Table of Contents Next Page


A. Country reports

B. Other related documents



A. Eisawy and A. El Bolock
Institute of Oceanography and Fisheries
Academy of Scientific Research
Cairo, Arab Republic of Egypt


The total water area (fresh, brackish and marine) already under fish cultivation is estimated at 2 500 ha. However, more than 300 000 ha can be used in fish culture. Mono- and polyculture of exotic species, especially mirror carp and indigenous species, with supplementary feeding is practised.

Fry of finfish for stocking are obtained through natural sources as well as through pond breeding, using special spawning techniques in well organized fry-producing centres. Induced breeding is still an experimental field. About 2.25–3.25 tone of marketable carp are produced annually/ha after a rearing period of about 8 months. The food conversion is about 4.5 when cotton seed cakes and rice bran are given as supplementary food. About 4.5 tons of Clarias lazera are produced/ha after rearing for about 10 months. The food conversion is about 2 when animal protein food is given.

The major problems affecting fish culture development in the Arab Republic of Egypt are the need of great numbers of carp fry as well as sufficient quantities of supplementary food.

Shellfish and shrimp culture are not developed in the country. However, preliminary experiments and studies were conducted, and plans for the development of these practices have been prepared.


La superficie des eaux (douces, saumâtres et marines) où est actuellement pratiquée la pisciculture est évaluée à 2 500 ha. Toutefois, plus de 300 000 ha pourraient servir à cette fin. On élève des espèces exotiques notamment la carpe miroir, et indigènes en mono- et en polyculture, et on leur fournit une nourriture d'appoint.

On se procure des alevins de repeuplement aussi bien auprès de sources naturelles que par élevage en étangs par application de techniques de reproduction spéciales dans des centres bien organisés. La reproduction induite en est encore au stade expérimental. La production est de l'ordre de 2,25 à 3,25 tonnes de carpes de taille commerciale par hectare et par an après une période d'élevage d'environ 8 mois. Le taux de conversion alimentaire est d'environ 4,5 avec une nourriture d'appoint constituée de tourteaux de graines de coton et de son de riz. Au bout de 10 mois, on obtient environ 4,5 tonnes de Clarias lazera par hectare. Le taux de conversion alimentaire est d'environ 2 lorsqu'on fournit aux poissons des aliments contenant des protéines animales.

Le progrès de la pisciculture en République arabe d'Egypte est essentiellement handicapé par la nécessité de disposer d'un grand nombre d'alevins de carpes, ainsi que de quantités suffisantes de nourriture d'appoint.

L'élevage des coquillages et des crevettes ne se pratique guère dans ce pays. Des expériences et des études préliminaires ont cependant été effectuées et des plans ont été préparés en vue de son développement.


In the Arab Republic of Egypt, although the total annual production of fisheries comes up to about 105 000 tons, an amount which is liable to be doubled as the result of the full utilization of all aquatic resources, the need to grow fish for food is constantly increasing due to increase in population. Thus, much attention has been given to aquaculture and, as a result, the practice has progressed a great deal in the last few years.

Fish culture was practised in Egypt since ancient times. The ancient Egyptians appeared to have elaborated suitable methods for rearing of indigenous fishes 2 500 years ago. However, the practice of fish culture on a scientific basis did not take place until 1934.

Although fish culture still has no significant effect on the economy, since its contribution to total fish production does not exceed 9 percent, yet with the continuous development of this practice, fish culture will no doubt command a conspicuous place in the economy of the country in the near future.

This report presents the status of aquaculture in Egypt.


2.1 Area and scope

Fish culture is practised in fresh-, brackish- and saltwater areas all over the country. The total water area under cultivation is estimated at about 2 500 ha. However, more than 300 000 ha of water area are liable to be used as fish farms in Egypt. Both experimental and commercial fish culture are in practice. While experimental culture is done in limited governmental farms, commercial culture is done in big farms, either private or belonging to organizations. Inland, old ponds and reservoirs are also stocked with fry and used either as farms or left for open fishing.

2.2 Manpower in fish farms

The manpower used in fish culture in Egypt is estimated at one man/ha/year plus 10 persons/ha part-time, i.e., only at harvest time at the end of the rearing period. In the case of private farms, the farm owner and his family usually do all the work. Extra fishermen are hired only at harvest time.

2.3 Species cultured

The mirror carp, Cyprinus carpio v. specularis, is now considered as a principal culture fish in all fresh-and slightly brackishwater farms. Of the indigenous species, the following species are used: Tilapia nilotica, T. zillii, T. galilaea, Mugil cephalus, M. capito, M. saliens, M. chello, Clarias lazera, Anguilla vulgaris, Solea vulgaris, Chrysophris (Sparus) aurata, Dicentrarchus labrax and Morone punctata. A number of exotic species, including mirror carp, have been introduced in the period 1934–70. The introduction and acclimatization of introduced species can be summarized as follows:

In 1934, the common carp, Cyprinus carpio v. communis was introduced from Indonesia. Spawning of this species occurred successfully in these waters. Millions of fry were released in the Nile and its tributaries but without any apparent effect. Later on in 1949 this variety was replaced by the mirror carp, Cyprinus carpio v. specularis, introduced from France. The species has succeeded in these waters and is now considered as the principal culture fish in most of the farms. The acclimatization of the large mouth black bass, Micropterus salmoides (from France in 1949) and Tilapia mossambica (from Thailand in 1954) was not successful. Although Tilapia mossambica spawned successfully and attained good growth compared to the local Tilapia species, it was badly affected by the drop in water temperature. Great “kills” occurred in both spawners and offspring as the water temperature dropped below 14°C (minimum 11°C) for a period of 39 days. On the other hand, the predatory habit of the black bass prevented the possibility of producing enough fry for rearing in ponds.

Of the Chinese carps, the silver carp (Hypophthalmichthys molitrix) and the grass carp (Ctenopharyngodon idella) were introduced from Japan in 1962 and from Hong Kong in 1968. The two species thrived well under local conditions. Experiments on their induced breeding have only partially succeeded; however, more trials will be conducted.

In 1970, a new strain of mirror carp, having the body characters of the German carp (ischgrund karpfen), was introduced from Syria for the purpose of improving the strain used in Egypt since 1949.

2.4 Fish culture facilities in Egypt (Fig. 1)

Existing fish culture facilities and installations can be briefly described as follows:

2.4.1 Acclimatization and spawning centres

An example of this type is the Barrage Farm. This freshwater fish farm was established in 1929 at El kanatir El Khairia (25 km north of Cairo). The farm consists of 25 spawning, nursing and experimental ponds, varying in area from 50 to 1 800 m2. All the exotic species introduced into the country are first received on this farm for acclimatization and spawning. Acclimatization and spawning of indigenous species such as Clarias lazera as well as experiments on induced breeding of freshwater species are also conducted on this farm.

Another ideal fish farm is El Serow Farm (Fig. 2), which was established in 1949 on the southern shore of Lake Manzalla. It consists of 67 cement and earth ponds with a total area of about 16 ha. It is an independent farm and is now considered as one of the principal centres of carp fry production in Egypt.

El Max Experimental Fish Farm is an important centre for collecting mullet and eel fry coming from the sea. Fry of brackish- and marine-water species are experimented upon (for purpose of culture) in this farm. The farm was established in 1931 near Alexandria and consists of 13 ponds with a total water area of about 9 ha.

2.4.2 Organized pond farms

Organized fresh-and slightly brackishwater pond farms composed of one or several ponds and varying in area from 2 to 400 ha are distributed all over the country. Most of these farms are dependent on fry-producing farms for their carp fry. Mono- and polyculture with feeding and fertilization are conducted on these farms.

2.4.3 Culture in cages

Egypt has a great number of irrigation canals and drains which have water all the year round. The current of water in these canals, as well as in certain areas of the Nile itself, is suitable for fish culture in cages. Rearing of carp and Clarias in cages is planned to be initiated in metallic cages to be suspended from wooden boards placed across the canals.

2.4.4 Lakes and reservoirs

A good example of lakes used in rearing of fish is Lake Quarun with an area of about 22 000 ha. It is an isolated closed lake located in the desert 83 km southwest of Cairo. Due to the excess of evaporation over the freshwater inflow, the lake is suffering from a continuous increase in salinity which reaches up to 29 ppt. This condition led to the diminishing of most of the freshwater fish species formerly present in the lake. Tilapia zillii, flourishing near the inlets, is an exceptional case. Transplantation of marine fish fry, such as mullets (Mugil cephalus, M. capito, M. saliens, M. chello and M. seheli), Solea vulgaris and Chrysophris (Sparus) aurata, was done from 1928 till 1970. Solea vulgaris spawned and propagated successfully in the new environment, and it now makes up about 36 percent of the total catch from the lake. Mullet fry, however, are transplanted every year and mullets constitute 18.3 percent of the total catch of the lake. A plan of transporting other marine species, such as Dicentrarchus labrax and Morone punctata as well as shrimps, to the lake is under preparation so that the lake will be changed to a big marine farm.

An example of the reservoirs already used as fish culture centres is the Nuzha Hydrodrome near Alexandria. This farm is about 480 ha in water area, and was formerly part of Lake Maruit, filled with fresh water and used as a hydrodrome during the second world war. Mullet and carp fry were transported to this rehabilitated farm where they thrived and grew well; the mirror carp even spawned on the farm, and both mullets and carp now consitute about 31.6 percent of the total catch from the hydrodrome.

2.5 Methods of finfish seed production

Fry and fingerlings of cultivable species have two main sources in the country; one natural, and the other manmade.

2.5.1 Natural source of fry

Egypt is endowed with a continuous natural source of fry of many brackish- and saltwater species which concentrate in certain areas on the northern shores, especially where fresh water enters the sea. At these concentration centres, fry are collected in huge numbers and transported for stocking in the farms, lakes and reservoirs. As much as 20 million mullet and eel fry are collected annually from El Max centre alone. The seasons of collection of the different species with their maximum peak is shown as follows:

Mugil cephalusfrom July to September(August)
M. capitofrom January to June(February)
M. saliensfrom October to February(November)
M. chellofrom May to August(May)
Anguilla vulgarisfrom January to May(January)
Solea vulgarisfrom April to July(April)
Chrysophris (Sparus) auratafrom May to June(May)
Morone punctatafrom April to September(May)

2.5.2 Pond breeding

In Egypt, carp is propagated under control in cement ponds where fertilized eggs are received on special egg receptacles. The latter are then transferred to the hatching and nursing ponds. In about 3–4 weeks the produced fry, which reach 3–5 cm, are ready for stocking. Clarias lazera fry are produced in the same manner; however, artificial food is offered to Clarias fry to prevent predation.

2.5.3 Induced breeding

Experiments on induced breeding of the Chinese carp (silver and grass carp) has been partially successful in Egypt. A special laboratory for induced breeding of mullets and Chrysophris (Sparus) aurata is now under completion at Lake Quarun.

2.6 Culture practices in Egypt

2.6.1 Organized culture in manmade ponds

In this system, controlled mono-and polyculture of carp, Tilapia, mullets and Clarias are practised. Supplementary food is usually given. The size of fry of carp, mullets and Clarias used for stocking varies from 3 to 5 cm; mullet fingerlings (about 7 cm) are sometimes used. In carp monoculture, usually 5 000 fry/ha are stocked, with 10 000 mullet fry added in polyculture. Tilapia fry cannot be prevented from entering the ponds. About 2.25 tons/ha of market-size carp (350–500 g each) are produced in monoculture; the rearing period is about 8 months. Supplementary food composed of cotton seed cakes and rice bran (1:3) is offered. The percentage loss varies from 8 to 50 percent depending on the presence of Clarias lazera which is a carnivorous fish. Food conversion is estimated at 4.5.

In the case of Clarias culture, a total production of about 4.5 tons of market-size fish (32 cm in length and 250–300 g in weight) was obtained when 32 000 fry (40 mm long and 1 g weight) were reared/ha for about 8–9 months including winter growth. An efficient diet composed of rice bran mixed with fresh animal blood together with chicken offals (intestines and lungs) was offered. The food conversion varied from 1.9 to 2.

2.6.2 Transforming illegal enclosures (Huwach) to organized farms

Parts of the shores of the northern Delta lakes are illegally enclosed with earth dikes and fished with illegal methods several times a year, causing great harm to the lake fisheries. These enclosures are now transformed to well organized fish farms where polyculture of carp, mullets, Tilapia and Clarias is done with supplementary feeding. One of these farms (near Damietta), which is 40 ha in water area, has produced about 53.2 tons of fish in 9–10 months.

2.6.3 Rehabilitation of old ponds

Almost in every province in Egypt one can find several old ponds or receeding water areas which can be utilized in fish culture. These ponds, which constitute about 1 500 ha, are being gradually rehabilitated and stocked with carp and mullet fry. Supplementary feeding is practised and the ponds are fished after the end of a rearing period of about 8–10 months. Yields of 1.7–2 tons/ha are usually obtained from these areas.

2.6.4 Fish culture in rice fields

In Egypt, fish culture in rice fields was first conducted in 1954. After rearing carp fingerlings (20–56 g in weight) at a stocking rate of 750–1 250/ha for about 2–3 months, a total production of about 200 kg/ha is produced; the gain in weight per individual fish being 88–186 g. At the same time, the rice crop itself is increased, as a result of rearing fish, by about 5–7 percent. In Egypt, there are about 300 000 ha of cultivated rice fields; if only half this area is cultivated with fish also, about 30 000 tons of fish can be obtained. Producing carp fingerlings for stocking such vast areas of rice fields is a matter of great importance.

2.7 Problems affecting fish culture development in Egypt

Fish culture is expected to have a promising future in Egypt. As regards area, as much as 400 000 ha of fresh-, brackish- and saltwater areas can be easily transformed into fish farms. Most of these areas are so fertile that with addition of supplementary food, good production would be obtained. The growing period is comparatively long due to the mild winter. Pollution does not constitute any problem to fish culture. While manual labour is inexpensive, the market price of fish is rather high, since fish as food is greatly needed in Egypt.

However, there are certain factors which may have a detrimental effect on the development of fish culture in the country. These factors are as follows:

  1. The great need for sufficient quantities of supplementary food for cultivated fish. Cotton seed cake and rice bran, which are used as fish food, are badly needed for cattle fattening, and the available quantity is not sufficient for both fish and cattle.

  2. The need for great quantities of carp fry for stocking vast areas of fish farms. The present carp fry-producing centres are not at all sufficient even for existing fish farms. At least one carp fry-producing farm is needed in every country or province. At the same time, a big induced breeding laboratory or hatchery is needed where fry or brackish- and marine-water fishes are in demand.

  3. Difficulty in disseminating fish culture methods among poor and illiterate fishermen who prefer using illegal methods such as enclosures (Huwach) than practising organized fish culture.


Although the Mediterranean and Red Sea coasts constitute a very good habitat for many shellfish species, culture practices for these species are not developed in the country. However, the life history of some species, such as the economically important Crassostrea forskali, has been studied as a prelude to its culture. Trials on Ostrea and Mytilus spp. culture on wooden bars on the Mediterranean coast near Alexandria have been conducted. The results, however, have not as yet been published.

Experiments on pearl culture were tried on Pinctada radiata in 1959 and 1960 in Suez Bay and El Ghardaqa in the Red Sea. Pearl production was practised after the Japanese method (Mise-Nishikawa). The experiments were successful, especially in Suez Bay, and spherical pearls were obtained in 6 months.

The biology and life history of many members of the families Trochidae, Muricidae, Fasciolaridae, Veneridae and others, are being studied in order to cultivate them for food and industrial purposes.


Many species of penaeids of economic importance (Penaeus trisulcatus, P. semisulcatus, P. japonicus, Metapenaeus stebbingi and M. philippi) are found along the Mediterranean and Red Sea coasts of Egypt. However, prawn fisheries are still undeveloped. Breeding and culture of these crustaceans are by all means necessary in our waters. A survey of crustacean fisheries along the Mediterranean coast and the Delta lakes revealed the presence of many species of economic importance in an isolated area of Lake Idku. This area is planned to be a centre for shrimp culture experiments on acclimatization of penaeid species in Lake Quarun.


Aboul-Ela, I., F. Amer and A.R. El Bolock, 1973 Studies on spawning behaviour of Clarias lazera Cuv. and Val. in fish farms of the A.R. of Egypt. Bull. of the Zoolog.Soc.of Egypt, No. 25:25–32

Aboul-Ela, I., F. Amer and A.R. El Bolock, 1973a The embryonic and larval development of the Nile catfish, Clarias lazera, Cuv. and Val. Proc. Seventh Arab Science Cong., Cairo, Egypt

Al Kholy, A.A. and M.M. El Hawary, 1970 Some Penaeids of the Red Sea. Bull.Inst.Oceanog.and Fisheries, U.A.R., Vol. 1:339–77

Bishai, H.M., M.M. Ishak and W. Labib, 1972 Experimental studies on feeding of the common carp, Cyprinus carpio, in Egypt. Bull.Inst.Oceanog.and Fisheries, U.A.R., Vol. 2: 275–95

Bishai, H.M., S.A. Abd-El Malek and W. Labib, 1973 Food and feeding habits of Cyprinus carpio L. at Serow Fish Farm, Egypt. Bull.Inst.Oceanog.and Fisheries, U.A.R., Vol. 3: 203–16

Bishai, H.M. and W. Labib, 1973 Age and growth of carp (Cyprinus carpio) at Serow Fish Farm. Bull.Inst.Oceanog.and Fisheries, U.A.R., Vol. 3:395–418

Crossland, C., 1975 The cultivation of mother pearl oyster in the Red Sea. Austr.Journ.Mar.and Freshwater Res., 8:111–30

Eisawy, A.M., 1972 The spawning and development of Trochus dentatus Forsk. Bull.Inst.Oceanog. and Fish., A.R.E., Vol. 1:380–93

Eisawy, A.M., 1974 Spawning and larval development of the Red Sea oyster, Crassostrea forskali, Chemnitz. Bull.Inst.Oceanog.and Fish., A.R.E., Vol. 4:203–19

Eisawy, A.M. and A.E. Sorial, 1974 The egg masses and development of Turbo radiata Gmelin. Bull.Inst.Oceanog.and Fish., A.R.E., Vol. 4:221–35

Eisawy, A.M. and A.E. Sorial, 1974a Egg capsules and development of Thais savignyi Deshayes. Bull.Inst.Oceanog. and Fish., A.R.E., Vol. 4:237–58

Eisawy, A.M., M. Ishak and A. Hamza, 1974 Experimental rearing of two mullet species, Mugil cephalus and M. capito, in Egyptian fish farms. Bull.Inst.Oceanog.and Fish., A.R.E., Vol. 4:57–96

El Bolock, A.R., 1972 The use of vertebrae in determining the age and growth of Clarias lazera Cuv. and Val. in Egyptian ponds. Bull.Inst.Oceanog.and Fish., A.R.E., Vol. 2: 51–82

El Bolock, A.R., 1975 Studies on the biology and culture of Clarias lazera in Egyptian ponds. University Thesis

El Bolock, A.R. and R. Koura, 1960 Age, growth and breeding season of Tilapia zillii Gerv. in Egyptian ponds. Inst.Ocean.and Fish.Notes and Memoirs, No. 49

El Bolock, A.R. and R. Koura, 1960a Observations on age, growth and feeding habits of Clarias lazera Cuv. and Val. in Barrage Experimental Ponds. Inst.Ocean.and Fish.Notes and Memoirs, No. 56

El Bolock, A.R. and W. Labib, 1967 Carp culture in the United Arab Republic. FAO Fish.Rep., No. 44, Vol. 2:165–74

El Zarka, S., 1964 Acclimatization of Mugil saliens (Risso) in Lake Quarun, United Arab Republic. Proc.Tech.Pap.G.F.C.M., (7):337–46

El Zarka, S., A.H. Shaheen and A.A. Aleem, 1970 Reproduction of Tilapia nilotica L. Bull.Inst. Ocean.and Fish., A.R.E., Vol. 1:193–204

El Zarka, S., and K. Fahmy, 1957 Mullet fry transplantation and its contribution to the fisheries of inland and brackish lakes in the United Arab Republic. Proc.Tech.Pap.G.F.C.M., (8):203–26

El Zarka, S., and K. Fahmy, 1968 Experiments in the culture of the grey mullet, Mugil cephalus, in brackishwater ponds in the United Arab Republic. FAO Fish.Rep., No. 44, Vol. 5:225–66

Fauzi, H., 1936 Successful stocking at Lake Quarun with mullets (Mugil cephalus Linn. and M. capito Cuv.) from the Mediterranean. Int.Rev.Gesamt.Hydrob., (33):434–9

Imam, A.E. and A.H. Shaheen, 1960 Notes in breeding behaviour, embryonic and larval development of Tilapia zillii Gerv. in Serow ponds. Inst. Ocean.and Fish.Notes and Memoirs, No. 51(a)

Imam, A.E. and A.H. Shaheen, 1960 Spawning and development of common carp (Cyprinus carpio) in Egyptian ponds. Inst.Ocean.and Fish.Notes and Memoirs, No. 54

Imam, A.E. and A.Ph. Habashy, 1972 Artificial feeding of carp. Bull.Inst.Ocean.and Fish., Vol. 2:261–74

Imam, A.E. and H. Rushdy, 1971 Growth rate measurements in Gama irradiated catfish. Zeitschrift.Not., Band 26, Heft 9

Imam, A.E., H. Rushdy and A.Ph. Habashy, 1970 Feeding of the catfish Clarias lazera in experimental ponds. Bull.Inst.Ocean.and Fish.A.R.E., Vol. 1:205–21

Koura, R. and A.R. El Bolock, 1958 Age, growth and survival of Tilapia mossambica Pet. in Egyptian ponds. Inst.Ocean.and Fish.Notes and Memoirs, U.A.R., No. 41

Koura, R. and A.R. El Bolock, 1960 Acclimatization and growth of mirror carp in Egyptian ponds. Inst.Ocean. and Fish.Notes and Memoirs, U.A.R., No. 51

Shaheen, A.H. et al., 1960 Fish culture in Egyptian rice fields. Inst.Ocean.and Fish.Notes and Memoirs, U.A.R., No. 55

Fig. 1

Fig. 1 Fish culture facilities and areas of natural fry concentrations in Egypt

Fig. 2

Fig. 2. Partial view of El Serow Fish Farm



Ministère du Développement rural et de l'Action coopérative
B.P. 383
Cotonou, Bénin


Le déficit en protéines animales est un des plus importants problèmes soulevés par la faim dans le monde. Au Bénin l'exploitation des meilleurs plans d'eau pour la production a atteint le niveau maximum.

Dans les zones centrale et septentrionale du pays la pisciculture pourrait produire du poisson sur le lieu même de la consommation. Les étangs familiaux de pisciculture créés en 1955 ont été abandonnées avant d'avoir atteint le stade de la vulgarisation. Depuis ce temps quelques activités privées donnent des résultats encourageants.

Pour le futur un projet d'organisation et de développement de la pisciculture au Bénin a été élaboré en 1970.


The deficit of animal protein is one of the most important problems raised by hunger in the world. Au Bénin the exploitation of the best water bodies for fish production reaches a maximum level.

In the Central and Northern zones of the country fishculture could produce fish at the place of consumption. The fish ponds established at the family level in 1955 have been abandoned before the stage of popularization. Since that time some private activities give encouraging results.

For future activities an organization and development project for fishculture in Bénin has been elaborated in 1970.


Parmi les nombreux problèmes posés par la faim dans le monde, le déficit en protéines animales est l'un des plus importants. Dans certaines régions d'Afrique, d'Asie, d'Amérique latine et d'Océanie le problème se présente sous la forme de pénurie de protéine de qualité.

La demande toujours croissante et constamment supérieure à l'offre compte tenu de la démographie très galopante de ces pays en développement vient aggraver la situation. L'organisation et l'extension de l'élevage des bovins, ovins, caprins, porcins et la vulgarisation de la chasse ne peuvent combler le déficit existant et faire face aux demandes annuelles supplémentaires de matières protéiques d'origine animale.

Au Bénin les solutions au problème sont rendues plus urgentes encore du fait que les plans d'eau les plus poissonneux du pays (lac Nokoué, lagune de Porto-Novo, lac Ahémé) sont depuis plus d'une dizaine d'années l'objet d'une surexploitation intensive résultant de la dégradation des conditions naturelles et de la surpopulation lacustre.

En absence de grands plans d'eau naturels dans le Centre et le Nord, la pisciculture peut permettre de procurer du poisson de bonne qualité; de plus le poisson sera produit sur le lieu même de sa consommation.


Les premiers pas vers la pisciculture classique en étangs contrôlés ont été faits en 1955. Une série de bassins avaient alors vu le jour dans le Centre (Sahé, Zagnanado) et le Nord du pays (Natitingou, Boukombé, Tanguiéta, Kouandé, Djougou). A Sahé et Djougou (Tanékas) étaient créées de petites stations d'alevinage. Toutes ces localités avaient été choisies parce que l'eau y coule en toutes saisons et parce qu'elles sont éloignées de grands plans d'eau producteurs de poisson.

Les bassins construits étaient de type familial où le Tilapia était le seul objet d'élevage: Tilapia zilli, T. macrochir (Sarotherodon macrochir), ce dernier ayant été importé. Ils avaient été confiés à des collectivités (villages) pour la plupart.

Ces essais étaient menés sous le régime colonial par un personnel de conception et de contrôle peu spécialisé. De plus avant l'avènement de l'Indépendance ces expériences qui relevaient du Service des Eaux, Forêts et Chasse avaient été abandonnées soit par manque de soutien financier et d'encadrement au niveau des villages, soit au profit d'activités purement forestières par manque de personnel qualifié détaché à cet effet. C'est dire que la phase de la vulgarisation n'avait pas commencé.

Avec l'Indépendance, par défaut de moyens nécessaires (moyens en personnel et financiers), les bassins furent pratiquement abandonnés ou laissés aux soins des gardiens que l'Administration continuait de payer et qui entretenaient les retenues tant bien que mal en appliquant les instructions reçues des responsables du Service des Eaux, Forêts et Chasse.

En 1971 avec l'aide de la Tilapia International Foundation (T.I.F.) les étangs de Zagnanado ont été réaménagés, l'entretien et l'exploitation confiés au village sous la direction de leur chef. Les premiers résultats ont été très encourageants; mais les brèches successives dans les parois des bassins ont eu raison des villageois qui ont manqué par ailleurs du soutien d'un Agent du Service des Pêches qui ne pouvait être détaché à plein temps en cette localité sans risque de sous emploi.

Cependant, en dehors de ces activités piscicoles menées sous la responsabilité du Service des Eaux, Forêts et Chasse et plus tard par le Service des Pêches, des privés se sont lancés dans la construction de bassins de production notamment dans le Centre du pays, à Dassa-Zoumè et à Abomey. Ce sont des barrages de retenues d'eau de ruissellement de pluie où l'élevage, difficile à contrôler du point de vue des espèces en présence, a donné des résultats non moins encourageants.

En 1970 une Société d'exploitation de fibres de kénaf avait créé une série de barrages dans le Nord du pays. Deux enquêtes hydrobiologiques avaient été effectuées sur ces plans d'eau en 1970 (25/10 au 5/11) et en 1971 (18/5 au 28/5) la première immédiatement après la saison pluvieuse et la seconde pendant la saison sèche. Des résultats plus que positifs avaient été relevés et des recommandations données en vue d'une exploitation rationnelle de ces retenues. De nouvelles études sont en cours pour évaluer leurs capacités de production.


Les quelques tentatives entreprises dans le domaine de l'élevage du poisson ont abouti à des résultats satisfaisants. Il s'avère alors indispensable de promouvoir la création et le développement d'une véritable pisciculture classique sur toute l'étendue du territoire national.

Des prospections ont été faites et des sites sont reconnus favorables à ce genre d'activités capables de combler en partie le déficit de matières protéiques animales par apport de poisson d'élevage.

Un projet intitulé “Organisation et Développement de la Pisciculture au Dahomey” avait été élaboré en 1970 et introduit auprès de la FAO en vue d'un financement par la Campagne Mondiale Contre la Faim. Ce projet prévoyait, dans un premier temps, la démonstration de l'intérêt de la pisciculture dans toutes les régions favorables comme c'etait le cas à Zagnanado avec l'aide de la Tilapia International Foundation.


La pisciculture classique est une spéculation intéressante dans les régions dénuées de protéines animales et où il existe des retenues d'eau pouvant alimenter des bassins d'élevage. Les efforts tant privés que publics dans ce domaine sont très insuffisants. Les autorités chargées de la pêche comptent, cependant, sur cette technique pour augmenter la production piscicole locale.



République Populaire du Bénin
Ministère du Développement Rural et de l'Action Coopérative
Direction des Pêches
Cotonou, Bénin


Description des trous à poissons et de leur principe de fonctionnement pendant la crue et le retrait des eaux. La production en est estimée à 1 650 tonnes pour 1 095 ha, soit un rendement moyen de 1,5 t/ha.

Description des problèmes posés par le Projet d'aménagement hydro-agricole de la Basse Vallée et des conséquences qui en découlent.


Fish holes and their working principle during floods and decrease of waters are described. Their production is evaluated to reach 1 650 tons for 1 095 ha which represents an average yield of 1.5 t/ha.

Problems caused by the Hydro-agricultural Management Project of the Basse Vallée and its consequences are examined.


Les trous à poissons sont des canaux ou tranchées, parfois de simples bassins creusés de main d'homme dans les parties basses inondables de la plaine deltaïque alluvionnaire de la Basse Vallée du Fleuve Ouémé et de la Rivière Sô.

Les canaux ou tranchées sont de longueur variable, d'une largeur moyenne de 3 m et profonds de 1,5 m au maximum; ils peuvent atteindre ou même dépasser un kilomètre d'un seul tenant formant ainsi un réseau plus ou moins imbriqué. Les bassins quant à eux sont de longueur plus réduite, une dizaine de mètres environ.

Le principe de fonctionnement des trous à poissons est le suivant:

Les facteurs biologiques, chimiques et physiques assez favorables au départ se compliquent progressivement par suite de l'envahissement de ces réservoirs par la végétation flottante qui y rend la vie difficile. L'eau perd petit à petit de son oxygène et ne peut être viable que pour les espèces les plus résistantes telles que Clarias (C. lazera), Parophiocephalus obscurus, Heterotis niloticus, Ctenopoma kingsleyae, Protopterus annectens. Les autres poissons (tilapia, Chrysichthys etc…) disparaissent soit par mort ne supportant ce milieu en évolution où la décomposition organique s'installe déjà avec production d'hydrogène sulfuré (SH2), soit consommés par manque de nourriture naturelle ou artificielle.


Des photographies aériennes ont permis d'évaluer le pourcentage de couverture des trous à poissons à 3. Il s'ensuit que la superficie de l'eau retenue artificiellement dans la plaine alluvionnaire de la Basse Vallée, vaste de 365 km2, est de 1 095 ha.

Des études sérieuses permettent d'estimer la production actuelle de ces trous à 1 650 t par an pour un rendement moyen de 1,5 t/ha.


La Basse Vallée de l'Ouémé est, depuis un peu plus de deux décenniés, l'objet d'études variées en vue d'une production agricole plus adaptée aux conditions naturelles du milieu en mettant à profit la succession des inondation dues aux crues du fleuve en rapport avec la durée de ces dernières. Une première série d'études financées par le PNUD et la BAD exécutées dans le cadre du projet pilote d'aménagement hydroagricole de la Vallée de l'Ouémé ont abouti à la création d'une Société Nationale d'exploitation, SADEVO. Cette Société vient de voir ses activités étendues à toutes les plaines inondables sous la dénomination de SONIAH.

a) Problèmes posés et conséquences

L'aménagement hydroagricole de la vallée alluvionnaire de l'Ouémé pose un certain nombre de problèmes qui découlent de la technique culturale préconisée et qui se résume comme suit:

  1. laisser l'inondation se développer normalement
  2. intervenir pour faciliter le retrait des eaux en améliorant le drainage de la succession de plaines inondées que renferme la vallée. Permettre ainsi une découverte plus rapide et plus complète de terres dès l'amorce de la décrue et un assainissement rapide des zones qui restent de longs mois marécageuses et qui le redeviennent rapidement après les premières pluies, en l'absence même de toute crue.

La diminution de la durée de submersion par la crue va provoquer une modification profonde des conditions dans un sens défavorable au poisson. Les reproductions ayant lieu principalement pendant l'envahissement de la plaine par les eaux, les jeunes n'auront pas le temps de grandir suffisamment avant d'être pêchés.

b) Une autre série de problèmes découle de l'utilisation de pesticides comme moyens de protection des champs de riz. Les conséquences sont d'autant plus à craindre que le traitement se fait en période d'inondation de la plaine du fleuve Ouémé. En cette période où la production du fleuve et des lacs environnants a beaucoup baissé au profit de celle des trous à poissons, il est indispensable que dès maintenant une intervention se fasse afin qu'un programme d'évaluation, d'aménagement et de développement des ressources piscicoles du secteur soit financé et annexé aux activités du nouveau projet.

Le projet d'aménagement de la Vallée de l'Ouémé doit devenir un projet d'aménagement Hydro-Agro-Piscicole.



Direction de la Pisciculture et de la Pêche en Eaux Continentales Ministère de l'Agriculture
B.P. 20896
Abidjan, Côte d'Ivoire


Un premier développement de l'aquiculture à partir de 1955 se heurta à des difficultés variés - problèmes d'eau, insuffisance de l'encadrement, manque d'informations. Cependant, compte tenu des besoins nationaux et du potential aquatique existant (plan d'eau, barrages agricoles) un nouveau programme est mis en place.

Sa réalisation doit se faire en collaboration avec les organismes existant - Université, organismes de recherche et de vulgarisation. Les différents types d'activités et d'exploitations existantes sont revues ainsi que leurs organisations (main-d'oeuvre). Dans ces unités les principales espèces utilisées étant le Tilapia sp. et l'Heterotis sp., un effort particulier est consacré à la production d'alevins de deux espèces. On s'intéresse aussi beaucoup à l'association Clarias lazera - Lates nilocticus. L'expérience acquise antérieurement sur les difficultés rencontrées en pisciculture familiale amène à penser qu'il est préférable d'orienter les efforts vers l'aménagement, le repeuplement, et l'exploitation des nombreux barrages et retenues agricoles en cours de construction.

Pour permettre un tel développement la nécessité d'un effort national est souligné dont le but sera d'améliorer: (a) l'encadrement par le développement de la formation, (b) les conditions de financements des entreprises, et (c) les circuits et conditions de commercialisation.


When aquaculture was first initiated in the country in 1955 it met with serious difficulties related to water problems, lack of trained personnel and lack of information. However, taking into account the need for aquaculture development and the existing potential (lakes, reservoirs, etc.) a new programme was set up within the framework of existing facilities - the University and research and extension organizations.

The different types of aquaculture activities in the country, their organizations and manpower requirements are reviewed. The main species cultivated are Tilapia sp. and Heterotis sp. and special efforts are being made to produce fry of these species. Much interest has been shown in the combined culture of Clarias lazera and Lates nilocticus. Difficulties encountered previously in family-type aquaculture have shown that it would be more profitable to concentrate on the development, restocking and exploitation of various dams and agricultural reservoirs already under construction.

To achieve this a national effort is needed with the aim of improving (a) training facilities, (b) financing of the programmes, and (c) marketing.


1.1 Historique

L'aquiculture a débuté en Côte-d'Ivoire en 1955 avec la création au sein de la Direction des Eaux et Forêts d'alors d'une Section de Pisciculture.

Une Station de Pisciculture a été construite de 1956 à 1958 à Kokondékro à 6 km de Bouaké. Elle a eu pour objectif la mise au point des techniques d'élevage, l'étude de la biologie des espèces piscicoles intéressantes, la vulgarisation des résultats et la formation du personnel d'encadrement des pisciculteurs.

Dans le même temps furent mis en place 7 Cantonnements Piscicoles (Abidjan, Aboisso, Abengourou, Bouaké, Daloa, Korhogo et Man).

Chaque Cantonnement était doté d'une Station composée d'une batterie de 4 à 14 étangs.

Ces étangs étaient destinés à produire les alevins devant servir à la mise en charge des ouvrages des futurs pisciculteurs. Outre ce rôle, ils servaient d'étangs de démonstration.

En 1958, avec les propres ressources du service, des étangs de démonstration furent installés soit chez des collectivités villageoises, soit chez des particuliers: la gestion et l'exploitation de ceux-ci leur furent confiées.

Les résultats obtenus furent très modestes pour les raisons suivantes:

1.1.1 Problème d'eau

Les étangs utilisés en pisciculture de superficie et de profondeur faibles exigent une alimentation en eau régulière et constante. Or en Côte-d'Ivoire, beaucoup de rivières et cours d'eau tarrissent en saison sèche, même dans le sud en zone de forêt dense.

L' abandon d'un grand nombre d'étangs construits sans renseignements hydrologiques suffisants est essentiellement lié à ce phénomène.

1.1.2 Biologie des espèces vulgarisées mal connues

Si la technique d'élevage était au point par contre la biologie des espèces vulgarisées n'avait pas été étudiée à fond (Tilapia zillii notamment). Les consommateurs reprochaient aux poissons leur petite taille et leur médiocre qualité (peu de chair pour beaucoup d'arêtes).

1.1.3 Insuffisance de l'encadrement

L'opération de vulgarisation a précédé la formation de l'encadrement formé était nettement insuffisant par rapport aux besoins.

1.1.4 Manque d'information des pisciculteurs

Il est à remarquer que les agriculteurs chez lesquels la pisciculture a pris pied, sont assez évolués; les paysans dont l'activité se limite essentiellement aux cultures traditionnelles peu diversifiées n'ont pas été intéressés.

Cependant, les possibilités et l'assistance dont bénéficiaient ces derniers n'étaient pas négligeables; surtout que la pisciculture devait apporter le complément protéique nécessaire qui fait tant défaut dans nos campagnes.

Beaucoup de pisciculteurs d'ailleurs, par manque d'information et de confiance dans les résultats, ne semblaient pas avoir compris que les produits de l'exploitation des étangs dont ils avaient la gestion, étaient leur propriété tout comme la récolte de leur champ de riz, d'igname ou de mil. Les produits étaient pour la plupart du temps distribués gratuitement à tous les membres de la collectivité.

Dans une large mesure, le manque d'information et cette incompréhension aurient pu être évité si l'encadrement des pisciculteurs avait été mieux réalisé.

1.2 Rôle de l'Aquiculture dans l'Economie Nationale

Le poisson est, en Côte-d'Ivoire et dans de nombreux pays tropicaux, la principale source de protéine alimentaire à bon marché. En effet la viande de chasse et de boucherie se raréfie et est relativement chère. Alors que le développement de l'élevage bovin pose de nombreux problèmes, l'essor de l'aquiculture ne se heurte qu'à un manque de moyens financiers.

L'aquiculture jouera de plus en plus un rôle considérable dans l'économie nationale; nos sources de ravitaillement en viande de boucherie ayant été épuisées par la sécheresse qui sévit dans les pays producteurs, le Gouvernement a confié la mission aux pêches Maritimes et Lagunaires et à la Direction de la Pisciculture et des Pêches en eaux douces de combler le déficit protéique qui ira en s'accentuant au fil des années, par la production intensive de poisson à l'aide de l'aquiculture et la Pêche dans les Eaux Continentales et Marines; pour cette raison, des crédits assez substantiels ont été mis à la disposition des deux organismes nationaux en vue de déployer les efforts nécessaires afin atteindre d'ici 1980, l'objectif qui leur a été fixé, à savoir:

1.3 Programmes de Développement

Pour parvenir à ce but, la Direction de la Pisciculture et Pêche en Eaux Continentales (organisme de vulgarisation), le CTFT et l'Université (organismes de recherche) se sont fixés chacun en ce qui le concerne, les programmes suivants:

1.3.1 Direction de la pisciculture

Intensification de la production d'alevins dans les stations, repeuplement des retenues, fleuves et cours d'eau, formation et encadrement des pêcheurs, vulgarisation des techniques de pêche à haut rendement et de matériel de pêche moderne.

1.3.2 Le CTFT Production de poisson en étang, étude des espèces Technique de pisciculture intensive Production de poisson en retenues d'eau créées dans un autre but que la pisciculture

1.3.3 L'Université

Etude du milieu et des vecteurs indispensables à la poursuite des cycles de trematodes Schistosoma cause de la bilharziose.

Motivation: la création des retenues d'eau artificielles provoque l'apparition d'habitats favorables aux Gastéropodes, les Schistosoma, trématodes responsables de la bilharziose humaine.

Option: contribution à l'épidémidologie de la bilharziose, contenu du programme: étude des vecteurs et utilisation des poissons malacophages (Chrysichthys).

Etude de la production secondaire (poissons, crustacés) d'un fleuve (Bandama) et de ses lacs de barrage, contribution au développement de l'aquiculture par l'augmentation de la production en protéine à partir de ressources lacustres et fluviatiles.

Cette étude a pour but de préciser les variations de la composition du plancton et de connaître la biologie de certaines espèces de poissons de fond ou de crustacés afin de déterminer dans quelles mesures ces espèces peuvent être utilisées en aquiculture.

Les espèces concernées sont: Labeo, Clarias, Alestes, Eutropius et Macrobrachium vollenhoueni.


2.1 Le type d'aquiculture le plus fréquent en Côte-d'Ivoire est l'élevage dans des étangs pour la production d'alevins et production de poisson de consommation chez les particuliers.

Ensuite le repeuplement des eaux courantes, des barrages hydro-agricoles et électriques en vue d'une aquiculture extensive. Donc selon le terrain d'action, on peut reconnaître deux orientations:

Si les méthodes utilisées diffèrent sensiblement selon ces deux domaines, les espèces de poissons utilisées sont communes.

2.2 Superficie Utilisée pour Chaque Type d'Elevage

En général, l'aquiculture en étangs occupe une superficie variant entre 0,50 ha à 1 ha, découpée en plusieurs bassins de 2,4 et même 10 ares.

La charge moyenne de chaque bassin est de 2,5 kg à 5 kg/are. Donc le nombre de sujets varie selon que le bassin a été chargé de poisson de 50 g ou de 200 g chacun.

Elle varie aussi selon la destination finale du produit que l'on veut obtenir: poissons destinés à la consommation ou alevins d'empoissonnement.

2.2.1 Organisation des opérations d'Aquiculture

Que ce soit de l'aquiculture de subsistance, commerciale, de repeuplement ou d'expérience et de démonstrations, les opérations varient très peu: elles passent toutes par les mêmes phases, à savoir:

2.2.2 La charge des étangs

Elle consiste à mettre une certaine quantité de poissons dans les bassins dans l'espoir d'en retirer en fin d'élevage soit du poisson destiné à la consommation, soit des alevins qui serviront à l'empoissonnement des lacs, cours d'eau, etc.

2.2.3 La conduite de l'élevage

Elle consiste à pourvoir en nourriture et à apporter les soins nécessaires à l'élevage rationnel des produits piscicoles.

2.2.4 La pêche ou la récolte des produits

Cette opération a pour but de récupérer le produit après la période nécessaire à l'élevage soit par des vidanges des étangs, soit par la pêche.

2.2.5 En aquiculture extensive c'est-à-dire le repeuplement des barrages de 10 à 2 000 ha et plus, le problème se pose autrement.

On empoissonne les retenues, avec des espèces dont la niche écologique est vide et dont on espère un haut rendement. Après une période plus ou moins longue d'interdiction de pêche, ces retenues sont livrées à l'exploitation. La plupart du temps dans les régions où sont créées ces retenues, les autochtones ne sont pas pêcheurs; ce qui implique la formation des riverains aux activités de pêche, leur encadrement et leur équipement sans oublier le suivi qui est très important.


Dans une station de dimension modeste (0,50 à 1 ha), le personnel employé aux activités piscicoles varie selon l'objectif de celles-ci.

Chez les exploitants agricoles, le personnel se limite au propriétaire et à sa famille (femme et enfants). La production étant de subsistance, l'utilisation d'une main-d'oeuvre extérieure rendrait l'opération onéreuse.

Par contre les stations d'alevinage demandent selon leur importance une main-d'oeuvre assez nombreuse. Nous allons prendre pour exemple, la station d'Aboisso située du sud-ouest d'Abidjan.

Elle a à sa tête le Chef de Centre de gestion chargé des problèmes généraux d'aquiculture dans la région et du programme de production d'alevins.

Il est secondé par un moniteur chargé de la surveillance des travaux sur le terrain tels que: la construction des bassins, leur mise en charge, la surveillance des pontes, le transfert des alevins dans les étangs d'élevage, la préparation des vidanges, etc.

Il a en permanence sous ses ordres, 4 manoeuvres chargés des différents travaux de terrain (nourriture, surveillance, réparation des digues, les différentes opérations de charge, vidange, destruction des prédateurs, etc.).

La station de Recherches de Kokondékro à Bouaké utilise plus de 30 personnes à plein temps pour la simple raison qu'elle se compose d'une centaine de bassins.

En ce qui concerne l'aquiculture extensive dans les retenues hydro-agricoles et hydro-électriques l'organisation administrative est la suivante:

1 Chef de Centre de gestion;
1 à 10 Chefs de poste de gestion selon l'importance de la retenue;
1 ou 2 brigades de surveillance et de contrôle de la pêche;
1 conducteur automobile;
1 ou 3 conducteurs de hors-bord.

Le Chef de Centre de gestion est chargé de l'application du programme aquicole de sa région et de superviser toute opération s'y rattachant.

Le Chef de poste s'occupe de la formation des riverains, de la vulgarisation des techniques de pêche, de traitement du poisson, de l'animation et de l'encadrement de ceux-ci.


Le tableau suivant rassemble les espèces cultivées en Côte-d'Ivoire et l'état d'avancement des travaux de recherche et de vulgarisation entrepris.

Noms scientifiquesNoms VernaculairesObservation
Astatoreochromis alluandisCarpeStade d'étude
   Tilapia nilotica"Vulgarisé
       "      hornorum"Etudes divers dans la station de recherche du CTFT (Bouaké, Côte-d'Ivoire)
       "      rendallii"
       "      macrochir"
       "      zillii"
       "      mossambica"
   Lates niloticuscapitaineau stade d'essai
Chrysichthys walkeriMachoironétude biologique et de comportement en bassin d'élevage avant vulgarisation
Heterobranchus isoptercesPoisson chat
Auchenoglanis occidentalis-
   Clarias lazeraPoisson chat
   Heterotis niloticus-vulgarisé


En Côte-d'Ivoire les différents types d'installations aquicoles utilisés sont: les étangs en dérivation vidangeables pour la pisciculture intensive, les étangs de barrage, les barrages hydro-électriques et hydro-agricoles, les lacs naturels, les fleuves et différents cours d'eau.

5.1 Les Etangs en Dérivation. Ce sont des installations alimentées par un canal principal à partir d'un cours d'eau.

Elles se composent d'un nombre variable de bassins comportant chacun un système d'alimentation en eau et d'un système de vidange qui permet de l'assécher entièrement en bouchant le système d'alimentation et en ouvrant la vanne de vidange.

Ce sont ces étangs que nous conseillons à nos pisciculteurs des campagnes bien que leur installation demande un investissement moyen de CFA.F 100 000 à 200 000 par bassin si on ne se contente pas de matériaux locaux.

5.2 Les Etangs de Barrage. Ce sont des étangs qui sont installés sur le cours même de la rivière par barrage du lit en un endroit où les bordures sont moins évasées.

Ce système est peu pratique du fait que l'étang ne peut pas être vidangé donc difficulté de récolte totale de la production. Les digues sont souvent détruites par les crues des cours d'eau barrés en période de saison des pluies.

5.3 Les Barrages Hydro-Agricoles et Hydro-électriques. Construits à des fins non piscicoles, ces ouvrages peuvent servir à faire de l'aquiculture extensive par un empoissonnement à l'aide d'espèces d'élevage. Le seul procédé permettant de récolter les produits piscicoles est la pêche par les moyens divers (filets maillants, éperviers, nasses, palangres, etc.).

5.4 Les lacs, fleuves et cours d'eau. Ce sont les mêmes procédés utilisés pour les barrages hydro-agricoles et hydro-électriques qui sont appliqués dans le cas des lacs, fleuves et cours d'eau; c'est-à-dire repeuplement à l'aide de poissons d'élevage et pêche par les moyens cités ci-dessus.


La plupart des semences utilisées proviennent directement de nos stations d'alevinage. Sauf, dans son programme d'etudes 1973–1974, le CTFT a récolté des semences de Lates niloticus, d'Auchenoglanis, d'Heterobranchus, de Clarias et de Macrobrachium pour étudier leur biologie et leurs comportements dans les étangs d'élevage.

Les espèces d'élevage vulgarisées par nos soins (Tilapia nilotica et Heterotis niloticus) se réproduisent très bien en étangs.

Il est à noter que les scuches de ces deux espèces n'existaient pas en Côte-d'Ivoire.

L'introduction de l'Heterotis niloticus date de mars 1959 en provenance du Cameroun donc elle est plus récente par rapport à celle du Tilapia nilotica originaire de Haute-Volta qui se situe entre 1956–7.

Ces deux espèces ont pris de l'importance dans l'aquiculture ivoirienne à en juger par le tableau ci-dessous. Les espèces introduites respectivement en 1965 pour le Tilapia nilotica et 1966 pour l'Heterotis niloticus dans la retenue hydro-électrique de la Bia à Ayamé ont pris le dessus sur les espèces autochtones; les résultats de six années de pêche nous en donnant un aperçu en pourcentage de la totalité des espèces prises chaque année depuis 1967.

Tilapia nilotica61,459,752,347,266,842,9
Chrysichthys walkeri26,323,218,826,2  2,919,1
Tilapia zillii  1,2  3,7  8,710,7  7,0  7,7
Heterotis niloticus  4,4  3,5  6,1  3,514,221,9
Heterobranchus  1,8  2,3  1,0  0,6  0,9  0,9
Alestes  2,0  5,911,011,0  6,0  6,7
Divers  2,8  1,6  1,9  0,8  2,1  0,7


Nos stations de production d'alevins ont en général 0,50 à 1 ha de superficie.

7.1 Mode d'Exploitation

Selon qu'il s'agisse de la production du Tilapia ou de l'Heterotis les procédés varient:

7.1.1 Pour le Tilapia

7.1.2 Pour les Heterotis

Il est à noter que la veille et le jour même de la récupération des alevins aucune nourriture ne doit être jetée dans les bassins ceci pour éviter une forte mortalité lors du transport.

Nous avons remarqué chez Heterotis que la nidification ne se réalise qu'après une averse; pour inciter la ponte, nous créons artificiellement ce phénomène par des jets d'eau sur les bassins contenant des couples d'Heterotis. Il semble que les pluies stimulent en eux le besoin de la reproduction.

Nous n'arrivons pas jusqu'ici à expliquer le phénomène de disparition des alevins d'Heterotis dans les bassins d'élevage; d'après nos observations il semblerait que cela est dûe à des prédateurs piscivores tels que batraciens et reptiles (grenouilles et couleuvres).

Il nous est arrivé de tuer lors des vidanges, 3 à 4 de ces reptiles dans un même bassin.


L'introduction de la pisciculture dite familiale en milieu rural en 1958 n'ayant pas été une réussite pour les raisons évoquées plus loin, aucun chiffre d'établissement relatif à ce genre d'installation n'est actuellement disponible. Cependant avec les quelques expériences vécues sur le terrain, il est possible d'en donner une idée:

8.1 Coût à la Construction

Pour l'installation d'un étang, le paysan avait à faire deux choix:

Le construire avec l'aide de sa famille ce qui lui demandait trop d'effort et lui prenait trop de temps; car il lui fallait d'abord creuser l'intérieur de l'étang et avec cette terre, construire les digues à l'aide d'outils rudimentaires tels que pioches, pelles, dames, matchettes, etc.

Il pouvait recourir à la main-d'oeuvre extérieure. Il est alors obligé d'investir dans la construction de son étang 100 000 à 150 000 l'équivalent du revenu annuel par hectare d'un planteur de café ou de cacao du sud de la Côte-d'Ivoire.

8.2 Organisation du Développement

Le besoin en protéine animale se fait sentir différemment selon qu'on se trouve dans le nord ou dans le sud du pays.

La région la plus concernée est le nord du fait que les produits de la mer n'atteignent pas cette zone du territoire national.

Le revenu annuel net des paysans de cette contrée n'excède pas CFA.F 60 000 pour la simple raison qu'ils ne font que des cultures annuelles (igname, maïs, sorgho, mil, coton).

8.2.1 Développement de centres de production familiales

C'est pour cette raison que le Service de la Pisciculture d'alors a cru devoir se substituer à ces paysans en construisant entièrement les étangs et en leurs confiant la gestion.

N'ayant participé à aucune opération de construction, les destinataires des ouvrages ne ce sont pas senti concerné ou plutôt ils pensaient que c'etait une nouvelle servitude que l'administration a trouvé pour les occuper.

C'est ainsi que la plupart des ouvrages mis en place ont été abandonnés par le désintéressement total de la population.

Il est à noter que le paysan a toujours considéré les travaux piscicoles comme marginaux. Il préfère consacrér plus de temps à ses cultures qu'à l'élevage des poissons. Le mode d'exploitation était aussi rebutant. Les étangs qui avaient été construits d'une façon rudimentaire, demandaient lors des vidanges, la démolition d'une partie de la digue avale, car il n'y avait pas d'ouvrage en maçonnerie servant de système de vidange. Ce qui imposait aux pisciculteurs un supplément de travail non négligeable.

La politique piscicole n'etait pas orientée vers la commercialisation de la production; elle était plutôt conçue pour permettre aux bénéficiares d'avoir sur place et sans débours, la protéine animale nécessaire à leur alimentation.

Enfin ce qui a provoqué leur totale désaffection, a été la qualité du produit obtenu dès les premières vidanges; les Tilapia zillii, macrochir et melanopleura qui étaient les souches d'élevage, avaient proliférés de telle sorte que les prises ne se composaient que de sujets de très petites tailles; aussi, ces poissons, après cuisson ne pouvaient pas être consommés pour la simple raison qu'ils comportaient trop d'arêtes.

8.2.2 Développement de centres de repeuplement

Bien que mieux étoffé qu'en 1956, l'encadrement paraît encore insuffisant pour reprendre efficacement cette politique de pisciculture familiale en milieu paysan. Dans un souci de concentration des efforts et du personnel, nous avons donc été obligés de donner une nouvelle orientation à notre politique aquicole surtout avec la construction de près de 200 barrages hydro-agricoles dans le nord du pays par:

Les barrages ayant été créés à des fins agricoles, il va sans dire que la plupart des paysans des zones concernées seront nécessairement sollicités par le programme agricole. Pour ce faire, au lieu d'intégrer cette aquiculture extensive à l'agriculture, nous avons préférer former parallèlement aux agriculteurs, des aquiculteurs volontaires qui si consacreront à plein temps à l'exploitation de ces retenues en vue de rentabiliser l'opération.

Avec la politique actuelle de production intensive de riz, les paysans du nord n'auront pratiquement pas le temps de se consacrer à des activités annexes.

8.3 Droit de Propriété

En Côte-d'Ivoire ce problème de propriété n'a jamais été posé avec acuité. Les terrains utilisés pour l'implantation des étangs familiaux appartiennent soit à la famille, soit à la collectivité à laquelle les bénéficiaires appartiennent. Donc si des problèmes de ce genre surgissent, ils sont vite réglés coutumièrement. D'habitude, les terrains utilisés offrent peu de possibilité à l'agriculture du fait que pour la plupart de temps, il s'agit de terrains plus ou moins marécageux.

8.4 Modes Opératoires des Fermes de Pisciculture

La pisciculture familiale et collective préconisée dès le début de la vulgarisation de l'aquiculture en Côte-d'Ivoire pour les raisons évoquées auparavant, il ne nous est pas possible de fournir des données économiques sur ces différents types de pisciculteurs.

Cependant en ce qui concerne les stations d'alevinage appartenant au Gouvernement l'estimation des investissements et coûts de gestion se repartissent comme suit:

 a) Investissement de capitaux 
Station de 1 ha soit 25 bassins de 4 ares 
Coût installation des étangs:CFA.F
  CFA.F 200 000 × 255 000 000
Coût magasin et bacs de tirage: 
  CFA.F 2 000 000 × 12 000 000
  Total investissement7 000 000
b) Coût de gestion 
Salaire technicien supérieur: 
  CFA.F 72 000 × 12864 000
Salaire technicien: 
  CFA.F 40 000 × 12480 000
Salaire ouvriers: 
  (CFA.F 12 000 × 5) × 12720 000
Nourriture pour poisson et divers  500 000
  Total coût de gestion2 564 000
Production annuelle d'une station de 1 ha = 3 t soit 3 000 kg 
Prix du kg de poisson = CFA.F 100 
Revenu annuel 
CFA.F 100 × 3 000  =  300 000
Rapport du revenu et des capitaux investis 
= 0,04 
Rapport du revenu et du Coût de gestion 

De l'analyse de ces chiffres l'exploitation d'une aquiculture à titre commercial n'est pas rentable, vu les investissements, le coût de gestion par rapport au revenu annuel.

En conclusion, pour rentabiliser les opérations aquicoles il faut:

Actuellement, des recherches sont effectuées en vue de trouver les espèces qui pourront donner satisfaction. Les choix se sont portés pour le moment sur le Clarias lazera qui diton peut donner 6 à 8 tonnes à ha et le Lates niloticus dont la chair est très appréciée par les consommateurs.


9.1 Subsides et Financement Gouvernementaux

Aucun commentaire ne pourra faire saisir l'importance qu'attache le Gouvernement à la production halieutique que cet extrait de Loi-Programme 1974–1976 édité par le Ministère du Plan de la Côte-d'Ivoire:

9.1.1 Prévision de la Loi-Plan 1971–75 Sous-Programme 113: Pêche

L'objectif était de faire passer la production nationale de 78 000 tonnes à 131 000 tonnes entre 1970 et 1975, pour une consommation nationale de 102 000 tonnes à 138 000 tonnes.

Les interventions de l'Etat prévues à cet effet sont essentiellement:

9.1.2 Situation actuelle

La répartition des ressources halieutiques marines entraîne la nécessité d'aller pêcher loin des eaux ivoiriennes; cela suppose la conversion de la flotte en unités de plus fort tonnage. Aussi les quantités débarquées par les navires de pêche industrielle sont-elles restées stationnaires, tandis que les importations de poisson ont augmenté en suivant la croissance de la consommation intérieure.

Dans le domaine de la pêche artisanale, le programme de développement de la pêche sur le lac de Kossou se déroule avec succès. Il a représenté, au cours des années 1971 à 1973, le principal effort de l'Etat dans le domaine de la pêche mais la production escomptable du lac ne satisfera qu'une fraction des besoins nationaux.

9.1.3 Programme 1974–1976

Devant cette situation, il est nécessaire de diversifier les actions. Le programme reprend donc des interventions qui ont été négligées, faute de moyens disponibles, au cours des dernières années:

La production ne semble pas pouvoir atteindre les objectifs fixés pour 1975, ce qui entraînera un déficit à combler par l'importation. L'effort du secteur privé jouera un rôle essentiel dans le domaine de la pêche industrielle, qui fournit la majeure partie de l'approvisionnement. Il sera stimulé par les aménagements portuaires, les accords internationaux et les facilités de crédits.

Toutefois, d'autres potentialités existent, comme le démontrent les premiers résultats du programme de Kossou. Elles justifient les recherches et les actions d'encadrement programmées.

9.1.4 Financement des programmes de développement

Les sommes allouées pour l'exécution de tout le programme pêche entre 1974 à 1976 s'élèvent à CFA.F 577 000 000 reparties comme suit:

- Pêches maritimes et lagunaires:198 000 000
- Pêches continentales:  79 000 000
- Développement pêche sur Kossou (AVB):300 000 000
 577 000 000

Les différentes sources de financement sont:

Le Budget Spécial d'Investissement et d'Equipement (Côte-d'Ivoire), Eurodollars, PNUD, etc.

Donc dans le domaine de subsides et financement gouvernementaux, crédit et planification du développement, un effort louable est en cours.

9.2 Formation et Savoir-Faire Technique

Depuis 1967, le CTFT forme des Cadres moyens de la pêche dans le Centre de Formation Piscicole de Kokondékro près de Bouaké (Côte-d'Ivoire).

Cependant, depuis sa création, il n'y a eu qu'une douzaine d'ivoiriens de formés pour la simple raison que ce Centre est destiné à la formation des candidats de tous les Etats francophones d'Afrique. Sa capacité d'accueil se limitait à 12 places.

Le programme d'enseignement est le suivant:

  1. Ichtyologie (130 h)

  2. Parasitologie (10 h)

  3. Limnologie (120 h)

  4. Engins et méthode pêche (60 h)

  5. Embarcations (10 h)

  6. Produits de la pêche (20 h)

  7. Aménagement des eaux libres (70 h)

  8. Types d'exploitation des eaux libres en Afrique (10 h)

  9. Aménagement des eaux closes (135 h)

  10. Administration et réglementation (10 h)

  11. Socio-Economie des pêches (80 h)

  12. Mécanique (70 h)

  13. Natation (25 h)

Le contenu du programme donne un aperçu du savoir-faire Technique des Cadres formés dans cette école.

Il est regrettable de constater qu'aucun effort n'est fait pour la formation des cadres subalternes des pêches, collaborateurs directes des techniciens supérieurs des pêches; la seule formation que ces Agents reçoivent à leur sortie de l'Ecole Forestière est celle dite communément sur “le tas” qui ne donne pas toujours entière satisfaction.

Il serait envisagé très bientôt l'inclusion dans le programme d'enseignement forestier (niveau moniteurs) quelques matières “pêche” en vue de donner aux agents issus de cette école, les notions essentielles de pêches pour faciliter leur utilisation immédiate sur le terrain.

9.3 Disponibilité du Matériel Biologique et Chimique

Du point de vue matériel biologique, les efforts ont été tendu vers le Tilapia nilotica et l'Heterotis niloticus.

Cependant depuis 1973, notre organisme de recherches, qui est le CTFT étudie la biologie et le comportement en étangs d'élevage de certaines espèces locales notamment le Lates nilotious, Auchenoglanis biscutatus, Clarias lazera, en vue de leur vulgarisation.

En ce qui concerne l'alimentation des poissons d'élevage, il est souvent utilisé les drèches des brasseries, les sons de blé des minoteries et les graines de coton concassées, ceci seulement dans les stations d'expérimentation du CTFT et dans les stations de production d'alevins gouvernementales. En raison du prix d'achat CFA.F 800 à 900 le sac de 60 à 100 kg, les particuliers préfèrent nourrir leurs poissons à l'aide de sons de riz, de maïs et comme compléments alimentaires, les feuilles de patate douce et de manioc.

L'épandage d'engrais dans les étangs étant une technique très délicate parce qu'il suffit d'un excès pour nuire à l'élevage, il ne nous a pas paru nécessaire de vulgariser cette méthode en milieu paysan.

Le soin a été laissé à notre organisme de recherches (CTFT) de nous situer la dose qui sans être nocive, pourra rendre l'opération rentable.

9.4 Pollution Aquatique

A part les lagunes de la zone d'Abidjan où les usines déversent des déchets chimiques, le problème de pollution ne se fait pas sentir dans les eaux intérieures. L'exception est faite pour les retenues hydro-électriques d'Ayamé et de Kossou dont les eaux d'une couleur verte dégagent une odeur sulfureuse dûe au pourrissement des arbres morts sur pied à cause du non déboisement des cuvettes avant la mise en eau des barrages.

9.5 Commercialisation

Les poissons d'eau douce sont rares sur tous les marchés de la Côte-d'Ivoire. De ce fait, le problème de commercialisation ne se pose pas aux aquiculteurs.

Les revendeurs viennent directement prendre livraison des produits dans les débarcadères pour aller les écouler sur les marchés intérieurs à l'aide de véhicules non aménagés.

9.6 Conclusion

L'aquiculture est appelée à prendre de l'expansion dans les années à venir en Côte-d'Ivoire. Le Gouvernement ayant pris conscience de son importance depuis la raréfaction de la viande bovine, fait un effort non négligeable pour le développement de ce domaine.

Les Services de Recherches et les Services Techniques de vulgarisation font, chacun de leur côté et selon leurs possibilités, un effort notable pour contribuer au développement de l'aquiculture nationale.


Rapports annuels 1956 à 1972 de la Direction de la Pisciculture et des Pêches Continentales, Secrétariat d'Etat Chargé des Parcs Nationaux, Côte-d'Ivoire

Rapports annuels 1967 à 1973 “Recherches sur les Pêches Continentales du Centre Technique Forestier Tropical, 45 bis Avenue de la Belle-Gabrielle, 94 Nogent-sur-Marne, France”

Rapport à la Commission des Programmes du Ministère de la Recherche Scientifique (Institut Universitaire d'Ecologie Tropicale), Université d'Abidjan, Côte-d'Ivoire

Document Préparatoire à la Loi-Programme 1974–1976 Fascicule No 3 Programme majeur 10, 11, Développement Agricole, Pêche, Elevage, Ministère du Plan (Direction des Programmes Pluriannuels de Développement), Côte-d'Ivoire



Direction des Services Forestiers de l'Environnement et de la Protection de la Nature, Ministère du Plan, du Développement Rural, de l'Environnement et du Tourisme


Avec un minimum de 25 000 ha de plan d'eau, la Haute-Volta a entrepris vers l'année 1955/56 un important effort de développement aquacole. Des étangs familiaux furent construits. Cet effort semble ne pas avoir tenu compte de certaines caractéristiques sociologiques des populations concernées et on a assisté à une regression de ces activités pour diverses raisons - manque d'encadrement et manque de moyens financiers.

De nos jours peu de gens entretiennent des élevages, et seuls les 32 étangs de la station de Bérégadougou sont encore en production. De nombreux barrages ont été construits sans aménagements piscicoles. Une coopérative de pêche fonctionne avec certaines difficultés. Ces éléments semblent pouvoir servir de base à un nouveau développment dans la mesure ou une série de changements sera entrepris - formation de personnel qualifié, renforcement des moyens et réconsidération de la politique de développement rural en faveur de l'aquiculture.


A substantial effort was made in 1955/56 to develop the aquaculture potential of the country. Certain sociological aspects were not, however, taken into consideration and this, together with lack of proper organization and financial support, contributed to the subsequent slowing down of this development.

Presently very few people practise fish farming and only the 32 ponds of the Bérégadougou station are still operational. Several dams have been built without restocking of fish. One fishermen's cooperative exists, but is experiencing a number of difficulties. These initial experiences should be taken into account in the formulation of further aquaculture development programmes. Various improvements could be envisaged - training of qualified personnel, better planning and financial support, and inclusion of aquaculture in rural development programmes.


C'est à une date relativement récente, 1955/56, que l'aquiculture a vu le jour en Haute-Volta. A cette date a été effectué un vaste inventaire sur les possibilités de la pêche dans le pays. L'Administration Coloniale des Eaux et Forêts, aidée du Centre Technique Forestier Tropical (CTFT), a alors mis en place une station de pisciculture dans le sud-ouest du pays.

Cette station de recherches appliquées, sélection d'espèces, performances comparées, alevinage, etc., se voulait le pôle de la politique en matière d'aquiculture dans le pays. De fait, dans la région, des étangs de pisciculture familiaux furent construits, de nombreux barrages et mares, sur tout le territoire, furent alevinés. Parallèlement sur les barrages et rivières furent créés et encadrés des centres de pêche.

Le programme qu'on a voulu appliquer a achoppé sur trois points:

  1. Il n'a pas été dégagé les moyens nécessaires pour continuer les essais de la station de pisciculture. Moyens financiers bien sûr, mais aussi et surtout, les moyens en personnel: il n'a pas été formé le personnel qualifié nécessaire pour prendre en main la station;

    La vulgarisation des étangs familiaux n'a pas été bien menée. Le gabarit de certains étangs était trop important pour que le paysan, qui ne possédait aucun rudiment de cette spéculation, puisse mener correctement l'exploitation de son étang. Ils étaient construits gratuitement. Et ce faisant, l'intéressement et la participation des paysans ont été nuls.

  2. Dans les centres de pêche, l'encadrement, laissé trop longtemps aux mains des pêcheurs étrangers n'a eu aucune prise.

Le programme de développement actuel s'est fixé les objectifs suivants:

  1. Un cadre juridique. La Haute-Volta a fait appel en 1973 à un Expert FAO en législation forestière. Le document final ne nous est pas encore parvenu;

  2. La formation, qui devra partir de l'encadrement de base (moniteurs de pêche) aux cadres supérieurs. Ces écoles de formation, en Afrique, sont pour le moment très limitées;

  3. La reprise de la pisciculture. Remise sur pied de la station expérimentale, construction de plusieurs étangs d'alevinge, pisciculture familiale et intensive;

  4. L'encadrement des pêcheurs. Avec démonstration des méthodes et techniques de pêche. Amélioration de la conservation du poisson, du circuit de commercialisation, la structure envisagée étant la coopérative;

  5. Pour le long terme, le programme de développement envisage la mise sur pied d'une équipe de biologistes.


La superficie, aux basses eaux, des pêcheries voltaiques a été estimée en 1956 à 25 000 ha. L'organisation de la pêche avait créé une vingtaine de centres de pêches. Des moniteurs de pêches encadraient et vulgarisaient les méthodes de pêche. Actuellement, le manque de moyens logistiques ne permet que le maintien de quatre moniteurs de pêches. Les pêcheurs, mal encadrés, se déplacent sur les plans d'eau suivant leurs prises.

Les pêcheurs professionels sont en majorité des étrangers. Les autochtones sont en majorité des semi-professionnels ou des occasionnels. Ce sont des cultivateurs qui s'adonnent à la pêche en morte saison, quand au moment des basses eaux la concentration des poissons permet des prises relativement faciles. La commercialisation des produits reste aux mains des commerçants intermédiaires, qui dans certaines villes possèdent des organisations semblables à de véritables syndicats.

L'organisation en coopérative de pêcheurs est inexistante. Elle a échoué parce qu'on n'a pas su amené la participation des pêcheurs habitués aux dons. Une seule coopérative de pêche existe sur le territoire, 30 pêcheurs dont 20 autochtones et 10 étrangers sur un barrage de retenue de 600 ha à Mogtedo (80 km de Ouagadougou). Elle bénéficie de l'encadrement matériel et technique d'une organisation internationale privée.


Le nombre des personnes, se livrant à des activités d'aquiculture n'est pas bien déterminé. Les pêcheurs professionnels se déplacent de campements de pêche en campements de pêche. Néanmoins on pourrait citer 450 pêcheurs professionnels et des pêcheurs occasionnels que constituent les populations riveraines.

La station de Bérégadougou, en pleine léthargie, ne compte que 5 manoeuvres dirigés par un Chef de Centre.


La station de pisciculture avait expérimenté des espèces locales rustiques, à croissance rapide:

  1. Tilapia macrochir, nilotica, zillii;

  2. Hemichromis fasciatus;

  3. Heterotis niloticus;

  4. Lates niloticus.

En polyculture, les espèces généralement combinées étaient: Tilapia nilotica et Hemichromis fasciatus.

Les espèces étaient surtout utilisées pour l'empoissonnement des plans d'eau du pays.


La seule installation piscicole contrôlée est la station de pisciculture déjà citée, dans l'ouest du pays: 32 étangs totalisant une superficie de 10 600 m2 alimentés par un petit barrage de retenue. Conçue comme station de recherche appliquée, alevinage et production, elle n'a rempli son rôle que pendant une très courte période.

Les nombreux barrages qui ont été construits dans le pays n'ont jamais comporté d'aménagement piscicole.


Les semences ont toujours été récoltées dans les eaux naturelles du pays. Le centre piscicole de Bouaké, par contre, a déjà fait appel à la station de Bérégadougou pour l'exportation d'Heterotis spp. et de Tilapia nilotica.


L'expérience tentée a été de trop courte durée pour dégager des chiffres.

La fertilisation n'était pas employée. L'alimentation consistait en graines de coton, tourteaux d'arachides et de bière de mil. Aucun moyen de lutte contre les maladies n'est en cours d'usage. A l'époque du bon fonctionnement du centre, on a pratiqué le chaulage des étangs.

Actuellement, une demi-douzaine d'étangs est maintenue en eau compte tenu des faibles moyens. On y élève tant bien que mal des tilapia pour l'alevinage des plans d'eau environnants.

Les limites à l'intensification de l'élevage sont à deux niveaux:

  1. Manque de personnel qualifié pour l'encadrement;

  2. Manque de moyens financiers pour l'entretien et l'aménagement de la station.


Il est reconnu à la Haute-Volta une population agricole. Il nous manque donc une longue tradition de pêche. Mais depuis quelques années, la consommation de poissons frais a visiblement augmenté et cela se sent sur les prix pratiqués dans les centres urbains. Certains barsrestaurants ont bâti leur renommée et leur fortune sur le poisson. Leurs propriétaires n'hésitent pas à faire 100 km, deux fois par jour matin et soir, pour s'approvisionner. Et la promotion de certains pêcheurs fait exemple.

L'éradication de l'onchocercose va non seulement libérer les Vallées des Volta mais les rivières elles-mêmes où la pratique de la pêche pourrait se développer sans danger.

Une forte densité de population, de nombreux barrages et mares sont, sans aucun doute, des possibilités pour le développement de la pisciculture. La plupart des Vallées et avals de barrage présentent des conditions favorables à l'implantation d'étangs. Mais ces sites sont souvent retenus pour les vergers ou des cultures irriguées. Il ressort donc que le domaine public de l'Etat n'est pas clairement défini en ce qui concerne l'usage des plans d'eau et de leurs abords. La réglementation des pêches est quasi inexistante.

L'administration chargée de la pêche est, elle aussi, à l'état embryonnaire et possède très peu de renseignements pour chiffrer les données économiques. Toutefois en ce qui concerne la coopérative de pêche de Mogtedo, en période de bonne production on a pu relever les chiffres de 2 400 à 3 600 kg par mois (8 à 10 kg par pêcheurs) en 1970.

Du point de vue économique, trois genres d'investissements ont été définis pour la coopérative:

  1. Un investissement directement productif: matériel prouvé indispensable au lancement de l'entreprise de pêche organisée, et qui doit être en principe remboursé par elle: pirogues, filets, glacières, four à fumer: CFA.F. 206 460 et un véhicule: CFA.F. 800 000;

  2. Un investissement expérimental: méthode et technique nouvelle introduites: pirogues et filets: CFA.F. 151 500;

  3. Un investissement de commodité: matériel non indispensable mais pouvant améliorer les conditions de travail, en tout cas d'un impact psychologique certain: magasin, aménagement d'un port de pêche, mobilier divers: CFA.F. 157 000, soit donc des investissements de l'ordre de CFA.F. 1 314 960.

Les dépenses représentaient CFA.F. 682 000 (dont 55 000 au titre de la réserve légale, l'entretien du matériel et l'amortissement du véhicule), les revenus des pêcheurs représentaient plus de CFA.F. 1 300 000. Mais il faut remarquer que 5 pêcheurs ne vivant que de la pêche avaient un revenu de plus de CFA.F. 125 000 à 80 000 chacun. Les autres, surtout cultivateurs, un revenu de CFA.F. 60 000 à 40 000. Par rapport aux autres spéculations, ces revenus sont inférieurs à ceux des riziculteurs en riziculture intensive (un seul exemple en Haute-Volta, la Vallée du Kou) et supérieurs à ceux des cultivateurs traditionnels.

La baisse de production qu'on enregistre actuellement, 1 à 3 tonnes seulement par trimestre, décourage les coopérateurs. La gestion, tenue par des étrangers leur semble en outre suspecte. Ils comprennent difficilement le principe des réserves légales et de l'amortissement de véhicules.


Le faible savoir-faire technique de la population, les difficultés d'accès aux lieux de pêche ont longtemps limité les possibilités. Les divers plans de développement rural, basés sur la production agricole et l'élevage, ont toujours ignoré la pêche et accentué ses difficultés. Ceci explique le manque de réglementation. Au sein du Service Forestier, parent pauvre de département rural, responsable de la pêche, le service pêche et pisciculture est le parent pauvre.

Un changement d'habitude alimentaire qui valorise le poisson, et amène la population à s'occuper plus nombreuse de la pêche, doit amener une réconsidération de la politique de développement rural en faveur de l'aquiculture. Mais encore faut-il qu'une étude exhaustive fassent apparaître clairement toutes les potentialités. Parce qu'il a toujours manqué le personnel qualifié, le Service des Eaux et Forêts, arrive difficilement à forcer l'intérêt des pouvoirs publics.

C'est le manque de personnel, la faiblesse des moyens qui font que sont mal appréhendés les problèmes du stock biologique: dominances d'espèces inintéressantes, déséquilibre de la population, etc. Et le manque d'encadrement fait que les intermédiaires, en finançant les pêcheurs d'une manière, ont quasiment le monopole de la commercialisation.

Top of Page Next Page