SYSTEME MONDIAL D'INFORMATION ET D'ALERTE RAPIDE SUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE DE LA FAO

 

ALERTE SPÉCIALE

No. 319

(Série diffusée uniquement pour les pays dans lesquels l'état des cultures vivrières ou la situation des approvisionnements alimentaires sont préoccupants)

PAYS: SOMALIE

13 novembre 2001

-------

LA SÉCHERESSE ET LES INONDATIONS COMPROMETTENT LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
EN SOMALIE

La situation alimentaire se dégrade rapidement en Somalie où la récolte de la campagne principale "Gu" 2001, affectée par la sécheresse, a été la plus faible qui ait été rentrée depuis sept ans. Les pluies abondantes tombées récemment sur les hauts plateaux voisins d'Éthiopie ont fait déborder les cours d'eau dans le sud de la Somalie de sorte que de nombreux habitants ont dû fuir les inondations et que la situation alimentaire, déjà sérieuse, s'est encore aggravée.

Après plus de dix ans de troubles intérieurs, la Somalie est en proie à la pauvreté et à une crise humanitaire prolongée. Les infrastructures de base et les services gouvernementaux, notamment pour la fourniture des services sociaux essentiels, entre autres de santé et d'éducation, sont désorganisés. La reprise de la production vivrière au cours des deux campagnes agricoles précédentes a quelque peu amélioré les approvisionnements, mais la récolte médiocre rentrée récemment a mis fin à ce répit temporaire, car les mécanismes de survie sont affaiblis par les sécheresses successives survenues antérieurement et les effets à long terme de plusieurs années d'insécurité. En outre, l'interdiction qui frappe toujours les importations de bétail d'Afrique orientale dans les pays de la péninsule arabe en raison de la fièvre de la vallée du Rift entraîne un grave manque à gagner, notamment dans le nord de la Somalie. On estime que cette interdiction, imposée en septembre 2000, a fait perdre au pays environ 120 millions de dollars É.-U. de recettes en devises.

Compte tenu de ces sombres perspectives, les prix des céréales sont montés fortement et devraient encore augmenter, ce qui affaiblira gravement le pouvoir d'achat d'une bonne partie de la population. En outre, la valeur du shilling de Somalie/Somaliland a fortement baissé. Entre août 2000 et août 2001, la valeur du shilling de Somalie à Mogadishu est passée de 9 500 Ssh à 20 500 Ssh pour un dollar É.-U., soit une dépréciation de près de 116 pour cent, tandis que la valeur du shilling de Somaliland à Hargeysa est passée de 3 000 SLsh à 6 000 SLsh pour un dollar É.-U., soit une baisse de 100 pour cent.

En raison du ralentissement de l'économie mondiale, les envois de fonds des expatriés qui apportent habituellement jusqu'à 500 millions de dollars É.-U. à l'économie somalienne (l'aide extérieure s'élevant à 60 millions de dollars É.-U.) diminueront sans doute nettement. L'accès à la nourriture d'un grand nombre de ménages tributaires de ces envois de fonds devrait être gravement compromis de ce fait. En outre, les avoirs d'Al Barakat, la plus grande société de transfert de fonds de Somalie, ont été bloqués à la suite des événements du 11 septembre.

En raison de la dégradation rapide de la situation alimentaire, les ruraux, souvent accompagnés de leur bétail, quittent leur village pour trouver de la nourriture et de l'eau et s'installent dans les zones urbaines en se rassemblant autour des centres d'alimentation où les organismes internationaux distribuent une aide. D'après des rapports récents, environ 800 000 personnes sont touchées et elles auront besoin de 70 000 tonnes de secours alimentaires d'urgence jusqu'à la récolte de la prochaine campagne "Gu" en août 2002. La situation d'environ 300 000 personnes vulnérables menacées de famine, surtout dans la région de
Gedo dans le sud-est de la Somalie, ainsi qu'à Hiran, Bay et Bakool, est particulièrement préoccupante. Bien que les précipitations tombées récemment aient permis de faire quelques semis, les perspectives de la campagne secondaire "Der" (octobre à février) sont aussi incertaines en raison de l'arrivée tardive des pluies.

L'organisme de coordination de l'aide à la Somalie (SACB) - qui regroupe les institutions des Nations Unies, les organisations non gouvernementales et d'autres donateurs - a lancé un appel afin d'obtenir une aide alimentaire d'urgence pour les populations touchées. Une aide non alimentaire, comme des fournitures médicales et de l'eau, est également nécessaire pour des milliers d'enfants exposés aux maladies et à la malnutrition. Plus tôt dans l'année, les Nations Unies ont lancé un appel commun interinstitutions en faveur de la Somalie pour un montant de 130 millions de dollars É.-U. afin de maintenir les moyens de subsistance des populations et d'appuyer le redressement du pays. Les donateurs internationaux sont instamment invités à offrir d'urgence des contributions ou à faire des promesses de contributions, faute de quoi les risques de famine généralisée s'accentueront dans les zones les plus touchées.

Le présent rapport a été établi sous la responsabilité du Secrétariat de la FAO à partir d'informations provenant de sources officielles et officieuses. La situation pouvant évoluer rapidement, prière de s'adresser, pour tout complément d'information, à: M. Abdur Rashid, Chef, SMIAR, FAO; Télécopie: 0039-06-5705-4495, Mél: GIEWS1@FAO.ORG).
Prière de noter que le présent rapport est disponible sur Internet sur les serveurs World Wide Web de la FAO à l'adresse suivante: http://www.fao.org/giews/french/smiar.htm puis cliquer sur Alertes spéciales.
Il est également possible de recevoir automatiquement, par messagerie électronique, les Alertes spéciales et les Rapports spéciaux, dès leur publication, en souscrivant à la liste de distribution du SMIAR. A cette fin, veuillez envoyer un message électronique à l'adresse suivante: mailserv@mailserv.fao.org, sans remplir la rubrique "sujet" en indiquant le message ci-après:
subscribe SMIARAlertes-L
Pour être rayé de la liste, envoyer ce message:
unsubscribe SMIARAlertes-L

back to the table of contents Retour au menu