SYSTEME MONDIAL D'INFORMATION ET D'ALERTE RAPIDE SUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE DE LA FAO

RAPPORT SPECIAL: RPD COREE

DES PROBLÈMES CHRONIQUES D'APPROVISIONNEMENT ALIMENTAIRE PERSISTENT EN RÉPUBLIQUE POPULAIRE DEMOCRATIQUE DE CORÉE, CE QUI LAISSE PENSER QUE LE PAYS CONTINUERA À DÉPENDRE D'UNE AIDE ALIMENTAIRE DE GRANDE AMPLEUR

7 juin 2000

Alors que la République populaire démocratique de Corée entre dans sa sixième année de graves pénuries alimentaires, il y a quelques espoirs que l'assouplissement des sanctions et les pourparlers de paix réduisent l'isolement du pays et donc sa vulnérabilité future aux crises alimentaires.

Malgré les dégâts immenses provoqués par des catastrophes naturelles récurrentes depuis 1995, la cause principale des problèmes chroniques d'approvisionnement alimentaire en RPD de Corée est la grave récession économique, en particulier depuis la fin de l'alliance économique de ce pays avec l'ex-URSS et les pays du bloc de l'Est. Jusque-là, ces relations avaient permis de soutenir des systèmes agricoles intensifs, indispensables étant donné les graves limitations dues à la situation géographique et aux rigueurs du climat qui conditionnent ce que le pays peut produire et en quelles quantités. Le pays a très peu de terres arables par rapport à sa population et à ses besoins, et il n'y a en fait qu'une seule campagne agricole par an de mai à octobre. Toute catastrophe naturelle qui se produit pendant cette période, comme entre 1995 et 1997, compromet gravement la production vivrière.

Les problèmes économiques ont été aggravés par les sanctions économiques imposées à la RDP de Corée, qui ont encore limité sa capacité à nouer de nouvelles relations dans un marché mondial en expansion dans les années 90. Les démarches récentes visant à infléchir les sanctions auront sans aucun doute des effets positifs. Bien que les statistiques sur la RPD de Corée soient difficiles à obtenir, les données disponibles indiquent que le revenu national et le commerce ont plongé dans les années 90.

Le grave déclin économique a entraîné à son tour des problèmes chroniques de devises limitant les achats de denrées alimentaires, d'intrants agricoles et de matières premières pour les secteurs agricole et industriel. Par conséquent, la RPD de Corée n'a pas été en mesure, pendant plusieurs années, de produire suffisamment de vivres pour nourrir sa population, ou d'en importer pour combler le déficit. La seule solution, pour assurer un minimum de sécurité alimentaire depuis cinq ans, a été de recourir à une aide alimentaire internationale massive, essentielle pour réduire l'incidence de la malnutrition grave et la mortalité, en particulier parmi les groupes vulnérables tels que les personnes âgées et les enfants.

Au cours de ces années difficiles, le Gouvernement et le peuple de RPD de Corée ont déployé des efforts considérables pour faire face aux graves difficultés résultant des pénuries alimentaires. Au niveau national, ces efforts ont notamment consisté à donner la priorité à l'agriculture et à la production vivrière dans la planification nationale, à mobiliser en masse la population pour faire face aux besoins agricoles, à développer les potagers familiaux, à accorder une plus grande autonomie aux provinces pour importer des produits alimentaires par des accords de troc depuis la Chine, à autoriser les Coréens émigrés à envoyer des fonds et à lancer des campagnes afin de promouvoir la consommation d'aliments non traditionnels tels que les pommes de terre. Le programme de doubles cultures, entrepris avec l'aide de la FAO, a aussi permis une récolte supplémentaire de blé et d'orge, dans les mois qui ont immédiatement précédé la campagne principale de semis du riz et du maïs. Ces récoltes, ainsi que celle des pommes de terre, ont permis d'atténuer les conséquences des pénuries pendant la période critique de juin à septembre.

Malgré ces mesures, il ne fait guère de doute à l'heure actuelle que le filet de sécurité représenté par l'aide alimentaire à la RPD de Corée ne peut être supprimé sans entraîner des conséquences catastrophiques. La récente opération d'aide alimentaire d'urgence (1999/2000), d'un montant de 202 millions de dollars E.-U., approuvée conjointement par le Directeur général de la FAO et le Directeur exécutif du PAM, vise à sauver des vies humaines et à améliorer la santé des groupes vulnérables, en particulier des enfants. Comme lors des opérations précédentes d'aide alimentaire d'urgence, la réponse internationale a été généreuse et plus de 80 pour cent des besoins alimentaires sont déjà couverts. Toutefois, le pays entre dans la période difficile de soudure (il faut encore attendre plusieurs mois avant la moisson principale) et un soutien international sans faille pour le reste de l'opération sera indispensable, malgré les besoins concurrents d'autres pays touchés par des catastrophes et des famines. L'assistance internationale est également nécessaire pour le relèvement de l'agriculture, grâce au Programme des Nations Unies pour le relèvement de l'agriculture et la protection de l'environnement, qui continue à être entravé par le manque de ressources.

L'assistance humanitaire continuera à être indispensable à court terme mais, à plus long terme, la reprise économique et une meilleure position commerciale dans le monde seront essentielles pour améliorer la sécurité alimentaire, en aidant le pays à accroître sa production vivrière et à couvrir tout déficit par des importations commerciales. À cet égard, on a récemment relevé quelques signes justifiant un optimisme prudent, et l'on peut espérer une amélioration dans un avenir prévisible. Il s'agit de la levée partielle des sanctions et de l'amélioration des relations diplomatiques avec plusieurs pays. L'évolution de la situation dépendra aussi beaucoup des pourparlers de paix prévus entre la RPD de Corée et la République de Corée à la mi-juin, qui pourraient nettement améliorer le contexte général pour les investissements, la reprise économique et donc la sécurité alimentaire du pays. Une mission FAO/PAM d'évaluation des récoltes et des disponibilités alimentaires doit se rendre en RPD de Corée fin juin pour étudier la situation actuelle des approvisionnements alimentaires et les premières perspectives de production céréalière pour cette année.

Le présent rapport a été établi sous la responsabilité du Secrétariat de la FAO à partir d'informations provenant de sources officielles et officieuses. La situation pouvant évoluer rapidement, prière de s'adresser, pour tout complément d'information, à: M. Abdur Rashid, Chef, SMIAR, FAO (Télécopie: 0039-06-5705-4495, Mél: GIEWS1@FAO.ORG ) .

Il est également possible de recevoir automatiquement, par messagerie électronique, les Alertes spéciales et les Rapports spéciaux, dès leur publication, en souscrivant à la liste de distribution du SMIAR. A cette fin, veuillez envoyer un message électronique à l'adresse suivante: mailserv@mailserv.fao.org, sans indiquer la case "objet" en indiquant le message ci-après:

subscribe SMIARAlertes-L

Pour être rayé de la liste, envoyer ce message:

unsubscribe SMIARAlertes-L

back to the table of contents Retour au menu