SYSTEME MONDIAL D'INFORMATION ET D'ALERTE RAPIDE SUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE DE LA FAO

ALERTE SPÉCIALE

NO. 308

(Série diffusée uniquement pour les pays dans lesquels l'état des cultures vivrières ou la situation des approvisionnements alimentaires sont préoccupants)

Date: 11 mai 2000

DANS PLUSIEURS PAYS DU PROCHE-ORIENT ET DE L'ASIE DU SUD, DES MILLIONS DE PERSONNES SONT GRAVEMENT TOUCHÉES PAR LA SÉCHERESSE

Une grave sécheresse, qui s'inscrit dans un phénomène météorologique plus vaste, dont les effets négatifs ont été ressentis dans un certain nombre de pays d'Afrique septentrionale et orientale, a dévasté les cultures et décimé le bétail dans plusieurs pays du Proche-Orient et de l'Asie du Sud. Outre les importantes pertes de bétail dues à une pénurie d'eau et à la rareté des aliments pour le bétail, on craint maintenant de plus en plus qu'un nombre croissant de vies humaines soient en danger, faute d'eau et de vivres. Le point de la situation par pays est donné ci-après.

AFGHANISTAN

La situation déjà précaire des disponibilités alimentaires, liée aux troubles intérieurs et à la contraction de la production de l'an dernier, a été encore aggravée cette année par une importante sécheresse qui a touché presque tout le sud et le centre du pays. Les régions les plus durement frappées sont les provinces de Kandahar, Helmand, et Zaboul. Un grand nombre de paysans ont perdu leurs récoltes de blé non irrigué et ont un besoin pressant d'aide alimentaire. On signale de fortes migrations vers les centres urbains pour trouver de l'eau et de la nourriture. On a également enregistré d'importantes pertes de bétail dans les provinces de Kandahar et de Zaboul, en raison du manque d'eau et d'aliments pour animaux.

En 1999, la production céréalière totale a diminué de 3,24 millions de tonnes, soit un recul de 16 pour cent par rapport à la récolte de l'année précédente, en raison d'une forte sécheresse et d'une infestation de ravageurs. Les besoins d'importations céréalières ont donc atteint, selon les estimations, le niveau record de 1,1 million de tonnes pour la campagne commerciale 1999/2000 (juillet/juin). Si la sécheresse se reproduit cette année, il est probable que les besoins d'importations augmenteront encore nettement. Une mission FAO/PAM d'évaluation des récoltes et des disponibilités alimentaires se trouve actuellement dans le pays pour apprécier la situation globale des approvisionnements en vivres et chiffrer les besoins d'importations céréalières pour 2000/01, y compris l'aide alimentaire.

REPUBLIQUE ISLAMIQUE D'IRAN

A la suite d'une sécheresse désastreuse qui a provoqué l'an dernier une contraction de la production de blé de plus de 3 millions de tonnes (soit un recul d'environ 25 pour cent) par rapport à l'année précédente, une nouvelle vague importante de sécheresse menace à nouveau cette année la production vivrière du pays. Selon les estimations, 18 des 28 provinces sont touchées, surtout dans le sud, l'est et le centre du pays. Parmi les zones les plus gravement frappées on peut citer les régions suivantes: Sissent e Baloutchistan, Yazd, Fars, Boyer Ahmad e Kohkiluyeh, Bushehr, Hormozgan, Kerman et Khuzistan.

Bien que les brèves précipitations de la fin mars, dans le centre-ouest, aient été bénéfiques aux cultures, elles n'ont pas été suffisantes pour améliorer les perspectives globales. Cette année, l'incidence de la sécheresse risque d'être aggravée par le faible niveau des réserves d'eau des barrages et des réservoirs, du fait de la grave pénurie d'eau de l'année dernière. Qui plus est, la situation pourrait encore empirer par rapport à l'an dernier, où le niveau de précipitations enregistré était le plus bas des 30 dernières années, car l'on indique de source officielle qu'au cours des sept derniers mois (jusqu'en avril), le niveau était de 25 pour cent inférieur à celui de la même période en 1998/99.

Selon les prévisions actuelles, la production de blé pourrait même chuter au-dessous des 8,7 millions de tonnes officiellement estimées pour 1999. Les emblavures ont lieu normalement en octobre/novembre et la récolte, en juin/juillet. Les perspectives sont également défavorables pour l'orge, qui est actuellement engrangé et dont l'importance est fondamentale pour la production animale dont dépend une grande partie de la population. Cette situation affectera aussi les groupes vulnérables, notamment dans les zones rurales, qui n'ont pratiquement pas d'autres sources de revenus et qui ont déjà accusé de graves pertes l'an dernier. De nombreux paysans, pris de panique, ont commencé à vendre leurs troupeaux et on signale un début d'exode.

En 1999/2000, le pays, qui a importé au moins 7 millions de tonnes de blé, s'est placé parmi les plus gros importateurs mondiaux (comme en 1996/97, autre année de sécheresse). Si la production diminue encore cette année, les importations de 2000/01 devraient probablement dépasser celles de 1999/2000.

Les autorités ont récemment approuvé un programme d'aide d'urgence de 183 millions de dollars E.-U. pour aider les agriculteurs qui ont souffert de la sécheresse.

IRAQ

En raison d'une forte sécheresse, la superficie cultivée a considérablement diminué et les cultures céréalières de la campagne 2000 ont été gravement endommagées. On signale que le débit du Tigre et de l'Euphrate a baissé d'environ 20 pour cent par rapport à la normale, ce qui aura des effets préjudiciables sur les cultures irriguées qui représentent plus de 70 pour cent de la superficie cultivée. En outre, de graves pénuries d'intrants agricoles essentiels entravent également la production.

En 1999, des conditions de sécheresse similaires et la multiplication des ravageurs et des plantes adventices ont provoqué un recul de la production de céréales de près de 40 pour cent, par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Les conséquences pour le bétail, déjà affaibli par la fièvre aphteuse, sont aussi très graves

En décembre 1999, le Conseil de sécurité des Nations Unies a approuvé la septième phase du programme " vivres contre pétrole" (de janvier à juin), qui permet d'anticiper les revenus du pétrole à hauteur de 5,26 milliards de dollars E.-U. pour l'achat de vivres, de médicaments et de fournitures sanitaires, et pour les réparations d'urgence à apporter aux infrastructures. Une mission FAO/PAM/OMS/UNICEF d'évaluation des disponibilités alimentaires et de la nutrition se trouve actuellement dans le pays pour apprécier la situation des vivres ainsi que l'état nutritionnel et sanitaire.

JORDANIE

Les perspectives concernant la récolte de blé et d'orge, prévue en mai/juin, sont peu favorables pour l'an 2000, car une longue sécheresse a retardé les semis. Cette situation prolonge la grave sécheresse de 1999 qui a fortement endommagé la production céréalière et maraîchère et s'est traduite par une baisse de 88 pour cent de l'ensemble de la production de blé et d'orge qui s'est établie à 13 000 tonnes seulement. Le secteur de l'élevage a gravement pâti de la situation, les éleveurs d'ovins ayant été les plus gravement frappés.

La FAO et le PAM ont approuvé conjointement en juillet 1999 une Opération d'urgence de 4 millions de dollars E.-U., destinée à fournir une aide alimentaire à 180 000 personnes sinistrées, pendant 8 mois.

PAKISTAN

Une grave sécheresse a dévasté la plus grande province du pays, le Béloutchistan situé à l'ouest ainsi que la province de Sind au sud. La situation devrait encore s'aggraver car la saison de la mousson est déjà bien engagée et l'on prévoit de faibles précipitations. On signale que les zones les plus gravement touchées sont celles situées autour de la région aride de Tharparkar, les districts de Kohistan et de Kacho dans le Sind, et le Béloutchistan et le Cholistan au Pendjab. Dans un certain nombre de ces régions il ne pleut pas suffisamment depuis plusieurs années. L'aggravation de la situation laisse prévoir une émigration, notamment à partir des régions où la nourriture et l'eau sont devenus rares. Divers rapports font état de plusieurs centaines de victimes de la sécheresse, du fait du manque de nourriture et d'eau, et de plusieurs millions de têtes de bétail à risque.

Malgré les dégâts provoqués par la sécheresse dans les provinces du nord-ouest et du sud du pays et de l'aridité des zones non irriguées à la fin de la campagne du blé, la production devrait, encore cette année, selon les prévisions officielles, avoisiner le niveau exceptionnel de 20 millions de tonnes, soit environ 2 millions de tonnes de plus qu'en 1999. Environ 85 pour cent des cultures sont irriguées et bien que les rendements aient été affectés par la sécheresse et l'absence d'irrigation dans certaines zones (notamment dans la province de Sind), la production de blé de la principale province productrice, le Pendjab, qui assure environ 75 pour cent de la production totale, a été satisfaisante et a même dépassé les objectifs. En raison de cette bonne récolte, les importations de blé en 2000/2001 devraient diminuer considérablement par rapport à l'an dernier et s'établir environ à 1,5 million de tonnes.

INDE

Une grave sécheresse et une pénurie d'eau et d'aliments pour le bétail ont entraîné la perte de plusieurs milliers de têtes de bétail dans divers États. Le Gujarat a connu la plus forte sécheresse du siècle et plus de la moitié des 18 000 villages a souffert du manque d'eau. Selon les estimations, 10 millions de personnes ont souffert de cette situation. En outre, on signale que la plupart des réservoirs au nord et à l'ouest du pays sont asséchés, alors que le niveau de l'eau des puits a considérablement baissé. De ce fait, on annonce maintenant une importante émigration de personnes et de bétail, qui quittent les zones les plus gravement touchées. À cause d'une mauvaise mousson, la production vivrière de la mousson et d'hiver (Kharif et Rabi) devrait diminuer d'environ 30 pour cent dans cet État. Le recul le plus important concerne les céréales secondaires pluviales, les arachides et les lentilles, qui selon les prévisions devraient diminuer d'environ 50 pour cent ou davantage encore.

Parmi les autres États touchés par la sécheresse, on peut citer le Rajasthan, le Madhya Pradesh, l'Andhra Pradesh et l'Orissa. Au Rajasthan, la production de céréales et de graines oléagineuses devrait diminuer respectivement de 23 et 17 pour cent, alors qu'on signale que 26 des 32 districts ont des problèmes d'approvisionnement en eau, en vivres et en aliments du bétail. Dans le Madhya Pradesh, le problème semble par comparaison moins grave, puisque 7 seulement des 45 districts, notamment ceux jouxtant le Rajasthan et le Gujarat, ont été touchés. Dans l'Andhra Pradesh, 18 des 23 districts ont été affectés, la situation la plus grave étant signalée dans les régions de Telengana et de Rayalaseema. Dans l'État d'Orissa les régions frontalières ont également été sinistrées. Les effets négatifs de la sécheresse sur la production sont encore amplifiés par la salinisation des terres agricoles à la suite des raz-de-marée qui ont accompagné le cyclone catastrophique de l'an dernier. De ce fait, la récolte rabi n'aura pas lieu cette année et une part importante de la population de l'État continue de dépendre de l'aide alimentaire fournie par les autorités.

La sécheresse ne devrait pas toutefois affecter la production alimentaire totale du pays de manière significative car les régions touchées n'appartiennent pas aux principales zones céréalières. Malgré la sécheresse, la récolte de blé de 2000/01, dont la culture est dans l'ensemble irriguée et qui vient d'être rentrée, devrait se monter selon les estimations actuelles à 70 millions de tonnes, comme la récolte exceptionnelle de l'année dernière. Cela est dû surtout à l'accroissement de la production dans les principaux États producteurs (Pendjab, Haryana et Uttar Pradesh) où les conditions météorologiques ont dans l'ensemble été favorables, compensant le recul enregistré dans les États touchés par la sécheresse. En outre, la situation alimentaire globale reste dans l'ensemble favorable, compte tenu des stocks importants accumulés à la suite des bonnes récoltes de ces dernières années. On estime actuellement que les stocks officiels de céréales s'élèvent à 30 millions de tonnes environ, dont 13.5 millions de tonnes de blé.

Le présent rapport a été établi sous la responsabilité du Secrétariat de la FAO à partir d'informations provenant de sources officielles et officieuses. La situation pouvant évoluer rapidement, prière de s'adresser, pour tout complément d'information, à: M. Abdur Rashid, Chef, SMIAR, FAO (Télécopie: 0039-06-5705-4495, Mél: GIEWS1@FAO.ORG).

Il est également possible de recevoir automatiquement, par messagerie électronique, les Alertes spéciales et les Rapports spéciaux, dès leur publication, en souscrivant à la liste de distribution du SMIAR. A cette fin, veuillez envoyer un message électronique à l'adresse suivante: mailserv@mailserv.fao.org, sans indiquer la case "objet" en indiquant le message ci-après:

subscribe SMIARAlertes-L

Pour être rayé de la liste, envoyer ce message:

unsubscribe SMIARAlertes-L


back to the table of contents Retour au menu