SYSTEME MONDIAL D'INFORMATION ET D'ALERTE RAPIDE SUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE DE LA FAO

ALERTE SPÉCIALE

No. 316

(Série diffusée uniquement pour les pays dans lesquels l'état des cultures vivrières ou la situation des approvisionnements alimentaires sont préoccupants)

PAYS: SOUDAN

22 août 2001

DE FORTES INONDATIONS SUCCÉDANT À UNE LONGUE PÉRIODE DE SÉCHERESSE MENACENT LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE AU SOUDAN

Après deux années consécutives marquées par une grave sécheresse, de fortes inondations ont provoqué le déplacement de dizaines de milliers de personnes, détruit des cultures et, dans les régions touchées, aggravé la situation - déjà précaire - des approvisionnements alimentaires. Les fortes précipitations tombées sur le bassin versant du Nil Bleu, dans les hautes terres d'Éthiopie, ont fait déborder le Nil et submergé de nombreux villages et agglomérations. Sur le Nil, le niveau des eaux serait supérieur à celui de 1988, année où le fleuve était sorti de son lit et avait causé d'importants dégâts. Ce sont les régions situées le long du Nil, dans le nord et dans l'est, ainsi que certaines zones proches de la capitale, Khartoum, qui ont été le plus touchées. Des pluies torrentielles ont également entraîné des crues subites dans le sud de l'État du Darfour. Sur le Nil, de nombreuses îles habitées ont été évacuées, mais plusieurs villes et villages restent coupés du reste du monde par les inondations. La détérioration des ponts et des principaux axes routiers rend difficile l'accès aux populations sinistrées.

Dans les régions sinistrées, la situation humanitaire est extrêmement précaire et il importe d'organiser au plus vite une aide internationale afin de porter secours aux personnes isolées et de leur fournir les vivres, l'eau potable, les médicaments et les autres formes d'aide dont ils ont besoin. Plusieurs régions étant encore inaccessibles, il faudra, pour atteindre les populations en détresse, organiser des opérations de secours par voie aérienne. Les pertes de cultures et les dommages subis par l'agriculture n'ont pas encore été évalués avec exactitude, mais les premières indications font état de pertes importantes - tant pour les cultures que pour le bétail.

Avant les dégâts dus aux inondations, les prévisions globales concernant la production céréalière de la principale campagne de 2001 (la récolte commence normalement dès le mois d'octobre) étaient déjà peu optimistes. Deux facteurs ont entraîné une réduction des semis et des rendements potentiels: l'arrivée tardive de la saison des pluies dans certaines régions d'une part, le déplacement d'un nombre important de personnes en raison de l'escalade du conflit qui sévit dans le sud du pays, d'autre part. Les pertes et les baisses de rendements imputables aux inondations risquent d'assombrir encore plus les perspectives, déjà peu favorables, concernant les récoltes.

Au cours des deux dernières années, le mauvais résultat des récoltes et l'épuisement presque complet des stocks ont provoqué une forte hausse du prix des céréales, que les couches les plus défavorisées de la population ont donc plus de difficultés à se procurer. Le pouvoir d'achat d'une grande partie de la population, notamment des éleveurs, a subi une forte érosion. Les expédients permettant d'affronter ce type de situation ont été exploités au maximum, si bien que les agriculteurs et autres groupes vulnérables ont dû partir en quête de travail et de nourriture. Le nombre de personnes participant aux programmes «vivres-contre-travail» du PAM a considérablement augmenté. Les mesures des pouvoirs publics visant à atténuer les pénuries alimentaires par la suppression de droits de douane sur les importations de denrées alimentaires et le financement des achats de céréales par l'intermédiaire de l'administration chargée de gérer les stocks de denrées stratégiques ont aidé, dans une certaine mesure, à stabiliser les marchés céréaliers. La hausse dramatique des taux de malnutrition révèle cependant l'importance des pénuries alimentaires. La situation pourrait empirer au cours des prochains mois si des opérations de secours efficaces ne sont pas entreprises dans les meilleurs délais. On avait estimé récemment à 3 millions le nombre de personnes à qui il fallait fournir une aide alimentaire d'urgence en raison de la sécheresse et/ou de la guerre civile, mais il est pratiquement certain que ce chiffre va augmenter en raison des inondations qui sévissent actuellement. La sécheresse de l'an dernier a touché principalement les régions du grand Darfour et du Kordofan, du Bahr el Ghazal, du Bahr el Jebel, de l'Équatoria-Est, du Jonglei, de la mer Rouge, ainsi que la province du Butana dans l'État du Gezira.

Une mission conjointe FAO/PAM d'évaluation des récoltes et des approvisionnements alimentaires a récemment estimé que le pays devrait importer 1,44 million de tonnes de céréales pour la campagne de commercialisation 2000/2001 (novembre/octobre), dont 1,2 million par la filière commerciale, le volume restant devant être fourni par des opérations d'aide alimentaire. Les promesses d'aide alimentaire internationale ne couvrent pour l'instant qu'une partie des besoins.

Une mission conjointe FAO/PAM se rendra au Soudan en octobre et en novembre 2001 afin d'évaluer les résultats de la récolte de cette année et d'examiner les perspectives en matière d'approvisionnement alimentaire pour 2001/2002 (novembre/octobre). Elle estimera également les besoins du pays en matière d'importations alimentaires et les besoins d'aide alimentaire des populations touchées.

Le présent rapport a été établi sous la responsabilité du Secrétariat de la FAO à partir d'informations provenant de sources officielles et officieuses. La situation pouvant évoluer rapidement, prière de s'adresser, pour tout complément d'information, à: M. Abdur Rashid, Chef, SMIAR, FAO; Télécopie: 0039-06-5705-4495, Mél: GIEWS1@FAO.ORG ).
Il est également possible de recevoir automatiquement, par messagerie électronique, les Alertes spéciales et les Rapports spéciaux, dès leur publication, en souscrivant à la liste de distribution du SMIAR. A cette fin, veuillez envoyer un message électronique à l'adresse suivante: mailserv@mailserv.fao.org , sans indiquer la case "objet" en indiquant le message ci-après:
subscribe SMIARAlertes-L
Pour être rayé de la liste, envoyer ce message:
unsubscribe SMIARAlertes-L

back to the table of contents Retour au menu