SYSTEME MONDIAL D'INFORMATION ET D'ALERTE RAPIDE SUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE  DE LA FAO 

ALERTE SPÉCIALE NO. 290 : ANGOLA

Date: 18 février 1999

(diffusée uniquement pour les pays où les cultures vivrières
ou la situation des approvisionnements sont préoccupantes)

 

Depuis la dernière alerte spéciale du SMIAR du 18 décembre 1998, la situation alimentaire en Angola s'est encore détériorée. L'intensification des combats depuis décembre, notamment dans les hautes-terres centrales et dans les provinces du nord du pays, a provoqué de nouvelles vagues de déplacements de population, aggravant la situation alimentaire déjà précaire dans plusieurs régions du pays. Les prix des denrées alimentaires sont montés en flèche dans de nombreuses régions, limitant l'accès à la nourriture de la majorité de la population. Les difficultés de distribution des secours ont aggravé la situation et la malnutrition gagne du terrain, notamment parmi les personnes déplacées.

Les images satellites les plus récentes indiquent que la saison des pluies de 1998/99 est à ce jour favorable, avec une bonne répartition des précipitations sur la plupart des régions depuis octobre. Toutefois, il y a peu d'espoir que cela permette d'accroître la production, dans la mesure où des affrontements intenses ont lieu dans les principales zones agricoles du centre (provinces de Huambo et de Bie) et s'étendent vers le nord et l'est. En conséquence, de nombreux agriculteurs ont abandonné leurs terres pour rejoindre le flot croissant de personnes déplacées ou de réfugiés se dirigeant vers les pays voisins. Les emblavures et les rendements devraient donc diminuer sensiblement cette année. L'insécurité généralisée, la pose de nouvelles mines et les dégâts causés aux infrastructures font obstacle au commerce et gênent la distribution de semences, d'outils et d'autres intrants agricoles. Par conséquent, la récolte de 1999 devrait être très inférieure à la production de ces dernières années, ce qui aggravera la situation déjà précaire des approvisionnements alimentaires. Le pays dépendra donc essentiellement de l'aide alimentaire pour satisfaire ses besoins alimentaires de base pendant la campagne commerciale 1999/2000.

Il est particulièrement urgent de fournir une assistance au nombre croissant de personnes déplacées à l'intérieur du pays. Bien que leur nombre exact demeure inconnu, en raison des contraintes de sécurité, il est estimé à plus de 500 000 personnes, qui seraient largement concentrées dans les provinces de Huambo, Bie, Malanje, Huila et Uige. Compte tenu de la dégradation des conditions de sécurité qui rendent nécessaire la livraison des aliments et d'autres fournitures par voie aérienne, le coût du transport et d'autres moyens logistiques ne peut qu'augmenter considérablement. Les crashs d'avions de l'ONU abattus récemment, qui ont causé la mort de plusieurs personnes, ne peuvent qu'accélérer la hausse des coûts de transport. En outre, les activités humanitaires seront plus difficiles à organiser en l'absence de la mission d'observation des Nations Unies en Angola (MONUA), qui s'est pratiquement retirée de toutes les capitales de province et devrait cesser ses opérations le 26 février 1999.

Compte tenu de la dégradation de la situation en matière de sécurité et d'alimentation, la communauté internationale est invitée à tout mettre en œuvre pour qu'une assistance humanitaire appropriée soit fournie à la population angolaise affectée, y compris le renforcement de la capacité des institutions humanitaires présentes dans le pays.

 

Le présent rapport a été établi sous la responsabilité du Secrétariat de la FAO à partir d’informations prove-nant de sources officielles et officieuses. La situation pouvant évoluer rapidement, prière de s’adresser, pour tout complément d’information, à: M. Abdur Rashid, Chef, SMIAR, FAO (Télex 610181 FAO I; Télécopie: 0039-06-5705-4495, Mél: Giews1@Fao.org).

Il est également possible de recevoir automatiquement, par messagerie électronique, les Alertes spéciales et les Rapports spéciaux, dès leur publication, en souscrivant à la liste de distribution du SMIAR. A cette fin, veuillez envoyer un message électronique à l’adresse suivante: mailserv@mailserv.fao.org, sans indiquer la case "objet" en indiquant le message ci-après:

subscribe SMIARAlertes-L

Pour être rayé de la liste, envoyer ce message:

unsubscribe SMIARAlertes-L


TOC Retour au menu