SYSTEME MONDIAL D'INFORMATION ET D'ALERTE RAPIDE SUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE DE LA FAO

ALERTE SPÉCIALE No. 293

Date: 8 Juillet 1999

(Série diffusée uniquement pour les pays dans lesquels l'état des cultures vivrières ou la situation des approvisionnements sont préoccupants)

----***----

LA SOMALIE CONNAÎT UNE GRAVE CRISE ALIMENTAIRE

L'effet cumulé des intempéries, de la guerre civile qui se prolonge et des épidémies incontrôlées de ravageurs et de maladies, a provoqué une famine qui sévit plus particulièrement dans le sud du pays. La campagne principale "Gu" en cours est désastreuse en raison des pluies irrégulières et insuffisantes, des infestations de chenilles légionnaires et des températures anormalement élevées. L'intensification des combats entre factions adverses est venue aggraver les problèmes. La perte de production actuelle fait suite à six mauvaises récoltes consécutives depuis 1996, résultat des sécheresses et des inondations sans précédent de début 1998 associées au phénomène El Niño.

Dès décembre 1998, la FAO, par son Système mondial d'information et d'alerte rapide (SMIAR), a alerté la communauté internationale en publiant régulièrement des rapports annonçant une crise alimentaire en Somalie. En avril 1999, le Système a signalé que la crise s'aggravait, après une nouvelle mauvaise récolte durant la campagne secondaire "Deyr" au cours de laquelle on a signalé des décès par famine et un accroissement de l'état de malnutrition de la population, surtout dans le sud. Tous les espoirs reposaient sur l'amélioration éventuelle des conditions atmosphériques durant la campagne principale "Gu" qui venait de commencer et un appel a été lancé pour la fourniture des intrants nécessaires aux agriculteurs pour cette campagne. Malheureusement, la campagne "Gu" a elle aussi échoué en grande partie. On signale que le niveau de l'eau dans le fleuve Shabelle est inférieur à la normale, en raison des précipitations inférieures à la moyenne et de la diminution des possibilités d'irrigation. Des infestations de chenilles légionnaires ont été observées dans le Juba moyen et inférieur, le Bas Shebelle, à Bakool et Hiran.

Les perspectives concernant la situation alimentaire en 1999 et au-delà sont extrêmement sombres. Dans la plupart des ménages, les stratégies d'adaptation traditionnelles sont pratiquement toutes épuisées, tandis que les activités commerciales et économiques sont gravement compromises par les combats et l'insécurité qui obligent un grand nombre de personnes à fuir pour se mettre à l'abri et chercher de la nourriture. Les prix des céréales augmentent et ceux du bétail continuent à baisser. La levée récente par l'Arabie saoudite de l'embargo sur les importations de bétail en provenance de Somalie (et des autres pays de la Corne de l'Afrique), qui avait été imposé par suite d'infestations de maladies animales, devait améliorer finalement le sort des éleveurs. En fait, les prix du bétail baissent en raison de la chute de poids des animaux qui manquent de pâturage et d'eau et font probablement l'objet de ventes de panique. Le niveau de malnutrition est élevé et s'accroît. La situation déjà précaire des approvisionnements alimentaires devrait se détériorer dans les mois à venir, car les combats ont repris dans certaines régions, accompagnés de déplacements en masse de la population. D'après les estimations actuelles, il y aurait quelque 70 000 personnes déplacées en raison des pénuries alimentaires et de l'insécurité. On estime que plus d'un million de personnes connaissent des pénuries alimentaires graves, dont plus de 400 000 sont menacées de famine.

Pour la campagne commerciale 1998/99 (août/juillet), la FAO a estimé les besoins totaux d'aide alimentaire à 125 000 tonnes, dont environ 52 000 tonnes de secours d'urgence. Début juillet, un quart seulement de l'aide alimentaire d'urgence avait été fournie. Etant donné l'échec de la campagne principale, une aide alimentaire massive sera encore nécessaire pendant une grande partie de l'an 2000. La communauté internationale doit trouver le moyen d'atteindre et d'aider une population toujours plus démunie, en dépit des graves obstacles qui entravent la distribution des secours, sans quoi il est impossible d'exclure l'éventualité d'une famine généralisée. La plupart des ménages auront également besoin de semences et d'autres intrants pour les semis de la prochaine campagne agricole.

Le présent rapport a été établi sous la responsabilité du Secrétariat de la FAO à partir d'informations provenant de sources officielles et officieuses. La situation pouvant évoluer rapidement, prière de s'adresser, pour tout complément d'information, à: M. Abdur Rashid, Chef, SMIAR, FAO (Télex 610181 FAO I; Télécopie: 0039-06-5705-4495, Mél: GIEWS1@FAO.ORG).

Il est également possible de recevoir automatiquement, par messagerie électronique, les Alertes spéciales et les Rapports spéciaux, dès leur publication, en souscrivant à la liste de distribution du SMIAR. A cette fin, veuillez envoyer un message électronique à l'adresse suivante: mailserv@mailserv.fao.org, sans indiquer la case "objet" en indiquant le message ci-après:

subscribe SMIARAlertes-L

Pour être rayé de la liste, envoyer ce message:

unsubscribe SMIARAlertes-L


back to the table of contentsRetour au menu