Département économique et social

 système mondial d'information et d'alerte rapide sur l'alimentation et l'agriculture

 perspectives alimentaires
No. 4 Rome, décembre 2004

Page pécédenteTable des matièresPage suivante

faits saillants

DONNÉES DE BASE SUR LA SITUATION CÉRÉALIÈRE MONDIALE

Situation de l’offre et de la demande des céréales

Blé

Céréales secondaires

Riz

EL NIÑO - OSCILLATION AUSTRALE (ENOA)

Viande et produits carnés

Lait et produits laitiers

Graines oléagineuses, huiles et tourteaux

Consultation sur les bananes

Sucre

Consultation sur le sucre

ANNEXE STATISTIQUE

NOTE SUR LES STATISTIQUES

Consultation sur les bananes

Impact des politiques des pays de l’OCDE
sur les pays en développement

La Division des produits et du commerce international de la FAO a organisé une consultation informelle d’experts en vue d’examiner les études qui avaient trait aux débats et négociations en cours sur les réformes relatives aux politiques d’importation de la banane dans les pays de l’OCDE. Cette consultation avait pour objet de contribuer à la tenue d’un débat plus informé sur les réformes des politiques commerciales dans ces pays, en particulier sur l’introduction proposée d’un système de tarif unique dans l’UE à compter de janvier 2006, qui remplacera le système actuel fondé sur des tarifs et des quotas d’importation différents. Le nouveau système signifierait qu’un seul tarif extérieur serait appliqué avec, toutefois, un traitement préférentiel pour certains fournisseurs du Groupe des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). Les débats ont porté notamment sur le niveau auquel il conviendrait de fixer le tarif d’importation pour que les différents fournisseurs puissent continuer d’avoir accès au marché de l’UE, en particulier les fournisseurs ACP bénéficiant du traitement préférentiel.

Les principales conclusions de la Consultation ont été les suivantes:

Le calcul de l’équivalent tarif dépend de l’objectif, lequel pourrait être de maintenir les importations en provenance de l’Amérique latine à leur niveau actuel, de maintenir la part du marché des pays ACP, ou encore de maintenir les prix de la banane dans l’UE, etc. Il semble peu probable qu’il existe un équivalent tarif qui permettrait de maintenir le statu quo.

Les modèles économétriques utilisés pour déterminer l’équivalent tarif et examinés dans le cadre de la consultation ont des structures similaires mais diffèrent considérablement dans les hypothèses qu’ils énoncent (valeur et répartition de la rente liée aux quotas, élasticité de l’offre, taux de change et tendance de la demande dans l’UE) et leurs résultats.

La méthode de l’analyse des écarts de prix (qui fonde l’estimation de l’équivalent tarif sur l'écart qui existe entre les prix à l’exportation des bananes d’origines diverses) semble fournir une plus petite gamme d’équivalents tarifs que la méthode économétrique. Toutefois, ses résultats dépendent dans une large mesure du choix des “prix extérieurs”.

Les deux méthodes présupposent une concurrence parfaite, alors que dans la pratique, le commerce de la banane est dominé par un petit nombre de grandes sociétés internationales. Il conviendrait de tenir compte de la structure du marché lors du calcul de l’équivalent tarif et de ses incidences sur les fournisseurs.

Le groupe des pays ACP n’est pas un groupe homogène. Des différences considérables existent entre eux en termes de compétitivité et de capacité de l’offre. Par conséquent, la réforme du système applicable à la banane dans l’UE aura des impacts très différents sur les divers pays.

Il est peu probable qu’un seul instrument de politique générale préserve les intérêts de toutes les parties prenantes.

Pour de plus amples renseignements sur la Consultation, prière de contacter: Pascal.Liu@fao.org

Page pécédenteTable des matièresPage suivante

 

 Département économique et social

Contexte

Exonération

©FAO, 2004