FAO/SMIAR - Perspectives de l'Alimentation No.1 - Février 2000 - P. 3

Previous PageTable Of ContentsNext Page


CÉRÉALES

Bilan de l'offre et de la demande

La situation mondiale de l'offre et de la demande de céréales en 1999/2000 n'a guère évolué depuis le dernier rapport de novembre. Après une légère révision à la hausse, la production mondiale de céréales de 1999 s'établirait maintenant, selon les estimations de la FAO, à 1 872 millions de tonnes (y compris le riz usiné), soit plus que la moyenne des cinq dernières années mais un peu moins que le niveau de l'année précédente. Toutefois, les utilisations prévues de céréales au niveau mondial pour 1999/2000 ont également été ajustées à la hausse de sorte que le déficit de production pour l'année se maintient à environ 10 millions de tonnes. Cela est conforme aux prévisions précédentes et confirme qu'il faudra effectuer des prélèvements sur les stocks céréaliers mondiaux pour la première fois en quatre ans. Toutefois, le rapport entre les stocks céréaliers mondiaux de report en l'an 2000 et l'utilisation tendancielle en 2000/2001 est de 17,4 pour cent, ce qui reste dans la fourchette des 17-18 pour cent que le Secrétariat de la FAO juge nécessaire pour garantir la sécurité alimentaire mondiale. En outre, la part en pourcentage des stocks céréaliers mondiaux détenus par les principaux pays exportateurs, qui est le principal facteur permettant d'éponger tout déficit important de la production, devrait rester stable à environ 45 pour cent. Les cours de la plupart des céréales se sont raffermis lors des dernières semaines, mais selon les perspectives actuelles de l'offre et de la demande, il n'y aura pas d'évolution importante des prix à moyen terme.

Production, disponibilités, commerce et stocks céréaliers mondiaux

  1997/98 1998/99
estim.
1999/2000
prévis.
  (. . . millions de tonnes . . .)
Production 1/ 1 904 1 895 1 872
Blé 613 595 589
Céréales      
secondaires 905 911 886
Riz (usiné) 386 389 396
Disponibil. 2/ 2 198 2 226 2 213
Utilisations 1 870 1 877 1 882
Commerce 3/ 218 215 222
Stocks de      
clôture 4/ 330 342 334
Graphique

Selon les dernières prévisions de la FAO, la production céréalière mondiale s'établirait à 1 872 millions de tonnes en 1999 (y compris riz usiné), soit 6 millions de tonnes de plus que l'estimation faite en novembre. Cette augmentation reflète des ajustements à la hausse effectués pour le blé et le riz, qui compensent amplement la légère révision à la baisse pour les céréales secondaires. Si les prévisions se confirment, la production céréalière mondiale serait inférieure de 1,2 pour cent à la production estimée pour 1998 tout en restant supérieure à la moyenne des cinq dernières années. La production mondiale de blé devrait, selon les prévisions actuelles, s'établir à 589 millions de tonnes, soit 3 millions de tonnes de plus que ce qui était prévu en novembre. Cet ajustement est dû au fait que les estimations de certaines récoltes ont été révisées, notamment en Argentine et en Australie. En outre, dans l'hémisphère Nord, où les récoltes se terminent d'habitude plus tôt, la production du Kazakhstan a été fortement révisée à la hausse après une période de récolte exceptionnelle-ment longue, rendue possible par un début tardif de l'hiver. Selon les dernières prévisions, la production de céréales secondaires s'établirait à 886 millions de tonnes, soit environ 2 millions de tonnes de moins que l'estimation précédente, du fait principalement des révisions à la baisse pour certains pays d'Asie, d'Afrique et d'Amérique du Sud. Selon les dernières prévisions, la production mondiale de céréales secondaires serait de 25 millions de tonnes en 1999, soit 2,7 pour cent de moins que la production estimée pour 1998. Les récoltes ont été inférieures dans toutes les régions du globe, sauf en Amérique centrale où la production devrait rester stable et en Europe où l'on prévoit une légère augmentation. La récolte du paddy de la campagne principale 1999/2000 est pratiquement achevée dans l'hémisphère Nord, et les semis pour la seconde campagne sont en cours dans certains pays. Les conditions de végétation ont été dans l'ensemble favorables même si des inondations survenues vers la fin de 1999 ont provoqué par endroits des dégâts aux cultures. Sur la base des dernières estimations concernant les récoltes dans l'hémisphère Sud, qui onst eu lieu au début de 1999 et des prévisions laissant entrevoir des récoltes records dans plusieurs pays de l'hémisphère Nord, la production mondiale de paddy en 1999 devrait atteindre un niveau record de 593 millions de tonnes, soit 11 millions de tonnes de plus que l'année précédente.

Les premières perspectives du blé de l'an 2000 sont inégales mais selon les dernières informations, la production mondiale serait dans l'ensemble proche du niveau de 1999 et de la moyenne des cinq dernières années. En Amérique du Nord, les semis de blé d'hiver ont à nouveau baissé aux États-Unis car les perspectives des prix étaient défavorables au moment des semis alors qu'au Canada, les semis de blé de printemps devraient augmenter au détriment de la culture de colza canola et de lin, dont les prix sont relativement moins élevés. En Europe, les superficies ensemencées en blé devraient augmenter dans la CE au détriment des oléagineux, compte tenu de l'abondance des stocks et de la réduction des aides à la production d'oléagineux en l'an 2000. Dans la Fédération de Russie, les semis d'hiver ont baissé mais les conditions seraient favorables. En Asie, on prévoit une baisse de la production de blé en Chine du fait de la réduction des semis et des mauvaises conditions météorologiques dans certaines régions mais en Inde et au Pakistan, les conditions seraient dans l'ensemble satisfaisantes et l'on prévoit une production semblable ou légèrement supérieure à celle de l'année dernière.

Concernant les céréales secondaires de l'an 2000, les semis ont déjà eu lieu dans certains des principaux pays producteurs de l'hémisphère Sud. En Afrique australe, les premières perspectives sont favorables grâce aux pluies généralement abondantes tombées au cours des dernières semaines et l'on signale une augmentation des superficies ensemencées. De même, en Amérique du Sud, les conditions météorologiques sont dans l'ensemble favorables à la croissance des cultures. Les superficies ensemencées ont augmenté en Argentine mais ont légèrement baissé au Brésil. Dans l'hémisphère Sud et dans la zone équatoriale, la campagne principale 2000/2001 est déjà bien avancée pour le riz. Toutefois, comme les prix du riz étaient faibles au moment des semis, les superficies ensemencées seraient inférieures à celles de la campagne précédente. La récolte devrait débuter vers le mois de mars. Dans l'hémisphère Nord, les semis de la campagne 2000/2001 ne débuteront qu'en avril/mai.

Les prévisions FAO des importations mondiales de céréales en 1999/2000 ont été légèrement revues à la hausse, d'un million de tonnes, pour s'établir à 222 millions de tonnes, du fait de l'ajustement à la hausse des estimations concernant les importations de blé et de riz. Selon les prévisions actuelles, le volume des importations céréalières s'établirait à 7 millions de tonnes, soit 3,5 pour cent de plus que le volume révisé de l'année précédente. Cette augmentation serait principalement le fait des échanges de blé et de céréales secondaires, qui selon les prévisions actuelles devraient augmenter respectivement de 6 et 3 pour cent pour atteindre 103 et 96 millions de tonnes. Pour le riz, même si les estimations ont été légèrement revues à la hausse ce mois-ci, les importations de riz en l'an 2000 devraient, selon les estimations provisoires, légèrement fléchir par rapport à l'année précédente pour tomber juste en dessous de 24 millions de tonnes. Pour l'ensemble des pays en développement, les importations céréalières devraient augmenter pour atteindre le niveau record de 161 millions de tonnes. Toutefois, comme les cours internationaux des céréales sont plus faibles en 1999/2000, la facture globale d'importation de ces pays pourrait baisser d'environ 500 millions de dollars E.-U par rapport à la campagne précédente pour se situer aux alentours de 21 milliards de dollars.

Les prévisions concernant les utilisations mondiales de céréales en 1999/2000 ont été relevées de 6 millions de tonnes depuis le dernier rapport de novembre pour se situer à 1 882 millions de tonnes, en raison principalement des derniers ajustements à la hausse apportés aux estimations de la production de 1999. Selon les prévisions actuelles, l'utilisation totale de céréales en 1999/2000 serait légèrement supérieure à celle de la campagne précédente. Cette croissance serait due en grande partie à l'augmentation prévue de la consommation alimentaire de blé et de riz. Les prévisions concernant les utilisations totales de céréales secondaires en 1999/2000 restent inchangées par rapport au rapport précédent mais indiquent maintenant une légère baisse par rapport aux chiffres révisés de la campagne précédente. Cela reflète en grande partie un ajustement à la hausse des estimations des utilisations de céréales secondaires pour 1998/1999.

Les cours internationaux du blé ont légèrement remonté au cours des dernières semaines. Après plusieurs mois de baisse, on a assisté à un net revirement du marché après le rapport de janvier du Département de l'agriculture des États-Unis, qui laissait entrevoir un équilibre plus tendu entre l'offre et la demande de blé aux États-Unis (augmentation des utilisations intérieures et baisse des stocks) par rapport à ce qui était prévu auparavant. Fin janvier, le blé no 2 des États-Unis (HRW, fob) était coté en moyenne à 111 dollars E.-U. la tonne, soit environ 6 dollars E.-U. la tonne de plus qu'en décembre mais encore 15 dollars E.-U. de moins qu'en janvier 1999. Les prix à terme du blé sur le marché de Chicago ont également augmenté en janvier, sous l'effet principalement des perspectives de récolte 2000 aux États-Unis: les semis de blé d'hiver ont à nouveau baissé pour tomber à leur niveau le plus bas depuis 1972 et les conditions de croissance ont été jusqu'à présent assez défavorables. On a également noté une légère reprise des prix du maïs en janvier. Les prix à terme du maïs sur le marché de Chicago ont fortement augmenté en réponse aux estimations particulièrement faibles données pour la production de maïs aux États-Unis en 1999 et pour les stocks de fermeture, et en raison aussi des perspectives commerciales plus favorables. À la fin janvier, les contrats d'achat de maïs à court terme étaient cotés 90 dollars E.-U. la tonne, soit 10 dollars E.-U. de plus qu'en décembre. Les cours internationaux du riz, pour la plupart des origines, sont restés faibles de novembre jusqu'à la mi-janvier, sous l'effet des vastes disponibilités exportables et de la demande d'importation limitée. L'indice des prix FAO à l'exportation pour le riz (1982-84=100) était en moyenne de 105 en décembre, soit le niveau le plus bas depuis près de six ans. Au cours des trois premières semaines de janvier, l'indice des prix a gagné un point, en raison principalement de l'augmentation des prix de certains types spéciaux de riz en provenance de la Thaïlande et du Viet Nam, qui s'explique par des facteurs particuliers, mais cela n'annonce aucune évolution fondamentale du marché.

Les estimations FAO des stocks céréaliers mondiaux pour les campagnes prenant fin en l'an 2000 ont été relevées à la hausse de 2 millions de tonnes depuis le dernier rapport pour se situer à 334 millions de tonnes. Toutefois, malgré cette révision à la hausse, les stocks mondiaux de report à la fin des campagnes agricoles de l'an 2000 seront inférieurs aux niveaux d'ouverture, de 2 pour cent, ce qui représente la première baisse depuis quatre ans. En conséquence, le rapport entre les stocks céréaliers mondiaux de report en l'an 2000 et les utilisations tendancielles en 2000/2001 devrait passer de 18,1 pour cent à 17,4 pour cent, tout en restant dans la fourchette des 17-18 pour cent qui, selon le Secrétariat de la FAO, représente le minimum nécessaire pour garantir la sécurité alimentaire mondiale.


Previous PageTop Of PageTable Of ContentsNext Page