATION ET D'ALERTE RAPIDE SUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE  DE LA FAO 
 
 

RAPPORT SPECIAL SUR L'INDONESIE

19 février 1998


LA REDUCTION DES RECOLTES DUES A LA SECHERESSE MENACE LA SECURITE ALIMENTAIRE

La sécheresse liée au phénomène El Niño, considérée comme la plus sévère depuis un demi siècle, a diminué la production vivrière de l’Indonésie et aggravé les feux de brousse, nuisant à la sécurité alimentaire des couches les plus pauvres de la population. La crise financière asiatique, qui a affecté beaucoup de pays, y compris l’Indonésie, elle aussi joué un rôle en aggravant la situation alimentaire par la réduction de la capacité d’importation et les augmentations des prix locaux à la suite de la dévaluation de la monnaie. Les augmentations des prix qui ont entrainé des émeutes dans plusieurs villes seraient renforcées par des achats massifs par la population affolée et par une rétention des stocks par les commerçants.

La production du paddy en 1997 est provisoirement estimée de quelques 2 millions de tonnes, inférieure à la production de l’année précédente qui avait atteint 51,1 millions de tonnes, principalement du fait des dommages causés par la sécheresse aux cultures récoltées vers la fin de l’année. La production du maïs a aussi été affectée. En plus des cultures vivrières, la sécheresse a entrainé une baisse de la production du café, du cacao et du caoutchouc, conduisant à une dimunition des revenus et une érosion du pouvoir d’achat des agriculteurs qui dépendent de ces cultures.

La situation des approvisionnements alimentaires est difficile dans les zones qui ont été sérieusement touchées par la sécheresse telles que le centre de Irian Jaya, l’est de Timor et les parties centrales de Java et Yogyakarta. Dans tout le pays, les prix des produits vivriers ont fortement augmenté et les stocks alimentaires sont en dimunition. Les stocks alimentaires de la National Food Logistics Agency (BULOG - Agence Nationale de la Gestion Alimentaire) sont réapprovisionnés par des importations.

En décembre 1997, une mission dirigée par le Programme des Nations pour le Développement (PNUD) à Irian Jaya a estimé que de 80 000 à 90 000 personnes étaient plus particulièrement vulnérables et avaient besoin d’aide alimentaire. Le Gouvernement a préparé un plan de secours à la sécheresse sur huit mois (octobre 1997-mai 1998) et a pris une série de mesures pour faire face aux difficultés d’approvisionnements alimentaires. Celles-ci comprennent l’approvisionnement en riz et pour d’autres produits alimentaires à des prix subventionnés, la mobilisation de l’armée pour le transport des secours et une allocation de 200 milliards RP (à peu près 44 millions $US) jusqu’à la fin mars 1998 en vue de restaurer la sécurité alimentaire dans les trois districts de Irian Jaya les plus touchés par la sécheresse. Dans les zones sinistrées, les opérations de secours alimentaire sont conduites par le Gouvernement avec l’assistance des agences internationales humanitaires. Ces efforts sont coordonnés par le National Coordinating Board for Disaster Management (BAKORNASPB - Conseil National de Coordination de la Gestion des Désastres).

Actuellement, tout porte à croire que la production de la saison principale du riz qui sera récoltée dans les prochains mois sera un peu réduite. Les semis de cette culture qui débutent normalement en octobre/novembre ont été retardés à la suite du manque d’humidité ayant affecté la plupart des zones traditionnelles de la culture du riz pluvial. Avec des réserves en eau des puis réduites et des faibles niveaux des rivières dans certaines des principales zones de production, une poursuite de l’insuffisance des précipitations dans les deux mois qui viennent pourrait sérieusement diminuer les rendements et la production en 1998. En cas de baisse de la production, les importations du riz devraient augmenter substantiellement par rapport au volume de 950 000 de tonnes de l’année dernière et pourraient dépasser les 2 millions de tonnes en 1998.
 

Le présent rapport a été établi sous la responsabilité du Secrétariat de la FAO à partir d’informations provenant de sources officielles et officieuses. La situation pouvant évoluer rapidement, prière de s’adresser, pour tout complément d’information, à: M. Abdur Rashid, Chef, SMIAR, FAO (Télex 610181 FAO I; Télécopie: 0039-6-5705-4495, Courrier électronique: GIEWS1@FAO.ORG).
Les alertes spéciales et les rapports spéciaux peuvent aussi être reçus automatiquement par courrier électronique dès leur publication, en souscrivant à la liste de distribution du SMIAR. A cette fin, veuillez envoyer un courrier électronique à la liste électronique de la FAO à l’adresse suivante: mailserv@mailserv.fao.org, sans remplir la rubrique sujet, avec le message ci-après:
    subscribe SMIARAlertes-L
Pour être rayé de la liste, envoyer le message:
    unsubscribe SMIARAlertes-L

TOC Retour au menu