SYSTEME MONDIAL D'INFORMATION ET D'ALERTE RAPIDE SUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE DE LA FAO
PROGRAMME ALIMENTAIRE MONDIAL

RAPPORT SPÉCIAL

MISSION FAO/PAM D'ÉVALUATION DES RÉCOLTES

ET DES DISPONIBILITÉS ALIMENTAIRES EN ÉTHIOPIE

28 janvier 2005

-------

Faits saillants

  • Selon les prévisions, la production de céréales et de légumineuses de la campagne meher de 2004 atteindrait 14,27 millions de tonnes, soit 24 pour cent de plus que les estimations révisées de l'année précédente et 21 pour cent de plus que la moyenne des cinq dernières années.
  • Les pluies intensives, l'utilisation accrue d'engrais (en hausse de 20 pour cent) et la progression de 30 pour cent du recours aux semences améliorées, en particulier de maïs et de blé, ont stimulé les rendements dans les grandes régions productrices.
  • En dépit de la bonne récolte, quelque 2,2 millions de personnes exposées à l'insécurité alimentaire aiguë auront besoin d'une aide alimentaire d'urgence pour satisfaire leurs besoins alimentaires minimaux en 2005. Ce chiffre s'ajoute aux 5 millions de victimes de l'insécurité alimentaire chronique qui recevront des vivres et des allocations en espèces au titre du nouveau Programme de protection sociale fondé sur les activités productives (PPSAP) qui démarrera en 2005.
  • La situation est particulièrement préoccupante dans les zones pastorales de l'est et du sud du pays, où la sécheresse persistante a entraîné de graves pénuries d'eau et de fourrage. Des précipitations irrégulières et mal réparties ont aussi été enregistrées dans certaines zones du centre et du nord, ce qui s'est répercuté sur les rendements de toutes les cultures.
  • Les besoins d'aide alimentaire d'urgence sont estimés à 387 500 tonnes environ. Des distributions de compléments alimentaires destinées spécifiquement à 700 000 enfants de moins de cinq ans et à 300 000 femmes enceintes et mères allaitantes nécessiteront 89 000 tonnes d'aliments composés enrichis et d'huile végétale.
  • La commercialisation au moment voulu et le transport des produits seront des questions vitales en 2005. Il est recommandé d'acheter l'aide alimentaire sur place, dans la mesure du possible, afin d'aider les marchés intérieurs.

1. VUE D'ENSEMBLE

Une mission FAO/PAM d'évaluation des récoltes et des disponibilités alimentaires s'est rendue en Éthiopie du 8 novembre au 8 décembre 2004 pour estimer la production de céréales et de légumineuses de la campagne principale meher, réviser les dernières estimations des récoltes de la campagne meher de 2003 et de la campagne secondaire belg de 2004, établir les prévisions pour la campagne belg de 2005, évaluer la situation globale des approvisionnements alimentaires et estimer les besoins d'importation de céréales, y compris l'aide alimentaire requise pour la campagne commerciale 2005 (janvier/décembre). Accompagnée par des experts du Ministère fédéral de l'agriculture et du développement rural ainsi que d'un observateur de l'UE, la Mission, divisée en six équipes, s'est rendue dans cinquante zones et woredas (districts) sur vingt jours, dans toutes les régions productrices de céréales. Parallèlement aux équipes d'évaluation des récoltes mais pendant une période plus longue, 23 équipes dirigées par la Commission de prévention et de préparation des interventions en cas de catastrophe (DPPC) du gouvernement et comprenant des personnels du PAM, des organismes donateurs bilatéraux et des ONG, se sont rendues dans des localités marginales et des zones et districts vulnérables pour évaluer la situation actuelle et future en matière de sécurité alimentaire.

Les équipes d'évaluation ont obtenu des bureaux agricoles des districts, des zones et des régions des données relatives à la superficie ensemencée et aux rendements de toutes les principales cultures vivrières et elles les ont rapprochées des renseignements recueillis auprès des agriculteurs, des négociants, du personnel de projet des ONG et des donateurs ainsi que des données de télédétection fournies par les systèmes d'alerte rapide. Au cours de leurs déplacements, les équipes ont inspecté les cultures, effectué des coupes-échantillons, réalisé des enquêtes de marché, observé l'état du bétail et noté l'état des cultures sur des transects afin de vérifier les données dont elles disposaient. Si nécessaire, elles ont révisé les prévisions concernant les rendements pour tenir compte de renseignements plus variés et plus récents.

Dans l'ensemble, les résultats de la campagne meher de 2004 sont meilleurs que ceux de l'année précédente du fait de l'amélioration des rendements et de la progression de la superficie cultivée dans les principales zones de production. Malgré l'insuffisance générale des pluies belg en 2004 et le démarrage étalé dans le temps de la campagne meher dans l'ensemble du pays, des conditions plus favorables ont été constatées plus avant dans l'année et des précipitations ont été ensuite enregistrées jusqu'en octobre/novembre en de nombreux endroits. Ainsi, les agriculteurs ont pu tirer parti des meilleures disponibilités d'intrants et de l'absence de migrateurs nuisibles pendant l'année.

La bonne pluviosité dans les hautes terres du centre et dans les zones pastorales situées à l'ouest du pays a augmenté les disponibilités de fourrage et d'eau, amélioré l'état du bétail, réduit le taux de mortalité des jeunes bêtes et évité la migration précoce et hors saison des troupeaux. Toutefois, les zones pastorales de la région de Somali et les zones australes de la Région des nations, nationalités et populations du Sud (SNNPR) et d'Oromiya ont été moins avantagées jusqu'à l'arrivée des pluies dernièrement et on signale des pénuries d'eau et de fourrage, d'où certains problèmes qui doivent être suivis de près. Dans le nord-est, où l'on ne prévoit pas de pluies tardives, on s'attend à la migration précoce du bétail hors de l'Afar, le long des frontières Afar-Amhara et du Tigré sud.

Dans l'ensemble, la Mission établit la production totale de céréales et de légumineuses de la campagne meher à 14,27 millions de tonnes, soit environ 24 pour cent de plus que les estimations post-récolte établies l'année dernière par le Ministère de l'agriculture et du développement rural et 21 pour cent de plus que la moyenne des cinq années précédentes. La récolte belg devant atteindre, selon les prévisions, 250 000 tonnes en 2005, les disponibilités intérieures totales de céréales et de légumineuses sont estimées à 14,59 millions de tonnes. De ce fait, les besoins d'importations céréalières du pays en 2005 devraient se monter à 117 000 tonnes environ.

Les fluctuations des prix des céréales constatées en 2004 ont suivi un schéma saisonnier classique, à savoir un recul constant mois après mois des prix des céréales peu après le début de la campagne principale meher (septembre-janvier) et une augmentation pendant les mois précédant la récolte (juillet-septembre). Comme à l'ordinaire, les prix des céréales devraient fléchir lorsque l'afflux de céréales sur les marchés culminera, de la mi-janvier environ à février 2005. La poursuite et l'intensification des achats locaux de céréales pour couvrir les besoins d'aide alimentaire, qui se sont élevés en moyenne à 200 000 tonnes environ ces quatre dernières années, permettront de raffermir le marché céréalier. Il serait aussi possible de reconstituer considérablement les stocks à tous les niveaux.

Pour la première fois dans l'histoire des appels visant à mobiliser une aide alimentaire pour l'Éthiopie, on établit une distinction entre les besoins des victimes de l'insécurité alimentaire chronique et ceux des personnes touchées par l'insécurité alimentaire aiguë. Quelque 2,2 millions de personnes exposées à l'insécurité alimentaire aiguë auront besoin d'une aide alimentaire d'urgence en Éthiopie pendant l'année. En outre, quelque 683 000 personnes vivant dans la région de Somali et 250 000 personnes vivant dans la région de l'Afar, qui finiront par bénéficier du programme de protection sociale, nécessiteront une aide alimentaire d'urgence au premier semestre 2005. Au total, les besoins d'aide alimentaire d'urgence pour 2005 sont donc estimés à 387 500 tonnes. Le Programme de protection sociale fondé sur les activités productives (PPSAP), qui est un nouveau programme pour la sécurité alimentaire, vise à résoudre les besoins à long terme en matière de sécurité alimentaire et devrait atteindre en définitive 5 millions de personnes exposées à l'insécurité alimentaire chronique en 2005, par le transfert d'allocations en espèces et de vivres.

Ainsi, alors que le nombre total de personnes visées par l'aide n'a pas radicalement changé par rapport à l'an dernier, le nombre relevant désormais de la catégorie de l'aide alimentaire d'urgence a considérablement diminué. Les transferts au titre de la protection sociale au profit des populations pastorales dans les régions de l'Afar et de Somali devraient commencer plus tard dans l'année et le programme d'urgence couvrira la totalité des besoins alimentaires des deux régions pour le premier semestre 2005.

Les résultats des enquêtes nutritionnelles menées par le Gouvernement et des ONG dans les districts les plus touchés dans l'ensemble du pays en 2004 montrent que le taux moyen de malnutrition globale aiguë est de 9,6 pour cent, alors que le taux de malnutrition aiguë est de 0,9 pour cent. Depuis mars 2004, une alimentation complémentaire est destinée spécifiquement aux enfants souffrant de malnutrition et aux femmes enceintes et mères allaitantes de la SNNPR, dans le cadre de la Stratégie d'aide renforcée lancée conjointement par le PAM, l'UNICEF et le Gouvernement éthiopien pour les interventions en faveur de la survie des enfants. Le programme est actuellement élargi à plusieurs autres régions et en 2005, il devrait s'adresser à 6,8 millions d'enfants âgés de 6 à 59 mois dans plus de 320 districts touchés par la sécheresse (districts bénéficiant de l'aide d'urgence et de la protection sociale). Selon les estimations, environ 700 000 enfants souffrant de malnutrition et 300 000 femmes enceintes et mères allaitantes auront besoin d'une aide alimentaire complémentaire en 2005 au titre de cette stratégie, les besoins se montant à 89 000 tonnes d'aliments composés enrichis et d'huile végétale.

Le présent rapport a été établi par W.I. Robinson et L. Lachaal, et Deborah Hicks, sous la responsabilité des Secrétariats de la FAO et du PAM à partir d'informations provenant de sources officielles et officieuses. La situation pouvant évoluer rapidement, prière de s'adresser aux soussignés pour un complément d'informations, le cas échéant.

Henri Josserand
Chef, SMIAR, FAO, Rome
Télécopie: 0039-06-5705-4495
Mél: giews1@fao.org
Holdbrook Arthur
Directeur régional, ODK, PAM
Télécopie: 00256-31242500
Mél: Holdbrook.Arthur@wfp.org

Veuillez noter qu'il est possible d'obtenir le présent Rapport spécial sur le site Internet de la FAO (www.fao.org) à l'adresse suivante: http://www.fao.org/giews/

Il est également possible de recevoir automatiquement, par messagerie électronique, les Alertes spéciales et les Rapports spéciaux, dès leur publication, en souscrivant à la liste de distribution du SMIAR. À cette fin, veuillez envoyer un message électronique à l'adresse suivante: mailserv@mailserv.fao.org sans rien écrire dans la ligne "sujet" et en indiquant le message suivant:

subscribe SMIARAlertes-L

Pour être rayé de la liste, envoyer le message:

unsubscribe SMIARAlertes-L

Veuillez aussi noter qu’il est possible de s’inscrire à des listes régionales pour recevoir des rapports spéciaux par région : Afrique, Asie, Europe, Amérique latine (GIEWSAlertsAfrica-L, GIEWSAlertsAsia-L, GIEWSAlertsEurope-L et GIEWSAlertsLA-L). Vous pouvez vous inscrire à ces listes de la même façon que pour la liste mondiale.


Retour au menuRetour au menu