Previous Page Table of Contents Next Page




S. B. Singh
Fisheries Division


Considerable potential exists for development of fisheries and fish culture in innumerable inland water bodies (ponds, swamps, dams, lakes and brackishwater lagoons) in Tanzania, which are almost un-utilized at present. The development of fish culture is considered of paramount importance for optimal exploitation of inland aquatic resources. An aquaculture project has accordingly been prepared for implementation during the Third Development Plan of the country (1975–80). It is estimated that the project, if properly implemented, would result in an annual increase of 50 000 tons of fish from freshwater inland resources, and the yield from brackish waters could be in the region of 4 000 t of prawns/yr in addition to fish.

The proposed research plan includes establishment of five well-designed freshwater fish farms and two brackishwater shrimp farms. Cost estimates for the project, for a period of five years under the Third Plan, are six million shillings (U.S.$ 844 000) for the five freshwater fish farms, and 5.4 million shillings (U.S.$ 760 000) for the two brackishwater shrimp farms of 5 ha and 50 ha respectively. The project is considered fully viable and requires strong support in view of the far reaching benefits that would accrue from it. The possibilities for oyster culture in coastal waters have also been briefly mentioned.


Il existe en Tanzanie d'énormes possibilités pour le développement des pêches et de la pisciculture dans d'innombrables plans d'eau intérieurs (étangs, marais, bassins de retenue, lacs et lagunes d'eau saumâtre), possibilités quasiment inexploitées à l'heure actuelle. Le développement de la pisciculture est jugé revêtir une importance primordiale pour l'exploitation optimale des ressources aquatiques intérieures. Aussi a-t-on préparé un projet aquicole à réaliser durant le troisième Plan national de développement (1975–80). Convenablement mis en oeuvre, ce projet entraînerait un accroissement annuel des captures de poissons d'eau douce de l'ordre de 50 000 t; en outre, la production de crevettes dans les eaux saumâtres pourrait atteindre 4 000 t/an.

Le plan de recherche proposé prévoit l'établissement de cinq exploitations bien conçues pour l'élevage des poissons dulcaquicoles et de deux centres d'élevage des crevettes en eau saumâtre. Le coût estimatif du project, étalé sur une période de cinq ans dans le cadre du troisième Plan, s'élève à 6 millions de shillings (844 000 dollars E.U.) pour les cinq exploitations d'élevage de poissons d'eau douce et à 5,4 millions de shillings (760 000 dollars E.U.) pour les deux centres crevettiers (5 ha et 50 ha respectivement). Le projet, qui est jugé pleinement viable, nécessite un soutien actif en raison de l'importance des avantages qui en résulteront. L'auteur fait aussi brièvement état des possibilités d'ostréiculture dans les eaux côtières.


Proper fisheries development in Tanzania began just over a decade ago when the country achieved national independence in 1964 and the Fisheries Division was formed. The first noteworthy economic survey of marine and inland fisheries was completed in 1963 (FAO/UN, 1964), and rightly the emphasis was placed on efficient exploitation of the fishery of the major lakes and marino waters and on creation of facilities for proper landing, marketing and distribution of fish in the country. Therefore, during the First and Second Five-Year National Development Plans, the attention of the Fisheries Division was focussed mainly on the above areas of development, and to-date commendable success has been achieved in that direction. However, during the later years of the Second Plan (1972–74) due attention was also paid to development of aquaculture in the country which has so far remained at a very low subsistence level and is almost non-existent on any sound basis.

The awareness of the enormous potentialities of aquaculture as a dependable means of increasing fish production and ensuring a supply of fish to the people from hitherto almost unutilized aquatic resources, has gained tremendous momentum in recent years throughout Africa. The FAO Committee on Inland Fisheries of Africa (CIFA) which met for the first time at Fort Lamy, Chad, in 1972 has contributed greatly towards the development of aquaculture in the region.

Tanzania has very rich potential for aquaculture development. There are innumerable fish ponds, swamps and a large number of dams, also some lakes, which could be developed as valuable fishery resources, but are so far insignificant from the point of view of fish production. In addition to these water bodies, the brackishwater lagoons are ideally suited for shrimp and fish culture, and the coastal waters offer excellent sites for development of mariculture of which oyster culture appears to be promising (Alverson, 1974; Matthes, 1974).

Some efforts were made in the past to assess the number of fish ponds in the country which were estimated to be over 8 000 in 1968 (FAO/UN, 1968). However, considerable revision of this figure may be needed and so far no reliable census has been made to this effect. Most of the existing fish ponds are small and some are even 3m × 4.5m in size, mostly for culture of Tilapia spp. The efforts made towards culture of fish in ponds have been so far scanty, scattered and sporadic. However, early efforts made at Korogwe fish farm in Tanga Region in 1950 (Gould, 1951) are worthy of mention. In recent years fish culture activities have been initiated at the Freshwater Fisheries Institute, Nyegezi (Mwanza) and some studies on tilapia culture in ponds and cages and hybridization have been carried out (Ibrahim, MS). An important contribution towards planning brackishwater shrimp and fish farming has been made by the Japanese Survey Mission during 1972 which prepared a well-documented report on the potentials and plans for shrimp culture in Tanzania (Anon., 1972). The notable contribution on, 'Fish Culture in Central East Africa' by Marr et al. (1966) is to-date the main guide used for fish culture in this region. In addition to the above, the author has surveyed several regions in connection with planning fisheries development in the man-made lakes related to various hydro-electric projects (Singh, 1973), and has also studied the status of fish culture in the country in some detail. A project on aquaculture development in Tanzania has been prepared by the author which has been included in the Third Five-Year Development Plan of the Division. The salient features of the project are embodied in the present communication; brief mention is also made of the possibilities for oyster culture in coastal waters.


Establishment of some suitably sited, well-designed fish farms appears to be the basic necessity for aquaculture development in the country on a sound basis. The knowledge about proper management techniques for the various cultivable water bodies (ponds, swamps, dams, lakes and lagoons) and first hand familiarity with the cultivated species and their ecology are the primary needs for any successful fish culture project, in addition to the adequate availability of quality seed for stocking purposes. No generalised recommendations for aquaculture are likely to bring the desired results without thorough understanding of the physico-chemical and biological nature of the ecology and behaviour of the cultivated species. It has been therefore considered necessary to set up some well-designed fish farms throughout the country in a phased manner so that the gradual experience gained is utilized for future planning.

Majority of the ponds used for fish culture at present are small and are not constructed according to any plan. Therefore, there is need to specify proper size and type of ponds for various cultivated species, because these factors are vital to acceptable growth of fish and the production of adequate natural food in ponds.

These proposed farms would serve as the focal points for aquaculture development in the country and for continuous research, the results of which would be tested in the field before further implementation. In addition, these farms would produce quality seed for stocking purposes. The returns from aquaculture investments are highly ensured and dependable, if properly managed. The project deserves quick and adequate financial support.


  1. There is a vast potential for aquaculture development in Tanzania which demands efficient utilization of the available resources in order to supply enough fish protein to the people and to develop fish trade of the country.

  2. Under the national policy of Socialism, introduction of pond fish culture in the Ujamaa Villages along with agriculture would be highly complementary, and it will greatly contribute towards availability of fish in areas which are located far away from the major fishery resources or where transport of fish is either difficult or too expensive.

  3. Many artificial lakes are being created in the country under various hydro -electric power projects which would form valuable fishery resources. The foremost need to develop the fisheries in these new water bodies is to adequately stock them with quality seed of the right type of fish. The modern fish farms, as proposed, apart from producing table fish, would be primarily responsible for producing the seed for these lakes.

  4. The proposed fish farms under the project would carry out a selective breeding and fish hybridization programme in order to produce improved fish strains for culture purposes. Further, these farms will conduct research to develop proper fish culture techniques, particularly as regards stocking density, species ratio, feeding and harvesting schedules on one hand and pond designs and construction on the other.

    It may be added here that most of the failures in fish culture in the country so far can be attributed to lack of the above knowledge. To cite an example, a highly productive 1.2 ha pond at the Kingolwira Prison Farm (Morogoro Region) was reportedly yielding only small sized Tilapia spp. and production of fish was not encouraging. On examination of the pond the problem was identified to be one of over population. Later, by adopting a programme of phased thinning of the fish population, very encouraging fish growth and production were achieved.

  5. The experimental work at the fish farms would go a long way in rebuilding the stocks of certain depleted fisheries such as Labeo victorianus in Lake Victoria, and will aid in the propagation of various highly cultivable species, hitherto uncultivated.

  6. Brackishwater shrimp farming will greatly contribute towards earning foreign exchange for the country.

  7. A final important justification for the project is the development of local expertise in the field of aquaculture to achieve self-sufficiency in trained manpower which would contribute towards successful implementation of the aquaculture programme throughout the country.


4.1 Freshwater fish culture

Under the project, establishment of five well-designed fish farms has been proposed during the Third Plan (1975–80). Work on site selection and construction of two farms is proposed to be initiated in 1975, the third in 1976 and the remaining two in 1977. The phased establishment of the farms is planned in order to gather experience in determining the proper layout of the future farms, and to avoid overtaxing available financial and manpower resources. The locations and priorities for the establishment of the farms have been decided on the basis of their relative importance and urgency. The locations of the farms have been chosen to facilitate quick development of existing potential resources, and those likely to be developed in the near future. In general an average farm size of 6 ha has been suggested at a site where there is scope for considerable future expansion with ensured continuous water supply, productive soil with good water retention properties, and easy access to the farm by road. The farm will have a set of breeding, rearing and marketing ponds (including those for rearing brood fish) of varying sizes, most of which will be drainable.

The following fish farms have been proposed:

  1. Morogoro region:

    This region has a large number of ponds, dams and swamps which are suitable for fish culture. In addition to these, Kidatu Reservoir (10 km2) has been formed under the Great Ruaha Power Project on the Ruaha River. This man-made lake will require adequate stocking at regular intervals to make the fishery viable; therefore, establishment of a fish farm near the dam is considered necessary. During an earlier survey of the area, an ideal site was suggested at Kidodi which is about 18 km away from the dam (Singh, 1973). The area has a few perennial streams and is well connected by road to the dam and other areas of interest for fish culture, like Kilosa, Ifakara and Morogoro. However, alternative suitable sites can also be chosen, in case the above site is not available. There are proposals to initiate the largest power project further down stream, and in view of this the fish farm suggested for the area will be all the more essential and will promote fish culture in the south-east part of the country. The construction of the farm is to be initiated during 1975–76.

  2. Mwanza region at Nyegezi:

    The Nyegezi Freshwater Fisheries Institute (Mwanza) is responsible for carrying out research and training in the field of freshwater fisheries, including fish culture, at national level. It is therefore highly desirable that a modern fish farm be established in the area for research and training purposes, and also for adequate extension work in the Ujamaa Villages where facilties for aquaculture exist. This farm will support the development of fish culture in the north-west part of the country. The construction is proposed to be started in 1975–76.

  3. Kilimanjaro region near Nyumba ya Mungu Dam:

    Nyumba ya Mungu is another hydro-electric project on the River Pangani. The size of the lake formed is 150 km2. The fishery of this reservoir has sharply declined in recent years from 28 000 tons in 1970 to below 3 000 tons in 1973. Though the phenomenon of very high initial fish production in a virgin dam and abrupt subsequent decline is common in tropical man-made lakes, the fall in the fishery of this lake is much greater than expected. Research carried out on the lake so far suggest, that there has been considerable over-exploitation of the main tilapia fishery without adequate recruitment. It is therefore considered important to establish a suitable fish farm in the area for adequate stocking of the dam with quality fish seed. The farm would also serve to develop fish culture in the north-west part of the country. The construction of the farm is to be initiated during 1976–77.

  4. Dodoma region:

    Under Phase II of the Great Ruaha River Power Project, another huge man-made lake (600 km2) is likely to be created at Mtera by 1978. The preliminary survey and ecological studies carried out in the area suggest that the reservoir would be a flat basin type and quite productive from the fisheries point of view. However, the lake would need constant and adequate stocking with fish to sustain a productive fishery. Therefore, the establishment of a modern fish farm in the area has been suggested; this farm would also support fish culture development in the central part of the country. Further, the farm will also meet, to some extent, the demand for fish by the new capital of the country at Dodoma. The construction work is to be started in 1977–78.

  5. Iringa region:

    The Mtera reservoir, described above, will have nearly 40 percent of its area falling within the Iringa region which has no other major fishery resource except the shores of Lake Nyasa, but has many swamps, small dams and fish ponds. Therefore, it is considered necessary to establish another fish farm on the Iringa side of the proposed Mtera lake with a view to ensure adequate stocking of the reservoir, and to promote fish culture development in the region as well as in the south-west part of the country. The farm construction is to be initiated in 1977–78.

4.2 Brackishwater shrimp and fish culture

As already stated earlier, a Japanese Survey Mission has conducted a survey to evaluate the potential for brackishwater shrimp and fish culture in Tanzania. The mission reported that very good possibilities exist in the country and prepared a five-year development plan for shrimp culture. Establishment of experimental farms was suggested at three sites: Udofu Creek (Tanga Region), Mzinga Creek (Dar-es-Salaam Region) and the Rufiji Delta. This project is considered highly viable and returns from it are well ensured (see Anon, 1972). The following are the plans in brief for establishment of the farms:

  1. Udofu Creek (Tanga):

    It is proposed that one 5 ha experimental farm be established during the first two years (1975–77) and another 50 ha farm complex in the third and fourth year (1977–79) which will be extended into a 100 ha farm unit in the fifth year (1979–80).

  2. Mzinga Creek (Dar-es-Salaam):

    A similar plan as above has also been proposed for this farm. The work is to be initiated in 1975–76.

  3. Rufiji Delta:

    The development of 500–1 000 ha farm unit complex has been proposed for the fifth year of the project (1979–80). The financial estimates for this development have not been worked out as yet.


It is expected that each freshwater fish farm will be able to produce aboout 10 tons of table fish per year (at 2.5 ha/year), but of much greater importance is the production of 5 to 10 million fry and fingerlings (about 7–8 cm size) for stocking the various inland water bodies in the country. These production estimates are on the conservative side and are likely to be much higher under proper management. Average production in rural ponds may be expected at not less than 1.5 tons/ha/year. The preparation of proper stocking and harvesting plans for dams, small natural lakes, swamps and ponds could result in an annual production of 50 000 tons of fish from these almost unutilized inland resources. For example, the production of the Mtera dam could be stabilized at 25 000 tons/year and that of the Nyumba ya Mungu Dam at 10 000 tons/year.

In order to achieve the above production target of 50 000 tons/year, it is necessary that fish culture research be initiated in the country on a sound basis. This will result in gathering knowledge and gaining experience for the formulation and extension of improved fish culture techniques throughout the country.

The vast expanse of brackishwaters suitable for shrimp culture, on the other hand, would yield about 4 000 tons of prawns/year under proper management. For example, it is expected from each of the brackishwater farms, roughly 11 and 110 tons/year (6 and 60 tons of headless prawns/year) could be produced from the 5 and 50 ha farm units respectively. It is needless to emphasize the importance of prawns as a valuable foreign exchange earner for the country.


6.1 Financial estimates

Rough estimates have been made under two headings: development (capital investment) and recurrent costs. The development expenditure includes the cost of site survey, selection, preparation of farm layout, purchase of transport, farm construction, construction of field laboratory and staff quarters and purchase of equipment. Recurrent expenditure includes running expenses and staff salaries. The flow-sheet of the above inputs has been worked out and the total financial requirement during the five-year period (1975–80) for each farm has been calculated. The annual inputs on a time scale for each farm under the development (A) and recurrent (B) headings are presented in Table I.


Freshwater FarmsAnnual Estimates in '000 Shs.1
Morogoro Farm1975–761976–771977–781978–791979–80Total
(A)425175   100------   700
(B)  45126   134196228   729
Total470301   2341962281 429
Nyegezi Farm        
(A)425175   100------   700
(B)  45126   134196228   729
Total470301   2341962281 429
Nyumba ya Mungu Farm      
(A)---425   275------   700
(B)---  45   126138142   451
Total---470   4011381421 151
Dodoma Farm      
(A)------   475225---   700
(B)------      45136140   321
Total------   5203611401 021
Iringa Farm      
(A)------   475225---   700
(B)------      45136140   321
Total------   5203611401 021
Brackishwater Farms      
Udofu Creek      
(A)320  951 220280---1,915
(B)  62  96   174214218   764
Total3821911 3944942182 679
Mzinga Creek      
(A)320  951 220280---1 915
(B)  62  96   174214256   802
Total3821911 3944942562 717

1 U.S.$ 1 = 7.11 Tanzanian Shillings

Grand total for freshwater farms = 6 051 million shs.

Grand total for brackishwater farms = 5 396 million shs.

Grand total for the project = 11.5 million shs.

6.2 Manpower estimates:

It has been proposed that two freshwater and one brackishwater farms would be headed by a Senior Research Officer (S.R.O.), and each of the farms will have Research Officers (R.O.) of grade I and III, Senior Research Assistant (S.F.A.), Fisheries Assistant (F.A.II), Office Supervisor (O.S.) and a team of fishermen (Fm). The total requirements for all the farms are summed up below:

S.R.O.-  -  -  2  3
R.O.I2  4  5  7  7
R.O. III2  3  7  7  7
S.F.A.2  4  51111
F.A. II-  -  2  9  9
O.S.4  5  7  9  9


Preliminary observations made so far clearly indicate that there are excellent sites for oyster culture along the Tanzanian coast. The availability of the edible species Crassostra cucullata (Born) which has commercial value, and some species of the genus Ostrea has been recorded (Matthes, 1974). Towards the south, in Mtwara and Lindi Regions, the big-sized oysters are collected in appreciable quantities and are well consumed in the area. Though wide spread popularity of the product does not exist in the country at present, there is growing acceptance of oysters in the daily diet, wherever available. In case oysters are cultured on a large scale, there is every possibility for the development of good markets, both inside and outside the country.

A project for oyster culture is being prepared by the Fisheries Division. It includes the survey, by an international expert, suitable sites for culture, and availability of the commercial oyster species along the coast. This study would be followed by the establishment of a field laboratory for conducting experiments to develop suitable culture techniques. Along with the above studies, economic and market surveys will also be conducted.


The author is grateful to Mr. G.K. Libaba, Director of Fisheries, Tanzania, for kindly going through the manuscript critically, and for according approval for its publication.


Alverson, D.L., 1974 A program to develop the marine fisheries potential of Kenya and Tanzania. Rome, FAO, IOFC/DEV/74/33, 28 p.

FAO/UN, 1964 Report to the Government of Tanganyika on an economic survey of marine and inland fisheries of Tanganyika. Based on the work of J.L. Dibbs. Rep.FAO/EPTA, (1828):59 p.

FAO/UN, 1968 FAO Fish Cult.Bull. 1(1):11.

Gould, R.E., 1951 Progress of fish farming in Tanganyika. Fisheries Series Pamphlet No. 2.

Ibrahim, K.H., 1975 Progress and present status of aquaculture in Tanzania. Paper presented to the CIFA Symposium on Aquaculture in Africa, Ghana, 1975, 14 p.

Marr, A., 1966 M.A.E. Mortimer and I.V.D. Lingen, Fish culture in Central East Africa. Rome, FAO, 158 p.

Matthes, H., 1974 Coastal and estuarine aquaculture. Paper presented to the Conference on Marine Resources Development, Dar-es-Salaam, April, 1974, 24 p. (mimeo)

Singh, S.B., 1973 Rapid survey of the Kidatu and Mtera areas for planning fisheries development under the Great Ruaha Power Project. Tanzania, Fisheries Division, 11 p. (mimeo)

Anon., 1972 Japanese shrimp culture survey mission, Report of survey on the planning of brackishwater shrimp culture in Tanzania. Internal report:42 p. (mimeo)



A.Y. Kusiaku
Ministère de l'Economie rurale Service des Pêches
B.P. 1095, Lomé, Togo


Le développement de la pisciculture familiale a dû affronter de nombreuses difficultés entre 1954 et 1963; un nouvel effort de vulgarisation a été entrepris depuis lors qui commence à porter ses fruits. Malgré le peu d'importance de l'aquiculture dans l'économie agricole nationale on pense promouvoir ces activités grâce à des aides appropriées. Celles-ci permettront de développer des centres de production extensive (barrages) peuplés d'espèces indigènes - Tilapia spp. - mais aussi de carpes. Les méthodes classiques de reproduction naturelle sont utilisées pour ces espèces et l'on procède rarement à des fertilisations. L'alimentation consiste en produits régionaux. Peu de maladies ont été signalées jusqu'à ce jour.

Le développement de l'aquiculture au Togo réside dans des réalisations concrètes pouvant détruire les mauvais effets psychologiques engendrés parmi les paysans par les résultats des précédentes vulgarisations. Il faudra, pour cela, que l'Etat prenne des dispositions pour la réalisation de certains projets jusqu'ici restés lettre morte.


The development of homestead aquaculture in the country, between 1954 and 1963, encountered many difficulties. A new effort aimed at the extension of aquaculture was subsequently undertaken in 1963 and is beginning to give positive results. In spite of the small importance of aquaculture in the national agricultural economy, aquaculture activities can be promoted with appropriate assistance. Extensive production units (barrages) stocked with endemic species - Tilapia spp. and also carps can be developed. The classical methods of natural reproduction are utilized in the breeding of those species. Pond fertilization is not often used and feeding is based on available local products. Few disease problems have been encountered up to the present.

The development of aquaculture in Togo will depend on the achievements of concrete results in this field which will help reverse the psychological effects of previous failures. The government should therefore take action to initiate projects aimed at achieving these results.


La pisciculture, art d'élever des poissons dans un étang spécialement construit et aménagé pour ce but, est de pratique très récente au Togo.

Introduite au Togo vers l'année 1954 par le Service des Eaux et Forêts (actuellement Forêts et Chasses) les premiers essais d'élevage de poissons ont été entrepris à la station d'Alédjo-Kadara avec le Tilapia macrochir, espèce de poisson appartenant à la famille des Cichlidae importée du Cameroun.

Le but de cette introduction était de permettre à la population de l'arrière pays, chez qui surtout la qualité de la ration alimentaire est déficitaire en matières protéiques, de produire elle-même du poisson pour son alimentation. Le Service des Eaux et Forêts s'était alors chargé de vulgariser la pisciculture en construisant aux paysans des étangs familiaux. Cette action a trouvé rapidement un bon accueil parmi ces paysans. Mais malheureusement elle a aussi très tôt été l'objet d'un échec par manque de cadres techniquement compétents et équipés en matériels adéquates pour assurer un bon encadrement des pisciculteurs. Ainsi sur près de 450 étangs privés construits, on compte actuellement à peine une centaine encore entretenus.

La situation devenait en effet de plus en plus décevante quand fut créé en 1963 le Service des Pêches chargé de promouvoir le développement de la pêche sous toutes ses formes. Une nouvelle impulsion devait être donnée au programme de la pisciculture basé sur la création des centres de démonstration, d'alevinage pour la vulgarisation. Le succès n'a pas été si facile et reste encore insignifiant car l'échec dû aux résultats décevants des productions antérieures a laissé parmi les paysans au milieu desquels la vulgarisation avait été premièrement menée une indifférence voiremême un pessimisme.

Le Service des Pêches, avec l'aide des volontaires du Corps de la Paix Américain et de la FAO, a ainsi commencé le réaménagement et la création de certains centres piscicoles tels que les centres d'alevinage de Kpodzi, Agbofon, Toaga et les stations de Kpéwa et de Nâ.


La pisciculture occupe actuellement une place très négligeable dans l'économie agricole nationale. Elle se trouve à un stade expérimental (la production totale annuelle dépasse à peine huit tonnes) et est encore loin de satisfaire le rôle qu'il doit jouer c'est-à-dire fournir du poisson à bon marché aux populations des régions éloignées du littoral et des cours d'eau.

Cette faible production dépend d'une part de ce que l'effort actuel du Service des Pêches porte plus particulièrement sur la vulgarisation de l'aquiculture et l'empoissonnement des retenues d'eau et d'autre part du manque de personnel technique et de crédits pour envisager simultanément la vulgarisation et la production.

Cela n'exclut pas cependant qu'un jour la pisciculture pourra jouer un rôle très important dans l'économie nationale si les conditions de formation du personnel technique sont améliorées et si des moyens financiers appropriés sont mis en place.


On pratique au Togo la pisciculture intensive et la pisciculture extensive. C'est d'ailleurs cette dernière qui connaît actuellement le plus d'activités. Il existe près de 73 retenues; d'autres sont encore en projet. Quand aux étangs piscicoles, la superficie totale d'eau encore exploitée atteint environ 8 hectares dont 1,5 hectares pour les étangs privés.

Recapitulation des étangs administratifs

STATIONNbre d'étangsSuperficie haDestinationObservation
Station de Nâ
202Production d'alevin et poisson de consommationCentre de reproduction artificielle des carpes et hybrication
de Kpéwa
173,8  Production d'alevin et poisson de consommationCentre de reproduction artificielle des carpes et hybrication
de Kpodzi
  40,2  Centre d'alevinage 
de Toaga
  80,3  Centre d'alevinage 
de Agbofon
  40,21Centre d'alevinage 


4.1 Les espèces autochtones utilisées en pisciculture

Le tilapia, genre de poisson de la famille des Cichlidae, est le principal poisson de culture au Togo. Les espèces de ce genre élevées sont:

Tilapia nilotica, T. macrochir, T. zillii, T. galilaea

Le Tilapia nilotica est de loin, parmi ces quatre espèces, le plus estimé car sa croissance est très rapide. Il atteint parfois un poids de 45 à 70 grammes en 6 mois. D'autres espèces autochtones sont également cultivées mais uniquement à l'échelle expérimentale. Le tableau ci dessous énumèrent celles ci et résume l'état d'avancement des résultats pratiques acquis à ce jour.

TilapiaT. niloticaAkpavi+++ccc 
TilapiaT. macrochirAkpavi+++ccc 
TilapiaT. galilaeaAkpavi+++cc   
Silure blancChrysichthys nigrodigitatusBlolo++cc  essai
Silure noirClarias lazeraAdéwé++cc  essai
LabeoLabeo coubieAdegbokou c   essai
HeterotisHeterotis niloticusPan cccessai

1 caractère du taux de reproduction +++ = très bon, ++ = bon
2 caractère du taux de croissance ccc = très bon, cc = bon, c = médiocre

4.2 Espèces exotiques

La seule espèce étrangère cultivée au Togo est la carpe commune (Cyprinus carpio). Les premières importations de cette espèce datent de 1965 et proviennent d'Israël (carpe “miroir”) et l'Ouganda (carpe “cuir”), puis tout récemment en 1971 une soixantaine d'alevins ont été importés de la station d'Ibadan (Nigeria).

La première reproduction des carpes a été obtenue artificiellement par injection d'hormone hypophysaire à la station de Kpéwa en 1969. Malgré le nombre des oeufs pondus et le taux d'éclosion très élevés (70 pour cent environ) moins d'une centaine d'alevins seulement ont survécu après leur déversement dans les étangs d'alevinage. Cette perte proviendrait d'infections parasitaires.

La première reproduction naturelle n'aura lieu qu'en 1970 en août à septembre dans un étang de 75 ares à la station piscicole de Nâ (Sokode). Près de 718 carpillons ont été récoltés à la vidange qui a eu lieu en décembre 1970. Le poids moyen des carpillons à la capture était 16 grammes (60 carpillons/kilogramme).


5.1 Tilapia

La méthode utilisée est la méthode équienne. On dispose des étangs d'alevinage de 1 à 2 ares qui sont empoissonnés de géniteurs à raison de 12 femelles et 4 mâles de tilapia par are. Les alevins provenant de ces géniteurs sélectionnés servent à la mise en charge des étangs de production.

Les étangs de production sont mis en charge avec des alevins sensiblement de même âge a raison de 15 000 à 30 000/hectare. La durée d'élevage varie entre 5 et 6 mois. La récolte à généralement lieu dès que les poissons commencent à se réproduire.

Le poids moyen à la récolte est 50 grammes. Il atteint parfois, avec une alimentation intense et une bonne fertilisation, 60 à 75 grammes chez les T. nilotica et les hybrides (T. nilotica mâle x T. macrochir femelle).

5.2 Carpe

Pour la reproduction des carpes, on dispose des étangs d'alevinage de 3 ares dans lesquels on place des reproducteurs à raison de deux femelles pour 4 mâles. Les alevins obtenus sont élevés ensemble avec les tilapia. Leur moyenne de croissance pondérale mensuelle est de 40 grammes.

Reproduction des carpes a la station de Nâ (1970–1974)

Date de la reproductionPêcheNombre de carpillonsNombre de carpillons/kgObservation
Août70  7.12.70718  60 
Mai7117. 8.71  24110 
Septembre7120. 1.72   7  70 
Octobre71  1. 2.72   1   - 
Février72  8.  4.72  69130 
Février72  5. 5.72382115 
Mai7218.11.72188  55 
Juillet7431. 1.75218  50 


Les étangs sont rarement fertilisés du fait du manque de moyen financier pour l'achat et le transport des engrais. Les engrais utilisés sont le super-phosphate triple (30 kg/ha/mois) et le sulfate d'ammoniaque (40 à 50 kg/ha/mois). Les engrais organiques (compost) sont couramment employés pour la fumure des étangs.

La distribution d'aliment artificiel se fait quotidiennement à la dose de 400 kg/ha/mois en moyenne. Les aliments sont distribués soit à la volée ou sous l'eau sous forme de pâte dans une cuvette. Les aliments sont généralement composés de la drèche de bière de mil appelée Tchoucoutou, de la graine de coton concassée et tamisée ou non, des produits avariés du PAM tels que lait, sémoule, bulgure. On y ajoute souvent du son de riz et de la farine de poisson. La valeur nutritive des composés est de 2,13.

Aucune étude particulière n'a été faite dans les domaines des maladies et des effets de la pollution. Cependant il faut néanmoins signaler quelques actions, quoique peu inquiétantes, de la turbidité en début de périodes des pluies. C'est généralement en ces mêmes périodes qu'apparaissent le plus souvent des cas d'infection parasitaire dûs aux champignons.


Le développement de l'aquiculture au Togo réside dans des réalisations concrètes pouvant détruire les mauvais effets psychologiques engendrés parmi les paysans par les résultats des précédentes vulgarisations. Il faudra, pour cela, que l'Etat prenne des dispositions pour la réalisation de certains projets jusqu'ici restés lettre morte.

Il s'agit en effet dans un premier temps de:




A. Azouz
Directeur, I.N.S.T.O.P.
Carthage, Salammbô, Tunisie


Avec ses 100 000 ha de plans d'eau, de lagunes, de lacs et de réservoirs d'irrigation, la Tunisie possède un potential d'élevage important. Les rendements y sont actuellement peu élevés. Dans le but de satisfaire une demande toujours croissante en poissons, crustacés et mollusques, un programme de développement est mis en place. Il prévoit le développement et l'élevage de la carpe et du tilapia dans différentes zones continentales. En ce qui concerne l'aménagement lagunaire, il est prévu à la suite des expérimentations en cours (sur le mulet et la crevette) le développement d'élevage intensif et semi-intensif. Parallèlement on assiste à un développement de l'ostréiculture à partir de naissains importés. La mytiliculture sur table d'élevage se développe aussi.

L'ensemble de ces résultats est satisfaisant et laisse augurer d'un avenir favorable, compte tenu des possibilités locales.


Tunisia has 100 000 ha of coastal lagoons, lakes and reservoirs and an ever increasing demand for fish and shellfish. Accordingly, an aquaculture development programme has been established to exploit available water resources with an aim to meet the local market demand for these products. The programme foresees the development of carp and tilapia culture in selected inland areas, and mullets, shrimps, oysters and mussels in coastal lagoons. Preliminary results of extensive culture tests already underway have been satisfactory and a second development phase using more intensive culture techniques is planned in the future.


La Tunisie offre un milieu favorable aux potentialités très importantes pour l'aquiculture. Il existe près de 100 000 ha de plans d'eau répartis entre lagunes, lacs et réservoirs d'irrigation. La plupart de ces plans d'eau actuellement sous exploités, nécessitent une exploitation rationnelle pour contribuer efficacement à l'expansion du secteur de la pêche. Ceci est possible par l'amélioration des méthodes de pêche et l'adaptation d'un sytème adéquat d'ensemencement et d'élevage des espèces importantes.

En plus des étangs et sources d'eau douce ou légèrement saline, des barrages des puits artésiens non utilisés par l'agriculture à cause de la salinité, la Tunisie possède 80 000 ha des lacs d'eau saumâtre exploités par l'O.N.P. et dont le détail est le suivant:

Moyenne des prises par ha et par an pour les lacs de Tunisie selon les chiffres de 1961 à 1972

LacsSurfaces en haMoyenne totale annuelle des prises en tonnesMoyenne des prises en kg/ha/an
Tindja12 000  75 392  6,3
Bizerte15 000--
Char El Melh  4 000  49 44512,4
Tunis  5 000470 63294,1
Kelbia10 000  67 000  6,7
Hergla          1 000 (été)--
Khenis  2 700   5 69716,3
El Bibane30 000442 82614,8

Le tableau ci-dessus montre la sous exploitation des lacs en général.

Le lac Kelbia se déssèche parfois en été. De même le lac Hargla, faisant l'objet d'un projet d'aménagement et d'exploitation, contient beaucoup plus d'eau en hiver.


Le développement de la pisciculture en Tunisie s'effectue en collaboration avec le projet PNUD/FAO.

Des essais d'élevage de poissons en eau saumâtre, en eau légèrement saline et en eau douce ont été réalisés; des résultats encourageants ont été obtenus.

2.1 Elevage en eau saumâtre

L'élevage des mulets en eau saumâtre a commencé en 1973 avec un centre d'expérimentation situé à La Goulette. Ce centre comprend trois bassins d'une superficie totale de 22 ha environ; le premier bassin de 20 ha donne satisfaction du point de vue essais d'élevage du mulet; l'algue Ulva lactuca qui pose un problème d'oxygénation pour tout le lac de Tunis en été n'y existe pas; quant aux deux autres bassins (deux ha) après un bon départ surtout la première année où la taille du mulet est passée respectivement de 3 à 6 cm en deux mois de 6 à 12 cm en quatre mois et de 12 à 20 cm en neuf mois. Elle est donc passée de 3 à 30 cm en quinze mois; les conditions se sont révélées défavorables en été où on a assisté à une forte mortalité causée par l'élevation de la salinité suite à une évaporation intense, et la baisse de la teneur en oxygène provoquée par la décomposition de l'algue Ulva lactuca.

2.2 Elevage en eau légèrement saline

A la Station de l'Akarit (Gabès) a proximité d'un puits artésien fournissant de l'eau légèrement salée et non utilisable par l'agriculture, on a construit un bassin expérimental d'une superficie d'un ha environ où des alevins de mulets et des carpes adultes ont été stockés en août 1973.

Lors d'un contrôle en décembre 1974 on a fait un échantillonnage et des mensurations. Les résultats sont encourageants comme le montre le tableau suivant:

EspèceDate du stockagePoids moyen en août 1973Taille moyenne en août 1973Poids moyen en déc. 1974Taille moyenne en déc. 1974
MuletAoût 19731 kg3,5 cm170 g22,5 cm

Les carpes sont en bon état.

Avec l'aide du projet PNUD on envisage de passer du stade expérimental à celui de la production commerciale avec un plan d'eau de cinq ha.

2.3 Elevage en eau douce

C'est à la Station Ain Sellem (Gabès) placé sous la responsabilité de l'INSTOP depuis 1966 que s'effectuent les principaux développements.

Les résultats sur la reproduction naturelle et les expériences sur la ponte contrôlée ont été satisfaisants. Cette station constitue actuellement le centre de reproduction de la carpe en Tunisie et joue le rôle de pépinière pour les autres régions où la carpiculture est possible. Cette unité fait l'object d'un projet visant l'extension de l'infrastructure éxistant, l'aménagement de l'étang naturel et la construction de nouveaux bassins.

A la Station de Ras El Ain de Kebili (Gabès) qui comprend quatre petits bassins alimentés par une source naturelle ayant 98 g/l de seldes, essais d'élevage de carpe et de Tilapia ont été réalisés. Les résultats sont satisfaisants.

Enfin à la Station de Donz (Gabès) située en plein Sahara au milieu de l'oasis de Zaâfrana, un bassin de 3 300 m2 alimenté par une source naturelle d'eau douce a été empoissonée en 1973 avec de jeunes mulets et des carpes adultes. On a noté au cours des derniers contrôles une croissance normale pour les mulets. On a aussi noté la présence de jeunes carpes, ceci indiquant qu'il y a eu reproduction naturellement. Les résultats sont encourageants et permettent de penser à un possible développement de la carpiculture dans cette région. D'autres lacs et plans d'eau (Melleques, Besbassia, Habiba) ont fait l'objet d'essais d'empoissonnement avec des carpes, des tanches, de black-bass, truites et Tilapia.


Le fait que les côtes tunisiennes soient riches en crevettes royales (Penaeus kerathurus) nous a poussé à tenter l'essai de l'élevage de cette espèce.

Une première expérience a été réalisée dans le lac El Bibane du sud-est de la Tunisie par deux sociétés avec l'aide technique de l'INSTOP.

Actuellement un projet en cours de réalisation entre l'INSTOP et une Société au lac Ghar El Melh pour l'élevage de la crevette royale les premiers essais sont encourageants.

Etant donné que la production naturelle marine est limitée malgré la modernisation des méthodes de la pêche, la Tunisie compte beaucoup sur le développement de l'élevage de la crevette (les possibilités sont énormes et les essais sont encourageants dans ce domaine).

Des projets d'aménagement et d'agrandissement des stations existantes et qui ont donné satisfaction au stade expérimental sont à l'étude ou en voie de réalisation.

Les essais d'élevage actuels vont être intensifiés et étendus, d'autres essais seront également envisagés.

L'introduction des techniques nouvelles grâce à la coopération technique entre pays sont prises en considération.


Sur le plan économique national, un pays comme la Tunisie a besoin de développer au maximum toutes ses ressources. Un grand effort a été tenté dans le domaine des pêches et de l'exploitation de la mer. L'Office National des pêches a compris cette nécessité et a installé des parcs à huître et à moules. Du naissain d'huîtres portugaises Crassostrea angulata Lmk a été importé de France et d'Italie et mis en élevage. Desinstallations permanentes ont été construites. Par ailleurs des huîtres japonaises Crassostrea gigas ont été importées du Japon avec une taille de 2 à 3 mm et se sont bien développés dans les conditions du lac de Bizerte.

4.1 Elevage des huîtres

4.1.1 Population naturelle d'huîtres

Les gisements naturels d'huîtres en Tunisie sont dispersés. On peut les trouver un peu partout dans les eaux tunisiennes: dans le sud, au large de Gabès, dans l'estuaire de l'Oued Sourrak au sud de Gabès, dans la baie des Kenaïs, dans la rade de Sfax et dans le golfe de Tunis.

L'huître plate est abondante aussi dans la région de la Goulette et du Chenal de Tunis, les larves se fixent sur les installations portuaires, les bouées, les blocs de rochers qui protègent les parois du canal et les écluses du lac de Tunis. Dans la région de Bizerte, les huîtres sont très nombreuses dans le port avec les moules Mytilus galloprovincialis Lmk.

4.1.2 Essais d'ostréiculture effectués

Ils on été effectués dans différents endroits:

(a) Le lac de Bizerte

A partir de la présence spontanée de ces huîtres en divers points ces côtes tunisiennes nous avons jugé intéressant d'entreprendre l'élevage des huîtres et d'essayer de pratiquer l'ostréiculture en Tunisie. Nos essais portaient en particulier sur l'étude du cycle sexuel et sur la croissance des jeunes huîtres.

• Etude du cycle sexuel

Le cycle sexuel annuel d'Ostrea edulis L. a été étudié simultanément chez des individus provenant des stations naturelles du canal de Tunis, de la baie de Tunis, du port de Bizerte et chez les individus élevés dans les parcs expérimentaux du lac de Bizerte.

Les animaux ont fait l'objet d'examens macroscopiques (biopsies de la gonade) et d'examens microscopiques.


Cette étude n'apporte malheureusement que les données très fragmentaires sur cet important problème.

Individus âgés d'un à deux ans: tous les individus sont hermaphrodites simultanés. Il s'agit en fait de phases transitoires au cours d'un même cycle sexuel car, on a vu que chaque huître effectue au moins trois cycles sexuels entre mai et octobre. Chaque cycle commence par des phénomènes de spermatogénèse plus rapides alors que l'ovogénèse périphérique est plus lente. Il y a hermaphrodisme protrandrique et après l'évacuation des spermatozoïdes la plupart des follicules renferment seulement des oocytes qui achèvent leur croissance. Toutefois, l'étude in toto des animaux est indispensable car il n'y a aucune homogénéité dans les gonades des animaux et on trouve souvent des follicules à différents degrés de maturité. Per exemple à côté de certains animaux d'aspect purement femelle du fait de la disparition des spermatozoïdes, on trouve des follicules immatures ou les deux lignées germinales coexistent. Il ne semble pas que l'animal passe par une phase sexuelle mâle ou femelle distincte.

Chez quelques individus âgés (trois à quatre ans) l'intensité des phénomènes sexuels mâles semble se réduire, les individus se transforment en femelles fonctionnelles. Quelle que soit le stade du développement sexuel, on trouve chez ces individus uniquement des phénomènes d'oogénèse dans la plupart des follicules. Seule, la lignée germinale mâle se développe dans les follicules les plus périphériques. Enfin je signale que je n'ai jamais rencontré de mâles vrais et de femelles vraies. Je compte compléter ultérieurement cette étude en étudiant le comportement sexuel d'individus marqués chez lesquels on prélève périodiquement une fraction des gonades.

J'ai essayé d'étudier comparativement la croissance de Crassostrea angulata Lmk et Ostrea edulis L., placées dans les mêmes conditions d'élevage. Il était en effet très important de connaître la “vocation” du lac de Bizerte afin de permettre une meilleure rentabilité des parcs implantés par l'Office National des Pêches.

Crassostrea angulata Lmk

Ces essais confirment les expériences déjà entreprises en Tunisie dans la baie de Porto-Farina.

L'exploitation de l'huître portugaise est donc possible sur le plan commercial. L'Office National des Pêches de Tunisie est actuellement en train de développer cette culture à grande échelle à partir d'individus importés d'Arcachon.

Le fait que le lac de Bizerte soit protégé des mouvements du large, sa grande surface, sa salinité ne dépassant pas 34 pour mille sont autant de facteurs favorables qui permettront un bon développement de l'ostréiculture. Par ailleurs, d'après une série d'analyses bactériologiques effectué le 21 juin 1964 par l'Institut Pasteur de Tunis, les zones où sont implantés les parcs sont “salubres” au sens de la définition donnée par l'Institut scientifique et technique des pêches maritimes français et exemptes de Bacilles typhiques et Coli. Il n'y a donc pas besoin de prévoir de bassins d'épuration pour le reparquage, ce qui réduit la manutention et augmente la rentabilité de l'exploitation.

Toutefois, la haute salinité du lac de Bizerte ne permettra que l'élevage de l'huître portugaise et non sa culture. En effet, il n'y a pas de reproduction de cette espèce dans des stations où la salinité atteint 36 pour mille et la température 25°C, pendant la période d'émission des gamètes. Ceci est déjà connu en d'autres stations d'élevage de la Méditerranée comme pour l'Etang de Thau ou d'Adriatique comme la baie de Ston en Yougoslavie (Lubet 1961).

Il serait donc intéressant de reprendre ces essais de culture dans des zones où se déversent régulièrement de grandes quantités d'eau douce. Dans le lac de Porto-Farina, on peut observer un gradient de salinité dû aux apports de l'Oued Medjerdah Dantan et Heldt (1932) avaient pu, dans cette station, réaliser la fixation de jeunes larves de Crassostrea angulata Lmk, sur des substrats. Ces essais seront repris bientôt grâce au concours de l'Office National des Pêches et de l'Institut Océanographique de Salammbô.

Ostrea edulis L.

Les huîtres plates prélevées dans la région de Tunis sont à déconseiller pour l'élevage. En effet, ces individus ont souffert et ont eu un début de croissance irrégulier dû à la turbidité de l'eau au voisinage des stations de fixation.

Par ailleurs, d'après ce que l'on sait de la biologie d'Ostrea edulis, on voit que les gisements naturels d'huîtres plates se trouvent toujours en Méditerranée à une certaine profondeur dans des zones où les conditions hydrologiques sont relativement stables. Dans le golfe de Tunis, des gisements se trouvent à partir d'une dizaine de mètres et la température ne dépasse jamais à cette profondeur 20°C. Or dans le lac de Bizerte, les température estivales de surface sont considérablement plus élevées. Les huîtres plates sont donc sténothermes, alors que les huîtres portugaises sont eurythermes. Il ne semble pas que l'on puisse mettre en cause l'importance de l'apport nutritionnel car les huîtres portugaises qui filtrent une plus grande quantité d'eau se développent mieux qu' Ostrea edulis.

Il faut toutefois continuer ces essais sur plusieurs années car l'été 1964 a été particulièrement chaud.

Le comportement des individus provenant de Tarente (Italie) viendrait confirmer cette hypothèse de travail concernant l'influence létale de la température estivale sur le développement d'Ostrea edulis, la croissance de ces individus est particulièrement importante pendant les mois de printemps où la température des eaux ne dépasse pas 19°C. Dès que la température de l'eau dépasse 26°C, il y a mort des individus.

(b) Le lac de Ghar El Melh

L'étude hydrologique du lac de Bizerte a montré que la salinité assez forte des eaux de ce lac, 34 g/l en moyenne annuelle (Azouz 1966), ne permet pas la culture des huîtres portugaises mais seulement leur élevage à partir du naissain.

Afin de pallier à cet état de fait et obtenir du naissain sur place, nous avons pensé à exploiter le lac de Ghar El Melh (ex Porto-Farina) vu sa proximité de l'embouchure de l'Oued Madjerdah. Ce lac qui couvre une superficie d'environ 3 000 ha communique avec la mer par un canal de 50 mètres de large que est souvent dragué pour éviter son comblement. Actuellement, l'Office National des Pêches l'exploite pour la pêche des poissons (mulets, loups daurades, anguilles et soles) au moyen de pêcheries fixes ou “bordigues”. Le rendement annuel est de l'ordre de 20 à 25 tonnes.

Dans les années 1930, le lit de l'Oued Medjerdah au sud du lac, était relié par plusieurs sebkhas et lagunes. Celles-ci, pour la plupart disparues par suite de l'envasement, étaient inondées au moment des crues, les eaux de l'oued se répandaient ainsi chaque année dans le lac. Par ailleurs, le lac, à cette époque, était largement ouvert sur la mer par une brêche de 500 à 1 000 m suivant les périodes, ce qui favorisait l'échange entre le lac et la mer brassée par les eaux douces de l'oued. Dantan et Heldt en 1932 ont pu réaliser la fixation des larves d'huîtres portugaises; on trouve encore dans le lac d'énormes coquilles. Ce sont ces expériences qui nous ont amené à entreprendre, en 1966, des essais d'ostréiculture.

Des reproducteurs d'huîtres portugaises (Crassostrea angulata Lmk) ont été prélevés dans le lac de Bizerte et reparqués dans le lac de Ghar El Melh au début au mois de juin, période de leur reproduction. Des collecteurs de naissain constitués de briques chaulées et de chaînes de coquillages de bivalves ont également été suspendus.

Un premier contrôle, effectué au mois d'août, a permis de constater la fixation de milliers de larves d'une taille de 0,8 cm. A la fin du mois de septembre, ces jeunes ont atteint la taille de 1,46 cm, ce qui prouve qu'ils se sont développés dans de bonnes conditions. Au mois de novembre, après cinq mois de croissance, les jeunes huîtres ont atteint une taille de 2,32 cm, certains individus dépassant même 3 cm de longueur.

Malheureusement, en hiver, ces jeunes huîtres ont souffert de la forte salinité qui dépassait 40 g/l alors qu'au début de l'été elle oscillait aux environs de 30 g/l. Ainsi, le naissain, s'il a pu résister à la mort, ne s'est pas développé.

Pour permettre l'exploitation du lac sur une grande échelle au point de vue culture des huîtres, il est nécessaire d'envisager la possibilité de la déviation d'une partie du cours de l'Oued Medjerdah afin que ses eaux se déversent directement dans le lac. La réalisation de ce projet est facilitée par l'existence de la sebkha Ouali ou Koukou, à la périphérie sud du lac qui n'est séparée du lit de l'oued que par une cinquantaine de mètres.

4.2 Mytiliculture

Il existe des parcs à moules Mytilus galloprovincialis dans le lac de Bizerte. Ces parcs sont conçus selon le système pratiqué à Sete en France; les jeunes moules sont placées par paquets entre des cordes entrelacées; ainsi les moules continuent leur poussée tant en restant fixées les unes aux autres par leur byssus.

Les jeunes moules se trouvent fixer sur les coquilles des adultes, les bouées ou les épaves.

4.3 Engraissement des Palourdes

Dans le le lac de Bizerte et la région de Sfax on pratique l'engraissement des palourdes Tapes decussatus qui existent à l'etat naturel dans la région de Sfax et dans le canal de Tunis.

Previous Page Top of Page Next Page