SYSTEME MONDIAL D'INFORMATION ET D'ALERTE RAPIDE SUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE DE LA FAO
PROGRAMME ALIMENTAIRE MONDIAL

RAPPORT SPÉCIAL

MISSION FAO/PAM D'ÉVALUATION DES RÉCOLTES ET DES DISPONIBILITÉS

ALIMENTAIRES AU SWAZILAND

23 juin 2005

-------

Faits saillants

  • •La production de 2004/05 de la culture vivrière de base du Swaziland, le maïs, est estimée à 82 240 tonnes, soit environ 10 pour cent de plus que l'estimation officielle après-récolte de l'an dernier mais 6 pour cent de moins que la moyenne des cinq années précédentes.
  • •Ces meilleurs résultats s'expliquent par une bonne pluviosité et le recours accru aux engrais chimiques associés au fumier de ferme dans le Highveld et le Middleveld. Dans le Lowveld et en certains endroits de Lubombo, les récoltes sont très mauvaises du fait de l'insuffisance des précipitations.
  • •À plus long terme, la production de maïs du Swaziland semble en recul. Les facteurs à l'origine de ce déclin doivent être étudiés; les sécheresses récurrentes et l'incidence du VIH/SIDA en font probablement partie.
  • •Les besoins d'importations céréalières pour la campagne commerciale 2005/06 (avril/mars) sont estimés à 110 600 tonnes, dont 69 700 tonnes devraient être importées par des voies commerciales. Environ 6 200 tonnes d'aide alimentaire étant en réserve ou dans la filière au début de la campagne commerciale, le déficit non couvert s'élève à 34 700 tonnes, pour lesquelles une aide internationale supplémentaire sera nécessaire.
  • •L'accès des ménages pauvres à la nourriture reste un grave problème. Il ressort des données disponibles que la consommation de maïs par habitant n'a cessé de diminuer au fil des ans, sans être véritablement remplacée par d'autres aliments. Il est nécessaire de toute urgence de réformer les politiques nationales actuelles en matière de réglementation des prix et de commercialisation du maïs.
  • •On estime que 226 640 personnes subiront de graves pénuries alimentaires pendant 4 à 7 mois au cours de la campagne commerciale 2005/06, tandis que de nombreuses catégories seront aussi touchées par des pénuries de plus courte durée. Le Comité d'évaluation de la vulnérabilité du Swaziland estime qu'approximativement 27 020 tonnes de céréales (ou leur équivalent en espèces) seront nécessaires pour combler le déficit parmi les ménages touchés.

1. VUE D'ENSEMBLE

Au cours de la dernière décennie, le Swaziland a été touché à plusieurs reprises par la sécheresse ou une pluviosité insuffisante, ce qui a entraîné de mauvaises récoltes. Pour la campagne qui se termine, les précipitations ont été dans l'ensemble plus bénéfiques mais elles se sont caractérisées par une arrivée tardive en octobre et une insuffisance en décembre au stade de démarrage des cultures ainsi qu'en février au stade de la floraison. Inquiet de l'effet que cela pourrait avoir sur la production vivrière intérieure, le Gouvernement du Swaziland a demandé à la FAO et au PAM de l'aider à évaluer la performance des cultures et la situation générale des approvisionnements vivriers pour la campagne commerciale 2005/06 (avril/mars). Par conséquent, une mission FAO/PAM d'évaluation des récoltes et des disponibilités alimentaires s'est rendue dans le pays du 30 avril au 12 mai pour s'acquitter de cette tâche.

Les conclusions de la Mission figurant dans le présent rapport sont fondées sur de nombreux entretiens avec divers services du Ministère de l'agriculture et des coopératives, le Bureau central de statistiques, l'Équipe spéciale nationale chargée de la gestion des catastrophes, diverses ONG, des organismes para-étatiques tels que la National Maize Corporation (NMC) et le National Agricultural Marketing Board (NAMBOARD), de grandes minoteries (notamment Ngwane Mills et Universal Milling) et des distributeurs d'intrants tels que Swaziland Farm Chemicals.

Ces entretiens ont été complétés par des visites approfondies sur le terrain, qui ont couvert toutes les communautés du pays. La Mission a été accompagnée sur le terrain par des fonctionnaires des ministères pertinents, des représentants des ONG et deux observateurs de l'ambassade américaine. Au total, la Mission a rencontré 144 exploitants et plusieurs agents de vulgarisation, et elle a inspecté les cultures de maïs sur pied et dans les réserves.

La Mission a constaté une amélioration de la campagne agricole 2004/05 par rapport à l'an dernier dans le Highveld et le Middleveld, qui ont tous deux enregistré des résultats supérieurs à la moyenne. En revanche, les résultats ont été mauvais dans le Lowveld et à Lubombo du fait des précipitations inférieures à la moyenne et des semis tardifs. Dans ces deux régions, de vastes superficies n'ont rien donné. Dans l'ensemble, la production de maïs de 2004/05 est estimée à 82 240 tonnes, ce qui représente environ 10 pour cent de plus que l'an dernier.

Les données chronologiques indiquent que la production de maïs du Swaziland marque une tendance à la baisse. Les causes doivent en être étudiées, mais il est vraisemblable que l'incidence du VIH/SIDA sur les activités agricoles commence à se faire sentir.

Les besoins d'importations céréalières pour la campagne commerciale 2005/06 (avril/mars) sont estimés à 110 600 tonnes, dont 69 700 tonnes devraient être importées par des voies commerciales. Environ 6 200 tonnes d'aide alimentaire étant disponibles ou dans la filière au début de la campagne commerciale, le déficit non couvert s'élève à 34 700 tonnes, pour lesquelles une aide supplémentaire des donateurs internationaux sera nécessaire.

L'accès des ménages pauvres à des disponibilités vivrières adéquates reste très difficile, du fait de la baisse des revenus du ménage, du chômage élevé et de l'incidence du VIH/SIDA. Les données disponibles montrent que la consommation de maïs par habitant diminue sans être remplacée par d'autres aliments. Cette situation est encore plus marquée du fait de l'inefficacité des politiques de réglementation des prix et de commercialisation, qui sont défavorables aux consommateurs pauvres. Ces politiques doivent être passées en revue et réformées.

En dépit de l'accroissement de la production agricole enregistrée à l'échelle nationale cette année, l'accès des ménages pauvres à la nourriture reste précaire dans le Lowveld, le Middleveld et les régions péri-urbaines. Parmi les facteurs qui contribuent à cet état de fait, on peut citer l'incidence du VIH/SIDA, la croissance du chômage après la fermeture récente des filatures et la montée de la pauvreté qui a entraîné une diminution du pouvoir d'achat et des moyens de subsistance. Bien que les prix du maïs aient baissé de 10 pour cent au cours de la campagne par rapport à l'an dernier, l'augmentation générale des prix depuis 2002, qui est de 45 pour cent, continue de grever lourdement le budget des ménages, et les pauvres ont donc toujours plus de mal à acheter suffisamment de nourriture.

Selon les estimations, 226 640 personnes seront exposées à de graves pénuries alimentaires pendant 4 à 6 mois au cours de la campagne commerciale 2005/06, tandis que 260 000 autres connaîtront des pénuries alimentaires de plus courte durée. Le Comité d'évaluation de la vulnérabilité du Swaziland estime qu'approximativement 27 020 tonnes de céréales (ou leur équivalent en espèces) seront nécessaires pour combler les déficits des ménages touchés.

Le présent rapport a été établi par Mwita Rukandema, Abdirazak Awale et Lisa Biederlack, sous la responsabilité des Secrétariats de la FAO et du PAM à partir d'informations provenant de sources officielles et officieuses. La situation pouvant évoluer rapidement, prière de s'adresser aux soussignés pour un complément d'informations, le cas échéant.

Henri Josserand
Chef, SMIAR, FAO, Rome
Télécopie: 0039-06-5705-4495
Mél:giews1@fao.org
Mike Sackett
Directeur régional, ODJ, PAM
Télécopie: 0027-11-5171642
Mél: Mike.Sackett@wfp.org

Veuillez noter qu'il est possible d'obtenir le présent Rapport spécial sur le site Internet de la FAO (www.fao.org) à l'adresse suivante: http://www.fao.org/giews/

Il est également possible de recevoir automatiquement, par messagerie électronique, les Alertes spéciales et les Rapports spéciaux, dès leur publication, en souscrivant à la liste de distribution du SMIAR. À cette fin, veuillez envoyer un message électronique à l'adresse suivante: mailserv@mailserv.fao.org sans rien écrire dans la ligne "sujet" et en indiquant le message suivant:

subscribe SMIARAlertes-L

Pour être rayé de la liste, envoyer le message:

unsubscribe SMIARAlertes-L

Veuillez aussi noter qu’il est possible de s’inscrire à des listes régionales pour recevoir des rapports spéciaux par région : Afrique, Asie, Europe, Amérique latine (GIEWSAlertsAfrica-L, GIEWSAlertsAsia-L, GIEWSAlertsEurope-L et GIEWSAlertsLA-L). Vous pouvez vous inscrire à ces listes de la même façon que pour la liste mondiale.


Retour au menuRetour au menu