SYSTEME MONDIAL D'INFORMATION ET D'ALERTE RAPIDE SUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE DE LA FAO

ALERTE SPÉCIALE  No. 302

MADAGASCAR

Date: 10 mars 2000

LES CULTURES AYANT ÉTÉ ENDOMMAGÉES PAR LES CYCLONES, LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EST MENACÉE À MADAGASCAR

Les pluies torrentielles et les vents pouvant atteindre 200 km/heure qui ont marqué le passage des cyclones Eline le 17 février et Gloria le 2 mars ont provoqué des pertes de vies humaines, gravement endommagé les infrastructures et fait plus de 10 000 sans-abri. Les zones les plus touchées sont le nord et le centre de la côte Est, notamment les alentours des agglomérations d'Andapa, Antalaha, Vatomandry et Mahanoro, ainsi que Belo-Tsiribihina et Morondava sur la côte Ouest. D'après le premier bilan officiel, 560 000 personnes ont été touchées plus ou moins gravement par le cyclone. L'accès aux victimes est difficile, les routes principales et les ponts ayant été endommagés. Les routes qui relient le port principal de Tamatave à la capitale Antananarivo et qui vont vers le nord sont touchées, de sorte qu'il est très difficile d'acheminer les vivres et autres produits dans le pays. On signale que 114 villages et agglomérations sont isolés par les inondations ou par la destruction des infrastructures de transport. Le Gouvernement a lancé un appel à l'aide internationale pour faire face à cette situation d'urgence. La situation humanitaire dans les zones touchées est critique et on a besoin d'urgence d'une aide internationale pour secourir les personnes isolées et leur fournir de la nourriture, de l'eau potable, des médicaments et d'autres formes d'aide. Étant donné que plusieurs zones sont inaccessibles, il faut organiser un pont aérien pour atteindre les populations isolées. Un appel des Nations Unies sera lancé.

Il n'est pas encore possible d'évaluer avec précision les pertes de cultures et les dégâts agricoles, de vastes zones étant inaccessibles et sous les eaux. Cependant, d'après les premières indications, les pertes sont presque totales dans les plaines. On signale que les plantations de café ont beaucoup souffert à cause des vents violents dans les principales zones de culture de la côte Est, notamment aux alentours d'Andapa/Samabava et Mahanoro. Les bananiers, les orangers, les avocatiers et les cacaoyers ont aussi été gravement touchés. Ce sont des cultures de rente qui jouent un rôle important dans l'économie alimentaire des ménages agricoles. Des milliers d'hectares de rizières le long de la côte Est, au nord de Manaharo, autour de Belo et Morondova sur la côte Ouest et autour d'Antananarivo sont complètement sous les eaux. Les inondations prolongées et l'envasement des rizières pourraient entraîner une perte totale des cultures dans ces zones. Les graves dégâts et les pertes de stocks alimentaires dans les ménages vont encore amenuiser les disponibilités alimentaires.

Les perspectives globales de la récolte principale de riz de 2000, qui commence habituellement en avril, étaient déjà mauvaises avant que les deux cyclones ne frappent le pays. Après un bon démarrage de la saison des pluies en novembre dernier, une vague de sécheresse prolongée, entre la troisième décade de décembre et la première décade de février, a entraîné de fortes baisses des superficies ensemencées et des rendements potentiels dans les principales zones de culture du Nord. Les pertes et les baisses de rendements imputables au cyclone ont donc aggravé des perspectives de récolte déjà mauvaises. Par conséquent, la production de riz, qui était bonne en 1999, va accuser une forte baisse cette année et la situation des approvisionnements alimentaires devrait se détériorer pendant la prochaine campagne de commercialisation. Les importations de riz, qui s'élevaient en moyenne à 80 000 tonnes par an pendant les cinq dernières années, vont probablement être beaucoup plus importantes en 2000/2001 (avril/mars).

Dès que les conditions le permettront, la FAO enverra une mission dans le pays pour évaluer les pertes de cultures et la situation des disponibilités alimentaires et estimer les besoins d'importation de produits alimentaires du pays pour 2000/2001 (avril/mars), y compris les besoins d'aide alimentaire des populations touchées.

Le présent rapport a été établi sous la responsabilité du Secrétariat de la FAO à partir d'informations provenant de sources officielles et officieuses. La situation pouvant évoluer rapidement, prière de s'adresser, pour tout complément d'information, à: M. Abdur Rashid, Chef, SMIAR, FAO (Télécopie: 0039-06-5705-4495, Mél: GIEWS1@FAO.ORG).

Il est également possible de recevoir automatiquement, par messagerie électronique, les Alertes spéciales et les Rapports spéciaux, dès leur publication, en souscrivant à la liste de distribution du SMIAR. A cette fin, veuillez envoyer un message électronique à l'adresse suivante: mailserv@mailserv.fao.org, sans indiquer la case "objet" en indiquant le message ci-après:

subscribe SMIARAlertes-L

Pour être rayé de la liste, envoyer ce message:

unsubscribe SMIARAlertes-L


back to the table of contents Retour au menu