SYSTEME MONDIAL D'INFORMATION ET D'ALERTE RAPIDE SUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE DE LA FAO
PROGRAMME ALIMENTAIRE MONDIAL

RAPPORT SPÉCIAL

MISSION FAO/PAM D'ÉVALUATION DES RÉCOLTES ET DES DISPONIBILITÉS

ALIMENTAIRES EN ZAMBIE

24 juin 2005

-------

Faits saillants

  • Une série de vagues de sécheresse au cours de la période de végétation de 2004/05 et la fin prématurée des pluies, notamment dans les provinces du sud et de l'ouest, ont entraîné une forte baisse des rendements et de la production céréalière.
  • Les disponibilités limitées et la livraison tardive des intrants, associées à une pénurie de traction animale, ont largement contribué à réduire le rendement des cultures de base.
  • La production de maïs blanc de 2005 est estimée à quelque 820 000 tonnes, soit une baisse de 32 pour cent par rapport à la récolte exceptionnelle de l'an dernier et 12 pour cent de moins que la moyenne des dix dernières années.
  • Les perspectives concernant la production des cultures d'hiver (semées en juin/juillet et récoltées en novembre/décembre) sont limitées en raison du temps sec et des faibles disponibilités de semences.
  • Les besoins d'importations céréalières pour la campagne commerciale 2005/06 (mai/avril) sont estimés à 269 000 tonnes en équivalent céréales. Le volume des importations commerciales devrait s'élever à 222 000 tonnes; les 47 000 tonnes restantes devront être importées par le gouvernement et/ou fournies par l'aide extérieure.
  • Le Comité d’évaluation de la vulnérabilité de la Zambie estime qu'environ 185 000 personnes auront besoin d'une aide alimentaire ou en espèces à partir de juillet 2005, ce chiffre devant passer à 1,2 million environ pendant la période de soudure, c'est-à-dire de janvier à mars 2006. Au total, 118 300 tonnes de maïs (ou des transferts équivalents en espèces) seront nécessaires pour couvrir les déficits des ménages les plus touchés tout au long de la campagne.

1. VUE D'ENSEMBLE

Une mission FAO/PAM d'évaluation des récoltes et des disponibilités alimentaires s'est rendue en Zambie du 1er au 21 mai afin d'évaluer et d’estimer la production de la campagne principale de céréales et de plantes-racines, et de fournir des estimations concernant les besoins d'importations céréalières du pays pour la campagne commerciale 2005/06 (mai/avril), y compris les besoins d'aide alimentaire.

La Mission a bénéficié de la participation active sur le terrain du Ministère de l'agriculture et des coopératives (MACO) ainsi que de l'USAID, et un observateur de la CE s'y est joint pour une journée. Des débats fructueux se sont également tenus à Lusaka avec le personnel du MACO, le Service central de statistique (CSO), l'Unité nationale d'alerte rapide, (NEWU), le Comité d'évaluation de la vulnérabilité (VAC), le Système d'alerte rapide en cas de famine de l'USAID (FEWSNet), la Commission nationale de l'alimentation et de la nutrition, l'Agence des réserves alimentaires (FRA), le Syndicat national des agriculteurs de Zambie (ZNFU), l'Association des minotiers, Pannar Seed Limited, Zambia Seed Company Limited, SeedCo, le distributeur d'engrais Omnia, Zambia Leaf Tobacco, Dunavant Cotton, le Programme contre la malnutrition, CARE International, le Secrétariat de l’Agriculture Conservative Forum (ACF), le Programme de soutien agricole du SIDA (ASP), la Banque mondiale, l'OMS, l'UNICEF, le PNUD, le HCR, ECHO, le Food Security Research Project de l'Université de l'État du Michigan, Oxfam et le Ministère du développement international (DFID) du Royaume-Uni.

Sur le terrain, la Mission a interrogé des fonctionnaires au niveau des provinces, des districts, des campements et des îlots, ainsi que des agriculteurs, des chefs de ménages et de communautés, et a observé les cultures sur pied et celles récoltées. Réparties en quatre équipes, la Mission s'est rendue dans sept des neuf provinces du pays (celles de Copperbelt et du nord-ouest ont été omises) et dans 30 de ses 73 districts. La Mission a rassemblé toutes les données secondaires fournies par les organisations concernées (MACO principalement) et les a recoupées avec les informations et les impressions recueillies sur le terrain lors de ses entretiens avec des exploitants agricoles, des négociants et autres informateurs clés.

La production de maïs de cette année a nettement régressé par rapport à celle de 2003/04, du fait tant de l'insuffisance que de la mauvaise répartition des pluies et d'un manque d'organisation pour répondre à cette situation. La province du Sud a été la plus touchée, tandis que les rendements de celles du Nord et de Luapula (et selon MACO, celles de Copperbelt et du Centre) n'ont pratiquement pas été affectés. Les provinces de l'Est, du Centre et de Lusaka ont subi des pertes se situant entre ces deux extrêmes. La campagne a été relativement exempte de ravageurs et de maladies. La récolte de maïs du pays devrait reculer de 32 pour cent par rapport à celle de l'an dernier et de 12 pour cent par rapport à la moyenne nationale sur dix ans. Le déficit vivrier en équivalent céréales devrait atteindre 269 000 tonnes, dont 222 000 tonnes devraient être importées par des circuits commerciaux. La sécheresse qui règne actuellement devrait limiter la production de la campagne d'hiver en de nombreux endroits du pays.

La production des cultures de rapport a également souffert de l'insuffisance des précipitations cette année, les cultures de coton et de tabac accusant une baisse des rendements et de la qualité. Les arachides ont donné des résultats particulièrement mauvais là où les précipitations ont cessé prématurément.

Du fait de la sécheresse inhabituelle dans les provinces de l'Ouest et du Sud, la situation des disponibilités en fourrage et en eau pour les troupeaux ne s'annonce guère encourageante. Le cheptel bovin, qui s'est considérablement amenuisé en 2001, continue de souffrir de la péripneumonie contagieuse bovine (CBPP) et de la theilériose (fièvre de la côte orientale) bien que cette dernière semble mieux maîtrisée. La fièvre aphteuse est présente dans la province du Sud. D'ici au dernier trimestre de cette année, la sécheresse actuelle devrait accélérer la propagation chez le bétail - et probablement chez l'homme - de l'anthrax déjà présent dans la province de l'Ouest. La production de volaille reste très perturbée par la maladie de Newcastle et celle de porcs par la fièvre porcine africaine.

L'accès des ménages pauvres à la nourriture sera très difficile, en particulier dans les provinces du Sud et de l'Ouest. Le VIH/SIDA accentue les effets du recul de la production agricole en limitant la capacité des ménages à s'assurer des revenus et en accroissant leurs dépenses médicales. Le nombre des orphelins atteint des niveaux inquiétants, et leur prise en charge par les communautés est de plus en plus difficile.

Le Comité d’évaluation de la vulnérabilité de la Zambie estime qu'environ 1 233 000 personnes ne pourront pas satisfaire leurs besoins alimentaires minimaux au cours de la campagne commerciale 2005/06. Environ 185 000 personnes vont avoir besoin d'une aide alimentaire ou en espèces à partir de juillet, et ce nombre pourrait passer à 1,2 million pendant la période de soudure, de janvier à mars 2006. En tout, 118 300 tonnes de maïs (ou des transferts équivalents en espèces) seront nécessaires pour couvrir les pénuries des ménages touchés tout au long de la campagne.

Le présent rapport a été établi par Mario Zappacosta, Swithun Goodbody et Simon Dradri, sous la responsabilité des Secrétariats de la FAO et du PAM à partir d'informations provenant de sources officielles et officieuses. La situation pouvant évoluer rapidement, prière de s'adresser aux soussignés pour un complément d'informations, le cas échéant.

Henri Josserand
Chef, SMIAR, FAO, Rome
Télécopie: 0039-06-5705-4495
Mél:giews1@fao.org
Mike Sackett
Directeur régional, ODJ, PAM
Télécopie: 0027-11-5171642
Mél: Mike.Sackett@wfp.org

Veuillez noter qu'il est possible d'obtenir le présent Rapport spécial sur le site Internet de la FAO (www.fao.org) à l'adresse suivante: http://www.fao.org/giews/

Il est également possible de recevoir automatiquement, par messagerie électronique, les Alertes spéciales et les Rapports spéciaux, dès leur publication, en souscrivant à la liste de distribution du SMIAR. À cette fin, veuillez envoyer un message électronique à l'adresse suivante: mailserv@mailserv.fao.org sans rien écrire dans la ligne "sujet" et en indiquant le message suivant:

subscribe SMIARAlertes-L

Pour être rayé de la liste, envoyer le message:

unsubscribe SMIARAlertes-L

Veuillez aussi noter qu’il est possible de s’inscrire à des listes régionales pour recevoir des rapports spéciaux par région : Afrique, Asie, Europe, Amérique latine (GIEWSAlertsAfrica-L, GIEWSAlertsAsia-L, GIEWSAlertsEurope-L et GIEWSAlertsLA-L). Vous pouvez vous inscrire à ces listes de la même façon que pour la liste mondiale.


Retour au menuRetour au menu