Page précédente Table des matières Page suivante


Les ressources du pin noir (Pinus nigra Arn.) en Albanie[36] (Maxhun Dida[37] - Fulvio Ducci[38] - Gazmend Zeneli[39])

INTRODUCTION

Les ressources forestières de l’Albanie couvrent une superficie d’environ 1.025.000 hectares, soit 34% de la superficie totale, avec une réserve de 84 000 000 de mètres cubes. Cette même superficie était de 1 034 300 (36% du territoire national) avant 1993 (Anonyme, 1998). En effet, depuis cette année-là, 300 - 400 hectares ont disparu chaque année en raison des feux de forêt et d’autres causes dues aux activités humaines. Les activités de reboisement sont devenues plus intensives durant la période 1961 - 1990, lorsqu’environ 190.000 hectares ont été plantés. Depuis 1992, ces activités se sont pratiquement interrompues.

Plusieurs écosystèmes forestiers sont présents selon l’altitude et la distance de la mer. Ceux-ci sont dominés principalement par les essences forestières suivantes (Llubani et Habili, 1988):

Pins méditerranéens, dont P. halepensis, P. pinaster, P. pinea, et

P. nigra (< 5% de la superficie totale)

P. heldreichii (11%)

Abies alba (2%)

Ecosystèmes composés d’arbustes et de petits arbres, Arbutus unedo, Erica sp., Carpinus sp., Corylus sp. et Ostrya carpinifolia (25%)

Chêneraies, (32%)

Marronnier, Castanea sativa, (1%)

Forêts de feuillus mélangés, Acer sp, Fraxinus sp. (8%)

Forêts de hêtres, Fagus sylvatica (17%)

Compte tenu du grand intérêt manifesté en Albanie pour les ressources génétiques du pin noir (Pinus nigra), l’Institut de recherche forestière de Tirana a lancé un programme d’évaluation et de conservation de cette espèce. Comme première mesure, on présente ici un zonage génécologique avec la répartition des peuplements naturels de pin noir, leurs principales caractéristiques écologiques et leur état de conservation actuel (voir détails de la méthodologie dans Graudal, 1997).

TAXONOMIE

Selon Vidakovic (1992), les populations de pin noir de l’Albanie appartiennent à l’espèce pallasiana de Pinus nigra (Arn.). Mais les peuplements naturels en Albanie ne sont que partiellement homogènes et, si l’on en juge par la variation phénotypique, ils appartiennent à différentes sous-espèces. Il y a lieu de noter que les Balkans sont la région où plusieurs sous-espèces de Pinus nigra sont présentes, réparties comme suit:

En général, il y a peu de données scientifiques qui démontrent la présence de sous-espèces autres que “pallasiana”, étant donné que la taxonomie de ces sous-espèces n’est pas claire et que les frontières géographiques entre elles n’ont pas été clairement définies. Il est nécessaire de procéder à une étude de cette variation, car cela permettra de caractériser plus facilement les meilleures provenances de Pinus nigra et sera utile pour le reboisement en Albanie.

RÉPARTITION DU PIN NOIR EN ALBANIE

Le pin noir, Pinus nigra figure parmi les espèces les plus importantes en Albanie. Il occupe une superficie de 110 520 hectares, soit 10,5% de la surface forestière totale. Actuellement, l’aire naturelle du pin noir est très fragmentée. Le pin noir affiche une forte variation en ce qui concerne la répartition en altitude. On le trouve de 300 à 1 850 m au-dessus du niveau de la mer, où il constitue des forêts pures ou mélangées avec d’autres conifères ou des feuillus, selon les zones phytoclimatiques. L’altitude optimale est entre 800 et 1 500 m. Les populations naturelles de pin noir de l’Albanie affichent une forte variation dans la morphologie et les caractéristiques relatives à la croissance, qui ne peut être expliquée sans se référer à la différenciation génétique possible dans les sous-espèces ou les écotypes.

Les peuplements les plus importants de pins noirs se trouvent dans la partie septentrionale de la zone montagneuse centrale, notamment Kukes (Surroj, Aren, Laku i Thive), Diber (Lure, Mali i Bardhe), Puka (Tuc, Kunore-Dardhe Livadhi i Kabashit), Mirdite (Orosh), Mat (Balgjaj), Kruje (Qafe Shtame) (voir Figure 1). Le pin noir n’est présent que dans de petites populations éparpillées dans les zones montagneuses du nord et du sud de l’Albanie, dont Malesi e Madhe (Vukel - Niksh, Razem), Tropoje (Lugina e Valbones), Vlore, (Llogara), Erseke (Radat Germenje) et Gjirokaster (Pillua).

Figure 1: Carte de l’Albanie montrant la répartition de Pinus nigra

CONDITIONS ÉCOLOGIQUES

Généralement, le pin noir tolère les étés secs, la neige en hiver et de fortes variations pour ce qui est des températures et des précipitations. Le pin noir albanais préfère habituellement les sols serpentins dolomitiques, avec quelques exceptions. Dans certaines parties des zones montagneuses du nord et du sud, certains peuplements se développent sur des sols dérivés du calcaire. On a repéré une population poussant sur des sols dérivés du gypse (Mali i Grames). Le pin noir est donc une espèce à très grande amplitude édaphique présent sur des sols très différents.

Tableau 1 - Principales caractéristiques environnementales des peuplements de pin noir (Pinus nigra Arn) en Albanie


Zone montagneuse nord

Zone montagneuse centre

Zone montagneuse sud

Zone montagneuse sud

Roche-mère

Calcaire

Calcaire, ultrabasique, sédimentaire

Calcaire, ultrabasique, sédimentaire

Calcaire, ultrabasique

Sol

Forestier gris foncé

MP.KM (marron)

MP.KM

MP.KM

Altitude (m)

1.000 - 1.200

900 - 1.300

900 - 1.300

900 - 1.300

Facteur climatique

Iva

IV bc

IV bc

IV-cd

Température annuelle moyenne

6.8°- 8.6° C

7.7° - 8.6°

7.7°- 8.6° C

10.6° - 11.3° C

Température moyenne du mois le plus chaud

15.0° - 17.5° C

15.4° - 18.2° C

15.4° - 18.2° C

19.8° - 21.5° C

Température moyenne du mois le plus froid

- 2.2° - 1.1° C

- 0.2° - 2.9° C

- 0.2° - 2.9° C

1.9° - 3.2° C

Température minimale absolue

-22.0° - -16.2 C

-17° - -14° C

17° - -14° C

-12° C

Humidité

50 ÷ 7 %

-

-

-

Pluviosité annuelle (mm)

2.500 - 2.637

1.120 - 2.000

1.120 - 2.000

2.000

Epaisseur de la neige

150 cm

100 cm

100 cm

40 cm

Jours de gel

100 - 120

90 - 100

90 - 100



D’un point de vue phytoclimatique, la majorité des peuplements purs de pins noirs en Albanie pousse dans la zone de Fagetum. En concurrence avec le hêtre (Fagus sylvatica), le pin noir occupe les sols moins productifs. Dans la zone supraméditerranéenne, qui comprend les populations de Terbun, Livadhi i Hamtit, Kacinar et Orash jusqu’à Qafe-Shtame (voir Figure 1), le pin noir atteint sa productivité optimale. Il s’agit principalement de peuplements purs, mais dans certains cas, les peuplements sont mélangés avec le hêtre (Fagus sylvatica) ou le chêne (Quercus spp.). Les peuplements mélangés poussent dans les limites les plus basses de la région et sont bien développés avec une productivité élevée. Cela a conduit à des pressions pour une utilisation plus forte. Dans ses limites supérieures, le pin noir forme des peuplements mélangés avec le sapin argenté (Abies alba), Pinus peuce et Pinus heldreichii. Le pin noir pousse également dans la zone de Quercetum, mélangé avec Quercus robur, Q. frainetto ou des érables (Acer spp). Même si le pin noir n’est pas une espèce typique de cette zone, on le trouve en association avec des arbustes tels que Erica arborea et Arbutus unedo.

La situation générale des peuplements de pin noir est relativement bien connue et a été documentée en Albanie avant 1990. Les peuplements naturels équiennes étaient dans des conditions relativement bonnes, avec des densités du couvert allant de 0,3 à 1,0 et un diamètre et une hauteur moyens variant selon le site (Llubani., Habili, 1988). Les meilleures conditions ont été signalées à partir de la forêt de la zone supraméditerranéenne de Orosh, avec une densité du couvert de 0,7, un diamètre moyen de 30 cm et une hauteur moyenne de 30 m. A Kukes Surroj et Diber Lure, zone montagneuse du nord, les diamètres vont de 38 à 34 cm et la hauteur est de 18 m en moyenne.

A Ersek Germenj, zone montagneuse du sud, la densité du couvert du pin noir était un peu plus faible que dans les populations mentionnées ci-dessus, mais l’éventail des dimensions était plus large.

PRODUCTIVITÉ DES FORÊTS DE PIN NOIR ET PROBLÈMES RELATIFS À L’ESPÈCE

D’après la carte des forêts d’Albanie (Llubani, Habili, 1988), les zones les plus productives pour les forêts de pin noir en Albanie se trouvent dans la zone nord, près du 42e parallèle, où l’augmentation moyenne par an et par hectare est d’environ 1,8 mètre cube. Là, le pin noir représente environ 32% de la production totale de bois. Une autre zone où la productivité moyenne est élevée est la région montagneuse près du lac Iohrit, avec une augmentation annuelle moyenne d’environ 1,8 et 3,1 mètres cubes par an et par hectare. Dans cette zone, le pin noir représente environ 5% de la production totale de bois. Une autre région productive est celle des peuplements de Ballabanove et de Germanj, où l’augmentation moyenne annuelle est en général, respectivement, d’environ 2,1 et 1,8 mètres cubes. Les forêts de pin noir assurent respectivement 24% et 1% de la production totale dans cette région.

La productivité moyenne la plus basse a été enregistrée dans les peuplements près de la zone du lac Banjes: 1,1 mètre cube par an et par hectare. Là, le pin noir assure 15% de la production totale. Dans les peuplements situés près de Korca, la productivité est de 1,0 mc/an/ha, et Pinus nigra représente 20% de la production totale.

On a estimé que le taux de récolte du pin noir en Albanie durant les dix dernières années était d’environ 3.000 - 4.000 ha par an. Actuellement, les opérations de reboisement ne correspondent pas à ce chiffre. Les forets de conifères, parmi lesquelles figure le pin noir, sont également influencées négativement par le très grand nombre de coupes illégales pour les matériaux de construction, en particulier près des villages et au bord des routes (Anonymous, 1998). Le surpâturage et les feux causent aussi des dégâts. Selon des informations portant sur six années, les feux de forêt détruisent de 250 à 400 hectares par an (Anonymous. op. cit.).

Outre ces problèmes dus aux pressions exercées par l’homme, Thaumetopea spp. (processionnaire du pin) a affecté environ 16% de la surface forestière. En 1994, ce ravageur a infesté quelque 70.000 hectares, avec des attaques d’une intensité allant de 5 à 95%.

CONCLUSION

Les peuplements naturels de pin noir en Albanie représentent une ressource génétique importante qui n’a pas encore été étudiée et est encore relativement bien conservée. La répartition couvre plusieurs zones écologiques et, peut-être, un certain nombre d’écotypes ou de sous-espèces.

La conservation in situ du pin noir en Albanie doit être améliorée, et les peuplements ont besoin d’une protection supplémentaire contre un certain nombre de menaces, principalement d’origine humaine; elles sont particulièrement lourdes dans les zones où les routes favorisent la coupe illégale liée à l’expansion urbaine.

La récolte peut aussi être positive quand elle est bien gérée, et lorsqu’elle permet la régénération naturelle; toutefois, l’intensité de la coupe devrait être strictement contrôlée.

Les questions ci-dessus méritent d’être approfondies. La Station publique de recherche forestière de Tirana prévoit de lancer un certain nombre de programmes pour la conservation et la gestion améliorée du pin noir en Albanie, y compris des études en sylviculture, génétique et amélioration des arbres.

RÉFÉRENCES[40]

Anonymous, 1998. The situation of Forests and Protected Areas. Found on Internet for Albania. cep@cep.tirana.al

Dano K., 1996. Studim mbi evidencimin e resurseve gjenetike te disa llojeve drunore kryesore te vendit tone dhe konservimi i tyre. Universiteti Bujqesor i Tiranes

(Dizertacion) 131 fq.

Graudal, L, Kjaer, E., Thomsen, A. and Larsen, A.B. 1997. Planning National Programmes for Conservation of Forest Genetic Resources, Technical Note No. 48, December 1997, 58 pp.

Lako Th. 1994. Permiresimi gjenetik i pishes se zeze. Cikel leksinesh per studentet e Fakultetit te Pyjeve.

Llubani F., Habili D., 1988. Forest Map of PSR of Albania. Stacioni pyjeve dhe kulturave etherovajore, Tirane.

Mitrushi, I.1955. Druret dhe shkurret e Shqiperise. Instituti i Shkencave 604 Fq.

Balla R., Dermani.V. and Karadumi S., 1986.Pyllezimet.

Note de l’éditeur: un certain nombre d’essais de provenances de Pinus nigra ont été mis en place partout dans le monde, mais il n’a pas été possible d’en trouver qui contiennent des provenances de l’Albanie (voir par exemple Miller J.T. et Thulin I.J. 1967. The early performance of Pinus nigra in New Zealand provenance trials. Research Leaflet No. 18, June 1967, Forest Research Institute Rotorua, (46 provenances, 8 countries); Wright J.W. and Bull, W.I. 1962. Geographic Variation in European Black Pine-Two Years Results, Forest Science, Vol. 8, No. 1; 33-42 (29 provenances, 6 countries)).

Voir aussi: FAO (1997) Directory of Seed Sources of the Mediterranean Conifers. Silva Mediterranea Network. FAO, Rome, Italie 118 pp.


[36] Reçu en mai 2001. Original: anglais
[37] Instituti i Kerkimeve Pyjore dhe Kullotave, Tirana, Albania, mél: ikpk@anep.al.eu.org
[38] Coord. Iufro WG 20213 - Istituto Sperimentale per la Selvicoltura, Arezzo, Italie. Mél: ducci.fulvio@technet.it
[39] Instituti i Kerkimeve Pyjore dhe Kullotave, Tirana, Albania, mél: ikpk@anep.al.eu.org
[40] Un certain nombre de références ne sont disponibles qu’en albanais.

Page précédente Début de page Page suivante