SYSTEME MONDIAL D'INFORMATION ET D'ALERTE RAPIDE SUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE DE LA FAO

ALERTE SPÉCIALE No. 298

Date: 4 novembre 1999

(Série diffusée uniquement pour les pays dans lesquels l'état des cultures vivrières et la situation des approvisionnements sont préoccupants)

LA CRISE ALIMENTAIRE S'INTENSIFIE DANS LE SUD DE LA SOMALIE

La situation des approvisionnements alimentaires dans le sud de la Somalie est très préoccupante, car les combats qui opposent les clans rivaux ont bouleversé les activités de production alimentaire et d'assistance aux victimes de la guerre civile et de la sécheresse. On signale un nombre croissant de décès parmi la population civile, des destructions des biens, un déplacement massif de population et un certain nombre de décès par famine. La crise alimentaire a été exacerbée par l'extension des barrages routiers et l'obstruction des pistes d'aviation qui entravent les mouvements des biens et des produits alimentaires, y compris de l'aide alimentaire. Les derniers rapports indiquent que près de 1,6 million de personnes à Mogadiscio, dans le Bas et le Moyen Juba, dans certaines parties de Gedo et dans le Bas Chébéli se trouvent hors de portée des institutions humanitaires. De plus, l'escalade de la violence contre les agents des organisations humanitaires a réduit le flux et la distribution de l'assistance.

Une mission FAO/PAM qui s'est rendue dans le pays en août a constaté que la campagne principale "Gu" 1999, qui fournit habituellement de 75 à 80 pour cent de la production vivrière annuelle, est en grande partie perdue en raison de l'insuffisance et de la mauvaise répartition des précipitations, des attaques non maîtrisées de ravageurs des cultures et du déplacement des agriculteurs. Cette mauvaise récolte fait suite à six autres mauvaises récoltes consécutives depuis 1996, qui sont le résultat du mauvais temps, du manque d'intrants agricoles, de la destruction de l'infrastructure agricole et des déplacements continus de population. Les régions les plus gravement touchées incluent Bay et Bakool dans le sud de la Somalie qui fournissent les céréales nécessaires à la fabrication du pain. La production céréalière de la campagne principale "Gu" 1999, estimée à environ 136 000 tonnes, est inférieure d'environ un tiers à la moyenne de la période qui a suivi la guerre civile (1993-1998). Les perspectives de la campagne secondaire "Deyr", qui va d'octobre à janvier dans les grandes régions agricoles de la Somalie du Sud, ne sont guère prometteuses, les pluies reçues jusqu'à présent étant inférieures à la normale. Même en supposant que la récolte "Deyr" moyenne atteigne 70 000 tonnes, le déficit de la campagne commerciale 1999/2000 (août/juillet) est estimé à 310 000 tonnes.

Étant donné que la situation des approvisionnements vivriers s'annonce mauvaise, les prix des céréales sont montés en flèche en septembre/octobre par rapport à leur niveau durant la même période l'année précédente. L'augmentation du prix des céréales, surtout à Mogadiscio, résulte non seulement de la faiblesse des approvisionnements mais aussi d'un apport monétaire accru, car les factions rivales injectent de l'argent sur le marché.

Ailleurs en Somalie, malgré les bonnes pluies récentes qui ont amélioré l'état des pâturages, la situation alimentaire reste précaire pour une grande partie de la population en raison des effets cumulatifs des sécheresses. Dans le nord-est de la Somalie (Puntland), on estime que 50 000 personnes déplacées et vulnérables ont un besoin urgent d'aide alimentaire, tandis que dans le nord-ouest (Somaliland) quelque 40 000 à 60 000 pasteurs pauvres à Sool et Toghdeer souffrent d'insécurité alimentaire grave.

Durant la campagne commerciale 1999/2000 (août/juillet), la mission du mois d'août a estimé les besoins totaux d'aide alimentaire à 70 000 tonnes environ. Toutefois, étant donné l'escalade récente des troubles civils et l'incertitude concernant la campagne "Deyr", le volume de l'aide alimentaire nécessaire ne peut que s'accroître. Là où les conditions le permettent, les organisations humanitaires fournissent des secours d'urgence, mais des crédits supplémentaires sont nécessaires pour satisfaire les besoins vivriers jusqu'à la prochaine campagne principale en juillet 2000. Au début de l'année, les Nations Unies ont lancé un appel commun interinstitutions en faveur de la Somalie pour 1999, pour un montant total de 64 millions de dollars E.-U.; à la mi-octobre, les contributions des donateurs s'élevaient à environ 35 millions de dollars E.-U., soit 55 pour cent. L'appel pour l'année 2000 vient juste d'être lancé, pour un total de 50,6 millions de dollars
E.-U. La communauté internationale des donateurs est exhortée à se montrer généreuse sans quoi les risques de famine augmenteront dans les régions les plus touchées.

Le présent rapport a été établi sous la responsabilité du Secrétariat de la FAO à partir d'informations provenant de sources officielles et officieuses. La situation pouvant évoluer rapidement, prière de s'adresser, pour tout complément d'information, à: M. Abdur Rashid, Chef, SMIAR, FAO (Télex 610181 FAO I; Télécopie: 0039-06-5705-4495, Mél: GIEWS1@FAO.ORG).

Il est également possible de recevoir automatiquement, par messagerie électronique, les Alertes spéciales et les Rapports spéciaux, dès leur publication, en souscrivant à la liste de distribution du SMIAR. A cette fin, veuillez envoyer un message électronique à l'adresse suivante: mailserv@mailserv.fao.org, sans indiquer la case "objet" en indiquant le message ci-après:

subscribe SMIARAlertes-L

Pour être rayé de la liste, envoyer ce message:

unsubscribe SMIARAlertes-L


back to the table of contents Retour au menu